AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Danièle Mazingarbe (Traducteur)
EAN : 9782749110271
512 pages
Le Cherche midi (14/05/2009)
3.12/5   82 notes
Résumé :
Sur la piste des secrets ésotériques de l'expédition de Napoléon en Égypte.
1798, Paris. Ancien assistant de Benjamin Franklin, Ethan Gage gagne au jeu un mystérieux talisman, couvert de symboles obscurs. Il apprend bientôt que celui-ci, lié à un secret maçonnique bien gardé, est en rapport avec les pyramides égyptiennes.
Engagé dans l'expédition napoléonienne en Égypte auprès des 167 hommes de science, archéologues, ingénieurs et artistes chargés d'ét... >Voir plus
Que lire après Les pyramides de NapoléonVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
3,12

sur 82 notes
5
1 avis
4
1 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
6 avis
Je suis furax.
Les pyramides de Napoléon, ça sentait le nanard rien qu'au titre.
Mais avec la mention "Prix Pulitzer" en gros sur la couverture, je me suis dit "Waow, pour qu'un roman gagne le prix Pulitzer, c'est que c'est pas de la merde. La Route, Les extraordinaires aventures de Kavalier et Clay (pour ne citer que ceux que j'ai lus dans la catégorie Roman), si ce bouquin ne fait que les approcher dans la qualité, ça va être une bonne lecture."

500 pages plus tard, quelque chose m'échappe, c'est pas possible. C'est impensable que ce libre ait reçu le prix Pulitzer. Ou alors, il y a une faute de frappe et c'est le prix Sulitzer qu'il a gagné. Je m'en vais donc sur le site officiel de la fameuse récompense et je fais une recherche avec le nom de William Dietrich. Inconnu au bataillon. J'insiste et je finis par trouver une demi-réponse sous le nom de Bill Dietrich pour un reportage dans le Seattle Times en 1990, dossier co-signé avec trois autres confrères et traitant de la catastrophe de l'Exxon Valdez.

C'est donc ça. Un type gagne il y a 20 ans un prix journalistique avec des collègues et donc on a le droit d'écrire "Prix Pulitzer" sur tout ce qu'il écrit par la suite. La vache, quand je vous disais que les Mad Men me débectent...

Donc, en cette année 1798, Ethan Gage, ancien secrétaire de Benjamin Franklin, est à Paris et gagne au cours d'une partie de cartes un étrange médaillon égyptien. Après le meurtre d'une prostituée dont il est injustement accusé, Gage file rejoindre l'expédition du jeune Bonaparte qui a décidé de libérer l'Égypte de l'oppression des mamelouks (le beau mensonge d'État que voilà). Mais bien évidemment, le curieux médaillon n'est rien de moins que la clé du plus grand des mystères : celui des pyramides. Gage va donc tenter de décrypter le message codé que contient le bijou pour découvrir le plus merveilleux des trésors.

Dans le genre collection de clichés, ce livre bat des records. Évidemment, son héros est un franc-maçon, ce qui permet de faire du sous-Dan Brown avec tout un étalage de mystères à deux balles à propos de cette société secrète. le héros fait des rencontres fortuites hallucinantes :
- un espion anglais que personne n'est capable de capturer mais que lui croise par hasard,
- des Roms qui l'aident comme ça, pour le plaisir, gratuitement, parce que bon, un Américain en vadrouille dans le sud de la France, qui ne l'aiderait pas ?
- comme Napoléon, ça ne suffit pas, on y va aussi avec une entrevue avec l'amiral Nelson, parce que sinon, le who's who de l'époque ne serait pas complet,
- Cagliostro n'était pas disponible pour ce roman alors on a droit à un de ses successeurs en la personne d'un comte issu d'une branche noire de la Franc-Maçonnerie,
- le héros étant seul, on lui adjoint une mystérieuse mais belle esclave qui est en fait une prêtresse qui parle trois langues, fait la cuisine et tombe dans les bras du beau ténébreux américain,
- pour bien faire, il faut un érudit arabe, car ça fait bien mystérieux. Plutôt qu'il s'appelle Mustapha ou Ibrahim, l'auteur préfère le nommer Énoch et lui donner un surnom pas mégalo : Hermès Trismégiste.

L'intrigue ? La traditionnelle chasse au trésor, avec une équipe adverse qui essaye de doubler le gentil héros. le but n'est rien de moins que de trouver la raison d'être des pyramides. le tout à grand renfort de symbolique, de mathématiques (ces passages me font toujours penser au Pendule de Foucault quand Eco explique qu'on peut relier n'importe quel objet ou fait aux pyramides ou aux Aztèques dès qu'on tripatouille suffisamment des chiffres) et d'Histoire. On suit en plus la campagne d'Égypte de Nabulio, ce qui permet à l'auteur de faire péter sa science puisqu'il est historien. On croise donc les grands noms du moment et l'auteur se permet un procédé littéraire que je déteste : faire des prophéties historiques à rebours. Ainsi, regardant le général Dumas, un franc-maçon y va de sa prédiction : cet homme aura un fils qui fera de grandes choses... Au secours. Et je vous passe le recyclage de la suite de Fibonacci et du nombre d'or, ingrédients obligatoires de ce genre de livres.

Parce que vous m'êtes chers, je vais vous donner le fin mot de l'histoire afin de vous éviter de lire ce truc : la secret des pyramides, c'est que l'une d'elles cachait en son sein le livre de Thot qui donne les clefs de la maîtrise de l'univers. Je dis bien cachait, car quand le héros déboule dans la salle du trésor, le livre a disparu puisque Moïse l'a volé et est parti avec pour pouvoir traverser le désert pendant 40 ans et retrouver sa terre promise. Oui, le grand secret a été volé par des Juifs.

Détail de traduction rigolo, ce passage relevé par ma femme :
- Égyptien ? dit-il en roulant les r.

Bref, notre époque restera à jamais gravée dans l'histoire littéraire comme celle où les vampires mormons et le mystère du 13e évangile perdu des Cathares issus de la famille Romanov étaient nos seuls centres d'intérêt.

Ah oui, le livre se termine sur un suspens insoutenable puisque la belle esclave polyglotte fait semblant de mourir. La table est mise pour une suite, ça se voit gros comme le nez. Et un petit tour sur la page de l'auteur me le confirme puisque les aventures d'Ethan Gage ont à ce jour 4 tomes.

Je suis encore furieux du coup de marketing des éditions du Cherche midi, c'est vraiment du maquignonnage de bas étage que cette allusion au prix Pulitzer sur la couverture. En même temps, quand c'est Sterve Berry qui recommande la lecture de ce livre sur cette même couverture, je ne peux que m'en prendre à moi-même...
Lien : http://hu-mu.blogspot.com/20..
Commenter  J’apprécie          200
Moi qui adore les thrillers historiques, je croyais ne pas me tromper en choisissant ce livre revêtu d'une petite criarde "Prix Pulitzer". On aura bien réussi à me berner.
Ethan Gage, un américain ayant côtoyé Benjamin Franklin lors de ses travaux sur l'électricité, se retrouve affublé d'un médaillon de l'Égypte ancienne après avoir gagné une partie de cartes. Dès lors, il est poursuivi, accusé de meurtre et prend la fuite pour rejoindre au fil des hasards l'armée de Napoléon et son équipe de scientifiques qui s'apprêtent à marcher sur l'Égypte.
L'auteur aura sans doute fait beaucoup de recherches pour monter son histoire. Mais la narration est pauvre, les péripéties peu enlevantes et prévisibles. On se croirait parfois dans un mauvais film d'Indiana Jones, notamment lorsque Ethan Gage et Astiza doivent marcher sur les bonnes étoiles qui forment la constellation identifiée par le médaillon pour ne pas que le pont de pierre s'écroulent sous leurs pieds.
Et que dire de toute la brochette de personnalités historiques croisées par le personnage principal! L'auteur a voulu en mettre plein la vue mais au final, c'est la crédibilité même de l'histoire qui est remise en cause. Trop c'est trop.
Quelques passages sont également malheureux et transpirent le cliché. Par exemple, celui-ci, lorsque Silano, une sorte de magicien-franc-maçonnien-prophète-charlatan dit ceci du Général Dumas qui fait partie de l'expédition :
" En repoussant mon défi, Dumas montre qu'il est plus sage qu'on ne le dit. Il vivra donc et aura un fils qui fera de grandes choses. Je vous le prédis".

La seule chose qui aura su me surprendre est d'avoir imaginé que le livre de Thôt, qui contient tous les savoirs, ait été subtilisé par Moïse avant sa fuite d'Égypte. Celle-là je ne l'avais pas vu venir. Mais cela ne saura pas être suffisant pour me convaincre de me pencher de nouveau un jour sur la suite des aventures annoncées d'Ethan Gage à Jérusalem.
Commenter  J’apprécie          60
une critique se doit d'être objective c'est pourquoi je vais essayer d'être plus tempérée que certaines critiques au sujet de ce livre
les points forts : une partie riche de l'histoire encore méconnue, et traitée par un historien je n'ai pas vérifié mais il semble que l'on puisse se fier à ce professionnel.
les points faibles : malheureusement trop nombreux. les éléments sont là pour faire un bon pollar mais la sauce ne prend pas le talent ne s'invente pas l'auteur a voulu se frotter aux grands. un projet trop ambitieux pour ses faibles moyens littéraires. je n'aime pas les critiques sévères d'une part c'est démolir le rêve d'un auteur et d'autre part je n'ai aucun talent pour l'écriture donc difficile d'être impartial.
pourquoi la sauce n'a pas pris en dehors des difficultés de narration ?
la cuisine maçonnique !! d'ailleurs si j'avais eu le réflexe de regarder les critiques j'aurais fui ce livre dès le départ. pourquoi ? parceque que tout simplement si la maçonnerie fait fantasmer beaucoup de personnes, il faut savoir deux choses, soit l'auteur est un profane et il a recueilli quelques ingrédients pour faire sa tambouille donc le plat ne peut être que mauvais et indigeste
soit l'auteur est maçon et cela le gargarise d'écrire sur des mythes et des symbole mal assimilés. il faut savoir que les maçons ne détiennent aucun secret. le seul secret qu'ils puissent détenir est celui de l'initiation vécue et de leur ressenti sur le moment et par la suite; à savoir travailler leur égo pour devenir des êtres plus humbles, à l'écoute de la nature qui les entoure. malheureusement beaucoup rentrent pour de mauvaises raisons : un réseau, la politique, et ou "surdimensionner" un égo déjà très et trop présent. Ces raisons font que tous les polars sur la maçonnerie sont en général très mauvais un véritable initié s'orientera sur la philosophie ou un roman initiatique à titre d'exemple : le petit prince, le monde de Sophie, l'alchimiste etc...
voilà probablement pourquoi ce livre est aussi mauvais,. les polars maçonniques font vendre, rêver et fantasmer mais sont tous très mauvais puisque à la base déjà les auteurs ne maîtrisent et ne comprennent ; véritablement, philosophiquement, initiatiquement le sujet. mais voilà le grand " Mais" et les éditeurs l'ont bien compris cela fait vendre et l'argent tombe miraculeusement dans leur mane puisque les gens sont assez bêtes pour se faire avoir.
pour conclure : chacun ses goûts et c'est tant mieux! je classerai ce livre dans les mauvais romans de gare mais surtout pas dans les romans de plage qui peuvent être quant à eux excellents

je tiens également à préciser que pour faire une critique objective j'ai lu ce livre en entier certes en diagonale tellement c'était imbuvable (chose que je fais rarement) mais en entier quand même.
Commenter  J’apprécie          20

C'est à la fois un roman d'aventures et un roman policier à caractére esotérique se déroulant,en 1798, lors de la Campagne d'Egypte.

Les personnages fictifs cottoient des personnages historiques tel que Alexandre Dumas père, l'amiral Nelson, Monge, Berthollet, et, bien sûr Bonaparte ... ...

Il s'agit d'un bon polar de plage dans lequel se mêle anedoctes historiques, recherches archéologiques, et, scientifiques menées par les savants composant la suite de Bonaparte, (d'ailleurs, on assiste au début de l'égyptologie), scènes de batailles menées d'une main de maitre par Bonaparte aux aventures purement imaginaire du jeune héros Ethan Gage.

Les différents personnages, qu'ils soient fictifs ou réels, sont sympathiques, attachants, dynamique.
Bien qu'il soit jeune général, le caractère de Bonaparte s'affine peu à peu au fil des différentes campagnes qu'il a mené jusqu'au moment de la Campagne d'Egypte... ... Il excerce une certaine fascination sur certains ainsi que les prémisses du culte de la personnalité à son endroit, et, de la haine pour d'autres ...

Je reconnais que l'intrigue est prenante, se lit facilement même si l'intrigue s'oublie rapidement une fois lue.
Commenter  J’apprécie          40
Pour reprendre l'expression de la critique précédente : il s'agit d'un bon polar de plage...

Je suis plutôt bon lecteur du genre polar historique...mais là j'ai eu du mal. Tout d'abord une narration à la première personne qui m'a bloqué dès le début, certains passages mathématiques qui, bien qu'étant scientifique de part ma formation, m'ont rebuté...Bref beaucoup de maladresse dans la narration.
Enfin une intrigue qui se finit en queue de poisson comme beaucoup de livres du genre finalement...

Cependant l'histoire se laisse vivre et les batailles napoléoniennes sont plutôt bien décrites.

Un livre qui se lit mais qui ne se retient pas...
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
- Je ne pense pas que les Français sachent exactement ce qu'ils cherchent, ou ce que cela pourrait leur apporter, sinon ils seraient déjà en train de fouiller notre pays de fond en comble.
Il y a des rumeurs, et cela suffit. Qu'ont-ils à perdre ? Bonaparte est un manipulateur. Il te fait travailler sur un problème, ainsi que des savants comme Jomard. A présent Silano. Mais Silano est différent de vous, à mon avis.
Il prétend travailler pour le gouvernement français et, en réalité, il profite de l'appui dont il bénéfice pour travailler dans son propre intérêt.
Il suit les traces de Cagliostro et veut s'assurer que ces légendes sont vraies.
Commenter  J’apprécie          30
Quant à vivre éternellement, quiconque ayant des yeux pour voir se rend bien compte que c’est contre nature. Imagine un monde plein de vieux, un monde presque sans enfants, un monde sans espoir d’avancement parce que chaque poste est occupé par un patriarche arrivé là des siècles avant toi. Ce ne serait pas un paradis, ce serait un enfer où il faudrait sans cesse prendre des précautions, où régneraient conservatisme, idées rances et dictons éculés.
Commenter  J’apprécie          30
Maintenant nous avons la science, fondée non pas sur la croyance mais sur la raison et l’expérimentation, et centrée non pas sur une nation, un pape ou un roi mais sur des lois universelles. Peu importe que vous soyez chinois ou allemand, que vous parliez arabe ou espagnol : la science est la même pour tous.
Commenter  J’apprécie          30
Les hommes sont toujours morts, même en Égypte ancienne. Ils doivent mourir pour que la société se renouvelle, pour que les jeunes puissent succéder aux vieux. Si ce n’était pas le cas, les gens deviendraient fous d’impatience. La mort naturelle serait remplacée par le meurtre.
Commenter  J’apprécie          30
La science était intelligente, mais froide, explicative et étonnamment muette sur les questions essentielles. Elle expliquait comment, mais pas pourquoi. Elle laissait les gens dans l’attente d’autre chose.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : napoléon bonaparteVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (237) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3101 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}