AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253010890
250 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/04/1978)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3.76/5 (sur 303 notes)
Résumé :
Son original de père ayant brusquement décidé de s'installer à Paris, Claudine se retrouve rue Jacob dans un appartement sombre, entre deux cours.
Refusant obstinément de sortir, errant d'une chambre à l'autre, la gorge rétrécie et l'appétit absent, elle finit par tomber gravement malade. Deux mois passent. Claudine, sans oublier Montigny et sa chère école, reprend petit à petit goût à la vie. Elle fait la connaissance de son ravissant neveu Marcel qui a dix-... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (22) Voir plus Ajouter une critique
Marti94
  14 mars 2021
Je me suis enfin réconciliée avec Colette dont le style et la référence permanente aux animaux domestiques ne me plaisaient pas vraiment. Avec "Claudine à Paris" elle ose parler sans tabou de la sexualité débridée d'une adolescente au tout début du 20ème siècle.
Claudine est contente d'aller à Paris avec son père, la servante Mélie et la chatte Fanchette. Elle a dix-sept ans et la Capitale semble lui offrir de belles perspectives d'autant plus que son père est plus préoccupé par la malacologie que par sa fille et la laisse libre de ses allées et venues.
Pourtant, comme tout changement, le déménagement est difficile et Claudine tombe malade. Sa campagne bourguignonne lui manque ainsi que ses copines. Elle se souvient de leur complicité quand elles comparaient leurs poitrines naissantes.
Heureusement, quand sa tante Coeur lui présente son neveu Marcel qui a le même âge que l'adolescente, le joli garçon embellit tout de sa présence. Elle trouve donc normal qu'il soit amoureux de Charlie. Elle portera son dévolu sur Renaud, son cousin d'une quarantaine d'années et père de Marcel. Il faut dire qu'il l'emmène à l'Opéra et dans les brasseries branchées de l'époque. On devine l'ombre de Willy au-dessus de l'épaule de Colette.
Pour une fois j'ai apprécié son ton détaché et libertin qui nous montre une Claudine naturelle et résolument moderne.
Lu en mars 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
PiertyM
  25 juin 2020
Si la plume de Colette m'a toujours émerveillé mais je n'ai vraiment pas accroché avec Claudine à Paris.Bien qu'elle soit une adolescente trop mature précocement, et qu'elle aie le sens de liberté très tôt mais je l'ai trouvé antipathique et très manipulatrice. L'écriture est fluide et agréable à lire mais pas aussi subtile que les autres romans qui vont suivre ,car, Claudine à Paris n'est que le deuxième roman de l'autrice....
N"empêche qu'on soit charmé par la description de Paris de l'époque!
Commenter  J’apprécie          250
araucaria
  05 mars 2017
Une écriture fluide, agréable. La série "Claudine" sont des textes légers, délicieusement désuets. Je crains que Colette pour beaucoup de lecteurs, soit un peu tombée dans l'oubli. C'est dommage, cette écrivain avait marqué son époque et su conquérir un public fidèle. A découvrir par les plus jeunes. A relire pour les anciens.
Commenter  J’apprécie          230
Sallyrose
  13 avril 2021
J'avais lu la série des Claudine dans mon enfance et j'en avais gardé un souvenir désagréable, tout simplement parce que ça me paraissait transgressif sans trop savoir pourquoi.
Souhaitant en relire un volume avec mes yeux, mes sentiments et mes réflexions d'adulte, j'ai choisi celui-ci.
Alors certes, transgressif, ça l'est ! Tant pour l'époque de publication que pour la petite fille que j'étais. Mais j'ai trouvé le style ennuyeux, le récit insuffisamment construit. Il est comme le personnage, inconséquent et inintéressant.
J'ai cependant apprécié les passages relatifs à Fanchette mais j'ai été déçu de ne pas en lire davantage sur le Paris de l'époque.
Bref, une déception
Commenter  J’apprécie          193
madameduberry
  14 avril 2014
Sacrée Claudine! le premier volume ayant bien marché, le mari-négrier que fut Henry Gauthier-Villars, dit Willy, remet au travail son épouse-enfant. On l'imagine bien lui caressant sa nuque bouclée, et lui susurrant "Noubliez pas de glisser quelques expressions bourguignonnes, mon petit, mais surtout insistez sur les amitiés salaces entre écolières, je me charge du décor parisien!", avant de partir pour quelque soirée mondaine ou coquine.
Voilà donc notre provinciale racontant son arrivée à Paris, le sentiment de désastre personnel qui s'ensuivit, la maladie et finalement la guérison, et la découverte des étranges moeurs parisiennes. Car elle a beau avoir lu, et n'avoir pas froid aux yeux, la Claudine, il lui en reste encore à découvrir. Au passage elle laisse entendre, encore plus précisément que dans Claudine en ménage, comment une paysanne un peu perverse peut se faire happer et détruire physiquement, sinon moralement, par un libertin sans tendresse, bien plus que par le mal du pays. On est heureux quand même de suivre cette Claudine qui semble n'avoir pas peur du loup, et qui creuse le sillon du pseudo étonnement naïf des Lettres Persanes: ainsi écrit-elle à propos des sorties dans les rues de Paris: "on a l'intérieur du nez noir quand on rentre". Vrai, j'ai observé le même phénomène presque un siècle après!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
SachenkaSachenka   27 avril 2021
Mais la Claudine sage s'efface timidement, admirative et respectueuse, devant l'autre, qui est allée droit où le Destin la poussait, sans se retourner, comme une conquérante ou une condamnée.
Commenter  J’apprécie          120
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   10 avril 2013
Après ça, il se passa beaucoup de temps. Quelque chose
comme une fièvre cérébrale avec des allures de typhoïde. Je ne
crois pas avoir beaucoup déliré, mais j'étais tombée dans une nuit
lamentable et je ne sentais plus que ma tête, qui me faisait si
mal ! Je me souviens d'avoir, pendant des heures, couchée sur le
côté gauche, suivi du bout de mon doigt, contre le mur, les
contours d'un des fruits fantastiques imprimés sur mes rideaux ;
une espèce de pomme avec des yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   10 avril 2013
Ça n'est pas autrement fort, mais quoi ? Il n'a pas l'air étonné.
Il mange. Il mange proprement. Il n'est pas vieux. C'est un père
encore jeune. Son nez m'amuse, un peu courbe avec des narines
qui remuent. Sous des cils très noirs, ses yeux luisent gris bleu
foncé. Il n'a pas de vilaines oreilles pour un homme. Ses cheveux
blanchissent aux tempes et floconnent. À Montigny, il y avait un
beau chien cendré qui avait le poil de cette couleur-là. Pouf ! Il
lève si brusquement les yeux qu'il me surprend en train de le
regarder
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   10 avril 2013
La pauvre Luce m'a dit : « Va, tu ne crois pas que je serai
malheureuse. Mais tu verras, tu verras ce que je suis capable de
faire. J'en ai assez, tu sais, de ma sœur et de sa Mademoiselle. Il
n'y avait que toi ici, je n'avais du goût qu'à cause de toi. Tu
verras ! » J'ai embrassé beaucoup la désolée, sur ses joues
élastiques, sur ses cils mouillés, sur sa nuque blanche et brune,
j'ai embrassé ses fossettes et son irrégulier petit nez trop court.
Elle n'avait jamais eu de moi autant de caresses et le désespoir de
la pauvre gobette a redoublé. J'aurais pu, pendant un an, la
rendre peut-être très heureuse. (Il ne t'en aurait pas coûté tant
que ça, Claudine, je te connais !) Mais je ne me repens guère de
ne pas l'avoir fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
VACHARDTUAPIEDVACHARDTUAPIED   10 avril 2013
Mélie est blonde, paresseuse et fanée. Elle a été fort jolie. Elle
fait la cuisine, m'apporte de l'eau et soustrait les fruits de notre
jardin, pour les donner à de vagues « connaissances ». Mais papa
assure qu'elle m'a nourrie, jadis, avec un lait « superbe » et
qu'elle continue à m'aimer bien. Elle chante beaucoup, elle garde
en sa mémoire un recueil varié de chansons grivoises, voire
obscènes, dont j'ai retenu un certain nombre. (Et on dit que je ne
cultive pas les arts d'agrément !)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Sidonie-Gabrielle Colette (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sidonie-Gabrielle Colette
Pour fêter dignement l'arrivée du printemps, la librairie Point Virgule vous propose une sélection d'ouvrages consacrés aux fleurs et aux jardins.
- Pour un herbier, Colette, illustré par les aquarelles de Raoul Dufy, Citadelles & Mazenod, 65€ - Les jardins de Weleda, Rouergue, 35€ - Le livre des fleurs, Pierre-Joseph Redouté, Taschen, 50€ - En fleur - Design floral contemporain, Phaidon, 39,95€ - Monet - Coffret l'essentiel, Anne Sefrioui, Hazan, 29,95€
La présentation de Pour un herbier est disponible sur la chaîne de Citadelles & Mazenod : https://www.youtube.com/watch?v=MN8I8...​
Celle de Les jardins de Weleda sur la chaine des éditions du Rouergue : https://www.youtube.com/watch?v=Lv0w6...​
Musique du générique d'intro par Anna Sentina.
+ Lire la suite
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Sidonie gabrielle Colette

Le père de Colette est

Facteur
Ecrivain
Capitaine
Journaliste

13 questions
112 lecteurs ont répondu
Thème : Sidonie-Gabrielle ColetteCréer un quiz sur ce livre

.. ..