AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791022608350
Éditeur : Métailié (14/03/2019)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Jay Dark a-t-il vraiment existé ? Deux hommes, un romancier et un avocat, se retrouvent dans des lieux insolites de la capitale romaine. Maître Flint prétend raconter la véritable histoire de Jay Dark, agent de la CIA chargé de répandre les nouvelles drogues des années 70 dans les mouvements de contestation étudiants.

On suit alors le parcours d’un jeune enfant des rues, cambrioleur à Manhattan, puis cobaye dans la célèbre clinique de Bellevue Hospita... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Roggy
  07 avril 2019
Giancarlo de Cataldo entraîne le lecteur dans un univers parfaitement documenté.
Réalité et fiction ne cessent de se disputer la part belle dans ce récit qui raconte comment la CIA a fait circuler les drogues dans les mouvements radicaux de la jeunesse à la fin des années 60, semant la graine de l'autodestruction et créant une génération de toxicos et gonflant ainsi les comptes suisses de certains agents prêts à toutes les ignominies et manipulations.
L'auteur compose ses romans comme des opéras, avec costumes, décors, musique et avec un sens du rythme qui ne faiblit pas. Il dévoile progressivement ses rites et le tout prend des accents de légende contemporaine.
Les mystères s'emboîtent, les routes se croisent et s'entremêlent. Il se dégage un regard critique et social d'une société plus perdue que jamais.
Seul bémol : la chute qui devrait être une surprise se devine à la moitié du récit 
L'auteur prouve qu'il n'est jamais aussi à l'aise que dans une double peinture mêlant les tribulations de son protagoniste et les méandres d'une ville où il est chez lui.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          600
Titania
  19 juin 2019
Quand un auteur de polar italien se mêle de faire du « Jacques le fataliste » , le résultat est assez surprenant, et je suis perplexe à vrai dire.
C'est un roman qui est en train de s'écrire...
Il met en scène deux menteurs professionnels , un avocat et un écrivain qui débattent des versions différentes de l'histoire du mystérieux Jay Dark , personnage d'un roman de l'écrivain, mais inspiré d'un agent de la CIA, défendu par l'avocat, chargé de déstabiliser tout ce qu'il fallait déstabiliser dans les années 60 , en utilisant le trafic du LSD, puis de l'héroïne.
C'est l'occasion de repasser son histoire du 20 eme siècle, car notre homme semble mêlé à tout. Son histoire est elle même inspirée d'un agent qui ne s'appelle pas comme ça, et qui n'a finalement pas eu autant d'importance dans l'histoire du monde. Je ne suis pas sûre d'être claire!
On est un peu dans l'excessif , une faconde italienne toute jubilatoire à nous raconter un pseudo grand complot international , une interprétation très fantaisiste du mouvement hippie, et de mai 68, mais pas que...ça bouillonne dans tous les sens. C'est l'occasion pour l'écrivain de parler de son rapport à la réalité et de création...c'est assez fascinant, car c'est drôle, bien raconté... bien traduit il semblerait aussi.
Monsieur le juge nous embarque dans ses délires, c'est comme si on était attablé à Rome à boire un bon chianti tout en écoutant un conteur malicieux nous raconter une histoire invraisemblable, qui échappe un peu à son créateur...
Quant à Jay Dark, dommage ! il manque de charisme. Il n'a pas la classe de James Bond, parfois il disparaît derrière l'interprétation de l'époque foisonnante et les autres personnages, dont le ridicule chef de Jay avec sa chèvre . C'est dur de réussir une caricature bien dosée ! Giancarlo en a fait peut-être un peu trop ...quoique le chaos, c'est tout sauf tracé au cordeau ! Alors, je donne ma langue au chat, lisez, ce n'est pas un roman sérieux , mais un vrai bonheur d'écriture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          320
Ichirin-No-Hana
  19 avril 2019
Jay Dark est un agent du chaos. En plein dans la tumulte des années 1970. Jay Dark est un agent de la Cia chargé de répandre le LSD dans les milieux étudiants pour atténuer toutes formes de rébellion. Plusieurs années plus tard, Jay Dark est un personnage qui attise la curiosité de deux hommes, un romancier et un avocat qui se retrouve pour tenter de prouver et de comprendre l'existence de ce protagoniste atypique. Ces discussions nous amènent à découvrir le parcours de Jay Dark de sa plus tendre enfance à sa légende. Au gré de ses nombreux voyages, nous découvrons un personnage complexe et captivant, qui doutera régulièrement de sa mission mais qui y participera malgré tout activement. En tant que lecteur, il est difficile de prévoir ses réactions et les différentes péripéties nous surprennent souvent.
L'agent du chaos est un roman fascinant notamment avec la complexité de la psychologie de son personnage principal. le roman nous happe également grâce à son contexte historique qui est décrypté avec finesse par l'auteur et avec un point de vue original.
L'auteur nous propose avec l'Agent du Chaos un roman passionnant, que l'on a énormément de mal à lâcher et nous laisse sur une question essentielle : Jay Dark a-t-il réellement existé ?
Je remercie les éditions Métailié et Babelio pour l'envoi de cette pépite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Givry
  08 avril 2019
Qu'est-ce qui fait un bon livre ? Un héros rare, c'est à dire avec une personnalité exceptionnelle, un parcours de vie incroyable. Il s'appelle Jay Dark.
Le narrateur de « L'agent du chaos » a écrit un roman qui raconte la vie de Jay Dark. Mais cette histoire est fausse et incomplète. C'est tout du moins ce que pense un avocat américain, Flint, qui prend contact avec lui. Il a connu Jay Dark et veut rétablir la vérité.
Le livre est basé sur ces rencontres entre l'écrivain et l'avocat, et les tranches de vie palpitantes de Jay Dark. Tout pourrait sembler exagéré, mais Flint sait convaincre de la véracité des évènements les plus invraisemblables. Tous les ingrédients sont présents : les frasques de la jeune fille riche, l'ancien nazi amoureux de sa chèvre, l'expansion du LSD pour détruire les vélléités de liberté, les palestiniens corrompus, le mouvement hippie … Et c'est génial ! Impossible de s'endormir, les rebondissements sont improbables.
En définitive, où est la vérité ? Comment la vérifier ? Sur internet ? Ce que fait au départ l'écrivain (et que j'étais tentée de faire aussi). Quelle qualité faut-il posséder pour la déceler ?
Et plus loin, une fake news serait intéressante pour ce qu'elle révèle de nous ? de ce qui nous intéresse ? Ne faudrait-il pas s'intéresser à celui qui la dit ? A ses intentions ? Et pourquoi ne pas se mettre à la place de l'auteur, à se détacher de ce que l'on est, de ce que l'on sait, de ses préjugés, de ses attentes, de ses carcans, pour être plus disposé encore à accueillir les faits. Pourquoi ne pas aller jusqu'à prendre de la drogue pour y parvenir ?
L'écrivain s'interroge au fur et à mesure des révélations de Flint. Il est victime de son envie de vérité. Tout comme lui, le lecteur essaie de faire le tri. Puis cela n'a plus d'importance, il faut se laisser faire.
En tous cas, c'est un roman, un vrai, j'en suis bien sûre, et un sacrément bon.
Lien : http://objectif-livre.over-b..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Bill
  27 août 2019
J'ai réservé ce roman à la médiathèque sur la base du nom de l'auteur, Giancarlo de Cataldo,  dont je me régale régulièrement des descriptions de la Rome contemporaine, des années 70-80 avec 'Romanzo Criminale', 'Je suis le libanais' et 'La saison des massacres'  jusqu'à leurs enfants dont on suit les frasques dans 'Suburra' et 'Rome brûle'.
Mais, surprise, ce n'est pas Rome qui est le personnage principal de L'agent du chaos, ni même une autre ville italienne, mais c'est Jay Dark, un nex-yorkais pur sucre, qui passe à peine par Rome ! 
Jay Dark, jeune malfrat new-yorkais est repéré par une branche de la CIA alors qu'il purge une peine de prison pour cambriolage.
C'est un don particulier qui les a alertés : celui des langues que Jay apprend sans effort et qui lui permet de se faire passer pour membre de toutes les communautés carcérales en brodant un peu sur son passé.
Et Jay Dark a un autre don: il est totalement hermétique à toutes les drogues qui ne lui font aucun effet ...
Et voilà comment il sera utilisé pour infiltrer et développer la consommation de LSD dans toutes cees communautés remuantes des années 60 : les étudiants de l'Ivy League pour commencer puis Berkeley, le Swinging London, les communautés de hippies californiens et la campagne new-yorkaise.
Une plongée dans les années 60 où on revoit en accéléré la vie des grands gourous (de Tim Leary à Chrles Manson ...) 
Un roman qui m'a désorientée, car je n'y ai pas trouvé ce que je cherchais ; mais un roman original, par la joute verbale en errance romaine entre Flint,  l'avocat de Jay Dark et le narrateur, un écrivain qui n'aurait pas cerné toutes les facettes de Jay Dark dont il avait fait le héros d'un de ses romans précédents, Blue Moon.
Un roman où je me suis laissée emporter dans cette plongée au coeur des 60's 
Mais j'attends, avec impatience, le prochain roman romain de Giancarlo de Cataldo  
Lien : http://les.lectures.de.bill...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (1)
LePoint   25 mars 2019
Juge aux assises, l'auteur de Romanzo criminale revient dans L'Agent du chaos sur les tests LSD des années 1950-1970 par la CIA sur les civils. Hallucinant !
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
RoggyRoggy   13 avril 2019
Et puis il ajouta, sur un ton que Jaro n’oublierait jamais : mine Knabe. Fiston, mon garçon. Personne ne l’avait jamais appelé ainsi. Jaro éprouva quelque chose très proche d’une profonde émotion. Il avait envie de se mettre à pleurer comme un enfant. Il ravala ses larmes, car il était un gars de Williamsburg. Et à Williamsburg, en termes de sentiments, régnaient les règles suivantes : si tu pleures, tu es pédé. Et les pédés, on leur démonte la gueule.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
TitaniaTitania   19 juin 2019
Si votre problème, c’est de passer pour un mauvais maître, vous pourriez inventer un personnage qui interprète la conscience critique. Quelqu’un qui, de temps en temps, dit à Jay : « Tu es dégoûtant, tu es méchant... »
-je pourrais le faire parler dans une pièce à part, comme dans « House of Cards » rétorquai-je, moqueur. Je suis en train de détruire un rêve ! Quel fumier je suis, pas vrai ? Je suis irrésistible, non ? P. 256
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
TitaniaTitania   19 juin 2019
Les livres sont écrits pour être vendus. Le succès n’est pas une bête à éviter à tout prix. Les écrivains qui prêchent ce genre d’idioties sont des menteurs. P. 115
Commenter  J’apprécie          50
lehibooklehibook   03 août 2019
Le chaos , mon garçon ,trouve toujours le moyen de revendiquer sa primauté!C'est une loi primordiale ! Leary en plus d'être un idéaliste , est un pauvre naïf , s'il croit pouvoir garder le chaos sous contrôle...
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Giancarlo De Cataldo (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Giancarlo De Cataldo
Suburra, un roman de Giancarlo de Cataldo et Carlo Bonini
autres livres classés : hippiesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Grandes oeuvres littéraires italiennes

Ce roman de Dino Buzzati traite de façon suggestive et poignante de la fuite vaine du temps, de l'attente et de l'échec, sur fond d'un vieux fort militaire isolé à la frontière du « Royaume » et de « l'État du Nord ».

Si c'est un homme
Le mépris
Le désert des Tartares
Six personnages en quête d'auteur
La peau
Le prince
Gomorra
La divine comédie
Décaméron
Le Nom de la rose

10 questions
544 lecteurs ont répondu
Thèmes : italie , littérature italienneCréer un quiz sur ce livre