AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres
EAN : 9782253006954
190 pages
Le Livre de Poche (01/06/1995)
3.43/5   74 notes
Résumé :
En achetant la miniature de Holbein, dite de la Dame aux Œillets, Catherine Lorimer joue le jeu de la fortune et du hasard.
Le jeu se complique lorsqu'elle rencontre Chris, le fiancé de sa nièce Nancy.
Alors que Nancy songe de plus en plus à sa carrière dramatique, Catherine s'intéresse de moins en moins à l'affaire qu'elle doit traiter, la vente du Holbein.
Amoureuse de Chris, qui reconnaît en elle le double de la Dame aux œillets, va-t-elle... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,43

sur 74 notes
5
2 avis
4
7 avis
3
4 avis
2
3 avis
1
1 avis

latina
  28 décembre 2018
C'est dans un vide-grenier que j'ai découvert ce roman de Cronin, cet auteur fameux des années 50-60. Je m'attendais bien sûr à me plonger dans l'ambiance de ces années-là, et je n'ai pas été déçue : qu'est-ce que la femme de cette époque ? Une pauvre créature qui ne peut survivre sans un homme qui l'aime, et qui sacrifierait sa carrière pour « être sa Juliette ».
De fait, Catherine Lorimer a 35 ans et est une antiquaire au goût sûr. Mais elle est seule, bien entendu. Sa nièce Nancy a une ambition : faire du théâtre, mais son fiancé est assez réticent, quoique consentant.
Bon. Je l'avais prévu, donc pas de commentaire.
Et l'histoire, là-dedans ? Mièvre et digne d'un roman d'Harlequin : une pauvre fille s'est hissée, de petite dactylo, dans les hautes sphères de l'Art, côtoyant le célèbre peintre du 16e siècle, Holbein, allant même jusqu'à trouver une ressemblance entre elle et Lucie de Quercy qu'il a peinte et représentée dans une miniature. Et comme de juste, elle tombe amoureuse du fiancé de sa nièce, la jeune comédienne assez frivole et superficielle, en apparence du moins. Ce fiancé, comme de juste également, est très riche, très bon, très patient, très malheureux. Je n'en dis pas plus.
Le style a sauvé l'ensemble, Cronin écrit bien, c'est indéniable.
« Sauver » est un bien grand mot. Je suis remontée à la surface, contente d'être née dans les années 60 mais heureuse de vivre à l'heure actuelle, heureuse de lire des romans actuels ou du moins des romans qui ne reflètent pas une certaine mentalité petite-bourgeoise.
Les vide-greniers, ça a du bon, quelquefois.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          488
Lamifranz
  08 septembre 2022
« La Dame aux oeillets » fut un de mes premiers « Cronin », je l'ai lu à peu près à la même époque que « Les clés du Royaume » et « Les années d'illusion », bien avant « La Citadelle », autant dire que j'étais déjà conquis par l'auteur. Pourtant, ce roman ne s'inscrit pas tout-à-fait dans la lignée des autres : ici pas d'aventures exotiques, pas de fil rouge médical, rien que de la finesse psychologique, du sentiment et du mystère autour d'une miniature d'Holbein intitulée La Dame aux oeillets. Fleur bleue, si l'on veut, mais pas cucul ; très représentatif d'une époque où les valeurs (les plus jeunes d'entre vous ont quelque peu perdu le sens de ce mot, demandez à vos parents, ou plus sûrement à vos grands-parents) avaient encore un certain pouvoir sur la pensée des gens.
Catherine Lorrimer a la trentaine bien sonnée, c'est une belle femme, antiquaire bien en place, intelligente et avisée. Elle a une nièce, Nancy, qui a un fiancé américain. Catherine achète un jour, pour sa galerie, « La Dame aux oeillets », une miniature de Holbein peinte au XVIème siècle, représentant une certaine Lucie de Quercy (oui je sais, ça fait un peu comme Brice de Nice ou Igor d'Hossegor, mais bon), et figurez-vous que Catherine ressemble à Lucie comme deux gouttes d'eau. C'est en tous cas l'impression de Chris Madden, le fiancé de Nancy.
La suite, on la devine. D'aucuns invoquerait Harlequin (qui d'ailleurs, avec un C en plus aurait pu être peint par Holbein) ou Barbara Cartland, il n'en est rien : Cronin, c'est le contraire de la sensiblerie ou du sentimentalisme érigé en moteur littéraire ; pas non plus chez lui de cette outrance sans laquelle une histoire d'amour, de nos jours, n'est plus crédible : Cronin, c'est la finesse, le tact, la sensibilité, la générosité de coeur et d'esprit. C'est un regard toujours attentif sur les misères humaines, qu'elles soient matérielles ou affectives. Certes, il ne transforme pas ses expériences sentimentales en essai philosophique, il ne tire pas des conclusions métaphysiques à partir de son petit-déjeuner, Cronin, c'est la vie de tous les jours, avec des gens de tous les jours (qui ne sont pas des héros de cinéma ni de roman photo), et des sentiments de tous les jours.
La différence, c'est que ces jours-là sont des jours des années 40, 50 et 60. le monde qu'il décrit (le monde extérieur autant que le monde intérieur) est forcément daté. le nier serait absurde, tout comme il serait absurde de lire les auteurs de cette époque (et il y en a de grands et de très grands) avec notre jugement d'aujourd'hui. On ne comprendra rien à la mentalité de ce temps-là si on n'essaie pas de se replacer dans le contexte : bien des choses étaient différentes, la religion avait une place qu'elle n'a plus (ou en tous cas pas aussi controversée), la place de la femme dans la société était carrément transparente, le contexte politique, social, économique, tout a été bouleversé. Alors oui, Cronin est daté, mais pas démodé, car les valeurs qu'il porte (eh oui on y revient) perdurent, même si elles sont battues en brèche au nom d'un sacro-saint modernisme qui pourrait n'être finalement qu'une fuite en avant.
Pas le meilleur Cronin, pas le pire non plus, disons un Cronin de bonne cuvée, à savourer tranquillement, en regardant un beau tableau, par exemple…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
allard95
  09 septembre 2018
Dans les années 1960, on dévorait les romans de Cronin: La Citadelle, le jardiner espagnol, Sous le regard des étoiles, les Clés du Royaume, Les années l'illusion, L'épée de justice....... En entamant ces lectures, l'on était certain de se lancer dans la découverte d'une vraie et belle histoire. Cronin est mort en 1981, les éditions de poche, assez usées, que l'on s'échangeait pour être certains d'avoir tout lu de l'auteur et de pouvoir échanger ses avis, sont rangées au fond des armoires et des coffres des maisons de campagne, et on les trouve en vente au prix de 50 centimes dans tous les "vide-greniers" de nos villes et villages: on lit maintenant Stefan Sweig, et l'on a oublié Cronin.
Franchement, c'est dommage. Bien entendu, ce ne sont pas des lectures difficiles. C'est même assez reposant: les successions d'aventures sont mâchées, tout est précisément décrit: il ne faut pas, comme dans trop de romans récents, recomposer, imaginer, deviner, refabriquer le fil d'une histoire. On n'y rencontre pas les frustrations que nous imposent les romanciers de ce début de siècle, leurs non-dits, leurs impasses....
La Dame aux oeillets se lit vite: les caractères des personnages et la problématique rapidement posés, on ne lâchera pas le livre. Ce n'est pas compliqué, on tremble un peu, on sent venir le happy end.... Plaisir désuet peut-être, mais plaisir réel, vraiment. Ne jetez pas vos Cronin: relisez les de temps en temps, et, si l'on se moque de vous, ignorez les sots, et retrouvez, sans forcément vous en vanter, le plaisir de lire des histoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
mosaique92
  27 juillet 2016
De la littérature sentimentale, certes (et je n'en lis pas habituellement), mais à des années lumières des romans érotico-sentimentaux qui foisonnent actuellement. Des sentiments délicats, des personnages respectueux des autres et soucieux de leurs devoirs, un environnement intéressant... bref, une belle romance, bien écrite.
Commenter  J’apprécie          130
Fapifap
  01 septembre 2014
Un bon livre de cronin qui sait donner assez d'envergure à ses personnages pour rendre intéressante une histoire d'amour à priori banale. Ce n'est pas mon livre préféré de l'auteur mais sa façon d'écrire ne me laisse jamais indifférent.
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
genougenou   14 septembre 2013
C'était un chef d'oeuvre de délicatesse, et il en émanait une impression de subtile mélancolie. Lucie de Quercy se tenait debout à côté d'une table à deux plateaux, dont l'un, celui de dessus, était couvert d'un tapis de brocart rouge, tandis que celui de dessous supportait une mandoline et quelques livres. Elle était vêtue d'une robe d'un brun marron, réhaussée d'hermine; et sa main, négligemment posée sur le brocart, tenait un bouquet d'oeillets. Elle était très belle, d'une beauté pâle, frêle et pensive, d'où se dégageait un charme étrange, presque énigmatique. Ses yeux surtout, d'un brun foncé et profond, exprimaient une compréhension infinie. Elle semblait fixer Catherine avec l'insistance d'une personne vivante. Il y avait quelque chose de si intime et de si éloquent dans son regard que Catherine avait l'impression d'y lire une confidence qui, depuis des siècles, lui était spécialement destinée, et qui l'entraînait dans un lointain passé. Et elle se surprit en train de répondre au regard de Lucie de Quercy, comme si elle s'abandonnait à l'influence de cette femme, si mystérieusement belle dans sa songerie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nina2loinnina2loin   22 janvier 2012
Catherine lui arracha le journal des mains, et un grand titre, en première page, lui apprit que Brandt avait trouvé la mort avec dix autres passagers dans un terrible accident d'avion.
Commenter  J’apprécie          170
BaslodyBaslody   09 décembre 2015
D'une voix calme, comme un homme qui affirme une vérité incontestable, il dit:
C'est quelque chose de plus important, Catherine, de beaucoup, beaucoup plus important. Je t'aime!
Commenter  J’apprécie          30
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   28 août 2018
huit ans auparavant il avait fait la connaissance de Catherine Lorimer à un bal de bienfaisance et comme il l'avouait il avait perdu complètement la tête. la semaine suivante il lui offrit de l'épouser et depuis lors il la mettait à intervalle régulier dans la pénible obligation de lui refuser chaque fois sa main.
Commenter  J’apprécie          10
MonCharivariLitteraireMonCharivariLitteraire   28 août 2018
comme à chaque séparation il paraissait si accablé de de chagrin que le cœur de la jeune femme s'en émut. il lui portait un attachement si fidèle, si dévoué et si éperdument sentimental qu'elle en était à chaque fois touchée au point de ressentir pour lui presque de la tendresse.
Commenter  J’apprécie          10

Video de A. J. Cronin (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de A. J. Cronin
La Petite Librairie, c'est tous les quinze jours ! Vos libraires Gérard Collard et Thomas Raymond vous présentent leurs dernières pépites littéraires. Ils sont accompagnés de chroniqueurs : Jacqueline Pétroz, Didier Debroux, Mélanie Cheymol ou encore Jean-Edgar Casel ! Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! • • Journal intégral - 1815-1818 de Gaspard Gourgaud et Jacques Macé aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/1031168-encyclopedie-journal-integral---la-bibliotheque-de-sainte-helene.html • Les premières enquêtes de Lizzie Martin de Patricia Ann Granger et Delphine Rivet aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1019626-nouveautes-polar-les-premieres-enquetes-de-lizzie-martin.html • Sang chaud de Kim Un-Su aux éditions Matin Calme https://www.lagriffenoire.com/1030156-nouveautes-polar-sang-chaud.html • La femme révélée de Gaëlle Nohant aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1029111-divers-litterature-la-femme-revelee.html • 18.3: Une année à la PJ de Pauline Guéna aux éditions Denoël https://www.lagriffenoire.com/1029494-livres-politiques-183-----une-annee-a-la-pj.html • Rituels de Philippe Charlier aux éditions du Cerf https://www.lagriffenoire.com/1032145-divers-voyage-rituels.html • Aldobrando de Cretonne & Gipi aux éditions Casterman https://www.lagriffenoire.com/1030784-achat-bd-aldobrando.html • Wild West - tome 1 - Calamity Jane de Thierry Gloris et Lamontagne Jacques aux éditions Dupuis https://www.lagriffenoire.com/1031949-achat-bd-wild-west-t1-----calamity-jane.html • La maison de l'abbaye de Jean d'Aillon aux éditions 10-18 https://www.lagriffenoire.com/1028948-nouveautes-polar-la-maison-de-l-abbaye.html • La Dictatrice de Diane Ducret aux éditions Flammarion https://www.lagriffenoire.com/1031487-divers-litterature-la-dictatrice.html • La Citadelle de Archibald Joseph Cronin aux éditions Livre de Poche https://www.lagriffenoire.com/1017369-divers-litterature-la-citadelle.html • Les Magnolias de Florent Oiseau aux éditions Allary https://www.lagriffenoire.com/1028896-divers-litterature-les-magnolias.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=newsletter • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar Casel • • #lagriffenoire #bookish #bookgeek #bookhoarder #igbooks #bookstagram #instabook #booklover #novel #lire #livres #lapetitelibrairie #conseillecture #editionsmatincalme #editionsgrasset #editionsdenoel #editionsducerf #editionscasterman #editionsdupuis #editions1018 #editionsflammarion #editionslivredepoche #editionsallary
+ Lire la suite
autres livres classés : roman d'amourVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus





Quiz Voir plus

La dame aux oeillets

Quel est le nom du peintre de la miniature "La dame aux oeillets"?

Sigmund Holbein
Hans Holbein l'ancien
Hans Holbein le jeune
Ambrosius Holbein

11 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : La dame aux oeillets de A. J. CroninCréer un quiz sur ce livre