AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070384608
Éditeur : Gallimard (04/02/1992)

Note moyenne : 4/5 (sur 12 notes)
Résumé :
En septembre 1943, à huit mois du débarquement allié, la Gestapo arrête le fondateur de l' armée secrète du Sud-Ouest, le colonel Leroy-Clémenti, sorte de seigneur de la guerre tout-puissant qui commande à des milliers d'hommes.

Torturé, le colonel ne lâche pas un nom. La Gestapo, déçue, semble résignée à voir le colonel mourir sous les mauvais traitements, lorsque apparaît un officier S.S., qui se fait fort d'anéantir la résistance du colonel sans la... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
HORUSFONCK
  05 avril 2017
Je retrouve Frédéric H. Fajardie, avec de ces personnages qui habiteront encore longtemps mon imaginaire.
Avec l'histoire du lieutenant-colonel Leroy-Clementi, Fajardie soulève le tapis sous lequel certaines saletés ont été poussées à la hâte, lors de la fin de l'occupation allemande en France.
Habilement, la narration intercale le journal tenu par Leroy-Clémenti durant son incarcération en 1944, et les auditions de protagonistes par un juge d'instruction en 1947.
Le personnage du préfet Monnier (alias Euclide dans la résistance) rappelle certains personnages troubles de la résistance française... et le lecteur peut se demander lequel pue le plus: le SS Dienst ou Euclide?... Deux faces d'une même pièce de monnaie aussi détestables l'une que l'autre?
Le témoignage du chef de maquis communiste Spartacus, est -aussi- particulièrement pénétrant et captivant.
Leroy-Clémenti, par certains aspects, rappelle le Capitaine Conan de Roger Vercel, tout dans l'action et le combat, mais se projetant fort peu dans l'après-guerre.
Quant à la question de savoir si le lieutenant-colonel Leroy-Clémenti a pris la juste décision en échangeant un stock d'armes contre la vie de centaines d'hommes et de femmes, ce ne me semble pas chose simple à déterminer. de toute façon, le choix proposé par le SS Dienst est intenable.
Voilà. Un livre à lire pour ceux qui ne l'ont encore dévoré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Eipoca
  16 mai 2015
1943, quelques mois avant le débarquement allié. La fin de la guerre est dans l'air : les résistants de la dernière heure se multiplient, les nazis et collabos se déchaînent, les chefaillons de tout bord sont dans les starting blocks pour rafler les sièges les plus confortables de la France libérée. le colonel Leroy- Clémenti, important chef de la Résistance, est fait prisonnier par la Gestapo. Après l'étape de la torture commence un jeu de calculs et de persuasion, dans lequel Leroy- Clémenti cède du terrain pour sauver la peau de camarades emprisonnés… La fin de la quatrième de couverture du livre est si bien trouvée que je ne vais pas la paraphraser : « La question que pose ce roman n'est donc pas : jusqu'où doit-on céder ? Mais plutôt : faut-il, dans l'épreuve de force avec un ennemi implacable, céder quoi que ce soit ? » En récit alterné, nous lisons des passages des notes écrites par le colonel pendant sa captivité et les extraits des procès-verbaux des auditions pendant l'instruction, en 1947, qui doit décider de la culpabilité ou non du chef de la Résistance jugé pour trahison.
Marchandages perçus comme honorables ou magouilles mesquines pour atteindre le pouvoir ou le conserver, compromissions… le lecteur est un peu juge à son tour. Mais surtout, au-delà des questionnements sur les choix cruciaux en ces périodes troubles (passionnants mais d'autant plus vains qu'on ne saura jamais ce qu'on aurait fait « à leur place »), Fajardie donne à lire une histoire profondément humaine : touchante, prenante, une histoire de guerre et d'amour (la femme de Leroy-Clémenti en est un élément essentiel). La tension palpable et le souffle épique qui le parcourent font de ce roman un livre très agréable à lire malgré la gravité du sujet de départ. Il serait dommage de s'en priver !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
celinepaocelinepao   05 mai 2018
"Nous pensions dépaver les mauvaises intentions du vieux monde, mais c'est un vampire : avec notre sang, il fera peau neuve et tout recommencera, en pire. Adolf Hitler sera le vainqueur, même si on le fusille à Berlin. Il a montré à quelles extrémités pouvait mener l'égoïsme d'un peuple prêt à sacrifier les autres peuples pour assurer sa réussite. Demain, cela vaudra pour chaque individu." Février ou mars 1943, Colonel Leroy-Clémenti.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
HORUSFONCKHORUSFONCK   05 avril 2017
Vigouroux : J'ai commis une erreur d'appréciation. Je pensais qu' Euclide, le préfet repressif Monnier, était un de ces gaullistes ambitieux comme il en existait tant à cette époque; En fait, c'était un peu plus : une crapule et un assassin.
Commenter  J’apprécie          40
HORUSFONCKHORUSFONCK   05 avril 2017
Dawson: Euclide est préfet mais moi je suis officier de l'armée britannique. ma situation est moins précaire que la sienne: on prend d'assaut les préfectures. Pas l'empire britannique.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Frédéric H. Fajardie (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frédéric H. Fajardie
Mes classiques à moi - La tour des demoiselles et La lanterne des morts - Frédéric H. Fajardie
autres livres classés : résistanceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1605 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre