AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213620015
774 pages
Éditeur : Fayard (01/05/1979)

Note moyenne : 3.88/5 (sur 125 notes)
Résumé :
1865-1892 en Louisiane.
La douloureuse période de la Reconstruction, l'arrivée des politiciens et des aventuriers du Nord, la misère des Noirs affranchis, la naissance du Ku Klux Klan et la réussite de quelques grandes familles d'Acadiens. Printemps 1865 : Après les drames familiaux et la ruine provoquée par la guerre de Sécession, la dame de Bagatelle et Clarence Dandrige, le fidèle intendant, prototype des Cavaliers du Vieux Sud, tentent de sauver le grand ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
ClaireG
  23 février 2016
Fausse-Rivière est le deuxième tome de la saga Louisiane. Il s'étend de 1865 à 1892.
La guerre de Sécession s'est achevée par la reddition du Sud à Appomatox. Les Noirs doivent apprendre à être libres et les Blancs à être plus justes. L'émancipation porte sur quatre millions de personnes qui vont devoir se loger, se nourrir, se vêtir, se prendre en charge alors qu'elles n'y sont pas préparées. Il ne suffit pas de croire que parce que le Nord est abolitionniste, il va accueillir les Noirs à bras ouverts et partager ses ressources et le travail avec eux.
La Reconstruction est longue à venir.
A Bagatelle, la population noire est passée de quatre cents à cent personnes par intermittence, les champs de coton, ravagés par la guerre, sont réduits en raison de la pénurie de main-d'oeuvre mais aussi par le manque d'argent pour acheter machines, plants et graines.
A la Nouvelle-Orléans, occupée militairement, la vie mondaine a repris ses droits mais ce sont surtout les vainqueurs et les carpetbaggers, méprisants et avides, qui profitent des dépouilles du Sud. Car, pour subsister, beaucoup de Sudistes doivent vendre leurs biens, meubles et immeubles, quand ils n'ont pas été dévastés par les troupes de l'Union. Dès 1864, l'usage de l'anglais est rendu obligatoire dans les écoles, dans les administrations et dans les procédures judiciaires, ce qui laisse beaucoup de Français et d'Acadiens encore plus démunis.
Des Sudistes blancs, par intérêt politique et économique, ainsi que beaucoup d'affranchis, se plient aux lois des Républicains nordistes sans toutefois reconnaître des droits civiques aux Noirs. C'est ainsi que naquit le Ku-Klux-Klan de sinistre mémoire.
En avril 1877, New Orleans est libérée de l'occupation militaire suite aux élections remportées par les Démocrates. Une réforme agraire fut entreprise et commença par la redistribution des terres ("40 acres et une mule") mais elle fut rapidement abandonnée, les Noirs se révélant le plus souvent incapables de gérer leur nouveau territoire, d'échapper aux pillards et aux ségrégationnistes. Ils retournèrent souvent dans les plantations où des contrats de métairie leur étaient proposés.
Si le livre de Maurice Denuzière est construit sur la réalité historique de la Louisiane, il n'en reste pas moins un roman à l'intrigue fort bien construite. Virginie Trégan, deux fois veuve et maîtresse du domaine cotonnier, voue un amour impossible, se muant en profonde amitié amoureuse réciproque, à Clarence Dandrige, le fidèle intendant du domaine au secret douloureux. Tout un petit monde de personnages croqués avec un sens très fin de l'observation et de la psychologie, gravite autour de Bagatelle, de Paris et de Londres.
Voilà une brique de 775 pages qui se lit avec délice et qui s'achève dans la tristesse de la disparition des deux acteurs principaux. La relève est assurée mais Bagatelle trouvera-t-elle un digne successeur à Virginie ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
SabrinaTrublet
  26 juin 2020
Louisiane
Tome 2. Fausse-rivière
Maurice DENUZIERE
De 1835 à 1892.
La guerre est finie.
Le Sud a perdu et Virginie (toujours aidée de son intendant Clarence Dandrige) tente de maintenir à flot sa plantation « Bagatelle » dévastée et appauvrie.
Son plus jeune fils, Charles, rentre de France avec un ami Gustave Castel Brajac.
Charles veut s'établir comme avocat et son ami comme apiculteur.
La lente marche d'affranchissement des esclaves débute bouleversant de beaucoup les rapports blancs/noirs, maitres/esclaves, instruits/analphabètes.
Des hommes blancs manigancent dans le plus grand secret une vengeance contre les noirs en s'habillant comme des fantômes blancs : le Ku Klux Klan vient de naître...
L'inexorable massacre des indiens est en marche.
Et Virginie de Vigors, marquise de Damvilliers, dame de Bagatelle meurt laissant derrière elle un Clarence Dandrige dévasté mais aussi déstabilisé par une découverte incroyable : sa petite fille Stella dont il ignorait l'existence puisqu'il ne savait même pas qu'il avait eu un fils.
Ce tome se termine sur le retour de France de Gratien, le fils de Charles et petit-fils de Virginie qui étudie le droit et son amour pour Stella.
Incroyable que les liens du sang de Virginie et Clarence se mêlent un jour par l'entremise de leurs petits enfants !
Encore un très beau tome même si les références historiques sont en abondance.
J'adore ces familles et les suivre est un beau moment de lecture.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sophie7169
  05 avril 2015
Dans ce roman qui est la suite de Louisiane, du même auteur, on retrouve avec plaisir les deux personnages principaux: Virginie, propriétaire de Bagatelle, une grande exploitation agricole du Sud et Dandridge, l'intendant de cette propriété. Ils sont plus âgés, ont surmonté beaucoup d'épreuves et sont aujourd'hui un peu plus sereins malgré les difficultés économiques dues à la fin de la guerre de Sécession..
Une grande saga, très bien écrite, que l'on peut comparer à «autant en emporte le vent» de Margaret Mitchell sans être une copie de celle ci. Les personnages sont attachants, la réalité historique bien rendue (peut être un peu trop quand on n'est pas fan de roman historique) mais on ne s'ennuie pas à la lecture même si je dois avouer que je n'ai pas très envie de lire le troisième tome car beaucoup des personnages que j'appréciait ont disparu et que je n'ai pas trop envie de repartir dans une grande aventure historique avec des nouveaux..
Commenter  J’apprécie          40
MaggyM
  26 mai 2019
C'est toute l'histoire du Sud des Etats Unis qui nous est contée à travers cette saga qui débute un peu avant la guerre de Sécession, quand la Louisiane vivait insouciante, à l'ombre des champs de coton et au son du chant des esclaves. Virginie Trégan, notre première héroïne, débarque à Bagatelle, une plantation prospère, pour y épouser un aristrocrate de souche française. Tout au long de la trilogie, nous suivrons les bonheurs et les malheurs de la famille qu'elle construira, et qui se perpétuera sur plusieurs générations. le domaine lui-même semble doué de vie sous la plume de Maurice Denuzière qui s'est particulièrement bien documenté pour retracer toute cette époque qui a forgé les Etats Unis tels que nous les connaissons aujourd'hui.
"Louisiane" est avant tout un roman historique, précis, regorgeant d'une foultitude d'informations et d'anecdotes sur cette époque (fin du 19e, début du 20e) riche en inventions, conflits politiques en tout genre, découverte du monde... C'est l'Histoire qui glisse des pages que l'on feuillette mais sans jamais ennuyer car il ne s'agit pas ici d'un cours d'histoire, mais bien d' un roman qui s'appuie sur toutes les recherches de l'auteur, ancien grand reporter qui apporte ici toute sa science journalistique.
Cette trilogie ravira les amateurs de romans historiques, les passionnés du Vieux Sud et les férus de sagas romancées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
OREILLYS
  25 janvier 2020
Ce deuxième volet permet d'entrevoir la descendance des propriétaires de Bagatelle. C'est comme une parenthèse qui annonce un vrai renouveau. Après les nombreuses pertes du premier volet, il ne reste de Virginie que son descendant Charles, Gratianne étant installée en France. Chaque personnage reprend sa place après la guerre de sécession. On y découvre la mise en place d'un nouveau pouvoir avec les républicains d'un côté et les démocrates de l'autre, sur fond d'émancipation des noirs.
Il y a beaucoup de longueurs, l'histoire américaine y est très détaillée mais mon manque de connaissance me fait paraître bien compliquée tous ces personnages et cette lutte du pouvoir. Toutefois, la fin de ce second volet me réconcilie avec le côté romanesque de cette fresque et laisse présager de belles aventures.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (89) Voir plus Ajouter une citation
ClaireGClaireG   23 février 2016
"A quoi sert un code de l'honneur face à des gens qui n'ont pas d'honneur "?
"Il sert à rassembler ceux qui en ont encore assez pour tenir tête le plus longtemps possible".

p. 187
Commenter  J’apprécie          360
OREILLYSOREILLYS   19 janvier 2020
De nos travaux, de nos efforts dont on ne sait jamais s'ils seront récompensés, car la nature est une partenaire capricieuse, nous retirons à tout instant, la satisfaction de nous savoir en harmonie avec le grand rythme de l'univers... [...] On sollicite la terre, on ne la possède pas et toujours il faudra que des hommes la cultivent et la servent pour que d'autres puissent manger et se vêtir. Le dollar, Charles, est un succédané. Sa valeur est de convention, celle de la terre est innée. Quel que soit le prix auquel on l'estime, elle demeure telle quelle, présente et fécondable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   08 février 2013
il arrive que des actes détestables aient d’heureux résultats pour leur auteur et que des actions généreuses et désintéressées valent au contraire les pires ennuis à ceux qui, en conscience, ont décidé de les accomplir. Le remords n’est pas le regret de l’échec, c’est la nausée de la conscience étouffée. Il y a des mots que je voudrais n’avoir jamais prononcés, des phrases qui peut-être ont pesé sur des destinées, des silences que j’aurais dû briser avant qu’ils ne cristallisent des illusions… 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   08 février 2013
L’oisiveté est un art , les gens incapables de concevoir que l’artiste doit parfois rester les bras étendus et la bouche ouverte pour s’assimiler à ce qui se passe, ce qui est autour de vous et en vivre l’avaient parfois taxé de paresse et de dilettantisme.
Commenter  J’apprécie          20
MocchaMoccha   22 février 2019
Elle croirait trahir sa race si elle ne consacrait pas toutes ses forces à instruire les enfants des affranchis... car elle soutient que, sans tenir compte ni de la couleur de la peau, ni de la naissance, ni de la fortune, l'humanité est divisée en deux races, ceux qui exploitent et qui savent, ceux qui sont exploités et qui ignorent.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Maurice Denuzière (4) Voir plusAjouter une vidéo

Maurice Denuzière
Jacques CHANCEL s'entretient avec Maurice DENUZIERE, grand reporter au journal "Le Monde" : - Comment et pourquoi il a écrit son livre "Louisiane". - Evocation de la Louisiane et de la maison d'une sudiste : Madame de PARLANGE. - Les rapports entre Français émigrés et Cajuns. - le racisme en Louisiane actuellement. - La vie en Louisiane autrefois et aujourd'hui.
autres livres classés : louisianeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1995 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre