AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9791041410866
176 pages
Points (05/04/2024)
4.12/5   60 notes
Résumé :
Comment c'est possible, personne n'en sait rien ; c'est en train d'arriver, c'est tout. Ainsi, très soudainement, un certain nombre de filles et de femmes ont la capacité psychique de faire imploser les phallus. Ces super héroïnes d'un genre particulier ont pour nom les Phallers. Violette a dix-sept ans et se serait bien passée de cet étrange pouvoir. Mais elle aimerait, comme toutes, apporter une réponse à cette question cruciale qui hante notre société : comment f... >Voir plus
Que lire après PhallersVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
" Schboum Schboum splotch"
C'est le bruit des phallus qui implosent dans la fable féministe de Chloé Delaume, une fable que je qualifierai pour ma part de provocatrice, hilarante, jubilatoire, sanglante, cinglante et d'un mauvais goût absolument savoureux.

Violette, une ado de 17 ans au prénom de victime, est violée par son beau-père depuis plusieurs années. Un beau jour, sous le coup de la fureur, elle transforme le pénis de son violeur en "un geyser de viande hachée". Sidérée, elle s'enfuit et elle est repérée dans un centre commercial où elle expérimente à nouveau son super-pouvoir face à un harceleur.
Elle est alors amenée dans une communauté secrète de femmes dirigée par Sidonie et Marcia dont l'objectif est de combattre les discours masculinistes et surtout d'utiliser leur mystérieux pouvoir pour punir les violeurs.

L'idée de Chloé Delaume est simple : puisque rien ni personne ne peut dissuader les violeurs, il faut supprimer l'objet du délit.
Certes l'idée d'une castration n'est pas nouvelle : qu'elle soit chimique ou plus violente. le projet de les faire imploser grâce à un pouvoir magique mystérieusement acquis par des femmes de tous âges, est d'une démesure plutôt burlesque.
En s'inspirant de l'extrémisme de Valérie Solanas, la proposition est de retourner la violence des hommes contre eux. A contre-courant d'une culture millénaire, elle choisit : "Dans les films de genre, les slashers ou les films gore, le corps de la femme est souvent mis à mal, j'avais envie d'inverser la vapeur."

Si la communauté est souvent tournée en dérision ( l'uniforme, l'organisation sectaire de la sororite, les fantasmes autour du don), les discours sur la culture du viol sont totalement pertinents.
Chloé Delaume étaye sa démonstration en présentant un épisode sidérant de "Maguy" , une série diffusée dans les années 1980 pour un public familial en début de soirée. Dans l'un des épisodes, l'héroïne est violée dans son jardin par un jeune homme qui prétendra avoir agi par amour. Tout est fait pour que ce viol soit vu comme un ressort comique, de la jalousie du mari au racisme de l'inspecteur jusqu'aux soupirs romantiques de la victime. Les rires enregistrés parachévent la violence de cette scandaleuse mise en scène.

Certes l'exemple est saisissant mais trop daté pour s'adresser à toutes les générations. L'autrice corrige alors sa trajectoire en se connectant sans ambiguïté sur l'actualité et en désignant des prédateurs de manière transparente. En écho avec le festival de Cannes et des révélations récentes, le monde du cinéma n'est pas épargné. Réalisateurs et acteurs sont désignés, et on reconnaît aisément Depardieu, première victime de la désopilante cérémonie des Alpha Awards.
"Après un bref laïus vantant son animalité à l'écran, sa truculence sur les plateaux et sa réputation de jouisseur, Sidonie l'appelle et l'accueille à ses côtés. L'illustre acteur accusé de viols et d'agressions sexuelles la rejoint en cabotinant tandis qu'elle achève son discours "
En jouant de complicité référentielle avec ses lecteurs, elle peut alors se permettre de jongler entre fantaisie et sarcasme et surtout elle peut s'autoriser la démesure gore de l'émasculation.

D'autant plus facilement que son portrait des masculinistes du club des Virilitas offre un décalage total avec les aspirations contemporaines et envoie des signaux archaïques: cigares, tweed, whisky, chasse et dorures, prostituée et rap sexiste. Les membres de ce club viriliste ne peuvent que justifier leur propre mise à mort, celle du patriarcat.
"Charles se dit saturé par les mots respect et limites. Il ne peut s'exprimer librement sans être traité de mâle blanc bourgeois de plus de cinquante ans et ne sait que faire de ses deux mains en présence d'une femelle. A quoi bon le pouvoir, si ce n'est pas pour en jouir ? "

Avec un sens certain de la formule, mais sans prétention littéraire, Chloé Delaume livre une fable militante et drôle qui relève également du pamphlet. Si l'humour et l'auto-derision permettent de faire passer le message, celui-ci est bien présent, argumenté, référencé et connecté avec la société actuelle.

Enfin la fable délivre sa morale, un pari sur l'avenir qui ne peut que nous séduire.
"Elles ne pourront pas empêcher la planète de mourir mais elles rendront, malgré les cendres, la canicule, les incendies, l'air enfin respirable. Peut-être inventeront-elles un monde totalement inédit ? Une société où les hommes auront cessé de violer. Il est fort à parier que dès lors d'autres systèmes d'oppression tomberont. Après tout, on ne sait pas encore ce que c'est, une société où les hommes auront cessé de violer. "
Commenter  J’apprécie          209


Je recommande même si le style d'écriture n'est oas trop pour moi. C'est ce qui me fait enlever 0.5 à sa note
Commenter  J’apprécie          00
Dans ce texte hybride, entre roman et essai, l'autrice montre que la sororité et l'entraide peuvent changer bien des choses pour la condition féminine.

L'héroïne principale, Violette, se voit découvrir une faculté qu'elle expérimente par hasard au cours d'une énième agression de rue. de là, elle va être accueillie par les Phallers qui vont l'aider à comprendre son pouvoir et à l'apprivoiser. Cette thématique sonne presque comme les romans fantastiques de notre enfance où un héros va prendre possession de son nouveau super-pouvoir. Violette a l'école du féminisme où elle commence à découvrir qu'elle n'est pas seule dans son désarroi ni dans sa situation. En effet, nombreuses sont les femmes de tous âges qui subissent les agressions en tout genre liées à leur condition féminine. Dans cette nouvelle école, elle va en apprendre plus et s'éduquer.
En parallèle, on a un groupuscule très macho, les Virilitas, qui veulent en finir avec les Phallers car elles remettent en cause le patriarcat et leurs acquis.

C'est un texte sur un sujet délicat mais Chloe Delaume à réussit avec subtilité à l'amener avec le ton de l'humour. Certains passages sont cocasses, d'autres poignants mais tout reste cohérent. Une lecture qui amène à s'interroger sur le féminisme ou qui complète bien ce qu'on aurait déjà lu/appris auparavant.
Commenter  J’apprécie          20
Qu'inventer pour que les hommes cessent de violer ?
Chloé Delaume joue avec l'ancestrale terreur des uns et le fantasme vengeur des autres et cultive son aspiration à la sororité pour concocter une bonne blague plus fine que l'apparence des masques derrière lesquels elle gratte sans relâche. Et il y a de quoi rire.
Commenter  J’apprécie          80
Voilà un petit bouquin qui vaudrait bien 5 étoiles rien que pour son trigger warning hilarant ! Merci Chloé de penser à nous, petites choses fragiles !

Et si certaines femmes, par la grâce du fantastique, devenaient des super-héroïnes ?

Une bonne blague, (zut, c'est juste une blague ?) sans beaucoup plus de prétentions, mais qui m'a bien fait rigoler !

… Et derrière la blague… toutes les sept minutes !
Lien : https://www.noid.ch/phallers/
Commenter  J’apprécie          110


critiques presse (4)
Telerama
12 juin 2024
Ses livres, pour beaucoup dédiés à la cause féministe, prennent source dans une tragédie familiale. Écrivaine militante, elle cisèle à l’humour la radicalité de ses mots. Comme dans “Phallers”, son dernier roman explosif contre la culture du viol…
Lire la critique sur le site : Telerama
Avec Phallers, l’autrice de « Pauvre folle« revient avec un roman aussi puissant que drôle, où les femmes ont le pouvoir de faire exploser des phallus.
Lire la critique sur le site : MadmoizellePresse
LesInrocks
25 avril 2024
Phallers, une courte fable jubilatoire publiée aux éditions Points féminismes.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
LesInrocks
09 avril 2024
Avec une courte fiction spéculative à l'humour anti-masculiniste, la romancière offre un spin-off à son superbe Pauvre Folle.
Lire la critique sur le site : LesInrocks
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
La masculinité ne peut qu'être toxique tant que la société s'agenouille face à sa bite, symbole d'une toute-puissance qui doit laisser la bouche bée et faire courber l'échine.
Commenter  J’apprécie          30
J'vais vous servir un p'tit verre de cognac, hein. Y'a rien de tel quand on a été violée
Commenter  J’apprécie          50
La sororité commence là où le règne des mâles s’achève… elle est indéfectible pour qui y croit vraiment.
Commenter  J’apprécie          40
...un monde dans lequel ils peuvent de chaque corps disposer, nimbés d’impunité et armés de leurs pulsions.
Commenter  J’apprécie          20
La violence s’épanouit à l’ombre du totem de la phallocratie.
Commenter  J’apprécie          41

Videos de Chloé Delaume (68) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Chloé Delaume
Vendredi 12 avril 2024 - Faire imploser les Phallus !
La (science-)fiction peut-elle soigner les hommes du masculinisme ? La satire et le rire peuvent-ils renverser le vieux patriarcat ? Chloé Delaume (Phallers, Points) débat avec un.e invité.e mystère du pouvoir du langage et de l'écriture pour repenser les rapports entre masculin et féminine.
Une rencontre animée par Régis Panalva, directeur littéraire de la Comédie du Livre.
Notre site internet : https://www.festivaldulivredeparis.fr/
autres livres classés : féminismeVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (211) Voir plus



Quiz Voir plus

Les emmerdeuses de la littérature

Les femmes écrivains ont souvent rencontré l'hostilité de leurs confrères. Mais il y a une exception parmi eux, un homme qui les a défendues, lequel?

Houellebecq
Flaubert
Edmond de Goncourt
Maupassant
Eric Zemmour

10 questions
573 lecteurs ont répondu
Thèmes : écriture , féminisme , luttes politiquesCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..