AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782290035504
318 pages
J'ai Lu (04/05/2011)
3.52/5   100 notes
Résumé :

Les Guidon de Repeynac, nobles désargentés, famille de sept enfants, ont été expulsés de leur appartement de Neuilly et relogés dans une HLM de banlieue.

Depuis, Grangemarre, épouse tyrannique et mère désemparée, leur fait vivre à tous un épouvantable calvaire.

Criblé de dettes, son mari Toto se lance dans de multiples pérégrinations pour sortir de ce cauchemar, aidé par ses fils aînés qui se font les complices attendris de se... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,52

sur 100 notes
5
2 avis
4
6 avis
3
4 avis
2
3 avis
1
0 avis

Cette histoire est racontée par un des fils aînés de la famille Guidon de Repeynac, William.

Sa mère issue d'une famille de noble, bourgeois et croyants de Neuilly se marie avec Toto qui est d'un milieu de nobles désargentés.

Désargentés ils vont être relogés en HLM et commence pour eux une vie de galères, le père Toto, beau parleur va trouver des combines à chaque fois plus douteuses les unes que les autres pour faire rentrer de l'argent à la maison.

Sa femme qui a beaucoup de mal à s'habituer à cette nouvelle vie, misérable et instable, il faut bien le dire pique des crises et est souvent dépressive ; s'ensuit des disputes et des réconciliations qui a chaque fois amène un nouvel arrivant dans la famille. En tout neuf enfants naîtront et toujours de gros problèmes financiers.

Tout ceci la débrouille, les dettes, les huissiers, les manques, les disputes et le père Toto qui essaie par tous les moyens de s'en sortir mais s'enfonce davantage à chaque nouvelle combine sont décrits par ce fils qui se fait avec ses frères aînés complices attendris de leur père.

Père certes attachant, mais tellement inconséquent et faible face aux aléas de la vie. Un beau parleur mais un looser, que ces trois fils aînés vont tout à la foi aimé et détesté.

Une mère dépassée et si peu habituée et préparée à cette vie sans le sou qui se sentira dépossédée de l'amour de ses enfants, mais tellement attachée malgré tout à ce mari qu'elle aime et hait parfois.

Je n'ai pas trouvé ça ni drôle, ni nostalgique.

Description de la société bourgeoise des années soixante paraît-il !

J'ai trouvé cette histoire très triste pour commencer l'année, je ne m'attendais pas à cela.

Commenter  J’apprécie          171

Roman autobiographique, même si les noms des personnages principaux (la famille de l'auteur) ont été changés.

Dans la France des années 50, William Guidon de Repeygnac raconte son enfance : son père aristocrate et pauvre, combinard refusant de regarder la réalité en face et travaillant tant bien que mal pour élever sa famille ; sa femme, grande bourgeoise élevée dans l'opulence, neurasthénique et incapable de supporter la vie qui est devenue la sienne, harcelant sans cesse sa famille mais surtout son mari ; les 7, 8, puis 9 enfants du couple qui survivent tant bien que mal aux scènes de ménage, à la pauvreté, aux coupures d'électricité, à la bataille contre les huissiers.

Expulsés de Neuilly pour partir habiter dans un HLM de banlieue, William nous raconte une vie au jour le jour, sans grand espoir d'amélioration, les écoles catholiques auxquelles leurs parents tiennent à les inscrire mais qu'ils ne peuvent pas payer, les humiliations, les préjugés de leur époque et de leur classe sociale d'origine, une vie qui ira jusqu'à le rendre malade physiquement, avant qu'il puisse tant bien que mal y échapper.

On comprend pourquoi la famille de Duroy l'a mis au ban, poursuivi en justice, désavoué, parce qu'il ne cache rien, ni les bassesses, ni les insultes, ni les surnoms, ni la haine. Ce roman (?) raconte une vie absolument effarante, personne n'est épargné.

Commenter  J’apprécie          160

Un véritable coup de coeur! Je ne me suis pas ennuyée une seule minute tout au long de ces 310 pages. C'est parfois très drôle, souvent pathétique, et certainement sincère et authentique. L'histoire de cette famille ruinée dérivant dans une vie dans laquelle elle n'est absolument pas à sa place, m'a littéralement captivée. Les 8 enfants, issus d'une mère neurasthénique et d'un père utopique à souhait, se jettent tant bien que mal dans une existence chaotique, avec pour décor les années soixante. Un livre inoubliable.

Commenter  J’apprécie          180

Je ne connaissais pas Lionel Duroy ni son histoire avant de lire ce roman.

Au-delà de l'aspect biographique attristant, dur, ce livre est fascinant. Fascinant, ce parcours familial des parents qui en arrivent - elle surtout - à ce stade d'indifférence vis-à-vis de ces enfants; la succession des naissances, la ruine de la famille, le père trop fantasque, la chute, petit-à-petit, de cette famille aristocrate qui se retrouve à vivre dans un taudis.

Et puis, toujours présent, le regard que l'enfant, puis l'adolescent et enfin l'adulte porte sur cette vie et surtout sur ses parents.

Un livre éprouvant, déprimant mais touchant. Je n'en ai pas lu d'autres de lui mais je le suis maintenant de loin, à chaque publication, et je me demande quand même secrètement s'il en finira jamais avec son besoin de revanche, de vengeance.

Commenter  J’apprécie          150

Mademoiselle Grangemarre épouse le Baron Raoul Guidon de Repeygnac. La couple habite à Neuilly dans un appartement avec leurs enfants. Tout se déroule plutôt pas trop mal jusqu'au jour où la famille est expulsée de l'appartement. Les voici donc relégués en banlieue ouest dans une HLM flambant neuve (nous sommes en 1960) au grand désespoir de Madame. Monsieur prend les choses plutôt bien. La bonne les suit dans ces appartements qu'ils occupent. Les enfants continuent leur scolarité dans leur ancienne école et Monsieur essaye de trouver un travail pour subenir aux besoins de la famille et regagner au plus vite Neuilly. Malheureusement, les choses ne vont pas se dérouler comme prévu et les aléas vont venir jalonner la vie de cette famille. Les enfants, eux, vont être les spectateurs impuissants de cette débâcle.

--------------------------

Mon avis : je suis partagée pour ce roman. J'ai beaucoup aimé et souri lors de la première moitié puis après cela se gâte par trop de répétitions. En fait, il leur arrive tellement de "tuiles" à chaque fois que l'on croit qu'ils vont s'en sortir que c'en est lassant. J'ai été aussi gênée par le fait que les enfants en parlant de leur père disent "Toto" ; cela ne me semblait pas cadrer avec la famille. de plus la mère a une tendance à blâmer son époux sans cesse et à le maltraiter si bien que j'avais envie de prendre Toto par les épaules et lui dire de se rebeller et de faire taire son épouse. Lui peine sans arrêt et de le voir entrer dans des combines pour s'en sortir ne me semblait pas convainquant. L'époux passe pour un guignol et sa conduite ne semblait pas cadrer avec son milieu social.

Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation

Toto et lui, ils mangeaient exactement de la même façon. Ou plutôt ils ne mangeaient pas, ils broutaient, la bouche au ras du chou, prête à engloutir ce que lèverait la fourchette. entre deux coups de fourche, ils mastiquaient avec des bruits d'éponge, les joues gonflées, laissant parfois perler quelques gouttes ou gicler un jet sous pression de leurs lèvres trempées.

Commenter  J’apprécie          80

- Oh! moi, tu sais, j'ai pas un mot à dire, il susurrait avec des mimiques de bigot.

Quand on a fait autant de conneries que ton vieux père sur cette bonne vieille terre, on n'a plus qu'à la boucler .....

......... Ils avaient trouvé ensemble un équilibre.

Elle dans la peau du majordome, lui dans les guenilles du pénitent.

Commenter  J’apprécie          98

Il s'agissait de remplacer les valves cardiaques de Toto par des prothèses en peau de cochon qui n'avaient pratiquement aucune chance de fonctionner. En somme, il allait mourir, c'était certain, mais il avait la délicatesse d'agrémenter sa sortie d'un minimum de suspense.

Commenter  J’apprécie          50

On ne savait pas pour combien de temps elle s' en allait. Elle était venue nous embrasser chez nous, de l'autre côté du palier. Ça faisait bien trois jours qu'on nell'avait plus vue, depuis cette crise terrible qui l'avait jetée par terre, elle, et toute l'huile noire de la friteuse.

Commenter  J’apprécie          20

D'une certaine façon ils y avaient réussi. En inversant les rôles.

C'était elle désormais qui dictait leur mode de vie et non plus lui, qui durant tant d'années l'avait traînée d'illusions en catastrophes.

Elle rattrapait le temps perdu avec une rage presque pathétique.

Commenter  J’apprécie          20

Videos de Lionel Duroy (63) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lionel Duroy
"Disparaître", chez Mialet-Barrault revient sur la ruée vers l'Est, en vélo de Lionel Duroy, à 70 ans. de la France jusqu'au delta du Danube, ce voyage devait être sans retour. Présent sur le plateau, l'auteur prouve que la vie triomphe, mais aussi la tendresse et l'écriture. 
Retrouvez l'intégralité de l'interview ci-dessous : https://www.france.tv/france-5/la-grande-librairie/
autres livres classés : discordeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
1439 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre