AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : SIE17524_7577
Le Livre de Poche (30/11/-1)
3.8/5   217 notes
Résumé :
Nous suivons ici la vie du Père Chisholm, né d’un père Protestant et d’une mère Catholique, il va en devenant prêtre souvent se heurter à l’étroitesse d’esprit et le dogmatisme de l’Eglise Catholique, à laquelle il consacrera pourtant sa vie.
Adolescent et novice, son cœur balance entre son amour pour Dieu et Nora, sa douce cousine. Les vicissitudes de la vie conduiront Nora, fille-mère, au suicide.
Sous le choc, Francis part en Espagne en séminaire et... >Voir plus
Que lire après Les clés du royaumeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,8

sur 217 notes
5
8 avis
4
5 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis
Les clés du Royaume. Mais de quel royaume peut-il bien s'agir ? Celui d'un prince charmant ? Celui d'un Roi dans un pays imaginaire ou fantastique ? Et puis, tilt !.. le Royaume de Dieu ! Aïe, aïe, aïe.. comment vais-je appréhender ma critique ?

Bon je me lance. Après tout, cette troisième incursion dans l'oeuvre de Cronin n'a fait que confirmer mon sentiment d'avoir redécouvert un grand écrivain. Un ami babelio me l'avait remis en tête avec une belle critique (je ne sais plus lequel de vous…)

Bon, cette fois, j'y vais.

C'est l'histoire époustouflante de la vie exemplaire d'un homme hors du commun. Et oui, rien que ça.

Epoustouflante car Francis Chisholm, prêtre de son état, en a connu dans sa vie ! Orphelin, recueilli par sa grand-mère et devenu très vite un esclave domestique, il a été contraint d'arrêter ses études pour travailler aux chantiers navals, alors qu'il n'avait pas 12 ans. Epuisé, affamé, sa jeune constitution n'a pas tenue le coup et, grâce au médecin du village, tante Polly vint le chercher et l'accueillit dans sa famille à Tynecastle. Sachant qu'il avait de très bonnes aptitudes pour les études, tante Polly les lui fait reprendre avec l'ambition qu'il devienne prêtre. Et c'est ce qu'il devint, de manière toute naturelle, ayant une foi inébranlable envers son Dieu catholique. Il fut envoyé comme missionnaire en Chine, où il y resta de 1905 à 1935. Il y connut les guerres de territoires entre les grands Seigneurs, la peste, la famine, la torture, mais aussi de grandes amitiés et un amour sans faille pour son Dieu malgré toutes les épreuves.

Une vie exemplaire. Quand elle n'est tournée que vers l'autre, l'indigent, le blessé, l'enfant. de sa mission au bout du monde, il en fit un vrai paradis (sans jeu de mots). Il y bâtit son église, un dispensaire, une école. Avec les trois soeurs envoyées pour l'aider, des jardins, des rizières virent le jour. Tous pouvaient y entrer et souvent décidaient d'y rester et participer à cette vie communautaire. Des couples se sont formés, des naissances suivirent et tous avaient un profond respect pour le père Chisholm.

Un homme hors du commun. Francis Chisholm a toujours eu en horreur l'hypocrisie, la bêtise, l'intolérance. Il avait des colères devant l'injustice et disait que c'était dû à ses origines écossaises. Il n'était pas charismatique, souvent silencieux, mais lorsqu'il parlait on l'écoutait. le fait de ne pouvoir tenir sa langue dans sa poche lui a valu les mauvaises grâces des autres prêtres, évêques et autres. Gênant, il fut très vite écarté et envoyé à l'autre bout du monde.
Malgré tous les bienfaits qu'il apportait à la mission, les rapports à son compte étaient loin d'être bons. Il ne faisait pas de chiffres ! Pas assez de nouveaux baptisés. Il le refusait d'ailleurs, à ceux qui voulaient se convertir sans avoir la foi mais seulement dans le but de bénéficier des soins, de la nourriture, de l'éducation des enfants, de la sécurité de la mission. Il donnait à qui veut prendre, sans contrepartie, avec le bonheur de voir des sourires et d'entendre des rires.

Publié en 1959, les clés du Royaume a été, je crois, accueilli favorablement par le public de l'époque. Lu en 2021, ce roman magnifique me paraît une belle chimère, un doux rêve.
Commenter  J’apprécie          4512
Lorsque je lis un auteur nouveau pour moi j'aime avoir une idée de son vécu car il s'inspire souvent de son vécu pour la trame d'un roman. Apparemment, il n'existe pas de biographie de Cronin. En glanant ici et là, la moisson est maigre pour cet écrivain. Je peux dire que les Cronin sont d'ascendance irlandaise, qu'ils sont catholiques. du côté maternel, ils sont protestants. A.J. Cronin était médecin. Il a soigné des mineurs et autres pauvres gens. Il a écrit des romans où il est question de personnages médecins. A-t-il été en Chine ? J'aimerais le savoir.

Il y a quelques années, une amie m'avait noté six livres qui lui avaient plu. de ces titres, un seul m'est resté en mémoire : « Les clés du Royaume ». C'est avec ardeur que je voulais le lire. Les années passant, c'est à présent chose faite.

Francis Chisholm débarqua à la gare d'un petit village minier. Pour la première fois il allait assumer la fonction de vicaire. Après son ordination il essayera de conquérir les âmes humaines. Son curé n'avait pas un caractère facile. Irritable et enclin à la brusquerie. L'incapacité à gagner l'affection de ses ouailles l'avait rendu dur comme fer. Avec des humiliations fréquentes et un tel antagonisme, le jour arriva ou l'évêque affecta Francis au service d'une autre paroisse.

Dans cette nouvelle paroisse, il y eu un terrain où une fontaine d'eau clair, jaillissant de la roche se révéla eau miraculeuse. Une malade qui en a bu se révèle guérie. Les signes attestent d'un miracle. La jeune femme ex malade se révèle en bonne forme sans manger. La personne est bien guérie mais à l'analyse, il convient d'oublier cette fontaine. La personne n'a pas été sauvée par une eau miraculeuse mais sauvé par sa foi. Que ce soit l'eau du Jourdain, de Lourdes ou du Puis Sainte-Marie dont question ici où même celle d'une flaque boueuse ferait l'affaire pour autant que cette eau reflète le visage de Dieu.

Après avoir été vicaire dans deux paroisses, Francis est convoqué chez un vieil ami, évêque, qui le juge positivement et à foi en lui. Il l'envoi en mission en Chine. Francis accepte.

Où il arrive, la mission où vécu sont prédécesseur, oh surprise, il n'y a que ruine. Francis doit dormir sur la paille dans une étable. Il n'y a pas de communauté de chrétien. Francis doit partir de zéro. Les chinois sont méfiants. Lui est totalement désintéressé mais sensible à la misère qui l'entoure. Il installe un dispensaire, soigne blessés et malades. Il écrit à son ami Tulloch médecin en Ecosse de lui envoyer du matériel et des médicaments de première nécessité. La tâche est immense, il prie et est bien décidé à surmonter les difficultés. La chapelle restait vide mais le dispensaire était souvent plein. le nombre pitoyable restreint des fidèles ne le décourageait point. Sa résolution de n'attirer les conversions ni par les cajoleries ni par des cadeaux était inébranlable. le dispensaire marchait admirablement.

Une nuit, Francis crut entendre un faible vagissement. Il se dirigea vers le lieu d'où semblait partir le son qu'il avait entendu et trouva une femme morte qui avait contre sa poitrine un bébé qui remuait faiblement. Ce bébé qu'il recueille serait le premier fondement de l'orphelina dont il rêvait depuis son arrivée à Pai Tan.

Le Père Chisholm pu guérir le fils d'un noble mandarin, M Chia ; En remerciement ce riche notable offrit au Père de grandes parcelles de terrain avec un carrières et les ouvriers qui y travaillaient pour extraire de la terre en vue de fabriquer des briques pour la construction d'une mission digne de recueillir des enfants et des croyants.
C'est grâce à certains actes de générosités, d'un coup de pousse humain que l'on arrive à échafauder des projets. Nous ne sommes pas toujours grand-chose lorsque nous sommes dépourvus de solidarité.

Dix-huit mois plus tard, le père Chisholm franchissait le seuil de sa nouvelle mission Saint-André.

Le père Chisholm eut à connaître bien des tribulations, la guerre, la famine, des mésententes dans ses équipes, des ravages de maladies, des épidémies. Anne qu'il a recueillie deviendra rebelle à ces attentes. Alors qu'elle n'avait pas vingt ans, elle se montrait hautaine, hardie, insoumise. Une mission protestante méthodiste s'installa en face de la mission du Père Chisholm. Francis voulu faire du couple du pasteur des alliés plutôt que des concourants.

C'est une lecture ou le désir de tourner les pages est manifeste. Une action continue, des rebondissements tiennent en haleine. C'est l'histoire d'un homme honnête qui ne ménage pas ses peines pour le bien de l'humanité. Ce sont les prêtres en mission d'une autre époque.
Commenter  J’apprécie          184
Cronin est tombé en désuétude et son écriture est probablement quelque peu surannée maintenant mais je garde un merveilleux souvenir de ses livres lus quand j'avais une quinzaine d'années, et en particulier des Clés du Royaume !
Commenter  J’apprécie          270
Dans les années 50 et 60, A.J. Cronin (il se prénommait Archibald Joseph, mais ne voulait utiliser que ses initiales) était un écrivain écossais très connu, et s'il l'est moins aujourd'hui, il reste un auteur éminemment populaire . Ses romans, faciles à lire, sont empreints d'un humanisme généreux. le romanesque se mêle souvent à une peinture réaliste de la société dans la première moitié du XXème siècle. Les personnages, dessinés avec finesse et profondeur, sont la plupart du temps idéalistes et luttent pour imposer leur rêve de justice et de tolérance dans un monde qui n'est pas disposé à les écouter.

Si Cronin, à juste titre, est considéré comme un des inventeurs du roman médical (illustré à la même époque par Frank G. Slaughter, Lloyd Douglas ou Elisabeth Seifert), son oeuvre dépasse largement ce cadre, par la description à la fois
clinique (forcément) et bienveillante de la condition humaine, le regard aigu, incisif et .plein de compassion pour ses héros de tous les jours, le récit du combat éternel entre l'individu et la société...

Les clés du royaume est le plus connu des romans de Cronin, et avec La Citadelle un de ses plus grands. Ici l'exotisme se confond avec l'aventure, et n'exclut ni la profondeur, ni la critique sociale, ni l'humour. Un chef d'oeuvre romanesque, un peu daté, certes, dans son écriture, mais intemporel par les thèmes proposés.

Francis Chisholm est un prêtre catholique qui devient missionnaire en Chine. Il lui faudra toute sa foi et son tenace caractère écossais pour traverser près de soixante ans d'apostolat où il connaîtra les plus grandes peines et les plus grandes joies, où il traversera guerres et épidémies, où il devra affronter l'hostilité et la haine de certains, mais où il trouvera l'amitié et l'amour de beaucoup d'autres, toutes classes confondues.

Au-delà du roman d'aventure, c'est surtout un roman sur la tolérance, en particulier la tolérance religieuse. Fils d'un père protestant et d'une mère catholique, il choisira d'être prêtre après un chagrin d'amour, et ne le regrettera jamais. Confrontés aux tracasseries des prêtres catholiques, à la haine et à la méfiance des prêtres chinois, il accueillera à bras ouverts des pasteurs protestants (rivaux potentiels), s'attirant les foudres de ses supérieurs (son caractère impulsif n'arrangeant pas toujours les choses).

L'auteur, écossais dans l'âme, parsème son récit de références à sa terre natale, à l'image de ce parapluie (légué par le père MacNabb), qui suit Francis de l'Ecosse en Espagne, puis d'Espagne en Chine, avant de revenir au pays de Robert Burns, Walter Scott… et A.J. Cronin.

Commenter  J’apprécie          100
Livre trouvé par hasard dans une guest house asiatique alors que je me retrouvais sans livre à lire.
J'aime ces lectures improvisées d'un livre qu'on aurait autrement probablement jamais ouvert.
Découverte intéressante, ce livre nous entraîne sur les pas de Francis, un prêtre du début du siècle parti exporter la religion catholique dans les tréfonds de l'Asie.
Pas épargné par les épreuves, le héros suit cependant son chemin avec une foi et une naïveté intacte.
Sans être un chef d'oeuvre de la littérature, la lecture se révèle cependant riche en enseignement sur le fonctionnement de la religion et les missionnaires.
On se surprend par ailleurs à s'attacher au personnage principal fidèle à ses convictions et exagérément candide.
Jolie découverte.
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Vers la fin d'un après-midi de 1938, le vieux curé Francis Chisholm gravissait, clopin-clopant, le raidillon qui mène de l'église Sainte-Colomba au presbytère, sur la colline. Malgré son infirmité, il préférait ce sentier à la pente plus douce de Mercat Wynd; arrivé à l'étroit portail de son jardin enclos de murs, il s'arrêta avec un air naïf de triomphe, pour reprendre haleine, tout en contemplant la vue qui lui avait toujours été chère.
Commenter  J’apprécie          250
Le Christ […]. Il a établi certaines règles. Votre docteur Tulloch ne s’y conformait pas. Vous le savez. Et, à la fin, lorsqu’il n’était plus conscient, vous ne lui avez même pas administré l’extrême onction.
― C’est vrai, peut-être aurais-jr dû le faire…. Vous aviez aussi de l’affection pour lui n’est-ce pas ?
― Oui… Qui aurait pu faire autrement ?
― Alors ne nous disputons pas à ce sujet. Il y a une chose qu’il ne faut pas oublier. Le christ nous l’a enseignée. L’Eglise nous l’enseigne…. Si sa foi est sincère, nul n’est jamais perdu. Personne. Ni bouddhiste, ni mahométan, ni taoïste… même pas le plus noir des cannibales qui ait jamais dévoré un missionnaire… S’ils sont de bonne foi, ils seront sauvés. Telle est la charité immense de Dieu. Pourquoi, dès lors, ne se plairait-il pas à voir comparaître au jugement dernier un agnostique bon teint et à lui dire, avec un peu de malice : « Eh bien tu vois, me voici, malgré tout ce tu as pu croire. Pénètre dans ce Royaume, dont tu niais honnêtement l’existence.
Commenter  J’apprécie          91
― Ne vous tourmentez pas. Je vois ce que vous pensez, mais nous saurons continuer votre œuvre. Jerry et moi projetons déjà de doubler le rendement de la mission Saint-André. Nous allons prendre une vingtaine de catéchistes bien payés ; nous organiserons une cuisine populaire dans la rue des Lanternes, juste en face de vos amis méthodistes. Nous allons leur en jeter plein la vue. Nous allons faire du vrai, honnête et solide prosélytisme catholique… […].
Le père Chisholm éclata de rire.
― Mes chers enfants, ne faites pas attention à moi ! Je suis un vieux grincheux. Vous ferez merveille ici, mais ne soyez pas trop sûrs de vous… soyez doux et tolérants, et n’essayez pas d’apprendre à tous les vieux Chinois ce qu’ils savent depuis plus longtemps que vous.
Commenter  J’apprécie          90
― A mes yeux, expliqua Sa Grandeur d’un ton méditatif, loin d’avoir échoué, tu as magnifiquement réussi. Tu as besoin d’être encouragé. Et ce qui me plait le plus chez toi, mon cher enfant, c’est que ru es dépourvu de cette assurance insolente, qui s’appuie sur le dogme bien plus que sur la foi.
Pendant le silence qui suivit, le cœur de Francis se fondait de reconnaissance envers le vieillard. La voix tranquille reprit :
― Oh ! je sais que le combat n’est pas pour t’effrayer. C’est moi qui ai peur. Tu m’es trop précieux pour être jeté aux bêtes. Je voudrais te proposer autre chose. […].
― C’est un grand sacrifice… un changement total que je vais te suggérer… Si je demande trop, il faut me le dire. Mais je pense que c’est exactement ce qui convient. Autre pause.
― Notre Société des missions étrangères a enfin reçu la promesse d’un vicariat en Chine. Lorsque toutes les formalités seront achevées, que tu auras acquis la préparation indispensable, veux-tu être le premier à tenter l’aventure ?
Commenter  J’apprécie          60
Il vit un jeune garçon qui gravissait la colline derrière son troupeau.
Il pouvait avoir dix-sept ans, était petit et nerveux comme ses moutons ; son visage, intelligeant et gai, exprimait l’étonnement. Il était vêtu de courtes culottes en peau de mouton et d’une cape de laine. […]. Il salua le jeune homme et s’enquit qu’il venait du village de Liu.
« Je viens du village chrétien. Je m’appelle Liu Ta. Mon père est le prêtre du village.
Le missionnaire crut préférable de ne pas questionner le jeune homme. Il se borna à dire : « Je viens de très loin. Moi aussi, je suis prêtre. Je te serait reconnaissant de m’amener chez toi. »
Commenter  J’apprécie          90

Video de A. J. Cronin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de A. J. Cronin
La Petite Librairie, c'est tous les quinze jours ! Vos libraires Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent leurs dernières pépites littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs : Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel ! Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! • • Journal intégral - 1815-1818 de Gaspard Gourgaud et Jacques Macé aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/1031168-encyclopedie-journal-integral---la-bibliotheque-de-sainte-helene.html • Les premières enquêtes de Lizzie Martin de Patricia Ann Granger et Delphine Rivet aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1019626-nouveautes-polar-les-premieres-enquetes-de-lizzie-martin.html • Sang chaud de Kim Un-Su aux éditions Matin Calme https://www.lagriffenoire.com/1030156-nouveautes-polar-sang-chaud.html • La femme révélée de Gaëlle Nohant aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1029111-divers-litterature-la-femme-revelee.html • 18.3: Une année à la PJ de Pauline Guéna aux éditions Denoël https://www.lagriffenoire.com/1029494-livres-politiques-183-----une-annee-a-la-pj.html • Rituels de Philippe Charlier aux éditions du Cerf https://www.lagriffenoire.com/1032145-divers-voyage-rituels.html • Aldobrando de Cretonne & Gipi aux éditions Casterman https://www.lagriffenoire.com/1030784-achat-bd-aldobrando.html • Wild West - tome 1 - Calamity Jane de Thierry Gloris et Lamontagne Jacques aux éditions Dupuis https://www.lagriffenoire.com/1031949-achat-bd-wild-west-t1-----calamity-jane.html • La maison de l'abbaye de Jean d'Aillon aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1028948-nouveautes-polar-la-maison-de-l-abbaye.html • La Dictatrice de Diane Ducret aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/1031487-divers-litterature-la-dictatrice.html • La Citadelle de Archibald Joseph Cronin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1017369-divers-litterature-la-citadelle.html • Les Magnolias de Florent Oiseau aux éditions Allary https://www.lagriffenoire.com/1028896-divers-litterature-les-magnolias.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #lapetitelibrairie #conseillecture #editionsmatincalme #editionsgrasset #editionsdenoel #editionsducerf #editionscasterman #editionsdupuis #editions1018 #editionsflammarion #editionslivredepoche #editionsallary
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature écossaiseVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (632) Voir plus



Quiz Voir plus

La dame aux oeillets

Quel est le nom du peintre de la miniature "La dame aux oeillets"?

Sigmund Holbein
Hans Holbein l'ancien
Hans Holbein le jeune
Ambrosius Holbein

11 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La dame aux oeillets de A. J. CroninCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..