AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2213633886
Éditeur : Fayard (01/01/2011)

Note moyenne : 4.2/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Benoît Escalet est célibataire de vocation et juriste dans une compagnie d’assurances. Sa passion dominante est la protection de son indépendance et de sa tranquillité. Il fuit les relations de voisinage sans pour autant détester ses contemporains. Considérant qu’aimer est une servitude, il limitera ses relations avec les femmes à l’hygiène sexuelle. Jusqu’au jour où Cupidon finira par le blesser...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Chouchane
  15 avril 2011
Benoît vit dans l'austérité sereine de ceux qui s'ennuient des papotages inutiles, des mondanités creuses et des futilités de la société de consommation. le livre débute sur son refus d'une promotion très convoitée. Plein d'humour et de verve, ce roman au fond assez moral, promet que sincérité, absence de convoitise et sobriété heureuse conduisent tout droit à la félicité. Utilisant son personnage pour glisser des leçons de vie, Maurice Denuzière nous régale de citations et de références cultivées qui émaillent avec justesse son propos même si c'est parfois un peu pléthorique. On rit quelques fois, on sourit souvent devant le cynisme de notre héros qui se moque des conventions sociales et autres convenances hors les siennes (très saines par ailleurs). Une lecture rafraichissante.
Commenter  J’apprécie          30
domdu84
  29 octobre 2012
Il est trop facile de se fondre dans la masse et de trouver Benoit Escalet, héros du roman de Maurice Denuzière, hors du temps, où asocial. Il serait plus difficile d'analyser ses propres comportements et ceux de nos congénères, pour trouver que sa façon de vivre et d'être est la plus rationnelle et la plus respectueuse de la "liberté" de chacun à mener sa vie comme il l'entend.
J'ai été séduit par l'approche de la vie, de ce jeune diplômé, juriste au service contentieux d'une grande compagnie d'assurance, qui refuse une promotion que tous ses collègues auraient accepté les yeux fermés, sans même envisager un refus. Lui, si, et il argumente, sûr de sa volonté auprès du PDG de cette multinationale Parisienne. Ensuite, au fil de ses aventures intra et extra professionnelles, il développe une façon de vivre et de voire les choses extraordinaire.
Pour moi Maurice Denuzière a écrit un chef d'oeuvre. Si je pouvais mettre 6 étoiles, je le ferai.
Commenter  J’apprécie          10
brigaldufenec
  28 août 2014
Au début, on pourrait croire que l'histoire est comme le titre « sans ambition ». Mais je me suis au fur et à mesure attachée à cet homme qui , volontairement, vit en marge des autres mais les côtoient sans problème. Benoît aime sa solitude même dans son travail. Il fuit tout ce qui lui paraît superflu. Pourtant, il a un ami Julien, qui respecte ses idées (sans y adhérer) mais ne cesse de le motiver. Et, cependant l'incroyable se produit........... . L'auteur a su nous faire aimer cet homme à l'aide de mots, de situations simples sans ambiguité. Un véritable dérivatif à la sinistrose actuelle!
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
ChouchaneChouchane   15 avril 2011
J'ai les goûts simples d'une huître et je suis un adepte de l'anonymat. Être inconnu dans une société qui a fait de l'indiscrétion une vertu civique, voilà mon désir. Aujourd'hui, tout le monde veut tout savoir sur tout le monde. Moi, je ne veux rien savoir sur personne. La reine Victoria disait : "il y a les gens que je connais, et les Esquimaux.". Je pense, comme elle, que le monde est empli d'Esquimaux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
brigaldufenecbrigaldufenec   28 août 2014
- Alceste détestait les hommes . Moi pas. Comme je te l'ai déjà dit, ils me sont indifférents. Je les évitecomme je souhaite qu'ils m'évitent. Et cela, au nom de la liberté d'être ce que l'on est. - - Tu dis: «  la liberté d'être »!
- Oui, la liberté. Tout homme a le droit d'apprécier le monde comme il lui plaît, le droit d'interpréter à sa façon ce qu'il voit et entend, le droit d'en tirer une règle de vie personnelle ou, au contraire, de rejeter toute règle. Mais aucun homme n'a le droit d'imposer aux autres sa fréquentation, ses moeurs, sa conception du monde et des règles- ou l'absence de règles – qu'il a choisies. C'est pourquoi je me sens vraiment libre que dans la solitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
domdu84domdu84   27 octobre 2012
Tout homme a le droit d’apprécier le monde comme il lui plaît, le droit d’interpréter à sa façon ce qu’il voit et entend, le droit d’en tirer une règle de vie personnelle ou, au contraire, de rejeter toute règle. Mais aucun homme n’a le droit d’imposer aux autres sa fréquentation, ses mœurs, sa conception du monde et des règles – ou l’absence de règles – qu’il a choisies. C’est pourquoi je ne me sens vraiment libre que dans la solitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ChouchaneChouchane   15 avril 2011
Il n'avais pas fait dix pas sur le trottoir, en sifflotant un air de la Belle Hélène, vue la veille aux Bouffes-Parisiens, que la compagnie Eternity, le chef de bureau, les félicitations équivoques du président étaient sortis de son esprit comme s'ils n'avaient jamais existé. Ne pas tenir compte des situations sur lesquelles on n'a aucune prise était une règle de vie de Benoît Escalet (...) Au contraire de la plupart de ses contemporains, Benoît Escalet avait conscience de n'être, parmi cinq à six milliards d'humanoïdes, qu'un locataire très provisoire - bail de cent ans au mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
domdu84domdu84   27 octobre 2012
– De nos jours, la réserve, la distance, le refus de familiarité passent pour arrogance. Tant pis ! Aujourd’hui, on tutoie, on embrasse, on étreint, on congratule, on invite, on plaint, on demande pardon, on partage. Il faut participer, jouer collectif, être solidaire, panaché, voire mixé. Désolé, je ne tutoie pas, j’ai horreur du nombre, du collectif, de l’ensemble. Je ne trinque pas aux pique-niques de quartier, je ne signe pas de pétition et je m’intéresserai au sort de la planète quand les bobos et les bobosses en 4 × 4 Diesel laisseront au garage leurs monstres puants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Maurice Denuzière (4) Voir plusAjouter une vidéo

Maurice Denuzière
Jacques CHANCEL s'entretient avec Maurice DENUZIERE, grand reporter au journal "Le Monde" : - Comment et pourquoi il a écrit son livre "Louisiane". - Evocation de la Louisiane et de la maison d'une sudiste : Madame de PARLANGE. - Les rapports entre Français émigrés et Cajuns. - le racisme en Louisiane actuellement. - La vie en Louisiane autrefois et aujourd'hui.
autres livres classés : solitudeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3474 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre