AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782869598911
107 pages
Éditeur : Arléa (01/04/2010)
3.94/5   18 notes
Résumé :

Fluide et organisée en surface, Tokyo est fougueuse et syncopée dans ses bas fonds. Dès que l'on s'en approche un peu, on est surpris de constater à quel point c'est un bordel inénarrable qui sous-tend cette apparence de rationalité.

De Tokyo, le voyageur pressé ne verra que ceci : trains et métros en files d'attente bien rangées, emballages soigneusement étiquetés, personnel attentionné. Mali sous les apparences, dans les marges ou sur l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
MarianneL
  03 septembre 2013
Auteur de romans et d'essais, Michael Ferrier vit à Tokyo depuis 1994, où il enseigne la littérature. Ce petit livre, ce petit bijou oserais-je dire … mais je vais encore me faire engueuler pour usage de vocabulaire perverti :-), est paru en 2004, réédité en 2010 aux éditions Arléa. Michael Ferrier a aussi publié en 2012 le remarqué «Fukushima, récit d'un désastre», dans ma pile à lire.
Après l'introduction – un départ vers Tokyo, à l'aube bien sûr -, ces quatre nouvelles nous conduisent dans les revers de la ville nippone, au gré de ses pulsations. le narrateur, guidé par ses amis japonais, déchiffre la syntaxe de Tokyo, en particulier entre crépuscule et aube, décrivant les endroits ou les gens que l'on rencontre dans les interstices de la ville : une femme rendue folle par sa compréhension intime du Japon, et son impossibilité à la faire partager ; les nuits avec Yo, le linguiste le plus célèbre de Tokyo, animal nocturne qui lui fait découvrir une ville souterraine inattendue, scientifique, agricole ; l'immense agitation, la féerie nocturne puis la rencontre d'un bloc de silence, un maître en calligraphie, trésor national vivant.
Des souvenirs remontent, la résolution des incompréhensions linguistiques par le saké, ou une nuit dans un bar minuscule sous la voie ferrée.
J'aimerais revoir l'aube à Tokyo en compagnie de Michaël Ferrier.
«Les fantômes de Kwaidan et de Kurosawa tournoyaient dans la pièce au-dessus de ses cheveux, les ombres noires des marionnettes et du folklore, les masques rouges du nô. Depuis qu'elle était venue dans cette ville – connaissance par les gouffres – elle avait été happée par sa tonalité particulière, cette qualité de noir, cette couleur si spécifique de bitume calfeutré. Maintenant, la capitale de l'ombre la broyait sans retour : issues de son délire dans un étrange assemblage de mangas et d'estampes, munies d'antennes et de mandibules, coiffées de casques cybernétiques prolongés de tentacules métalliques, toutes les bêtes de Tokyo venaient lui manger la cervelle. Elle affirmait qu'elle se voyait vivante dans ce célèbre tableau d'Hokusai où un poulpe géant violente une jeune femme sur le tatami. Ce n'était plus qu'un corps aveugle, aux prises avec l'éclatement, la dispersion.»
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          262
chocobogirl
  18 juin 2011
Voilà un petit ouvrage très étonnant ! Car Mickaël Ferrier, professeur de littérature à Tokyo, nous emmène à sa suite dans un Tokyo interlope, inconnu du grand public.
A travers les portraits de quelques marginaux, il nous fait découvrir les bas-fonds de la capitale japonaise faits de bars, de ruelles tortueuses où l'on se perd et où l'on croise d'extravagants personnages.
" Il y a dix millions de personnes qui vivent sous terre dans cette ville. Des ouvriers, des stripteaseurs, des danseuses, des scientifiques, des alcooliques, des agriculteurs, des écrivains, ... "
L'auteur porte un regard poétique et curieux sur la ville qui s'offre à lui dans son étrangeté nocturne. Entre rencontres clandestines arrosées au saké, soirées mondaines, promenades à l'ombre des souterrains où poussent les meilleurs champignons de Tokyo, se compose un visage différent, à mille lieux de tout conformisme japonais.
" Fluide et organisée en surface, Tokyo est fougueuse et syncopée dans ses bas-fonds. Dès que l'on s'en approche un peu, on est surpris de constater à quel point c'est un bordel inénarrable qui sous-tend cette apparence de rationalité. de Tokyo, le voyageur pressé ne verra que ceci : trains et métros en files d'attente bien rangées, emballages soigneusement étiquetés, personnel attentionné. Posez quelques temples sur le dessus pour faire joli, deux ou trois fleurs arrangées et une tasse de thé : c'est le Japon du travail, des hôtels et des reportages télévisés. Mais sous les apparences, dans les marges ou sur les côtés, à la lisière de cette formulation claire et impersonnelle, s'agite tout un peuple de fainéants, de buveurs, de rieurs et de lézards, de chanteurs improvisés sur des morceaux de comptoir. C'est un jazz permanent qui soutient la ville."
Insaisissable et silencieuse, Tokyo se révèle toujours mystérieuse pour l'étranger et c'est avec plaisir que Mickaël Ferrier nous offre ses propres impressions. Sa rencontre avec un grand calligraphe, Trésor National du Japon, en est la plus vibrante et la plus émouvante.
Parsemés de quelques réflexions culturelles et de leçons de calligraphie à chaque introduction de chapitre , ces Petits portraits de l'Aube se concluent par l'arrivée d'une nouvelle aube, préambule à une future déambulation nocturne...
" Les Japonais divisent la nuit en plusieurs 'soirées' successives, comme si elle était un ruban qu'on peut découper à sa guise (…). La vie devient extensible jusqu'à ce que l'aube pointe, c'est à dire quasiment à l'infini. Souplesse exquise du temps libéré des entraves du jour. "
Une découverte sympathique pour ceux qui souhaitent découvrir les dessous de la capitale tokyoite et toucher du bout des doigts un des nombreux visages de ce pays mystérieux.
Lien : http://legrenierdechoco.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
sergio82sergio82   08 janvier 2016
Fluide et organisée en surface, Tokyo est fougueuse et syncopée dans ses bas-fonds. Dès que !'on s'en approche un peu, on est surpris de constater à quel point c'est un bordel inénarrable qui sous-tend cette apparence de rationalité. De Tokyo, le voyageur pressé ne verra que ceci : trains et métros en files d'attente bien rangées, emballages soigneusement étiquetés, personnel attentionné. Posez quelques temples sur le dessus pour faire poli, deux ou trois fleurs arrangées et une tasse de thé c'est le Japon du travail, des hôtels et des reportages télévisés. Mais sous les apparences, dans les marges ou sur les côtés, à la lisière de cette formulation claire et impersonnelle, s'agite tout un peuple de fainéants, de buveurs, de rieurs et de lézards, de chanteurs improvisés sur des morceaux de comptoirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Michaël Ferrier (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Michaël Ferrier
Michaël Ferrier vous présente son ouvrage "Scrabble" aux éditions Mercure de France.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2344388/michael-ferrier-scrabble-une-enfance-tchadienne
Notes de musique : Youtube Audio Library
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/
+ Lire la suite
autres livres classés : japonVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2694 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre