AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2715249888
Éditeur : Mercure de France (07/03/2019)

Note moyenne : 3.7/5 (sur 49 notes)
Résumé :
Laure avait des mots d’amour mais pas les preuves : Vincent n’évoquait jamais de date pour une prochaine rencontre. Et ce décalage entre les paroles et les actes la perturbait. Les messages maintenaient un lien entre eux, mais ils rendaient aussi la distance plus palpable et transformaient Vincent en une divinité inaccessible.

Laure est tombée amoureuse de Vincent en discutant avec lui sur Facebook. Depuis des mois, ils échangent aussi des SMS à longu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (36) Voir plus Ajouter une critique
Kittiwake
  15 mai 2019
Ce n'est pas la quatrième de couverture qui m'aurait incitée à me plonger dans ce roman : une histoire d'amour sur fond de réseau social, voilà qui évoque un parfum de déjà vu. C'est tout l'intérêt des lectures guidées par le choix d'un groupe, ici les 68 premières fois, de découvrir de nouvelles plumes, de se laisser surprendre par un récit beaucoup plus attractif que ne l'aurait laissé supposer les quelques lignes imprimées au verso. C'est aussi la preuve que l‘écriture fait tout, et peut transfigurer la banalité d'un sujet qui peut à première vue laisser indifférent. C'est pourtant le plus souvent de cette façon que l'on présente en quelques mots un livre dont on veut partager la lecture : par le sujet (d'où ces réactions inévitables. : encore la seconde (ou la première) guerre mondiale, encore la relation mère-fille, encore l'inceste…).
Pour revenir à Comme elle l'imagine, un autre élément défavorable pour une choix à l'instinct : le titre. C'est un peu tendance d'utiliser des titres de chansons, avec l'écueil de superposer deux univers dont chacun est le reflet d'un vécu qui s'inscrit dans une histoire personnelle, par les souvenirs et la période qui lui sont associés. Certes de nombreuses musicales références émaillent le récit et en justifie l'emploi.
Venons-en à cette rencontre avec Laure, universitaire spécialisée en littérature, qui tombe dans le doux piège des réseaux sociaux. L'essayer, c'est l'adopter, et au delà des alibis culturels, c'est bientôt sa solitude qu'elle offrira en sacrifice : le jeu périlleux de la séduction est un piège hautement dangereux. Outre les écueils d'une interprétation abusive, d'un procès d'intention, qui n'est pas l'apanage d'une correspondance en messages instantanés (les lettres reçues grâce au zèle des facteurs subissaient il y a quelques décennies le même sort), c'est la temporalité qui ajoute à l'angoisse. Réponse immédiate différée, pas de réponse…tout cela crée le manque, et dénature le raisonnement.
Belle leçon de prudence, qui s'adresse à nous tous.

Lien : https://kittylamouette.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          610
hcdahlem
  06 mai 2019
L'amour au temps de Facebook
Après avoir exploré le monde de la grande multinationale dans Brillante, Stéphanie Dupays confirme son talent d'analyste de notre société en racontant la rencontre de Laure et Vincent via Facebook et leur histoire d'amour.
Laure et Vincent ne se sont jamais rencontrés, pourtant ils partagent beaucoup de leur intimité, aiment échanger sur leurs lectures, leurs films, leur vie… C'est par le truchement de leurs comptes Facebook qu'ils ont fait connaissance et qu'ils correspondent régulièrement. «Elle avait trouvé un cocon chaud et doux, où elle pouvait faire halte, et, si quelqu'un la comprenait vraiment, ses nuits d'insomnie étaient moins noires. En quelques semaines, l'admiration se mêla d'affection, le plaisir de recevoir un message vira à l'attente du suivant, la complicité se transforma en sentiment amoureux.» Laure attend avec impatience le prochain message de son ami virtuel.
Enseignante et agrégée de lettres, elle sait décortiquer les phrases, sait le poids des mots, sait chercher les signes derrière les expressions et sait jouer avec la langue. Mais ce qui lui plaît aussi dans ses échanges, c'est aussi l'effet-miroir, l'image d'elle qui lui renvoie son correspondant «une autre version d'elle-même. Non plus la prof sérieuse penchée sur ses copies, un stylo à la main, devant un thé et une profiterole au café d'en bas, mais une femme flirtant avec un homme qu'elle n'avait jamais rencontré.» Une femme qui confie sa mélancolie et s'imagine pouvoir tirer un trait sur sa relation passée en s'investissant davantage dans cette «relation électronique». Elle s'intéresse aux auteurs qu'il affectionne autant qu'à tout ce qui touche Reims, la ville où il est domicilié. Elle dresse des listes des films et des livres dont il parle et elle interroge Facebook pour y trouver des informations supplémentaires, dénicher l'ex-copine de Vincent et n'hésite pas à la demander en amie pour pouvoir creuser affiner son profil. «Laure échafaudait des hypothèses, inventait des scènes de rupture, construisait des scénarios.»
Hypnotisée par l'écran, elle va devenir de plus en plus addictive aux signes et aux messages, au point de ne plus pouvoir supporter de trop longs silences et de maudire celui qui la faisait tant languir. Jusqu'au jour où la rencontre tant espérée à lieu: «Il était là, devant elle. Celui dont elle avait tant rêvé, celui dont elle avait pressenti à partir d'un amas de signes numériques qu'il pourrait être le bon. Et à chaque phrase elle sentait que son intention se vérifiait.»
Si ce roman est si réussi, c'est que la romancière parvient fort bien à montrer que l'amour au temps de Facebook conserve les mêmes codes qu'aux siècles passés, que la passion empêche le discernement, que l'on projette sur l'autre ses désirs, que l'on efface ses doutes pour une promesse de bonheur aléatoire.
Même si très vite il aurait pu se rendre compte que l‘investissement de Vincent était bien plus restreint, qu'il se satisfaisait des quelques heures passées ensemble, qu'il ne parlait pas de s'installer avec elle ou de l'inviter chez lui, elle s'attachait à son rêve. Par la même occasion, elle s'interdisait la possibilité d'une «vraie rencontre».
Comme dans Brillante, son précédent roman, Stéphanie Dupays analyse notre société avec beaucoup d'acuité. Sans porter de jugement, elle analyse les ressorts de l'élan amoureux au temps des réseaux sociaux et montre combien il faut se méfier du fossé entre virtuel et réel.
Lien : https://collectiondelivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
AudreyT
  04 mai 2019
****
Laure est professeur de lettres, spécialiste de Flaubert. Elle est célibataire, indépendante et souvent entourée d'amis. Elle aime chercher l'endroit parfait pour lire au calme et chercher dans les romans classiques les mots de sa vie. Mais depuis quelques temps elle échange par SMS avec Vincent, rencontré sur Facebook. Quand cette relation virtuelle ne lui suffit plus, Laure va chercher les signes et provoquer la rencontre...
De Stéphanie Dupays j'avais lu et apprécié Brillante. Elle garde ici son ton incisif et perçant et elle nous entraîne dans les affres des réseaux sociaux, de l'apparence et du virtuel.
Alors qu'elle nous emportait dans le monde du travail et de ses dérives dans son premier roman, elle évoque dans celui-ci le sentiment amoureux 2.0. Son héroïne est une femme que rien ne prédisposait à devenir la proie de l'attente fébrile d'un texto qui ne vient pas, d'un mot ou d'un silence qu'on analyse en boucle, de l'imagination qui s'emballe...
Laure se croit amoureuse mais elle n'est que la prisonnière d'une solitude qu'elle rejette...
Comme elle l'imagine est un roman qui analyse avec beaucoup de pertinence ce que l'amour est devenu à l'heure du virtuel, derrière les écrans, dans l'ombre d'une liberté que certain érige en maître...
Un roman fort bien écrit qui questionne... Merci aux 68 premières fois pour cette découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
lucia-lilas
  13 mars 2019
Quand la littérature s'empare des réseaux sociaux… Ces derniers temps, que de romans (tous très intéressants d'ailleurs), sur cette nouvelle forme de communication et ses codes. Voici un champ d'observation vraiment passionnant d'autant que ces réseaux sociaux modifient en profondeur les rapports entre les individus et j'irais même jusqu'à dire nos modes de vie.
Dans Celle que vous croyez  (récemment adapté au cinéma), Camille Laurens met en scène le personnage De Claire, une femme de 48 ans qui, pour surveiller son amant volage, se crée un faux profil Facebook, entre en contact avec l'ami de l'amant et finit par tomber amoureuse de lui, sans jamais l'avoir rencontré « en vrai ». Pas de souci, me direz-vous, ils n'ont qu'à se fixer un petit rendez-vous et tout sera résolu ! Oui mais Claire a menti en se présentant comme une belle brunette de 24 ans, célibataire et passionnée de photo… Vous voyez le problème…
Je repense aussi au roman de Philippe Annocque : Seule la nuit tombe dans ses bras dans lequel, via les réseaux sociaux et les messageries, un homme et une femme tombent amoureux l'un de l'autre et vont jusqu'à faire l'amour avec des mots (magnifique discours performatif!!!) sans jamais se rencontrer « in the real life. » Quel est le « statut » d'une telle liaison ? Peut-on même parler de « liaison » quand les mots remplacent les actes ?
Enfin, Fabrice Caro dans le discours, imagine un jeune homme qui, lors d'un repas de famille, tandis que la conversation roule sur les avantages du chauffage au sol, attend dans une anxiété sans nom un texto de son ex qu'il aime encore et à qui il vient d'envoyer un SMS qu'il juge stupide et qui le torture pendant tout le repas.
Il est clair que, visiblement, les nouveaux modes de communication ne nous rendent pas forcément heureux et semblent plutôt avoir l'art et la manière de nous ruiner l'existence…
Qu'en est-il dans le roman de Stéphanie Dupays ?
Laure, professeur de littérature à la Sorbonne et spécialiste de Flaubert, a rencontré Vincent sur Facebook. Elle aime discuter avec lui de livres et de films qu'elle apprécie et qui deviennent, d'une certaine façon, des prétextes pour connaître l'autre, le séduire même peut-être.
« Les livres, les films n'étaient pas seulement des livres et des films, ils constituaient un lien entre les êtres, le symbole et le prétexte d'un dialogue interrompu. »
Mais Vincent se montre très vite plus distant, il se connecte puis s'absente, revient, écrit deux trois phrases laconiques et repart. Joue-t-il avec elle ? Est-il sincère ? On s'interroge.
Si, en tant que linguiste, Laure décode parfaitement les signes de la langue littéraire (c'est son métier), elle reste à la porte des usages de la sphère Internet  : constater que Vincent ne lui répond pas alors qu'il est encore en ligne (point vert), qu'il n'a pas liké son post alors qu'il a aimé celui des autres (pouce jaune) la déroute complètement. Si Laure a conscience que « l'état amoureux transform(e) n'importe quelle femme en linguiste méticuleuse et le moindre message en énoncé à interpréter », là, elle patauge lamentablement, s'interroge sur le sens d'un SMS ou d'un émoticône, perd pied dans un monde qui lui est étranger.
De même, elle est très touchante lorsque, dépitée de constater que sa photo de profil n'est pas assez flatteuse, elle va tout faire pour modifier son image. J'ai trouvé très intéressante dans ce texte la façon dont Laure demeure dans l'incapacité de déchiffrer des codes qui lui échappent totalement, elle qui, dans la vraie vie, est une spécialiste de la question !
En plus, elle a beau avoir lu Proust qui analyse dans le détail le fonctionnement de la jalousie, elle est incapable de se protéger de ce sentiment qui l'envahit totalement : « Swann serait devenu fou sur Messenger. Lui qui interprétait le moindre signe, qui trouvait dans chaque geste ou chaque mot de quoi nourrir sa jalousie, aurait trouvé un réservoir inépuisable de souffrance ». Bien vu, effectivement !
Je trouve que Laure est un personnage très rohmérien dans sa façon de se laisser envahir par le sentiment amoureux et de se débattre avec un langage qui lui échappe, d'analyser le moindre terme, le moindre signe de ponctuation, de tout surinterpréter. Un seul mot et voilà Laure se laissant aller au plus grand fantasme : « « Peut-être », le mot laissait le champ libre à l'espoir et projetait sur Laure le souffle de Vincent, la caresse de ses mains, le pulpeux de sa bouche... » Waouh, quel souffle romanesque !
Et le plus terrible, c'est que Laure a conscience qu'elle tombe amoureuse d'un homme qu'elle n'a jamais vu, qu'elle ne connaît pas, dont elle n'a qu'une image tronquée qui n'a peut-être (certainement) rien à voir avec la réalité. Pour autant, elle n'y peut rien. « ...la seule chose qu'elle connaissait de cet homme était un amas de signes qui, comme tous les signes, s'interprétaient selon un contexte, dont elle ignorait presque tout. Comme elle ignorait tout de la façon de vivre de Vincent, de son rapport aux gens, sans même parler d'un éventuel accord de leurs peaux. Laure voulait être amoureuse, ressentir à nouveau cet état d'apesanteur, croquer la part romanesque de l'existence. Et Vincent était l'image exacte de son désir. »
Que cherche Laure ? Un homme virtuel qui, du fait de sa virtualité, serait un homme parfait ? Ne risque-t-elle pas d'être déçue par une construction idéalisée d'un être qui, au fond, n'existerait pas ?
En tout cas, très vite le smartphone devient une obsession, un objet chronophage, « un instrument de torture. » Laure se sent piégée par ses recherches sur la toile autour de Vincent qu'elle tente sans cesse de déchiffrer : « Laure échafaudait les hypothèses, inventait des scènes de rupture, construisait des scénarios. » D'une certaine façon, Laure devient romancière, créant des personnages qui n'existent pas et des histoires tirées de son imagination.
Mais où va la conduire sa folie ?
Vous l'aurez compris, j'ai beaucoup beaucoup aimé ce texte : le personnage de Laure m'a beaucoup touchée ; l'observation et l'analyse des jeux amoureux à l'heure de Facebook et les questionnements autour des nouveaux rapports humains qu'engendre l'usage des réseaux sociaux m'ont passionnée ; je me suis régalée aussi des références littéraires (oh Flaubert, Proust, René Guy Cadou...) et cinématographiques (oh Rohmer). J'ai trouvé toutes les analyses autour de ces bouleversements de société très fines, très percutantes et l'humour, omniprésent, a fini de me combler.
Un vrai coup de coeur donc pour ce texte que je recommande très vivement !
Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
ninachevalier
  16 juin 2019
Les protagonistes de Stéphanie Dupays sont des digital natives addicts aux réseaux. A travers Laure, professeure de Lettres, « maîtresse de conférences »,l'auteure explore les relations amoureuses sur la toile : comment l'étincelle naît, comment l'attirance grandit, évolue au point de tomber dans la dépendance.
On suit donc Laure, la trentaine, au début de sa relation virtuelle avec Vincent. Elle est si entichée, que même en plein cours, elle ruse pour pouvoir vérifier si Vincent lui a bien répondu. Si impatiente de s'isoler pour lui répondre, est-elle vraiment présente à ses élèves ? L'attentif Jean-Baptiste n'a-t-il pas décelé un signe de fébrilité ? La voilà scotchée à son smartphone.
Elle est si hypnotisée par l'écran que même dans un bus bondé elle est capable de se créer une bulle.
On peut lire certains de ses échanges avec ses followers, et en particulier avec ce fameux Vincent. Elle n'hésite pas à passer des heures à zoner la toile, à chatter ou à passer au crible le profil de Vincent, à fouiller dans ses posts. (1)
Sa dépendance aux messages de Vincent devient incontournable car celui-ci a l'art de la séduire, l'appelant sa « délicieuse ». Sa vie bascule, rêvant de leur rencontre, elle tente de la programmer mais la réaction de Vincent la refroidit, la déconcerte. La jalousie s'installe.
Elle va jusqu'à s'offrir une séance photo avec une professionnelle, pour poster une image séduisante de son profil. Elle fantasme déjà sur le nombre de likes qu'elle recueillera, en espérant ceux de Vincent.
L'auteure montre combien l'apparence prime sur Facebook.
Si bien que Laure qui se compare aux créatures virtuelles, aux «  visages lisses, aux corps parfaits » en est complexée. Elle voit « se rouvrir la cicatrice d'une image de soi défaillante ». Il est bon de convoquer l'injonction de Frédéric Midal : « Foutez-vous la paix », déconseillant de se comparer à un autre.
On constate que Laure, spécialiste de Flaubert, peine à concilier son travail quotidien( copies, colloques à préparer) et son égarement sur la toile. Elle perd sa concentration, corrige « l'esprit ailleurs, papillonne de ses copies à son smartphone, ce qui l'oblige à veiller parfois jusqu'à cinq heures du matin.
On suit les « montagnes russes « affectives entre les deux protagonistes et les rebondissements dans leur relation. Les vacances de Noël pour Laure, ce sera auprès de ses parents, à la campagne, pour renouer avec la nature, avec elle-même, afin que son cerveau ne tourne pas en boucle et surtout pour mettre Vincent entre parenthèses ! Elle se fait violence pour travailler sur ordi mais sans internet, elle se plonge dans Proust, Gary. Besoin de « retrouver sa souveraineté ». « Le travail effréné a un pouvoir anxiolytique » reconnu.
La romancière relate leur premier baiser, leurs premières étreintes, leur premier repas en tête à tête. Puis les rencontres ponctuelles, parfois très brèves, entre deux trains, une soirée au restaurant, des rendez-vous improvisés en dernière minute  ! « L'espacement de leurs rencontres faisait de chacune une éternelle première fois ».
Or il apparaît que Vincent a « comme un sixième sens »:dès que Laure s'éloigne, il revient vers elle ! Va-t-elle lui accorder une nouvelle chance ? Peut-elle lui faire confiance quand il lui dit que leur « rencontre est un miracle » et qu'elle est « son ange gardien » ? Laissons le lecteur découvrir l'évolution de cette relation et voir si elle parviendra à « résoudre l'énigme Vincent ».
On serait tenté de rapprocher Laure de l'héroïne de David Foenkinos, Mathide, elle aussi enseignante, qui « avait trop lu de livres » et « tous les malheurs venaient de la littérature »! Pour le narrateur de « Deux soeurs » (2), le métier de professeure « c'était une soumission à l'interprétation des mots ». Stéphanie Dupays , elle aussi, met en exergue le pouvoir des mots à travers Laure qui a tendance à vouloir vivre sa relation amoureuse à l'instar de personnages de romans. « Elle avait besoin des mots des autres pour décoder les êtres et les choses, interposer la littérature entre elle et le monde la protégeait ».
Toutefois les livres restent sa bouée de secours, son refuge, préférant « se passer de confident et s'en remettre aux livres ». Ainsi toutes ses références littéraires et cinématographiques( Rohmer) offrent au lecteur un terreau éclectique où puiser pour s'enrichir. Citons les poètes Brautigan,Cadou, Bousquet et Valérie Rouzeau qui méritent d'être lus. On croise également Durrell, Modiano.
Et si vous êtes à Paris, vous pouvez rendre visite à la statue deMontaigne, lui frotter le pied droit et le bonheur devrait vous sourire ou l'amour !
Stéphanie Dupays livre une réflexion sur le célibat selon les âges, sur les vieux couples, sur la difficulté d'entretenir une relation pérenne avec autrui.
Elle oppose celui qui se contente d'échanges derrière l'écran et de rencontres épisodiques à celle qui a besoin de relations concrètes, de convivialité et ne se satisfait pas « de mots d'amour ». Pour Laure, il devient évident que « Vincent est une divinité inaccessible ». On plonge dans les pensées de Laure qui en vient à douter de la sincérité des liens tissés avec Vincent, à se demander si elle n'a pas été ghostée. le manque devient insupportable, douloureux pour l'amoureuse. le poids du silence est terrible quand il brise l'illusion de proximité.
Si vous n'êtes pas sur les réseaux, ce roman vous protégera de cette aliénation, de cette techno- dépendance que Serge Joncour pointe aussi dans son roman CHIEN- LOUP. (3) Pour lui, « c'est comme le Nutella, dès qu'on y touche on est ferré » ! Facebook est ce « gigantesque texte à déchiffrer » où Laure s'égare!
Laure n'est pas la seule à s'être brûlé les ailes, mais son récit a la vertu de mettre en garde tous ceux qui s'emballent trop vite et s'investissent trop dans une relation virtuelle avec un(e) inconnu(e) ! Sa lucidité, toute relative, lui a toutefois permis d'éviter le piège tendu par Vincent, préférant renoncer à son invitation pour un week-end à Séville. Elle a su résister à la tentation !
Laure sait prendre de la distance (comme par exemple sa déconnexion lors d'un Noël chez ses parents), ce qui relance sa créativité, elle réagit comme Philippe Besson qui voit une corrélation entre écriture et séparation : « La souffrance et les chagrins d'amour rendent l'écriture très fertile ».
Stéphanie Dupays signe un récit nécessaire pour mettre en garde les naïfs afin d'éviter les rencontres toxiques et d'éventuelles désillusions.
Une sorte de diatribe qui éclaire et alerte sur les dangers de l'addiction à Facebook et à son smartphone. En même temps, elle offre une ode aux livres ( qui prennent soin de nous) et à la littérature, échappatoire pour les héroïnes.
La romancière se fait chantre de l'ici et maintenant, de la vraie vie, en sorte.
(1) Post : publications faites sur Facebook
(2) Deux soeurs de David Foenkinos, éditions Gallimard
(3) CHIEN-LOUP de Serge Joncour, éditions Flammarion
Prix Landerneau 2018 , Prix du roman d'écologie,
Prix de la Ville de Vannes 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          183

critiques presse (3)
LePoint   28 mai 2019
Un conte cruel et feutré, une variation ingénieuse et cinglante sur un mal du siècle : la tentation délétère de s'abandonner aux séductions si parfaites du virtuel.
Lire la critique sur le site : LePoint
Lexpress   06 mai 2019
Il y a un talent inouï à rendre extraordinaire l'ordinaire. C'est celui de Stéphanie Dupays qui signe, avec son second roman, ce qui pourrait devenir un classique de l'amour contemporain.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Liberation   30 avril 2019
La force du roman est de montrer que la virtualité numérique ne change pas le rapport amoureux mais ne fait que pousser à l’extrême les pathologies inhérentes à l’amour-passion.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
hcdahlemhcdahlem   06 mai 2019
INCIPIT
Dans trois heures, elle serait avec lui.
Laure relisait son message dans le bus bondé où l’énervement commençait à monter. Certains jours, il suffisait d’un rien, heurt de poussette, valise encombrante, parole mal interprétée, pour qu’une querelle éclate. À côté d’elle, deux femmes se disputaient une place assise réservée aux handicapés. « Il ne faut pas juger les gens, c’est comme ça que les guerres arrivent ! Connasse ! » Les deux passagères se tenaient face à face, menton relevé, regard de défi, et se hurlaient dessus. Debout, appuyée contre la barre dans un douloureux mouvement de torsion de la hanche, une main sciée par les poignées du sac contenant son ordinateur, ses dossiers, trop de livres, l’autre main tenant fermement son téléphone, Laure détourna la tête pour oublier le combat verbal se déchaînant à côté d’elle. Elle pensait à ce soir. Et cette pensée la protégeait de la chaleur du bus, de cette sensation d’étouffer qui commençait à la gagner, de l’odeur de gel douche à la vanille mêlée de transpiration de l’homme devant elle, des injures rendant l’air encore plus pesant, des à-coups du chauffeur dont on sentait la fatigue jusque dans les freinages brutaux. « La paix ! », « fermez-la ! ». Des passagers prirent part à la querelle, gesticulant, criant, et la mauvaise humeur se répandit dans le bus, contaminant tout le monde de proche en proche, comme un virus très contagieux. Les cris s’accentuaient, mais Laure était dans une bulle que seuls les messages de Vincent parvenaient à percer. Au milieu des éclats de voix, elle se tenait droite, souveraine, imperméable à l’environnement car une autre histoire se déroulait dans sa tête. Une histoire d’une douceur infinie.
« Mouton-Duvernet. » Enfin ! Laure se fraya un chemin vers la sortie, descendit, et emplissant ses poumons d’air frais marcha d’un pas alerte vers l’appartement, un deux-pièces au troisième étage d’un immeuble de pierre face à une école primaire. Elle l’avait acheté avant la flambée des prix parisiens, quand le XIVe arrondissement était encore abordable pour une maîtresse de conférences sans enfant acceptant de sacrifier quelques mètres carrés à la volonté impérative qu’affichaient souvent les provinciaux montés à la capitale de vivre intra-muros. Quand elle avait visité l’appartement pour la première fois, la clameur des enfants en récréation donnait un côté joyeux à cette rue calme. Cette sérénité allègre lui avait paru fournir un contrepoint agréable à la solitude qu’exigeait le travail universitaire. Laure franchit le seuil. L’odeur de cannelle parfumant la compote préparée la veille embaumait dès l’entrée. Elle dîna à la hâte, rangea la vaisselle et prit une douche.
Il était vingt-deux heures, Vincent était là.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
KittiwakeKittiwake   15 avril 2019
Au printemps précédent, Laure s’était inscrite sur Facebook, sous la pression amicale de Nico, le collègue féru d’ « humanités numériques » qui avait construit la page Internet du labo de lettres. Elle avait reconnu que oui, c’était pratique, et avait commencé à trouver exaltantes ces communautés électives se rassemblant autour d’un centre d’intérêt. L’alibi culturel, c’était le prétexte qu’elle avançait pour justifier les heures qu’elle passait désormais à naviguer de page en page. Mais Laure était assez lucide sur elle-même pour savoir que la vraie raison de son addiction naissante aux réseaux sociaux était ailleurs : Facebook matérialisait ce fantasme inavouable, écouter derrière les portes et pénétrer dans la vie des gens.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          91
hcdahlemhcdahlem   06 mai 2019
A vingt ans, le célibat n'était qu'une étape qu'un avenir plein de promesses reléguerait au rang des souvenirs un peu pénibles; à trente, être célibataire commençait à devenir moins enviable, presque incongru.  A presque quarante, Laure semblait entendre se former dans la tête de ses amis les pensées interrogatrices? "Qu'est ce qui cloche chez elle ?" ou réprobatrices "Quand va-t-elle enfin grandir ?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
KittiwakeKittiwake   15 avril 2019
Elle avait l’impression de lire quelque chose qu’elle n’avait jamais lu, quelque chose qu’elle aurait voulu écrire si elle en avait eu le talent.
Commenter  J’apprécie          370
SagnesSySagnesSy   15 mars 2019
Laure aimait les hommes inquiets : pas les angoissés englués dans leurs phobies, juste les hommes un peu inquiets. Les hommes qui regardaient par la fenêtre s’éloigner l’amour de leur vie, les hommes marchant seuls sur des plages en hiver, les hommes buvant un whisky au comptoir d’un bar d’hôtel d’une ville étrangère où ils ne connaissaient personne. Sautet ou Rohmer en avaient souvent fait leurs héros. D’une certaine manière Vincent lui faisait penser à Stéphane d’Un coeur en hiver, le luthier fermé aux sentiments incarné par Daniel Auteuil à qui la violoniste amoureuse dit : « Vous ne pouvez plus vivre comme ça, vous devez accepter que quelque chose se détende en vous. » Il n’y arrive pas et elle part. Les hommes inquiets cherchaient souvent une conjuration dans le travail acharné et un apaisement dans l’art, les livres, la peinture, ce qui en faisait des êtres cultivés et sensibles. Alliée à l’intelligence, l’inquiétude séduisait Laure, la seconde composante adoucissait la première et la préservait de la suffisance. Les hommes inquiets étaient aussi des hommes ayant besoin d’une femme pour les rassurer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de Stéphanie Dupays (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Stéphanie Dupays
Stéphanie Dupays vous présente son ouvrage "Comme elle l'imagine" aux éditions Mercure de France.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2303324/stephanie-dupays-comme-elle-l-imagine
Notes de musique : Youtube Music Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : réseaux sociauxVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3453 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..