AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782020314275
176 pages
Seuil (19/03/1997)
4.06/5   79 notes
Résumé :
1982 : Serge Moati donne carte blanche à Pierre Desproges pour animer tous les soirs sur F.R.3 une émission d'une minute, ni plus ni moins. C'est dans ce cadre étroit que Desproges va immortaliser son désormais célèbre "étonnant, non ?" comme point final d'une série de chroniques au verbe recherché et à l'humour noir, qui diviseront la France d'alors, ébahie et intriguée. Les sujets, pédagogi... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique

L'affaire "Dreyfus" ne fut rien à côté du séisme que provoqua "La minute nécessaire de Monsieur Cyclopède".

Au début des années 80, la France se divisait entre ceux qui n'avaient que mépris pour Cyclopède et ceux qui savaient que la vraie science est souvent pétrie de philosophie et de bons conseils.

J'avais, moi-même, beaucoup de mal à atteindre le bouton de la télé pour changer de chaîne avant qu'un ordre paternel y vienne mettre fin. le bon conseil, prôné par un vrai spécialiste, n'avait pas la cote à la maison.

Mais souvent, grâce à la non existence de la télécommande et vu le court format du programme visé, j'avais le temps de le savourer avant qu'un doigt intrus vienne remettre sur la 1ère ou la 2ème chaîne.

Grâce à Monsieur Cyclopède et à mon acharnement je sais jouer, aujourd'hui, à colin maillard avec un aveugle, je sais reconnaître un communiste, je sais compatir aux misères humaines à peu de frais, je sais inventer l'électricité, j'ai rendu hommage à Victor Hugo sans bouger les oreilles....bref je suis un être complet et ....je ne saurais jamais, assez, en remercier Monsieur Cyclopède

Ce petit ouvrage, paru au seuil en 1995, n'est, bien sûr, que l'ombre de ce qu'il propose de montrer mais il a le mérite de, peut-être, pointer du doigt vers un idéal ?

Étonnant, non ?

Commenter  J’apprécie          471

Vous avez une minute ?

Je voudrais juste vous conseiller une lecture. Savez-vous de quelle oeuvre philosophique est tirée cette citation : « le but de l'homme moderne sur cette terre est à l'évidence de s'agiter sans réfléchir dans tous les sens, afin de pouvoir dire fièrement, à l'heure de sa mort : Je n'ai pas perdu mon temps. » Serait-ce Kant ou même Nietzsche ? Non, non pas du tout, c'est …Pierre Desproges.

Que vous soyez moderne ou non, que vous soyez habitués à vous agiter ou non, que vous sachiez réfléchir ou non, que vous soyez sur cette terre ou non, je vous conseille de lire le script de la minute nécessaire de Monsieur Cyclopède.

Aussi nécessaire, aussi subversif, aussi déjanté que …la reine d'Angleterre, cette émission ne durait qu'une minute mais elle nous fera réagir encore des siècles : « On peut difficilement s'empêcher de penser que si Napoléon avait vécu 90 ans de plus, il aurait très bien connu Louis Armstrong. »

Nous sommes tous les enfants de Monsieur Cyclopède et nous avons toujours l'âge d'écouter les leçons de chose de Monsieur Desproges : « Et oui, le vieux dicton a raison : Chihuahua bouillu, chihuahua foutu ».

ÉTONNANT, NON ?


Lien : http://bouquins-de-poches-en..
Commenter  J’apprécie          453

Dans l'histoire de l'humour français, Pierre Desproges (1939-1988) tient une place à part. Ce n'est pas à vous que je vais l'apprendre, amis et amies babélionautes, vous dont l'esprit fin et délié est comme une deuxième nature. Desproges, c'est celui qui a dit : « On peut rire de tout mais pas forcément avec tout le monde ». Selon d'autres sources, il aurait dit : « On peut rire de tout mais pas avec n'importe qui ». Et selon son copain Coluche : « On peut rire de tout mais faut faire gaffe avec qui qu'on cause ». En fait on n'est pas sûr qu'il l'ait dit, on est à peu près sûr qu'il l'ait pensé, mais on est certain qu'il ne l'a guère mis en pratique. Pierre Desproges disait ce qu'il pensait et ne se souciait guère de ce qu'allait en penser son interlocuteur. Mieux (ou pire, ça dépend de quel point de vue on se place), il prenait plaisir à glisser une petite phrase assassine destinée à choquer, c'était devenu banal à force d'habitude, et ça faisait partie du personnage.

Parce qu'on ne pourra pas parler de Desproges sans parler du personnage qu'il s'est composé : avec son vécu, et notamment son combat contre la maladie, avec sa culture, qui est impressionnante, et avec ses idées qui ne sont pas forcément aussi décapantes qu'il le laisse croire. L'humour de Desproges, c'est la conjonction de deux facteurs : la dérision et l'absurde. Et le premier degré. Si on prend certains sketches au premier degré, Desproges peut passer pour un raciste, un fasciste, un bonhomme détestable. Quand on connait le personnage, on fait la différence, on la fait aussi quand on lit les textes, après les avoir entendus.

« La minute nécessaire de M. Cyclopède » est à l'origine une émission de télévision diffusée entre 1982 et 1984 (sur FR3), qui consistait en mini sketches sur des sujets variés où dominait l'absurde, et ponctués par le désormais immortel « Etonnant, non ? » Les titres étaient à eux seuls un régal : « Apprenons à faire décoller une Alsacienne », « Apprenons à pratiquer l'interruption volontaire de vieillesse », « Apprenons à reconnaître un communiste », « Apprenons à vaincre la mort avec un marteau », « Asseyons un aveugle dans le fauteuil d'un sourd », « Commémorons n'importe quoi », « Essayons vainement de faire apparaître la Sainte Vierge », « Rentabilisons la colère de Dieu », « Voyons voir si la Sainte Vierge est malpolie », et même « Remettons à sa place le Petit Prince »…

L'humour de Desproges est donc dérisoire et absurde, mais il n'est pas négatif. On peut le rapprocher de Hara Kiri (pour la virulence), de Topor (pour la provocation gratuite), mais on ne doit pas oublier que cet humour est une forme de réaction contre l'inéluctable, une forme de désespoir. Même observation pour l'absurde ; l'absurde de Camus était philosophique et ontologique, celui de Raymond Devos était lunaire et sémantique, celui de Desproges est viscéral et réactif.

Pierre Desproges marque une phase importante dans l'humour français. Transition entre un humour classique, fortement basé sur le langage (il est un excellent prosateur) il continue la tradition satirique en la tirant vers une sorte de nihilisme moral, un déni des valeurs, bien représentatif de son époque (dans quelle mesure est-il sincère ? on ne sait pas) ... Humour noir… Sans nul doute ! Humour jaune… Sans nul doute aussi ! Etonnant, non ?

Commenter  J’apprécie          90

Émission à succès diffusée sur FR3 en 1982, la minute nécessaire de Monsieur Cyclopède se présente comme un ensemble de scénettes, où le héros, Cyclopède, se lance dans de curieuses expérimentations: de l'interruption volontaire de vieillesse à l'apparition de la Ste Vierge en passant par "Apprenons à vaincre la mort avec un marteau"

C'est du grand n'importe quoi, brillant et absurde, qui s'achève systématiquement par "Etonnant, non?"

Un classique du genre, mordant au possible !

Commenter  J’apprécie          50

Une tranche de rire au petit déjeuner ? y a pas mieux que Monsieur Cyclopède !

Étonnant, non ?

Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation

Remettons le Petit Prince à sa place

Cyclopède : De nombreux sous-doués boursouflés d'inculture me demandent pourquoi la Vénus (de Milo) et le Petit Prince (de Saint-Exupéry) étaient fâchés à mort. C'est simple. Revoyons les faits. La Vénus de Milo a mauvais caractère.

Vénus : (à cran) J'ai pas de bras, c'est pas le pied.

Cyclopède : Le Petit prince, lui, était un fort bel enfant aux grands yeux émerveillés par la beauté des choses.

Petit Prince : Je suis un fort bel enfant aux grands yeux émerveillés par la beauté des trucs.

Cyclopède : Des choses ! La rencontre du Petit Prince et de la Vénus de Milo dégénéra très vite en drame. Regardez.

Petit Prince : Bonjour, Vénus de Milo.

Vénus : (battant des moignons) Bonjour, Petit Prince.

Petit Prince : (lui tendant un morceau de papier) S'il te plait dessine-moi un mouton.

Vénus : C'est malin ! Petit con.

Cyclopède : ÉTONNANT, NON ?

Commenter  J’apprécie          482

Commémorons gaiement la mort de Pasteur

Cyclopède.-

- Nous commémorons cette année avec joie la mort de deux grands savants français : Louis Pasteur qui inventa la rage....

Pasteur.-

(Desproges, bras en l'air en vainqueur)

- Merci, merci, merci !

Cyclopède.-

- ....Et Maie Curie, qui inventa la contagion.

Marie Curie.-

- Merci, merci !

Cyclopède.-

- Cela, tout le monde le sait. Mais ce que l'on sait moins, c'est que Louis Pasteur et Marie Curie étaient très intimes, au point que, quand Pasteur contracta la rage, Marie Curie la contracta aussi.

Mais pas de la même façon. Regardez. (il sort)

(Cyclopède rentre dans le champ. A droite, Marie Curie, grognant comme un chien sous un réverbère. A gauche, Pasteur, blouse blanche, la joue gonflée entourée d'un bandeau blanc.)

Cyclopède.-

- Comme vous le prouve à l'évidence ce document extraordinaire, Marie Curie avait la rage dehors, alors que Pasteur avait la rage de dents.

Étonnant, non ?

Commenter  J’apprécie          150

Époustouflons maints œnologues

Afin d'éblouir un maximum d'imbéciles et de séduire un maximum de dindes lors d'un dîner bourgeois, il est très important de savoir reconnaître un grand vin, au premier coup de langue, voire même au premier coup d’œil.

On cite même le cas d'un éminent œnologue qui savait identifier un grand cru au bruit du vin coulant dans le verre.

Mais dans un premier temps, restons modeste et contentons-nous aujourd'hui d'apprendre à reconnaître un simple Château-neuf-du-pape.

Regardez bien :

(On le retrouve à une table de resto avec panier de vin et bouteille de vin rouge style bourgogne sans étiquette. Le pape est assis de dos. Cyclopède se sert un verre, le regarde longuement dans la lumière)

Et bien oui, vous avez compris : le Château-neuf a une belle robe rouge, alors que le pape a une belle robe blanche.

ÉTONNANT NON ?

Commenter  J’apprécie          30

PENCHONS-NOUS AVEC MANSUÉTUDE SUR LA DÉTRESSE ORDINAIRE

CYCLOPEDE : Démunis de tout, écartelés entre le prix exorbitant du topinambour et la hausse inexorable des loyers des taudis, les pauvres crient famine.

LES PAUVRES (choeur off) : Famine!

CYCLOPEDE : Merci. Dignes dans la douleur, sublimes de résignation, ces malheureux sont nombreux à me faire part de leur souhait de ne pas mourir sans savoir à quoi ressemble un gros billet de banque. Car l’argent, disent-ils, on en entend souvent parler, mais on n’en voit pas souvent la couleur. Eh bien, chers pauvres, soyez exaucés! Vous allez enfin voir la couleur de l’argent . Regardez bien. (Gros plan sur gros billets) Là c’est jaune, c’est joli, là c’est vert, etc. (En rangeant les billets) Etonnant, non?

Commenter  J’apprécie          30

Une groupie du "Jésus fan-club" me demande s'il est bien exact que Jésus-Christ était plus fort que Superman. Hélas ! Non, chère groupie. Certes, Jésus multipliait les pains dans le désert. Mais Superman, lui, multipliait les pains dans la gueule. C'est mieux.

Commenter  J’apprécie          100

Videos de Pierre Desproges (12) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pierre Desproges
Pierre Desproges : La seule certitude que j’ai c’est d’être dans le doute (France Culture / Samedi noir). Photographie : Pierre Desproges • Crédits : Archives du 7eme Art - AFP. Diffusion sur France Culture le 9 mars 2010. Cela fait 30 que Pierre Desproges nous a quitté, c'était l'occasion de réécouter ses textes. Réalisation : Myron Meerson. Mise en scène d’Alain Lenglet de la Comédie-Française et de Marc Fayet. Avec Christian Gonon de la Comédie-Française. Musique de Jérôme Destours. Reprise en studio du spectacle joué en mai 2010 au Théâtre du Vieux-Colombier. « De vrais sketches avec des vrais morceaux de bravoure entiers reliés entre eux par une bassesse d’inspiration qui volera au-dessous de la ceinture du moindre nain […] » annonçait Desproges en 1986. Avec ce spectacle, Christian Gonon prolonge les salves tirées par Desproges contre la médiocrité humaine. Extraits des “Chroniques de la haine ordinaire” sur France Inter, de “La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède” sur France 3 et de son livre “Vivons heureux en attendant la mort”, aucun des textes choisis ne fut conçu pour la scène. Sauf un, resté inédit, la mort l’ayant finalement pris par surprise.
Prise de son / montage / mixage : Julien Doumenc et Antoine Viossat. Mise en onde : Maya Boquet
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : caustiqueVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Connaissez-vous Desproges ?

De qui Desproges a-t-il dit qu'elle "n'a pas écrit que des conneries, elle en a aussi filmé" ?

Marguerite Duras
Katherine Pancol
Madame de Sévigné
Jacqueline Mirande

12 questions
84 lecteurs ont répondu
Thème : Pierre DesprogesCréer un quiz sur ce livre