AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253004042
320 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/05/1973)
4.34/5   1390 notes
Résumé :
Comment voyageait-on par terre et par mer au Moyen Age ? Comment les malades étaient-ils soignés dans les hôpitaux ? Comment s'effectuait la mobilisation d'une armée et sa marche en campagne ?
Comment se déroulait un mariage royal ? Comment les magiciennes préparaient-elles philtres et poisons ?
Plus encore que dans les deux volumes précédents, l'histoire des mœurs et l'histoire des princes sont intimement mêlées dans ce troisième volume des Rois Maudi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (73) Voir plus Ajouter une critique
4,34

sur 1390 notes
5
39 avis
4
18 avis
3
12 avis
2
0 avis
1
0 avis

tiptop92
  04 avril 2021
Maurice Druon - Les Rois maudits, tome 3 : Les Poisons de la couronne - 1956 : le poison fut pendant longtemps l'instrument principal de la politique des puissants. Indétectable au vue des connaissances médicales du moyen-âge, il fit et défit les destins sous couvert d'une bien pratique volonté divine. le volume précédent nous avait laissé avec l'avènement de Louis X roitelet maladif et sans envergure. C'est son règne qui était décrit ici, un règne court mais capital au regard de l'histoire de France car pour la première fois un souverain allait disparaître sans descendant mâle. Cette impossibilité d'enfanter un héritier direct engendra toutes les spéculations possibles puisque les deux parents les plus proches du roi était dans l'ordre d'ainesse sa soeur épouse du roi d'Angleterre et sa fille présumée bâtarde car issue d'une première épouse délibérément infidèle. Pas vraiment un problème il suffisait d'extirper du passé une loi courante chez les Francs pour rayer de la succession toute les femmes de la famille. Cette opportuniste loi salique définie un modèle de société qui perdurera jusqu'au 20ème siècle en France. En effet qu'illustraient les interdictions de voter, d'ouvrir un compte sans l'autorisation de son mari ou même de disposer soit même de son corps si ce n'est une résurgence de cet acte qui entérina la primauté de l'homme sur la femme dans notre société ? D'autres enjeux politiques faisaient la trame de ce roman terrible. Designer un pape qu'on espérait favorable à la France, s'emparer des finances du royaume pour pouvoir ainsi mener la grande vie avec les deniers civils ou protéger l'enfant à naitre de la reine veuve qui était tombée miraculeusement enceinte juste avant le décès troublant de son mari. Un personnage prenait de l'importance dans ce volume, Hugue de Bouville le grand chambellan du royaume, négociateur et ambassadeur officiel de la couronne nommé au péril de sa vie responsable du ventre de la reine pendant sa grossesse. L'homme entièrement tourné vers son devoir brisait la vie amoureuse de Guchio Baglioni et de Marie de Cressay les deux tourtereaux qui apparaissaient en filigrane dans ce formidable récit pour sauver de manière dérisoire un héritier au trône qui restera toute sa vie ignoré. Ce troisième volume prolongeait la litanie d'une malédiction qui laissait la royauté exsangue, le peuple lui continuait à subir les même souffrances, la pauvreté, la famine, les guerres... une heureuse époque
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1287
Gwen21
  20 janvier 2014
Ce troisième volet de l'épopée des "Rois Maudits" mêle avec toujours autant de brio l'action et la réflexion politique, dans un contexte historique tendu pour le royaume de France.
Louis X le Hutin, hériter du "Roi de Fer", Philippe IV dit le Bel, est un souverain qui manque d'envergure et d'esprit d'initiative et dont le caractère se révèle cruel et veule, comme pouvait légitimement le prophétiser la Cour. le voici veuf, son épouse adultère, Marguerite de Bourgogne, ayant été retrouvée morte dans sa prison de Château-Gaillard, une nouvelle reine lui est "décernée" : Clémence de Hongrie qui s'achemine tant bien que mal vers son royal foyer.
***ALERT SPOILER***
Ce tome est surtout capital en ce qui concerne la romance née entre le jeune Guccio et la belle Marie. Ces personnages fictifs, dont le destin se croise avec celui des puissants sous la plume inventive et romanesque de Maurice Druon, ont su gagner le coeur des lecteurs et leur situation attire encore davantage leur compassion lorsqu'il apparaît clairement que l'avenir des deux tourtereaux semble compromis puisque la noble et désargentée famille de Marie s'oppose à une mésalliance avec un usurier italien, certes promis à devenir riche mais irréversiblement roturier.
J'ai particulièrement apprécié ce tome qui fait émerger les sensibilités de femmes telles que Clémence de Hongrie et Marie, jeunes, tendres, amoureuses et pleines de l'espoir de connaître le bonheur mais que les ambitions sociales et politiques de leurs proches vont hélas briser.
Une narration qui s'inscrit naturellement dans la lignée des premiers tomes, procurant un puissant plaisir de lecture et attisant la curiosité croissante du lecteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          554
Crazynath
  22 février 2021
Et voilà, Louis le Hutin est veuf puisque Marguerite de Bourgogne est décédée de manière plus que suspecte à Château-Gaillard et il compte bien profiter de son veuvage pour pouvoir se remarier… Ce sera donc la douce Clémence de Hongrie, choisie par son oncle Charles de Valois qui deviendra donc reine de France….
Louis X est tout sauf le digne fils de son père…En effet, il fait pâle figure après le règne et la personnalité de son père, Philippe le Bel. Et il est surtout complètement soumis à l'influence et aux suggestions de Charles de Valois…
On suivra en parallèle, les aventures de Guccio, jeune lombard qui va aimer et se faire aimer d'une jeune noble désargentée, Marie de Cressay. Quel est le lien avec la famille royale me demanderez-vous ? Eh bien, lisez ce livre et les tomes suivants !
J'aime toujours autant relire les affrontements de Mahaut avec son neveu le truculent et fort en gueule Robert d'Artois. Il faut dire que ce dernier a une personnalité haute en couleurs…
Un tome qui fait la part belle aux intrigues de cours, car au vu des enjeux, des alliances, mais aussi des rancunes et du besoin de vengeance, tous les coups sont permis, jusqu'au poison…. Chose d'ailleurs assez facile à l'époque, même si le Hutin dispose de goûteurs….
Une fois de plus, je me répète, je le sais, je ne peux que saluer le talent de Maurice Druon qui réussit à nous faire plonger (voire replonger) avec délices dans cette France des Rois Maudits.
Challenge A travers l'Histoire 2021
Challenge Séries 2021
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          420
TheWind
  20 avril 2014
Je ne sais pas si c'était l'intention de Maurice Druon, mais il me plaît de croire que le titre du troisième tome des Rois maudits est à double sens.
« Les poisons de la couronne » évoque bien sûr le recours à quelque philtre d'amour ou poison mortel utilisés dans l'entourage du roi Louis X, dit le Hutin, afin d'attirer ou d'éliminer à souhait les pièces de l'échiquier royal. Ce titre peut aussi évoquer ces mêmes personnes qui gravitent autour du roi et qui agissent comme de véritables « poisons ». Et croyez-moi, certains ont remporté la palme !

Ta ta taaam ! Attention ! Distribution des prix !
J'ai nommé 1er poison de la couronne : Charles de Valois, l'oncle du roi Louis X, qui n'aspire qu'à une chose, poser son séant royal sur le trône de France et évincer tous ceux qui lui feraient de l'ombre. Et ce n'est pas difficile pour lui de jouer au souverain à la place du souverain quand ce dernier se révèle incompétent et incapable de prendre des décisions fermes et justes, trop accaparé par ses petits malheurs personnels.
C'est évidemment Mahaut d'Artois qui remporte le prix de second poison de la couronne. Druon nous la présente comme une conspiratrice dénuée de tout scrupule. Mahaut va jouer un rôle primordial dans ce troisième tome mais je n'en dirai pas plus...
Je nommerai troisième poison de la couronne une des demoiselles de parage de Mahaut, Béatrice d' Hirson. Personnage secondaire, pressentie à un rôle plus important, la belle et troublante intrigante use des philtres et des poisons avec bien du talent !
D'autres personnages, comme Robert d'Artois, auraient pu mériter ce prix de « poison de la couronne » mais sans doute, ont ils trouvé grâce à mes yeux.

Mais je vous rassure, il n'y a pas que des malintentionnés dans ce livre, il y a aussi ceux qui subissent ! Logique, n'est-ce pas ?
Je pense bien sûr à la nouvelle reine, Clémence de Hongrie, qui sent bien dès les présentations qu'elle est tombée sur le mauvais numéro. Certes, le frère du roi, Philippe de Poitiers a plus de prestance que Louis mais la jeune reine, pieuse et dévouée, se résigne et va même jusqu'à obtenir de son époux qu'il soit plus charitable. Merveilleux chapitre que celui nommé « La fourchette et le prie-Dieu » dans lequel la confrontation des deux époux tourne à l'avantage de Clémence. La fourchette a beau piqué de belles colères et frappé dans tous les sens, c'est bel et bien la droiture et la sérénité du prie-dieu qui l'emporte ! Pour autant, on plaint cette pauvre Clémence qui méritait mieux que ce fat et ridicule époux, tout couronné soit-il.
Peut-on placer également Marie de Cressay, personnage de fiction, parmi les opprimés ? Forte de son amour pour l'aventureux et courageux Guccio Baglioni, elle doit cependant éprouver la rigueur et la perfidie de sa mère, qui refuse toute alliance avec un roturier. Mais Guccio a plus d'un tour dans son sac...

J'entame déjà le quatrième tome de cette série historique, toujours aussi enchantée par l'écriture de Maurice Druon qui relate avec brio ces conflits d'intérêt politique, à la veille de la guerre de cent ans, y mêlant joyeusement complots et trahisons, romance et impertinence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          325
PiertyM
  31 décembre 2014
Les torchons brûlent entre Mahaut et Robert d'Artois, entre Guccio et la famille de Marie...d'un coté la romance et de l'autre de la haine masquée, on assiste à des conflits qui ne disent pas leur nom, aux machinations des empoisonneuses qui trouvent prétexte sur la malédiction proférée par Jacques de Molay pour mener à bien leurs projets maléfiques, la couronne est menacée. Dans l'histoire on reconnait Catherine de Medecis en la personne de Mahaut, celle qui n'hésite pas à sacrifier tout autour d'elle rien que pour maintenir son pouvoir et d'imposer sa descendance autour de la couronne, celle qui empoisonne sans pitié, celle qui poignarde en souriant usant de son intelligence malicieuse. La douce Clémence , nouvelle épouse du roi Louis X le hutin, après quelques mois de mariage et après quelques inquiétudes sur ses possibilités de concevoir, elle tombe enfin enceinte, malheureusement la vie du roi est en danger...
J'avoue que ce troisième tome est bien plus émouvant, on se laisse emporter par les folies d'une multitude de personnages!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390

Citations et extraits (70) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   14 mai 2013
- Vous vous inquiétez, Madame, de savoir si notre Sire le roi...
Elle s'arrêta de nouveau, mais Clémence l'encouragea des yeux.
- Rassurez-vous, Madame, dit Eudeline ; Monseigneur Louis n'est pas empêché d'avoir un héritier, comme de méchantes langues le prétendent dans le royaume et même à la cour.
- Sait-on... murmura Clémence.
- Moi, je sais, répliqua Eudeline lentement, et l'on a pris bien soin que je sois seule à le savoir.
- Que veus-tu dire ?
- Je veux dire le vrai, Madame, parce que moi aussi j'ai un lourd secret. Sans doute devrais-je me taire... Mais ce n'est pas offenser une dame telle que vous, de si haute naissance et de si grande charité, que de vous avouer que ma fille est de Monseigneur Louis.
La reine contemplait Eudeline avec un étonnement sans mesure. Que Louis ait eu une première épouse n'avait guère posé à Clémence de problèmes personnels. Louis, comme tous les princes, avait été marié selon les intérêts d'Etat. Un scandale, la prison, puis la mort l'avaient séparé d'une femme infidèle. Clémence ne s'interrogeait pas sur l'intimité ou les mésententes secrètes du couple. Aucne curiosité, aucune représentation n'aissaillaient sa pensée. Or voici que l'amour, l'amour conjugal, se dressait devant elle en la personne de cette belle femme rose et blonde, à la trentaine plantureuse ; et Clémence se mettait à imaginer...
Eudeline prit le silence de la reine poun un blâme.
- Ce n'est pas moi qui l'ai voulu, Madame, je vous l'assure ; c'est lui qui y avait mis bien de l'autorité. Et puis, il était si jeune, il n'avait point de discernement ; une grande dame l'eût sans doute effarouché.
D'un geste de la main, Clémence signifia qu'elle ne souhaitait point d'autre explication.
- Je veux voir ta fille.
Une expression de crainte passa sur les traits de la lingère.
- Vous le pouvez, Madame, vous le pouvez, bien sûr, puisque vous êtes la reine. Mais je vous demande de n'en rien faire, car on saurait alors que je vous ai parlé. Elle ressemble tant à son père que Monseigneur Louis, par crainte que sa vue ne vous blesse, l'a fait enfermer dans un couvent juste avant que vous n'arriviez. Je ne la visite qu'une fois le mois et, dès qu'elle sera en âge, elle sera cloîtrée.
Les premières réactions de Clémence étaient toujours généreuses. Elle oublia pour un moment son propre drame.
- Mais pourquoi, dit-elle à mi-voix, pourquoi cela ? Comment croyait-on qu'un tel acte pût me plaire, et à quel genre de femmes les princes de France sont-ils donc accoutumés ? Ainsi, ma pauvre Eudeline, c'est pour moi que l'on t'a arraché ta fille ! Je t'en demande bien grand pardon.
- Oh ! Madame, répondit Eudeline, je sais bien que cela ne vient pas de vous.
- Cela ne vient pas de moi, mais cela s'est fait à cause de moi, dit Clémence pensivement. Chacun de nous n'est pas seulement comptable de ses mauvais agissements, mais aussi de tout le mal dont il est l'occasion même à son insu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TheWindTheWind   15 avril 2014
- La pluie, la pluie ! disait Louis X avec rage. Aurai-je donc toujours toutes choses contre moi ?
Une santé incertaine,un père dont l'autorité glaciale l'avait pendant vingt-cinq ans écrasé, une épouse infidèle et scandaleuse, des ministres hostiles, un Trésor vide, des vassaux révoltés, une disette l'hiver même où commençait son règne, une tempête qui manquait d'emporter sa nouvelle femme....
Sous quelle effroyable discorde de planètes, que les astrologues n'avaient pas osé lui révéler, fallait-il qu'il fût né, pour rencontrer l'adversité en chaque décision, en chaque entreprise, et finir par être vaincu, non pas même en bataille, noblement, mais par l'eau, par la boue où il venait d'enliser son armée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Aline1102Aline1102   21 juillet 2011
Philippe le Bel avait laissé la France en situation de première nation du monde occidental. Sans recourir aux guerres de conquête, mais par négociations, mariages et transactions, il avait largement accru le territoire, en même temps qu'il s'était constamment appliqué à centraliser et renforcer l'Etat. Toutefois, les institutions administratives, financières, militaires, politiques dont il avait voulu doter le royaume et qui, relativement à l'époque, apparaissaient souvent comme révolutionnaires, n'étaient pas suffisamment ancrées dans les moeurs et l'Histoire pour pouvoir se perpétuer sans l'intervention personnelle d'un monarque fort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
CielvariableCielvariable   14 mai 2013
Mais cette colère était vite tombée. L’ancien grand chambellan avait soudain vomi sur les tapis d’Orient, imité en cela d’ailleurs par la presque totalité de l’escorte. La face blême, et trempé d’embruns des cheveux jusqu’aux chausses, le gros homme, prêt à rendre son âme chaque fois qu’une nouvelle vague soulevait le navire, gémissait entre deux hoquets qu’il ne reverrait jamais sa famille et qu’il n’avait point assez péché dans sa vie pour souffrir autant. Guccio, en revanche, se montrait d’une étonnante vaillance. La tête claire, le pied agile, il avait pris soin de faire mieux arrimer ses coffres, particulièrement celui aux écus ; dans les instants de relative accalmie, il courait quérir un peu d’eau pour la princesse, ou bien répandait autour d’elle des essences, afin de lui dissimuler la puanteur qu’exhalaient les indispositions de ses compagnons de voyage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
beauscoopbeauscoop   22 mars 2016
L’exercice du pouvoir n’est guère comparable qu’à celui de la médecine, qui connaît également cet enchaînement sans trêve, cette primauté des urgences, cette constante surveillance de troubles bénins parce qu’ils peuvent être symptômes de lésions graves, enfin ce perpétuel engagement de la responsabilité en des domaines où la sanction dépend de circonstances futures. L’équilibre des sociétés, comme la santé des individus, n’a jamais un caractère définitif, et ne peut représenter un labeur achevé.
Le métier de roi, au temps où les rois gouvernaient eux-mêmes, comportait ces servitudes ininterrompues.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Videos de Maurice Druon (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Maurice Druon
Retrouver l'émission ici : https://www.web-tv-culture.com/emission/theresa-revay-la-nuit-du-premier-jour-52411.html
Après deux titres contemporains, Theresa Révay a choisi le roman historique dont elle est devenue l'une des meilleures représentantes. Avec « Valentine ou le temps des adieux » en 2002, les lecteurs découvrent alors une jeune auteur dont le travail d'écriture, le romanesque des situations, la psychologie des personnages et le cadre historique n'est pas sans rappeler Henri Troyat, Maurice Druon ou Françoise Chandernagor. Pour ma part, j'aime à dire que Theresa Révay peut être considérée comme la petite cousine de Ken Follett !
Après la révolution bolchevique dans « La louve blanche », l'Angleterre des années 20 dans « Dernier été à Mayfair », le Berlin de 1945 dans « Tous les rêves du monde » ou la fin de l'empire ottoman dans « L'autre rive du Bosphire », Theresa Révay n'a pas son égale pour nous faire voyager dans le temps et dans le monde. Par un sens de l'intrigue parfaitement construit, elle sait inventer des destins romanesques aux prises avec la grande histoire, sans rien sacrifier à la qualité de l'écriture.
Voici le 10ème roman de Theresa Révay, « La nuit du premier jour ». Nous sommes à Lyon à la toute fin du XIXème siècle, où Blanche s'étiole dans la bourgeoisie locale des soyeux, auprès de son mari Victor. de ce mariage arrangé sont nés deux enfants, Oriane et Aurélien que chérit leur mère. Et pourtant, par amour pour Salim, venu de son Orient natal pour affaires avec les soyeux, Blanche va tout quitter.
Au-delà de cette intrigue romanesque et des rebondissements liés à des secrets de famille bien enfouis, Theresa Révay nous entraine dans un formidable tourbillon de sentiments et de larmes, au coeur du premier conflit mondial mais aussi dans le soleil de la Syrie et du Liban, où le sang va couler également. Face à une Europe qui se déchire, à l'autre bout de la Méditerranée, Blanche va devoir affronter la révolte arabe face à l'empire Ottoman de Jamel Pacha.
Magnifique portrait de femme luttant par amour, pour ses enfants comme pour l'homme de son coeur, le nouveau roman de Theresa Révay est une grande fresque qui résonne avec notre époque contemporaine et nous offre un magnifique moment de lecture.
« La nuit du premier jour » de Theresa Révay est publié chez Albin Michel.
+ Lire la suite
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura






.. ..