AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2413011064
Éditeur : Delcourt (10/10/2018)

Note moyenne : 4.16/5 (sur 283 notes)
Résumé :
C'est l'histoire d'un coin tranquille de campagne. Un couple achève d'y retaper une vieille bâtisse devenue en dix ans de travaux une agréable maison. Un peu plus loin, trois jeunes paysans, convaincus qu'une agriculture est possible, tentent le pari du bio. Un bien bel endroit, donc, jusqu'au jour où la nouvelle tombe : une autoroute va bientôt passer ici.

Prix Tournesol Angoulême 2002
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  05 décembre 2012
Encore une fois, Etienne Davodeau a endossé son rôle d'homme de terrain pour aller à la rencontre de trois agriculteurs: Jean-Claude, Olivier et Etienne. Dans le Maine et Loire, ces trois hommes ont constitué un GAEC (Groupement Agricole d'Exploitation en Commun) et décidé de se mettre à l'agriculture biologique.
Pendant un an, il les a suivis dans leurs travaux quotidiens, leur engagement dans la Confédération paysanne, leurs discussions et surtout leur combat contre l'installation de l'autoroute A87 reliant Cholet à Angers. Face à ASF (Autoroutes du Sud de la France), leur lutte s'avère bien difficile et vaine, malgré le fait que cette autoroute fasse des zigzags, sépare leur exploitation en deux et détruise sur son passage la maison d'un de leur voisin.
Encore un Davodeau à taille humaine qui prouve que la BD peut être, parfois, didactique et utile.
Pendant cette année passée avec ces trois agriculteurs, certes, Davodeau n'est pas vraiment objectif mais il a réussi à me convaincre de l'absurdité de certains projets, notamment industriels. Sans en faire une caricature, il montre une toute autre image du monde paysan, à la fois passionnante, combative et éthique.
Malgré la complexité du sujet, Davodeau a su le vulgariser.
Tout en noir et blanc, cet album est une réussite tant au niveau graphique que scénaristique et fait à nouveau la part belle à l'Homme.
Tout en finesse et en justesse, Rural ! est une oeuvre très intéressante et très touchante... enfin, c'est du Davodeau !
Rural !, BD bio à consommer d'urgence..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
Dionysos89
  09 juin 2014
Bien avant de débuter ses Ignorants, Étienne Davodeau militait déjà pour le documentaire en bande dessinée franco-belge et ce roman graphique « Rural » fut le premier de ses retours répétés au genre. Politique, défense du savoir-faire des anonymes et amour du local, tous les ingrédients sont déjà là.
Dès le départ, Étienne Davodeau énonce ses buts et sa problématique directrice. Il cherche non seulement à faire entrer la bande dessinée dans l'ère du documentaire contemporain, mais également à faire parler les petites gens, ceux qui n'apparaissent pas ou peu dans notre monde du tout-représentation. Pour cela, il va s'intéresser, et nous intéresser, à quelques coteaux angevins où vivent des gens comme vous et moi, mais où va bientôt passer l'autoroute Angers – Cholet – La Roche-sur-Yon. Cette infrastructure de transport, considérée comme un projet d'intérêt public, chamboule tout sur son passage, de son ordonnancement à sa conception. C'est cette collision politique, au plus concret des sens, que nous découvrons dans ces pages.
En effet, le phénomène NIMBY (Not In My Back Yard) joue à plein dans cette plongée intimiste et honnête au sein de la campagne angevine. Étienne Davodeau a suivi pendant un an les aléas de trois agriculteurs qui tentent le pari de cultures biologiques, dans une industrie favorisant ceux qui détruisent la terre à grands coups de pesticides, mais également un couple qui retape un vieux bâtiment pour en faire la maison de leurs rêves. Pour les uns comme pour les autres, voir l'autoroute passer dans leurs champs ou leur jardin ruine tout ou une partie de leur avenir. Et c'est en effet à un récit profondément militant auquel nous avons affaire, l'auteur ne s'en cache pas dès son introduction (d'autant que José Bové préface l'ouvrage) et cela n'en est que plus agréable à lire.
Honnête, vrai, immersif, documenté... nous commençons à avoir franchement l'habitude des récits à la Davodeau. Il nous transmet la vie de ses contemporains, de préférence ceux qui ont le moins la parole dans notre société politique. Par des visions calmes de paysages apaisants, par les odeurs de la ferme, mais aussi l'âpreté du travail avec les vaches et les récoltes tout comme celui des travaux constants, tout cela participe à rendre cette chronique concrète et attrayante. Impossible, finalement, de ne pas garder en tête Pipo, le chien nouvellement arrivé à la ferme, comme la mascotte rigolote et touchante de cet ouvrage honnête et vivant.
Bien sûr, beaucoup trouveront l'ensemble trop simpliste, en accord avec ce dessin noir et blanc tout en finesse et en humour, mais c'est pourtant là que réside l'attrait de ce petit roman graphique : respect et simplicité à tous les étages.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          422
Crossroads
  29 septembre 2012
Après l'Amour est dans le pet , innommable bouse télévisuelle présentant d'avenants agriculteurs semblant toutes et tous baigner dans l'opulence la plus totale et en recherche urgente de bai...heu d'amuuuur , Davodeau , à contrario , fait dans le didactique , l'honnête , le vrai ! Celui qui vous donne l'irrépressible et immédiate envie de sortir gambader dans les champs , le tarin immédiatement assailli par moults odeurs aussi enivrantes qu'entêtantes , le sourire béat aux lèvres , l'esprit joueur toujours partant pour taquiner les pis de Blanchette , Paquerette ou bien encore la Noiraude . Oups , au temps pour moi Inséminator , de dos j'ai cru...Bref , comme une envie d'ailleurs foncièrement ancrée dans le réel ? Rural se pose sans conteste comme le véritable plaidoyer d'une certaine agriculture bio raisonnée et maitrisée , comme une ode vibrante à une mère nature tailladée au vil profit d'un grand réseau autoroutier ( ASF pour ne pas le nommer ) beaucoup plus prompt à s'enrichir qu'à s'inquiéter de son prochain !
Le pot de terre contre le pot de fer revisité !
En effet , ASF versus le GAEC du Kozon associé aux divers riverains concernés , les moyens de coercition sont forcément disproportionnés ! A terme , c'est un GAEC morcelé , des maisons de particuliers totalement rasées afin de légitimer cette future balafre autoroutière semblant désormais inéluctable . Pendant un an , Davodeau tentera de retranscrire le plus objectivement possible la vie totalement bouleversée pour les plus chanceux ; dévastée pour ceux en attente d'expropriation , leur maison , rêve de toute une vie , ayant été bien souvent montée pierre par pierre pour être , au final , vouée à être rachetée pour une somme infamante , ajoutant encore au sentiment entubatoire persistant !
De belles tranches de vie où l'humain , hélas , ne semble déjà plus être perçu comme tel .
Un monde agricole accessible et formidablement dépeint . Une aventure , des aventures individuelles devenant collectives et faisant la part belle à la ténacité et l'amitié finale qui en découle .
Un combat infect et nauséabond , que l'on sait déjà perdu d'avance , mais qui n'en demeure pas moins fascinant !
Un dessin minimaliste et bicolore complétant parfaitement un récit tristement sordide .
Rural , la patte sobre et humaine de Davodeau dans toute sa splendeur !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Macha_Loubrun
  23 octobre 2013
Etienne Davodeau avait envie depuis longtemps de faire un reportage BD et non de défendre une cause, l'agriculture bio en l'occurrence. C'est pourquoi il s'est mis en scène dans « Rural » pour bien montrer qu'il s'agit uniquement de sa vision des choses et non d'un travail journalistique.
En janvier 2000, il décide donc de suivre le travail quotidien de trois agriculteurs organisés en GAEC (Groupements Agricoles d'Exploitation en Commun). Animés de convictions fortes, ils élèvent des vaches laitières dans le Maine et Loire et adhèrent à la Confédération paysanne. Force est de constater qu'ils vivent dignement de leur travail mais cette année-là, une ombre venait assombrir ce tableau presque idyllique, le projet de construction de l'A87 reliant Cholet à Angers par ASF . L'inquiétude est à son comble, ils font partie d'une association d'opposants à ce projet et le tracé de l'autoroute comporte bien des aberrations !
Etienne Davodeau au cours de son enquête, rencontre différents protagonistes locaux et l'on s'aperçoit une fois de plus qu'il s'agit de la lutte du pot de terre contre le pot de fer… La famille Soresi, voisins des trois agriculteurs, expropriée de manière assez brutale, en fera les frais de manière dramatique.
«Rural» est un récit instructif, vivant, un témoignage plein d'empathie pour trois hommes engagés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
gouelan
  19 février 2016
Collision entre une autoroute et des champs, des agriculteurs, des maisons construites avec patience et passion. Le plus fort gagne. Peu importe que vous soyez lancés dans une aventure de production bio et que la pollution de l'autoroute viendra perturber votre bel univers. Peu importe que vous ayez trouvé le coin de paradis pour vivre paisiblement, vous devez déguerpir, vous êtes sur le chemin du grand serpent.
Grand serpent car, en effet, cette autoroute est sinueuse, elle dessine de drôles de zigzag. Et oui, certains sont plus puissants que d'autres, le grand serpent les évitera, il contournera leurs propriétés.
Etienne Davodeau nous fait découvrir le monde rural avec ses joies et ses peines. Il s'est immiscé dans la vie de ces agriculteurs, convaincus du bienfait de leurs actions sur l'environnement. « le monde n'est pas une marchandise » et l'agriculture n'est pas une industrie. Il faut agir délicatement avec les ressources, agir pour le long terme, la santé de tous mais surtout, la santé de la Terre.
On rencontre des militants de l'association « sauvegarde Layon Hyrôme », mettant tout en œuvre pour contrer ce projet néfaste pour l'environnement. Progrès, vitesse, politique et pouvoir se heurtent à l'harmonie, le bien-être, la tranquillité et le bon sens.
Les trois jeunes agriculteurs réunis en G.A.E.C. nous font découvrir leur travail quotidien, leur philosophie de vie, leur lutte au sein de la confédération paysanne, œuvrant pour une agriculture bio à taille humaine.
Une BD documentaire très intéressante et en plein cœur de l'actualité. Que l'on soit rural ou citadin, l'agriculture, la préservation des sols, des paysages, c'est l'affaire de tous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          240
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
SophiePatchouliSophiePatchouli   25 septembre 2017
_Ça me gêne toujours d'entendre des gens dire qu'ils mangent bio uniquement pour être en meilleure santé.
_En tout cas c'est pas seulement pour ça qu'on en fait.
_Le but de notre travail, c'est d'abord de trouver une façon de produire de la nourriture pour tous sans nuire à la terre. On cherche une technique que les générations suivantes d'agriculteurs pourront utiliser sans problème de durée. Et ça c'est impossible en technique "conventionnelle".
_Alors si ce gars dont tu me parle ne trouve pas de différence entre la bouffe Bio et l'autre, c'est vachement bien ! Ça prouve que c''est possible !
_ Acheter et manger Bio ne devrait pas être une démarche de précaution individuelle...
_ ...Mais c''est soutenir une idée d'inspiration collective sur le long terme...
_...Et si vous mangez tous Bio, nous produirons tous Bio. Et là, vous vivrez dans un environnement réellement meilleur pour VOTRE santé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Dionysos89Dionysos89   28 mai 2014
Heureusement une nouvelle recrue arrive. Voici Pipo, un jeune border-colie. Olivier m'explique qu'une fois dressé, Pipo emmènera seul le troupeau à la salle de traite pendant qu'eux prendront leur petit déjeuner.
Pour l'instant, Pipo veut surtout des papouilles.
Commenter  J’apprécie          350
miladomilado   01 août 2012
( à propos des barbelés qui séparent l'autoroute du pâturage "bio" )

...sépare aussi deux pratiques :
d'un côté s'invente une nouvelle approche de l'environnement, respectueuse, légère et durable.
de l'autre côté c'est une infrastructure lourde et polluante qui s'impose en force au nom de la rentabilité à court terme.

L'inconvénient de ce genre de barrière, c'est qu'il faut forcément se situer d'un côté ou de l'autre.

S'assoir dessus, c'est se piquer le cul.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
miladomilado   01 août 2012
Vous êtes surement un gars très sympathique monsieur le responsable de la communication. Et vous faîtes sûrement très bien votre travail.
Je suppose donc que vous tenez tout prêt à l'intention des gens comme moi un magnifique discours impeccablement profilé sur l'A.87. Vous êtes formé et payé pour. Normal.
Mais voilà. Je n'ai pas très envie de fournir à ce discours le modeste relais que pourrait être ce livre. Désolé.
Je ne m'inquiète pas pour vous. Les gens qui veulent lire votre prose la trouvent dans toutes nos mairies.
Ça s'appelle " objectif A87" c'est une revue formidable. Couleurs. Papier glacé. Gratuite.
On y voit des gars sympathiques posant en bras de chemise dans leur bureau. D'autres sur le chantier sous un ciel bleu impeccable pointent vers l'horizon un index décidé.
Dans d'édifiantes interviews où l'enthousiasme le dispute à la rigueur professionnelle, ces gens nous expliquent le déroulement idéal de ce chantier magnifique.
Et surtout, ils nous expliquent, ils nous précisent, ils nous rappellent que c'est "un chantier-qui-respecte-l'environnement."
C'est formidable.
Je crois donc, monsieur le responsable de la communication, que vous n'avez pas besoin de moi .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
OliphantOliphant   05 septembre 2014
Alors si ce gars dont tu parles ne trouve pas de différence entre la bouffe bio et l'autre, c'est vachement bien ! Ça prouve que c'est possible ! Acheter et manger bio ne devrait pas être une démarche de précaution individuelle... Mais c'est soutenir une idée d'inspiration collective sur le long terme... Et si vous mangez tous bio, nous produirons tous bio, et là, vous vivrez dans un environnement réellement meilleur pour votre santé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Etienne Davodeau (39) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Etienne Davodeau
La minute urbaine (spécial quartier de Belleville) : "Les ignorants"
autres livres classés : AutoroutesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Douce France

L'histoire commence à Lyon, devant le 89 montée de l'Observance, "c'est donc ici, devant chez lui qu'il s'est fait tuer (...) le 3 juillet 1975, à 2h42 du matin. (...) " dit l'un des personnages faisant référence au juge...............?............ surnommé "le Sheriff".

François Michel
François Fayard
François Renaud
François Courrières

10 questions
14 lecteurs ont répondu
Thème : Cher pays de notre enfance: Enquête sur les années de plomb de la Ve République de Etienne DavodeauCréer un quiz sur ce livre
.. ..