AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070305090
Éditeur : Gallimard (13/01/2005)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 49 notes)
Résumé :

" Je me souviens de la fraîcheur dansant le long des canicules : le coton un peu rêche de la robe de maman, rose pâle aquarelle ; et d'aquarelle mauve et bleue grand-mère en tablier. Fraîcheur, le verre d'eau sucrée à la fleur d'oranger, fraîcheur le livre blanc glacé, sur le banc le chapeau de paille. "

Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
sabine59
  24 janvier 2016
Ce livre sublime est un long poème en prose,délicat, touchant, que je relis toujours avec beaucoup d'émotion, une promenade-souvenirs dans l'enfance de l'auteur, à peine caché derrière le narrateur.
Un hommage à sa grand-mère avant tout, associée dans son coeur aux vacances rêveuses qu'il passait chez elle, près de la Garonne, dans la campagne et les collines. Une grand-mère qui vient de disparaître, emportant avec elle tous les parfums, toutes les images de l' enfance .
Mais l'auteur, grâce aux mots, saura retranscrire cette magie des instants du passé, saura les recréer précieusement, les préserver, les illuminer. Il écrit: " Grand-mère est restée là, dans la lenteur ovale, aquarelle du souvenir, chemins bleus de l'enfance.Dans un jardin abandonné je vais prendre sa main qui mène à l'heure du goûter, par l'ombre et le soleil étales des vacances."
Commenter  J’apprécie          202
Rebka
  19 septembre 2016
Ce tout petit roman est une véritable madeleine de Proust et comme une vraie madeleine aussi il se dévore sans y penser le temps d'un rien. Et c'est beau… Et ça fait du bien !
En réalité, ce livre magnifique est un long poème en prose que j'ai lu avec beaucoup d'émotion : c'est incroyable la manière dont Philippe Delerm parvient à faire croire au lecteur qu'il est en train de s'attarder sur ses propres souvenirs alors que ce sont ceux de l'auteur, sa grand-mère à lui, la maison des vacances de son enfance à lui etc etc. C'est pour ça que je dis madeleine de Proust car ce qui reste surtout c'est l'ambiance, la façon de regarder en arrière, et par la magie de son écriture Delerm parvient à transformer sa madeleine à lui en madeleine universelle. Dès les premières pages j'ai été happée, j'ai même versé quelques larmes tant la force des réminiscences m'a sauté au coeur… C'est simple, beau, et ça transporte, littéralement !
Ce livre rend hommage avec une tendresse infinie à la figure de la grand-mère telle qu'on aime se l'imaginer, avec son tablier à fleurs, ses doux cheveux gris et son odeur d'eau de cologne, avec les goûters qu'elle seule sait préparer et surtout avec son immense amour et sa patience sans faille. L'auteur parvient aussi a évoquer les mille petits détails qu'on pourrait croire insignifiants mais qui au final font toute la magie de l'enfance et qu'on garde bien précieusement au fond de sa mémoire, comme les petits trésors qu'on cache dans une vieille boite à chaussures au bas de son armoire ou sous son lit… Comment, vous ne faites pas ça ? Eh bien moi si !
Je crois que c'est un livre qu'il faut relire de temps en temps, surtout en été quand la chaleur engourdi les sens avec langueur et mélancolie, permettant ainsi à l'esprit de s'évader sans effort vers les autres dimensions du temps…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
Herve-Lionel
  20 août 2015

N°955– Août 2015
UN ÉTÉ POUR MÉMOIRE – Philippe Delerm – Gallimard.
La grand-mère du narrateur vient de mourir et il lui faut quitter Paris pour les bords de la Garonne, à côté de Montauban et sa tiédeur de briques. Cette femme était une bonne chrétienne comme dit le curé qui n'hésite pas à se porter garant de son entrée au paradis mais elle a choisi de reposer dans le petit cimetière de la colline qu'elle appelait son jardin...
Stéphane, le narrateur, ne le sait pas encore mais, à l'occasion de cette cérémonie, cet été va être serti dans sa mémoire et pas seulement à cause des obsèques de cette aïeule qui avait fait partie de sa vie. Une sorte de double deuil. Pour lui c'est la douce fragrance de son enfance insouciante qui renaît quand il passe la porte de cette maison pleine d'odeurs de fleurs avec ele l'envie d'y rester malgré un roman à terminer, le plaisir d'être à nouveau allongé dans l'herbe, le farniente, le souvenir de cette cousine dont, enfant, il était un peu amoureux, l'émotion qu'on ressent quand on remonte le temps… Tout lui revient, l'accent qui enchante les mots, la couleur du magnolia au jardin, les baignades, les parties de pêche dans la Garonne, les bateliers du canal, les ricochets, les balades à bicyclette, la courbe des collines et les chemins d'eau, les robes blanches et vaporeuses des jeunes filles, les tons pastels des paysages, les senteurs, les bruits et les silences de la nature, la lecture des romans d'aventures qui ont peut-être, sans qu'il le sache, décidé de son destin… Il retrouve le goût de cet été qui « s'attarde grenadine, s'efface menthe à l'eau » qu'il redécouvre à travers les yeux et les gestes de la petite Marine qui désormais habite le château longtemps resté inhabité et qui domine le village. Elle est nouvellement arrivée dans le pays avec sa famille parisienne un peu bohème et retient l'attention de Stéphane à cause de son imagination et ses rêves. Elle sera son guide dans ce parcours à contre-enfance, elle qui a une sorte de maturité qui la différencie des enfants de son âge.
Même si le narrateur ne le dit pas expressément, c'est la marque du temps qui passe, qui fuit, l'âge adulte qui s'est installé dans son quotidien qui va pourtant reprendre ses droits à travers la mélancolie de la rentrée de septembre, ces livres à couvrir, ces cahiers neufs, ces crayons qui en noirciront bientôt les pages…
J'ai goûté ce texte poétique plein d'images et de senteurs d'été, rempli aussi des parfums délicats de cette enfance disparue et qui revient, ce temps qui passe et qui nous donne le vertige. Avec de courts chapitres, l'auteur installe dès l'abord cette ambiance estivale autant que la mélancolie du passé, un monde qu'il a connu et qui a définitivement disparu, un autre qui s'est installé dans sa vie et qui va le happer après cette parenthèse de la mémoire...

Hervé GAUTIER – Août 2015 - http://hervegautier.e-monsite.com
Lien : http://hervegautier.e-monsit..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Floyd2408
  08 décembre 2014
Le temps s'évapore dans les souvenirs qui s'étirent dans la mémoire d'un été d'enfance à Labastide -Philippe Delerm de sa prose légère vagabonde dans ce paysage de la Garonne pour figer l'instant -Nous sommes happer par ces moments d'errance ou nous laissons notre enfance s'unir à ces mots .....
Une Grand-mère quitte la terre pour réveiller l'abondance d'amour des vacances estivales avec ses escapades dans une nature si aventureuse ....La rencontre improbable avec marine entraine notre Héros dans les remous de ses souvenirs pour les revivre une dernière fois ....
Une belle balade dans ce paysage d'enfance ...
Commenter  J’apprécie          50
charlottelit
  11 septembre 2014
tout ne m'a pas plu mais la douce nostalgie d'une enfance enfuie est bien présente et de belles descriptions d'instants de fugitif bonheur
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
sabine59sabine59   15 octobre 2016

Douce Garonne,ovale usé des galets plats.Le temps s'attarde grenadine, s'efface menthe à l'eau; l'aquarelle des mots s'endort au creux des places.Les mots s'attardent et puis l'enfance, et la fraîcheur des magnolias.Grand-mère est restée là,dans la lenteur ovale, aquarelle du souvenir, chemins bleus de l'enfance.
Commenter  J’apprécie          130
catherinemassoncatherinemasson   06 janvier 2014
Au loin dans la vallée les villes taches de lumière tremblaient doucement. Un petit souffle de vent parfumé balayait la terrasse. J'avais assez parlé pour goûter sans remords le plaisir de me taire. Ne plus penser à rien. Odeur de rhum blanc, de cannelle, demain encore un jour de fête. Mais quelque chose commençait dans la nuit chaude, un appel étouffé que mes paroles trop précipitées sur Labastide n'avaient fait qu'effleurer. Déjà je me sentais guetteur au-delà de moi-même. Des mots m'attendaient quelque part, douloureux diamants prisonniers de leur gangue; Marine voulait quelque-chose, je ne savais pas vraiment quoi. Je n'imaginais pas encore les mots; mais je mêlais déjà à la saveur mélancolique d'un dernier été ce lancinant désir d'une tendresse informulée, d'une parle de Garonne à inventer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
nataly11nataly11   17 novembre 2013
Le temps s'attarde grenadine, s'efface menthe à l'eau ; l'aquarelle des mots s'endort au creux des places. Les mots s'attardent et puis l'enfance, et la fraîcheur des magnolias. Grand-mère est restée là,dans la lenteur ovale, aquarelle du souvenir, chemins bleus de l'enfance. Dans un jardin abandonné je vais prendre sa main qui mène à l'heure du goûter, par l'ombre et le soleil étales des vacances...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          42
sabine59sabine59   24 janvier 2016

On voit passer les gens, et puis passer les choses, où l'on croyait tenir la vie des gens passés.Il me restait les mots, si difficiles au seuil de tant d'oubli, les mots qui se referment sur l'enfance, il ne reste que la chanson; les mots ne disent rien que la chanson-douceur des choses qui s'en vont.
Commenter  J’apprécie          50
grandcaffegrandcaffe   11 septembre 2014
Le soir venait trop doux, odeurs mêlées des abricots tombés, des pétales du magnolia. Au milieu du jardin je dînais sur le petit bans de pierre, dans l'ombre commençante. C'est bon d'aller chercher un pull le soir quand il a fait si chaud. C'est bon les gestes des vacances de toujours, chaise longue, fraîcheur de serein savourée.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Philippe Delerm (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Philippe Delerm
« Pierre Arditi lit ce qu'il aime ». C?est le titre du spectacle que cet amoureux des mots donne actuellement au Théâtre du Rond-Point et jusqu?au 28 avril 2018. Une pièce dans laquelle le comédien aborde trois grands cycles de lectures consacrés à Jean-Michel Ribes, Yasmina Reza, Philippe Delerm et Michel Onfray, justement, à ses côtés.
autres livres classés : mélancolieVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Delerm - La Première Gorgée de bière …

Complétez le titre : Les loukoums chez ….

L'Arabe
Madame Rosières

10 questions
43 lecteurs ont répondu
Thème : La Première Gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe DelermCréer un quiz sur ce livre