AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253004653
376 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/05/1973)

Note moyenne : 4.27/5 (sur 1026 notes)
Résumé :
"Tous maudits, jusqu'à la treizième génération ! " : telle est la funeste malédiction que le chef des templiers, depuis les flammes du bûcher, lance au visage de Philippe le Bel, roi de France. Nous sommes en 1314 et la prophétie va se réaliser : pendant plus d'un demi-siècle, les rois se succèdent sur le trône de France, mais n'y restent jamais bien longtemps. D'intrigues de palais en morts subites, de révolutions dynastiques en guerres meurtrières, c'est la valse ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (34) Voir plus Ajouter une critique
Gwen21
  04 avril 2014
Bien que la saga des "Rois maudits" comprennent 7 tomes, c'est bien ce sixième tome qui clôt la narration à laquelle le lecteur est habitué. C'est ici aussi que se clôt le conflit entre Robert d'Artois et sa tante Mahaut. C'est ici encore que se clôt la grande page de l'Histoire de France écrite par la dynastie des Capétiens. C'est ici enfin que débute l'écriture de la page suivante, celle des Valois.
"Le Lis et le Lion" évoque les allégories héraldiques respectives du roi de France et du roi d'Angleterre, ces deux cousins qui vont incessamment ouvrir le bal d'une guerre de succession sans précédent et qui s'étendra sur plus d'un siècle, l'improprement nommée "Guerre de Cent ans" car ses ramifications et dommages collatéraux, amplifiés de la Grande Peste noire, auront des répercussions jusque dans la seconde moitié du XVème siècle.
La France a un nouveau roi, Philippe, cousin des derniers rois capétiens, tous morts sans descendance mâle. Or Edouard III, roi d'Angleterre, est à demi-capétien lui aussi par sa mère la reine Isabelle et c'est en qualité d'héritier légitime qu'il prétend devenir roi de France et d'Angleterre. Mais c'est compter sans l'ambition de la maison Valois et sans la loi salique qui fut tirée de la poussière et bricolée par feu Philippe V pour servir sa propre ambition.
Ce tome sonne donc le glas non seulement de nos personnages préférés mais aussi du royaume de France. Pour les lecteurs plus attachés aux premiers qu'au second, je leur conseille de s'arrêter là car ils risqueraient d'être déçus par le septième et ultime tome de la saga qui adopte un autre ton et un autre mode de narration. Personnellement, je l'ai beaucoup goûté aussi mais c'est sans doute parce que je porte un intérêt tout particulier à cette période.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3711
Crazynath
  02 avril 2021
Même si j'aime énormément toute la série des Rois Maudits de Maurice Druon, ce tome six intitulé « le lis et le lion « est peut-être mon préféré…
La raison en est toute simple : c'est celui qui selon moi fait la part belle au personnage le plus remuant, le plus truculent, le plus semeur de zizanie qui puisse s'imaginer, je parle de l'insupportable et ambitieux comte Robert d'Artois que j'ai adoré détester tout au long de cette histoire qui nous plonge au coeur du moyen-âge.
C'est aussi dans ce tome, qui certes est consacré aux ambitions dynastiques de Edouard III, petit-fils de Philippe le Bel qui peut prétendre à la couronne de France du côté maternel (sa mère est Isabelle de France, surnommée la Louve de France) qui s'oppose au premier roi de la branche des Valois, Philippe VI, que va s'achever le conflit qui perdure entre Robert d'Artois et sa tante, la redoutable Mahaut.
Donc, je reconnais avoir écouté (car oui, c'est sous la forme de livre audio que j'écoute cette excellente saga) avec beaucoup de frénésie ce tome qui m'a permis, grâce au talent de conteur de François Berland, de me plonger au coeur de cette épopée. Encore bravo à son interprétation, en particulier celle de Robert d'Artois, qu'il a su faire vivre de manière formidable.

Challenge A travers l'Histoire 2021
Challenge Séries 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330
TheWind
  16 mai 2014
Indéniablement, ce sixième tome des Rois Maudits se consacre à Robert d'Artois.
Pour notre plus grand plaisir !
Robert III d'Artois, seigneur de Conches et comte de Beaumont, tout habillé d'écarlate, impressionnant de par sa taille, son franc-parler et son audace.
Personnage hors du commun, mêlé depuis le début de la saga historique à bien des complots, il a su se rendre indispensable aux rois qui se sont succédé, courageux face à l'ennemi sur les champs de bataille, et prolixe en conseils plus ou moins avisés. Ce qui l'anime, c'est l'Artois.
A la mort de son grand-père Robert II, l'Artois lui revenait de droit mais Mahaut, sa tante, avide et sans scrupules s'en empare. Robert était encore bien jeune, Mahaut déjà rusée ; elle a fait miroiter la Bourgogne au roi Philippe IV le Bel en lui apportant ses filles sur un plateau. Bien joué de la part de Mahaut mais dès lors, Robert n'aura de cesse de se venger de sa tante et de récupérer l'Artois.
Si les Rois Maudits relatent la fatalité qui s'est abattue sur les descendants de Philippe le Bel, ils font aussi la part belle au conflit opposant Robert et Mahaut.
Ce sixième tome en est l'aboutissement, que dis-je, le bouquet final !
Robert, plus décidé que jamais, trouve une alliée inattendue en la personne de Béatrice d'Hirson demoiselle de parage de Mahaut, assoit sur le trône de France son ami d'enfance Philippe de Valois, et passe à l'attaque ! Mahaut résistera-t-elle à cet ultime assaut et surtout, Robert, parviendra-t-il à s'approprier les terres artésiennes ?
Roulement de tambour...
Le lecteur ne sera pas déçu. le spectacle est bien au rendez-vous. C'est un Robert d'Artois au mieux de sa forme qui s'agite là, sous nos yeux. Des coups bas par ci, des coups hauts par là... On ne donne pas cher de la peau de Mahaut, qui a bien vieilli.. mais Chuut ! Je n'en dirai pas plus !
Mais comme dans tout feu d'artifice, il arrive qu'une malheureuse fusée rate son envol et s'éteigne dans un « pppfffff » lamentable...et que le spectateur se dise : «  Ahh bon ? C'est tout ? ».
Quoiqu'il en soit, j'ai beaucoup aimé « Le Lis et le Lion » ; il annonce la fin de la série et je quitte à regret tous ces personnages qui m' ont fait vibrer et m'ont dévoilé certains épisodes historiques inconnus jusqu'alors.
Emotion partagée, Monsieur Druon !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          2712
PiertyM
  07 janvier 2015
Le Lis et le Lion, le sixième tome de Les rois maudits ferme une porte, puis ouvre une autre. le rideau tombe sur de nombreux conflits qui jusque là nous ont embarquer dans des grandes passions dans les tomes précédents, après la haute tension, c'est l'explosion de part et d'autre. Tout éclate comme un abcès qui était sur le point de crever. L'éternel conflit entre Robert D'Artois et Mahaut trouve une solution dans la mort, une mort bien méritée de notre grande empoisonneuse, une mort que Robert d'Artois achètera au prix de l'amour auprès de Béatrice, la demoiselle à tout faire de Mahaut, celle qui exécute les projets maléfiques de la grande comtesse, il faut dire que Robert a su enfin mettre en oeuvre son esprit de grand comploteur, l'esprit d'injecteur de venin qui pique et disparaît, contre sa coriace adversaire...
A l'instar de ce conflit, la guerre des succession bat toujours son plein, les rois maudits de maison capétienne meurent tous sans donner à la France, un héritier. Alors à la quête de lien de sang le proche, Philippe VI deviendra le roi de France sous le mécontentement du le roi d'Angleterre Edouard III qui veut faire brandir son lien de sang royal....un conflit va naître et qui conduira le monde dans une terrible guerre de génération en génération, celle dite de ''cent ans''
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          261
sylvaine
  29 avril 2017
Bien sûr c'était déjà écrit que Robert d'Artois allait mourir devant Vannes, bien sûr c'est de l'histoire bien connue !, il n'empêche que cela m'a peinée eh oui je l'avoue je m'étais attachée à ce seigneur tout de rouge vêtu, fort en gueule , fort en intrigue, ripailleur, joyeux luron, aimant la bonne chair et la cuisse des femmes . Et j'ai eu la larme à l'oeil quand il a trépassé .... Et puis je ne suis pas la seule même l'auteur le reconnaît" contraint par l'histoire à tuer son personnage préféré, avec lequel il a vécu six années, éprouve une tristesse égale à celle du Roi Edouard d' Angleterre" bon ceci étant dit une fois de plus je me suis régalée portée par l'écriture magique de Maurice Druon .Encore un petit tome qui même si l'histoire des Capétiens est ici achevée me fait de l'oeil alors je ne vais pas résister !
Commenter  J’apprécie          285

Citations et extraits (71) Voir plus Ajouter une citation
AuroraeLibriAuroraeLibri   11 avril 2021
Vous irez un vendredi matin, avant soleil levé, dans un verger fruitier et cueillerez sur un arbre la plus belle pomme que vous pourrez ; puis vous écrirez avec votre sang, sur un petit morceau de papier blanc, votre nom et surnom, et, en une autre ligne suivante, le nom et le surnom de la personne dont vous voulez être aimé ; et vous tâcherez d��voir trois de ses cheveux, que vous joindrez, avec trois des vôtres, qui vous serviront à lier le petit billet que vous aurez écrit de votre sang ; puis vous fendrez la pomme en deux, vous en ôterez les pépins, et, en leur place, vous mettrez le billet lié des cheveux ; et avec deux petites brochettes pointues de branche de myrte verte, vous rejoindrez proprement les deux moitiés de pomme et la ferez ainsi sécher au four en sorte qu��lle devienne dure et sans humidité, comme des pommes sèches de carême ; vous l��nvelopperez ensuite dans des feuilles de laurier et de myrte et tâcherez de la mettre sous le chevet du lit où couche la personne, aimée, sans qu��lle s��n aperçoive ; et en peu de temps elle vous donnera des marques de son amour.
Vaine entreprise. Les pommes du vendredi restaient inopérantes. La sorcellerie, où Béatrice se croyait infaillible, paraissait n𠆚voir pas de prise sur le comte d𠆚rtois. Il n’était pas le Diable, tout de même ! En dépit de ce qu𠆞lle lui avait affirmé pour le conquérir.

Troisième partie
Chapitre IV. Un mauvais jour
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AuroraeLibriAuroraeLibri   10 avril 2021
On croit toujours, lorsqu’on s𠆞ngage sur le chemin du mensonge, que le trajet sera court et facile ; on franchit aisément et même avec un certain plaisir les premiers obstacles ; mais bientôt la forêt s’épaissit, la route s�, se ramifie en sentiers qui vont se perdre dans les marécages ; chaque pas bute, s𠆞nfonce ou s𠆞nlise ; on s’irrite ; on se dépense en démarches vaines dont chacune constitue une nouvelle imprudence.

Deuxième partie
Chapitre III. Les faussaires
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AuroraeLibriAuroraeLibri   11 avril 2021
Mauvaise putain qui me mignote, se frotte à moi, se dit toute prise d𠆚mour, profite de la faiblesse que j𠆚i pour elle, et me berne quand je dors, et me dérobe mon sceau de roi ? Ne sais-tu pas qu’il n𠆞st acte plus laid, pire que vol ? Que d𠆚ucun sujet en mon royaume, fût-ce le plus grand, je ne tolérerais qu’il usât du cachet d𠆚utrui sans le faire bâtonner ? Et c𠆞st du mien qu’on se sert ! A-t-on vu pire scélérate qui veut me déshonorer devant mes pairs, devant mon cousin, mon propre frère ? N𠆚i-je pas raison, Robert ? dit-il s𠆚rrêtant un instant de frapper pour chercher approbation. Comment pourrionsnous gouverner nos sujets si chacun se servait à volonté de nos sceaux pour ordonner ce que nous n𠆚vons point voulu ? C𠆞st faire viol à notre honneur.

Troisième partie
Chapitre VI. La mâle reine
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AuroraeLibriAuroraeLibri   10 avril 2021
— Pourquoi donc ne t𠆞s-tu jamais mariée ? lui demandait Robert. Les époux n’ont pas dû manquer à se proposer, surtout si tu leur as donné tel avant-goût du mariage…
— Parce que le mariage se fait à l’église, et que l’église m𠆞st mauvaise. Agenouillée sur le lit, les mains aux genoux, l’ombre au creux du ventre, Béatrice, les cils bien ouverts, disait :
— Tu comprends, Monseigneur, les prêtres et les papes de Rome et d𠆚vignon n𠆞nseignent pas la vérité. Il n’y a pas un seul Dieu ; il y en a deux, celui de la lumière et celui des ténèbres, le prince du Bien et le prince du Mal. Avant la création du monde, le peuple des ténèbres s𠆞st révolté contre le peuple de la lumière ; et les vassaux du Mal, pour pouvoir vraiment exister, puisque le Mal est le néant et la mort, ont dévoré une partie des principes du Bien. Et parce que les deux forces du Bien et du Mal étaient en eux, ils ont pu créer le monde et engendrer les hommes où les deux principes sont mêlés et toujours en bataille, et où le Mal dirige, puisque c𠆞st l’élément du peuple d’origine. Et l’on voit bien qu’il y a deux principes puisqu’il y a l’homme et la femme, faits comme toi et comme moi, de manière diverse, poursuivait-elle avec un sourire avide. Et c𠆞st le Mal qui chatouille nos ventres et les pousse à se joindre… Or les gens dans lesquels la nature du Mal est plus forte que la nature du Bien doivent honorer Satan et faire pacte avec lui pour être heureux et triompher en leurs affaires ; et ils ne doivent rien faire pour le Seigneur du Bien qui leur est adverse.
Cette étrange philosophie, qui puait fortement le soufre, et où traînaient des bribes mal digérées de manichéisme, d’impurs éléments de doctrines cathares, mal transmis et mal compris, avait plus d�ptes que les gens au pouvoir ne le croyaient. Béatrice ne représentait pas un cas isolé ; mais pour Robert, dont l𠆞sprit n𠆚vait jamais effleuré ce genre de problème, elle entrouvrait les portes d’un monde mystérieux ; il était surtout fort admiratif d𠆞ntendre de tels raisonnements dans la bouche d’une femme.

Deuxième partie
Chapitre VII. La maison Bonnefille
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AuroraeLibriAuroraeLibri   11 avril 2021
Pourquoi si mauvais sang coule-t-il en cette race-là ? Tout ce qui est fille de Bourgogne est putain, vol et mensonge !

Troisième partie
Chapitre IV. Un mauvais jour
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Maurice Druon (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Druon
Retrouver l'émission ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/theresa-revay-la-nuit-du-premier-jour-52411.html
Après deux titres contemporains, Theresa Révay a choisi le roman historique dont elle est devenue l'une des meilleures représentantes. Avec « Valentine ou le temps des adieux » en 2002, les lecteurs découvrent alors une jeune auteur dont le travail d'écriture, le romanesque des situations, la psychologie des personnages et le cadre historique n'est pas sans rappeler Henri Troyat, Maurice Druon ou Françoise Chandernagor. Pour ma part, j'aime à dire que Theresa Révay peut être considérée comme la petite cousine de Ken Follett !
Après la révolution bolchevique dans « La louve blanche », l'Angleterre des années 20 dans « Dernier été à Mayfair », le Berlin de 1945 dans « Tous les rêves du monde » ou la fin de l'empire ottoman dans « L'autre rive du Bosphire », Theresa Révay n'a pas son égale pour nous faire voyager dans le temps et dans le monde. Par un sens de l'intrigue parfaitement construit, elle sait inventer des destins romanesques aux prises avec la grande histoire, sans rien sacrifier à la qualité de l'écriture.
Voici le 10ème roman de Theresa Révay, « La nuit du premier jour ». Nous sommes à Lyon à la toute fin du XIXème siècle, où Blanche s'étiole dans la bourgeoisie locale des soyeux, auprès de son mari Victor. de ce mariage arrangé sont nés deux enfants, Oriane et Aurélien que chérit leur mère. Et pourtant, par amour pour Salim, venu de son Orient natal pour affaires avec les soyeux, Blanche va tout quitter.
Au-delà de cette intrigue romanesque et des rebondissements liés à des secrets de famille bien enfouis, Theresa Révay nous entraine dans un formidable tourbillon de sentiments et de larmes, au coeur du premier conflit mondial mais aussi dans le soleil de la Syrie et du Liban, où le sang va couler également. Face à une Europe qui se déchire, à l'autre bout de la Méditerranée, Blanche va devoir affronter la révolte arabe face à l'empire Ottoman de Jamel Pacha.
Magnifique portrait de femme luttant par amour, pour ses enfants comme pour l'homme de son coeur, le nouveau roman de Theresa Révay est une grande fresque qui résonne avec notre époque contemporaine et nous offre un magnifique moment de lecture.
« La nuit du premier jour » de Theresa Révay est publié chez Albin Michel.
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Rois maudits (6)

Quels sont les personnages symbolisés par le titre : " Le lis et le lion " ?

Philippe VI et Elisabeth 1ere
Louis XIV et Henri VIII
Philippe VI et Edouard III
Une fleur et un animal

10 questions
50 lecteurs ont répondu
Thème : Les Rois maudits, tome 6 : Le Lis et le Lion de Maurice DruonCréer un quiz sur ce livre

.. ..