AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782072634789
329 pages
Éditeur : Gallimard (27/08/2015)

Note moyenne : 3.66/5 (sur 16 notes)
Résumé :
Parti sur les traces de son grand-père, acrobate dans un cirque itinérant de l'océan Indien, Michaël Ferrier découvre et revisite une partie méconnue de l'Histoire de France : sur fond de colonisation, le "Projet Madagascar", par lequel les nazis, "rêvant d'étoiles jaunes sur l'île Rouge", visaient à se débarrasser physiquement des Juifs d'Europe. Roman d'une plongée dans la mémoire et dans l'oubli, qui passe par Hitchcock et par Montaigne, par Paris et par Mahajang... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
JeanPierreV
  01 novembre 2015
Michaël Ferrier parti à Madagascar à la recherche du passé de son grand-père Maxime qui y émigra, retrouve sa tombe et deux autres tombes qu'il a fait construire, dont celle de son ami chinois Arthur...Qui occupe donc la troisième restée anonyme et que signifie l'étrange épigraphe sur la tombe de Maxime : "pourvu qu'elle soit vivante et non anéantie".....?
Il découvre, au hasard de rencontres et de lectures, que son grand-père était un homme qui connut une vie passionnée dans cette ile de Madagascar, successivement artiste de cirque, "Maxime et tous ses saltimbanques sont donc des demi-dieux tout autant que des malandrins, quel beau mot entre le marin et le mandarin. Pendant trois ans, ils vont régaler les habitants de la région de leurs acrobaties et de leurs facéties magnétiques" mais aussi pêcheur en mer, professeur de boxe et gestionnaire de salle de sport, commerçant, ...une vie bien remplie et riche. Une découverte du passé de son grand-père qui lui permet, et à nous lecteurs également, de découvrir la petite et la grande histoire de cette île de l'Océan Indien, vie d'une colonie, et attitudes de ses petits et grands colons, mais aussi de tous les colons des colonies françaises.... sous la tutelle de la Métropole..Racisme, immigration, rien de nouveau sous le soleil.
Au détour de nombreuses pages on découvre des anecdotes de la grande et de la petite histoire ...la mémoire plus ou moins glorieuse, plus ou moins avouable de la France coloniale du XXème siècle, donnant un intérêt certain à cet ouvrage...épidémie de peste, régime de Vichy qui envisageait de déporter les juifs à Madagascar, résistance dans les colonies...Ces derniers points semblent à la lecture de la 4ème de couverture constituer l'essentiel de l'ouvrage...ne vous y fiez pas...encore une 4ème de couverture accrocheuse. Vous y découvrirez peut-être, comme moi, un petit film d'Hitchcock
Si le contenu m'a séduit, j'ai été cependant moins sensible et parfois lassé par l'emphase de certaines descriptions, par cette recherche à tout prix de grandiloquence de quelques pages qui n'apportent rien au récit....une envie de lecture en diagonale...Dommage
Une découverte malgré tout à ne pas négliger

Lien : https://mesbelleslectures.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
camor
  21 novembre 2015
Une part d'histoire de Madagascar, à travers les yeux du grand-père de l'auteur. C'est agréable cela interroge sur ce que nous sommes et nos parts de métissage.
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Liberation   28 septembre 2015
L’agilité de chat de Maxime, sa flexibilité, son «corps-radar» surdoué de la voltige imprègnent le texte. L’histoire et la géographie se mélangent.
Lire la critique sur le site : Liberation
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
PecosaPecosa   13 octobre 2015
Comment? Une France multi-territoriale, aux temporalités qui s'ignorent, se répondent, s'enlacent, se superposent?... Topographie déconcertante, encyclopédie improbable... Surprises à répétition! Il s'agirait non plus "d'apprendre la France à la semelle de ses souliers", mais de se rappeler qu'elle fut aussi forgée par des hommes et des femmes aux semelles de vent, poètes et politiques, migrants ou voyageurs. Cette France-là a plus d'un tour dans son sac.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          360
michelekastnermichelekastner   04 novembre 2015
Antananarivo est une ville qui monte et qui descend. Aussi loin que porte le regard, il est continuellement relancé par une succession de lignes et de traits : rues qui montent et rues qui tournent, chapeaux pointus des toits, mines graves des palais, sentiers à la pente quasi verticale, raidillons époustouflants qui contournent des hameaux ébouriffés. Il faut dire que la ville se déploie le long d'un extraordinaire paysage de collines et de roches, "une mer houleuse dont les vagues immenses se seraient brusquement figées pendant une tempête", disait Paulhan. Trois montagnes, puis douze, et aujourd'hui dix-huit ont accueilli ses expansions successives, comme si la ville était née de la décision d'une assemblée de collines qui se seraient donné rendez-vous dans un pays lointain.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
JeanPierreVJeanPierreV   01 novembre 2015
Les Français ne savent pas où me mettre. On n'a pas idée d'être français comme ça, me disent-ils. Trop compliqués tes mélanges ! Quelle rigolade....les Français, ils ne sont unis que quand un attentat leur tombe dessus et encore pas pour bien longtemps, faut voir comme ils se mettent sur la gueule après. «Français de souche», qu'ils disent...bêtise de bûche, oui! Comme s'il n'y a avait qu'une manière d'être vraiment français.....La souche en plus : ce bois mort, ce fût sans fond, ce moignon (P. 61)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
ManouParisManouParis   19 octobre 2015
Mais chacun se souvient comme il veut. Demi-fleuve vert, demi-fleuve rouge, arrière par la palme et l'eau, la couleur changeante des mémoires... Les souvenirs sont liés au mensonge : on fige, on embellit, on enjolive. La mémoire n'est pas le souvenir : vivante, elle se régénère et se métamorphose, fait ressortir une vérité très ancienne mais aussi éblouissante de nouveauté. Elle retrouve en inventant. C'est pourquoi, contrairement à ce qu'on dit, la mémoire est faite d'oubli, c'est pour cela qu'elle est vivante, et laisse une place au vide, au jeu.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
JeanPierreVJeanPierreV   01 novembre 2015
On peut désormais être un scélérat et un bon citoyen. On est raciste pour ainsi dire spontanément, bienheureusement, quotidiennement, consciencieusement. Il y a un racisme ordinaire et même des racistes de bonne volonté. Jalousies inavouables, haines recuites, stylos crapuleux et légalistes des scribes salariés de la médiocrité ordinaire : tout le petit personnel de l'immense vacherie (P. 267)
Commenter  J’apprécie          140

Lire un extrait
Videos de Michaël Ferrier (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michaël Ferrier
Michaël Ferrier vous présente son ouvrage "Scrabble" aux éditions Mercure de France.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2344388/michael-ferrier-scrabble-une-enfance-tchadienne
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : madagascarVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Musique et littérature

Quel grand philosophe des Lumières s'est essayé à la musique, sans succès ?

Voltaire
Jean-Jacques Rousseau
Denis Diderot
D'Alembert

10 questions
326 lecteurs ont répondu
Thèmes : musiqueCréer un quiz sur ce livre