AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782702900642
180 pages
Le Courrier du Livre (16/03/1999)
4.09/5   11 notes
Résumé :
Par méditation, on peut comprendre et pratiquer plusieurs choses. Mais ici, la méditation comme exercice initiatique, tendant vers la percée de l’Être essentiel et vers une vie qui lui permette de prendre forme dans le monde, est la seule dont nous entretient Karlfried Graf Dürckheim.

La première partie du livre (Pourquoi méditer) est une introduction approfondie qui situe la méditation en tant qu'exercice initiatique; dans la seconde partie sont env... >Voir plus
Que lire après Méditer : Pourquoi et comment?Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Acquis en 1999, je n'avais pas à l'époque les mêmes motivations sur le sujet que maintenant. Oui l'idée était déjà présente, mais on remet toujours à plus tard. Ce livre s'est donc retrouvé au fin fond de notre bibliothèque : j'en avais même perdu le souvenir. Vous connaissez l'histoire : "quand l'élève est prêt le maître arrive", ce livre m'est réapparu au moment ou je commençais à faiblir sur l'intensité de la pratique de la méditation.
En deux parties, comme beaucoup d'ouvrages sur la question : 1 pourquoi - 2 comment.
Pourquoi ? Cette question me surprendra toujours : si on ouvre un tel bouquin c'est que l'on sait pourquoi. Enfin j'espère. Cette première partie est plus une synthèse sur : pourquoi certains d'entre nous se tournent vers la méditation et quels bénéfices en tirer.
Comment ? Là, cet ouvrage est fort complet, très détaillé, avec des explications, des exercices, des objets de méditation ... Bouquin à garder à portée de mains pour être lu et relu, un petit peu de temps en temps. Car pour le méditant solitaire, comprenez sans maître, la motivation est ce qu'il y a de plus dur à conserver. Alors les livres sur la question permettent d'entretenir la flamme.
Commenter  J’apprécie          100
Une lecture qui amène à s'interroger sur le sens de cette pratique et le désir profond de se transformer. Quel est mon but ? Qu'est-ce que je suis prêt à mettre en oeuvre pour y parvenir ?
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
Il y a des instants où nous nous sentons soulevés hors de la réalité familière. Ce que nous éprouvons alors semble ne pas être de ce monde. Il s’agit de moments singuliers, empreints d’un merveilleux qui nous touche soudain. Tout ce que nous vivons est imprégné d’une qualité particulière. Une sorte d’enchantement nous rend à la fois étranger et tout à fait nous même, totalement protégé par quelque chose de familier.
Commenter  J’apprécie          160
La résistance la plus acharnée à une totale transformation par l’être essentiel est celle du moi attaché à son « péché originel ». La chance, la condition même, de l’éclosion dans la conscience de L’être essentiel est donc l’anéantissement d’un moi retranché sur ses positions. Devant la destruction, l’absurde et l’isolement qui le menacent, l’homme pré-initiatique ne connaît que la résistance. En face d’une situation extrême, l’appelé à la vie initiatique, lui, réalise le paradoxe d’accepter l’inacceptable : la mort, l’absurde et l’abandon. L’éclosion de L’être essentiel, dans l’expérience de L’être au-delà du temps et de l’espace, implique donc la mort du moi rebelle. Elle peut être le fruit d’un long travail ou le don d’un moment de grâce.

La méditation, comme toute vie initiatique, est un constant effort fait pour situer correctement le moi dans la structure d’ensemble de la personne. Lorsque le moi profane est le maître du terrain, l’homme reste fermé à son Être essentiel. Quand ce moi est trop faible, l’homme risque de se perdre, soit dans le profane, soit dans le grand Tout archaïque. La voie initiatique ne vise pas à une dissolution cosmique du moi existentiel, mais à l’épanouissement, dans la plénitude de L’être, source de sa vitalité, d’un moi capable de créer les conditions favorables à la percée du Soi.

Chaque fois que nous sommes touchés par l’être essentiel — et non pas seulement dans les grandes expériences de L’être —lorsque, en d’autres termes, s’ouvre la porte du mystère, le dynamisme de notre essence métaphysique et métapsychique se manifeste en nous. Nous les ressentons comme une aspiration qui renferme et comble tous les désirs existentiels et comme une promesse illuminatrice. Elle est la force d’impulsion qui nous pousse sans relâche à la réalisation de notre image innée. Elle engendre une nouvelle conscience de la tâche qui nous incombe impérieusement : témoigner en ce monde de L’être éveillé en nous. Toute expérience authentique de L’être porte en soi la charge d’une métamorphose qui lui est conforme.
Commenter  J’apprécie          10
Rien ne relie mieux l’homme à l’univers que le toucher d’une créature vivante, qu’elle appartienne au monde végétal, animal ou humain. Le contact d’un jeune arbre dont on entoure le tronc de ses deux mains, du sol sur lequel on est étendu, de l’eau glissant autour du nageur, d’une averse dont on se laisse tremper ; le contact du sol — qu’il soit sable, pierre ou herbe — sous les pieds nus, la sensation du vent ou de la pluie, tout cela peut être, à condition d’y apporter une certaine disposition d’esprit, une occasion d’union cosmique.
Commenter  J’apprécie          50
L’amour apparaît d’abord sous la forme de solidarité humaine. Celle-ci consiste à s’entraider dans la satisfaction des désirs fondamentaux de l’homme, c’est-à-dire à se procurer mutuellement sécurité, raison de vivre et affection. Ce devoir reste toujours valable. Vivre sur le plan initiatique n’est pas faire table rase des valeurs éthiques. C’est, au contraire, leur affirmation qui autorise à passer à l'autre niveau. Mais le sens du prochain, c’est-à-dire l’amour au sens le plus large du terme, signifie alors davantage.
Commenter  J’apprécie          50
L’ombre est la lumière sous la forme de ce qui la dissimule. C’est la force ténébreuse menaçant la brillante façade. L’ombre est cette menace parce qu’elle représente l’ensemble de ce qui aurait dû faire partie de l’intégralité de l’homme mais n’a pas pu s’épanouir. Elle est l’ensemble des penchants et des pulsions refoulés qui mènent leur sabbat dans l’inconscient. Et le noyau de cette ombre est l’être essentiel sous l’aspect de ce qui empêche le rayonnement de sa lumière.
Commenter  J’apprécie          50

autres livres classés : meditationVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (31) Voir plus



Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1803 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre

{* *}