AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2757801244
Éditeur : Points (07/06/2007)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 212 notes)
Résumé :
Rue de la Doulce-Belette, Max Corneloup, auteur de romans-feuilletons, et Eugène Ruche, peintre sur coquilles d'œuf, habitent en vis-à-vis. Chacun suspecte l'autre de l'épier. La méfiance règne, d'autant plus que le voisinage n'est pas spécialement sain d'esprit. Sans compter les commérages de Mme Ladoux, la gardienne...

Quand un cadavre est découvert, c'est une véritable psychose qui s'installe. Seraient-ils allés trop loin ?

"Entre l'... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (60) Voir plus Ajouter une critique
MissSherlock
  23 janvier 2018
Ayant adoré le mystère Sherlock, je ne pouvais pas en rester là avec J.M. Erre. C'est sur les bons conseils de mosaique92 que mon choix s'est porté sur Prenez soin du chien, le premier roman de l'auteur.
J'ai passé un très agréable moment en compagnie des locataires des 5 et 6 rue de la Doulce-Belette. J.M. Erre a une imagination débordante, je me demande où il va chercher tout ça. Il place ses protagonistes dans des situations plus folles les unes que les autres et c'est jubilatoire.
J'ai beaucoup ri (un peu moins qu'avec le mystère Sherlock) et j'ai aimé être mené en bateau. Je ne m'attendais pas à ce dénouement.
Cette lecture a été rafraîchissante et solaire. Je vais m'empresser de me procurer les autres titres de l'auteur.
CHALLENGE MULTI-DÉFIS 2018
Commenter  J’apprécie          254
TINUSIA
  07 juillet 2010
L'addiction est définie comme une dépendance qui repose sur une envie répétée et irrépressible...
Après avoir dégusté le MADE IN CHINA de cet auteur à la plume jubilatoire, il n'y a que quelques jours, c'est quasi compulsivement que je me suis précipitée à la librairie, pour acheter, que dis-je, m'emparer, du premier ouvrage qu'il a écrit. Et j'ai dévoré...
Comment un écrivain peut-il donc posséder une imagination si féconde, une écriture si joviale, un ton si radieux ? J'en frémis de jalousie ! Je voudrais avoir quelques décennies de moins pour partager avec les élèves qu'il accompagne à Sète des heures de cours que j'imagine foisonnantes et efflorescentes.
Amateurs et amateuses de "polars", ne pas s'abstenir ; amateurs et amateuses de romans exaltants, ne pas s'abstenir ; amateurs et amateuses de fantaisie impétueuse, ne pas s'abstenir... j'ai cherché, en vain, sur le net, une petite critique pas trop positive, une minuscule réserve... en vain !
Venons aux faits.
Rue de la Doulce-Belette, vit un microcosme social d'un genre particulier. Max Corneloup, un auteur de roman-feuilletons radiophoniques emménage dans un immeuble, en même temps que s'installe, dans le bâtiment en vis à vis, Eugène Fluche, peintre sur coquilles d'oeuf. Ces deux hommes n'ont rien en commun, exceptée la rue qu'ils se partagent. Sans se le dire, ils éprouvent pourtant l'un pour l'autre une solide aversion, fondée sur la sensation complètement paranoïaque d'être espionné par celui d'en face. Chaque faits et gestes est minutieusement analysé, scruté, sondé pour alimenter ce sentiment de persécution qui les envahit monstrueusement.
Pour entretenir cette psychose, une faune un peu spéciale gravite autour d'eux : notamment, les deux concierges respectives de leurs habitations, Madame Ladoux qui vaque du côté de chez Corneloup, et qui met toute son énergie à faire du "5, de la rue Doulce Belette une maison de standing" en se glorifiant d'y héberger ceux du show-biz : Monsieur Zamora, piètre réalisateur de films en est un digne représentant ! de l'autre côté, au 6, sa concurrente, Madame Polenta, "radieuse trentenaire" à la plastique exceptionnelle. Il y a aussi Lazare Montagnac, myope comme une taupe et auteur minable de "romans érotiques destinés aux femmes à qui il révèle leurs fantasmes cachés", Madame Brichon, acariâtre et procédurière veuve, qui ne cesse d'envoyer des courriers rageurs à Monsieur Naudet, représentant de l'invisible et énigmatique propriétaire de l'immeuble. La liste des occupants et de leurs particularismes serait trop longue à établir... bref, tout ce beau monde s'épie, s'accuse, se moucharde.
Et J. M. ERRE sait les faire extravaguer à merveille ! Cette petite communauté hétéroclite se répand en conjectures toutes plus loufoques les unes que les autres, lorsqu'un crime est commis...
Comme explique l'auteur : "Dans un roman, le véritable suspense ne réside pas dans la question : "qui est le meurtrier ?", mais dans celle-ci : "L'auteur est-il bon ?" Et il est bigrement bon ce romancier ! Tout est dans la subtilité des rebondissements, dans la cascade des péripéties, dans le style soutenu et sémillant. Excellent, pour tout dire !
Comprenez-vous maintenant mon addiction ? Je ne peux que vous souhaiter de contracter la même maladie ! C'est tellement bon de se délecter !
Lien : http://livresouverts.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
HORUSFONCK
  12 mars 2018
Ma découverte de J.M. Erre, commence avec Prenez soin du chien.
Ce livre, chapitré en compte à rebours, fut un vrai délice pour moi.
L' humour y est aussi constant que trépidant, et l'intrigue m'a rien à envier aux maîtres du genre policier issus de la période dite "classique".
Les personnages vont leur train de locataires parfois bien déjantés, sis dans deux immeubles se faisant face... Et où rien ne manque, ni lettres anonymes ou non, incident fâcheux et propriétaire absent... Sans compter deux concierges antagonistes et un sale gosse que le lecteur ne souhaiterais pas à son pire ennemi.
La conclusion du bouquin, relativement sombre, n'a pas su me décevoir.
Elle se situe dans l' exacte continuation de cette fiction captivante entre Agatha Christie et Georges Simenon.

Commenter  J’apprécie          213
MissLeo
  13 février 2013
J'avais été tellement enthousiasmée par "Le mystère Sherlock" que je pouvais difficilement faire l'économie de la lecture des autres romans de J.M.Erre. C'est cependant avec une certaine appréhension que je me décidai enfin à sortir "Prenez soin du chien" de ma PAL. J'espérais bien sûr y retrouver les ingrédients qui m'avaient tant plu dans "Le mystère Sherlock", mais je craignais surtout d'être déçue, malgré un titre prometteur et une histoire semble-t-il complètement déjantée. Je redoutais en particulier que les traits d'humour y soient trop appuyés (la frontière est souvent mince entre le rire et la consternation).
Le fait est que j'ai eu un peu plus de mal à rentrer dans ce livre que dans le précédent. Je le trouvais amusant, mais il me manquait un petit quelque chose pour être totalement séduite : la caricature et les situations me semblaient un peu forcées, et les personnages trop énormes pour êtres crédibles. Bref, je n'étais pas plus emballée que ça. Et puis le déclic s'est produit, après une petite centaine de pages. Je me suis laissée prendre au jeu, et j'ai peu à peu succombé au charme d'une intrigue plus tortueuse que ne pouvaient le laisser présager les premiers chapitres, portée par la prose d'un auteur plein de verve et d'intelligence.
"On peut en effet se poser la question : l'agent immobilier a-t-il une âme ? En tout cas, moi c'est ce que je me demandais cet été alors que je rampais d'agence en agence, en expiant la honte de mon célibat, l'indignité de ma cinquantaine, le scandale de mon statut d'auteur de feuilletons radiophoniques ("Ah bon ? Ca existe encore ?") pour mendier la grâce d'une visite d'un infâme taudis au septième étage sans ascenseur." (page 57)
J'ai particulièrement apprécié la mise en abyme du récit, dont l'intrigue à tiroirs ne se résume pas à une simple succession de péripéties absurdes et déjantées. le lecteur va de surprise en surprise, et le dénouement tient quant à lui toutes ses promesses. La narration change régulièrement de point de vue, et l'essentiel du texte est constitué d'extraits des journaux intimes de Max Corneloup et Eugène Fluche, lesquels s'indignent continuellement du comportement inquiétant de leurs voisins respectifs. Leur affrontement à distance semble dans un premier temps être au coeur du roman, et l'on s'amuse de leur délire paranoïaque et égocentré, teinté de cynisme et d'humour noir.
Tout aussi réjouissantes sont les lettres que la concierge Mme Ledoux envoie régulièrement à sa vieille maman, pour lui faire part des faits et gestes des locataires de son immeuble... comportements qu'elle interprète évidemment à sa manière très personnelle ! Elle en devient presque touchante de suffisance et de naïveté. Une folie douce semble également s'emparer des autres résidents, tous plus tordus les uns que les autres. J.M.Erre crée une galerie de personnages burlesques et hauts en couleur, qui rivalisent de maladresse et de mauvaise foi, et semblent agir de façon totalement insensée (au grand désespoir de nos chers Max et Eugène). Mention spéciale à Zamora, "réalisateur" d'un genre nouveau, dont les films se résument à une compilation de plans et de scènes extraits de longs-métrages tournés par d'autres, soigneusement assemblés pour composer une nouvelle histoire. Les cinéphiles apprécieront ! Les autres personnages ne sont pas en reste : Raphaël Dumoget se consacre corps et âme à son élevage de gerbilles apprivoisées, Mme Brichon cherche sans relâche le responsable de la mort de son chien Hector, tandis que le petit Bruno, jeune délinquant en herbe, sème la terreur dans la cage d'escalier du n°5.
"J'étais à deux doigts d'employer une technique pédagogique un peu ringarde, certes, mais qui a fait ses preuves : la baffe. Il a dû le sentir [...] parce qu'il a arrêté net sa logorrhée. Il s'est mis à me regarder avec un air de réflexion intense et deux doigts dans le nez (pour éviter une descente de cerveau ?) puis il a accepté de travailler en silence." (page 88)

Le récit à la première personne est parfois interrompu par l'intervention d'un narrateur mystère, qui commente l'action dans de courts passages rédigés en italique. Ces ruptures surprennent, et entretiennent efficacement le suspense. Quel est donc cet individu bien informé, qui semble tirer les ficelles en attisant les haines et les rivalités ? le mystère s'épaissit, la confusion s'installe, et le roman prend un tour particulièrement réjouissant, pour ne pas dire captivant. C'est souvent drôle, parfois hilarant, et l'on ne peut qu'applaudir devant tant de maîtrise. Vivement le prochain J.M.Erre* !
* par chance, il m'en reste encore deux à lire : "Série Z" et "Made in China", tous deux parus chez Buchet-Chastel et édités en poche aux éditions Points.

Un premier roman très convaincant, passionnant et délicieusement burlesque.

Lien : http://leslecturesdeleo.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Marymary
  18 mars 2015
Il s'en passe des choses rue de la Doulce-Belette !
J'avais adoré le mystère Sherlock de J.M. Erre, et je n'ai pas été déçue par Prenez soin du chien.
Ce qui est agréable dans ce livre, comme dans le mystère Sherlock, c'est l'alternance de l'écriture et donc du rythme entre journal intime, lettre, récit en italiques, dialogue de film...
Les personnages sont désopilants et l'auteur les affuble de noms aussi grotesques qu'incertains.
L'intrigue est bien menée et le suspens va crescendo, jusqu'au dénouement toujours loufoque et apocalyptique, un très bon moment de détente et d'humour, le sourire ne m'a pas quitté de toute la lecture.
Commenter  J’apprécie          190
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
iarseneaiarsenea   09 avril 2012
La partie de ping-pong accusateur devenait franchement excitante. Tout le monde parlait en même temps, chacun vidait son coeur. Corneloup, survolté, s'est mis à insulter Ladoux avec une grossièreté qui m'a laissée admirative. En gros, il invitait des hippopotames sodomites à enrichir les connaissances de notre concierge en matière de sexualité de groupe. Polenta a eu le malheur de rire à cette alléchante évocation et a essuyé en retour un flot d'invectives cinglantes qui établissaient une étroite ressemblance entre ses habitudes vestimentaires et les moeurs de la femelle bonobo en rut. Nous avons alors pu assister à une démonstration de catch féminin de haut vol avec crêpage de chignon en torsion latérale, manchette brise-molaire et vautrement final dans la quiche lorraine. Gaspard, arbitre courageux, a fait stopper le match un peu trop tôt à mon goût. Les vaillantes étaient presque nues, couchées sur le lino, leur féminité chastement camouflée par du taboulé à l'oignon doux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
TINUSIATINUSIA   05 juillet 2010
Nous sommes tous d'une crédulité confondante. Pourquoi ? Parce que l'essentiel pour nous, ce n'est pas ce que dit notre interlocuteur mais le coefficient de crédibilité que nous lui affectons inconsciemment. Le résultat ? Le conditionnement de nos pensées. A partir du moment où untel atteint un coefficient de crédibilité confortable, je le croirai en toutes circonstances, sans éprouver le besoin de vérifier ses dires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
iarseneaiarsenea   09 avril 2012
Me voilà étendu sur la sable, mon corps offert aux caresses des embruns. J'écris face à l'immensité océane, bercé par le doux gazouillis du ressac, le pépiement subtil des mouettes et le susurrement de la bise... Bon, évidemment, j'ai la couenne gelée et l'air patraque d'un bâtonnet de colin sans chapelure, je sers de cible aux goélands pour le championnat régional de guano, j'ai mouché trois litres et demi de morve, MAIS, par la grâce de Dieu et du thermomètre, je suis tout seul ! Sans voisin à l'horizon ! D'ailleurs, il n'y a PAS d'horizon ! Et c'est bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TINUSIATINUSIA   05 juillet 2010
La caractéristique la plus remarquable du suspense, ce n'est pas le plaisir qu'il est susceptible de procurer, mais bien son potentiel de frustration. Il n'y a rien de plus désagréable pour un lecteur de roman qui a cherché sa voie dans le mystère que de devoir se satisfaire, lors du dénouement, d'une explication bancale qui tombe à plat.
Commenter  J’apprécie          101
TINUSIATINUSIA   05 juillet 2010
Sur quoi repose la crédibilité d'un récit ? On lit souvent des romans pour de mauvaises raisons. On pense y trouver les aventures les plus délirantes, les émotions les plus fortes, les personnages les plus surprenants. Or un romancier est quelqu'un de bridé et d'inquiet, qui se heurte sans cesse à cette question terrible : "Mon histoire est-elle crédible ?" Et s'il se laisse un tant soit peu dominer par ce problème, il bornera ses ambitions, censurera ses idées, castrera son imagination.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Videos de J. M. Erre (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de J. M. Erre
J.M. Erre présente ''La fin du monde a du retard''
autres livres classés : voisinageVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
13646 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre
. .