AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 233005873X
Éditeur : Actes Sud (06/01/2016)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 19 notes)
Résumé :
Lorsque Sid Hammet, faussaire australien, trouve dans une brocante le livre des poissons écrit par le peintre forçat William Buelow Gould, il ne peut se douter de l'influence que vont avoir sur lui ces douze gravures de poissons et le texte chaotique qui les accompagne. Car l'ouvrage ne se contente pas de raconter la destinée de la colonie pénitentiaire de l'île Sarah qui, sous l'influence de son Napoléon des antipodes, a brièvement rêvé de devenir une nouvelle Euro... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
veroherion
  19 janvier 2015
Le Livre de Gould est une histoire complètement farfelue.
Dans le genre, ça m'a fait tout de suite penser à Rabelais : un style ironiquement grandiloquent où tout est tellement excessif que l'histoire devient conte.
L'écriture est très particulière dans son imitation de la littérature du moyen-âge, son humour et son côté burlesque. On pense tout le temps à Gargantua ou à Don Quichotte, à Ubu aussi parfois, J'ai éclaté de rire quelque fois...
Mais je n'ai pas été touchée, je l'ai lu malgré tout avec ennui, mais pas suffisamment pour abandonner ma lecture, fascinée que j'étais, tout de même par le talent de l'écrivain.
Cela part dans tous les sens, des couleurs différentes à chaque chapitre, mais sans que cela apporte vraiment grand chose au livre, sauf peut-être de l'esthétique.
De beaux dessins aussi...
C'est souvent cru, souvent drôle, mais à force de partir dans tous les sens, on a juste envie de partir tout court...
Je me suis accrochée et je le regrette presque, parce que la fin ne m'a pas plus satisfaite que le reste... et il y a tellement de livres à lire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
JaneEyre
  28 mai 2018
J'ai été réellement enthousiasmée par les premiers chapitres de ce livre, dans laquelle un homme trouve un livre mystérieux, récit de bagnard illustré par des poissons énigmatiques.
Malheureusement j'ai vite regretté de m'être aventurée dans ce roman labyrinthique et halluciné. Car les aventures de Gould, le forçat, sont d'abord sanglantes et cruelles puis elle deviennent invraisemblables, burlesques, grossières... Je me suis réellement engluée dans ce récit, perdue dans les interminables digressions, agacée par l'impression de ne jamais progresser dans ma lecture. J'ai terminé en diagonale, juste pour ne pas abandonner tout net...
Richard Flanagan est pourtant un écrivain que je sais formidable et la lecture de la route étroite vers le nord lointain a marqué ma vie de lectrice. Aussi je vous invite à lire ce dernier, et à laisser de coté ce roman interminable...
Commenter  J’apprécie          20
lehibook
  25 mars 2016
1. Carnet de lecture : « le Livre de Gould » de Richard Flanagan . Les Enfers de Bosch récrées aux antipodes dans un bagne de Tasmanie par une sorte de Père Ubu masqué d'or .C'est là que survit William Gould , bagnard , faussaire et auteur du Livre des poissons . Flanagan possède une culture encyclopédique (on pense à Eco) , une verve rabelaisienne et une imagination au-delà du raisonnable . Son ouvrage est un passionnant labyrinthe dans les bas-fonds de notre culture et de nos valeurs , un envers des Lumières ( Voltaire y est présent sous la forme d'un flacon de parfum c'est dire !) où l'on survit et l'on meurt par le Livre et l'art .
Commenter  J’apprécie          30
austen
  27 février 2011
Ça y est j'ai arrêté.
Je trouvais pourtant ce livre très beau avec un hippocampe en couverture: j'adore les hippocampes!! Et les couleurs différentes d'écriture: violet, marron.. et les poissons.
Mais non. Je ne peux pas aller au delà de la page 127. Et c'est déjà pas mal que je sois allée jusque là. Avant-hier soir j'ai lu quelques dizaines de pages avant de m'endormir, et ma nuit a été peuplée de chairs sanglantes de gardiens monstrueux et de noyades.... Brrrrrr!!!
C'est probablement un bon livre, mais d'une, je n'y comprends pas grand chose: l'écriture est trop tarabiscotée pour moi! Je dois relire certaines phrases trois à quatre fois avant de comprendre.
Et ensuite, quand je comprends, c'est sombre, sanglant, gluant, sans espoir.
Non, je ne finirai pas ce livre. Il restera en cours.
Si quelqu'un le finit, je veux bien son opinion.
Commenter  J’apprécie          15
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
palamedepalamede   29 janvier 2017
Peut-être lire et écrire des livres est-il une des ultimes défenses qui restent à la dignité humaine, parce qu'à la fin ils nous rappellent ce que Dieu nous a jadis rappelé avant de s'évaporer. Lui aussi dans cet âge d'humiliations incessantes - que nous sommes plus que nous-mêmes, que nous avons une âme. Et davantage, de surcroît.
Ou peut-être non.
Commenter  J’apprécie          290
rkhettaouirkhettaoui   27 juin 2016
J’ai lu les vies des artistes &, comme les vies des saints, la grandeur semble imprimer sa marque sur eux dès l’origine. À la naissance, dit-on, leurs doigts font de grands gestes de peintre, attendant simplement un pinceau chargé de couleurs & une toile à remplir des images avec lesquelles ils semblent être nés, comme par autant d’immaculées conceptions.
Mais l’art est une sentence répressive, pas un droit de naissance, & rien dans mes premiers ans ne suggère une aptitude ou même un intérêt artistique, mes distractions & mes fascinations relevant presque toutes de ce qui pouvait être – & était bel et bien – jugé simplement le fait d’un coquin. Et j’ai beau être, bien sûr, le héros de mon récit, ne serait-ce parce que je suis vraiment incapable d’imaginer que n’importe qui d’autre veuille l’être, mon histoire n’est pas une resucée du mythe d’Orphée, mais l’histoire dégradée d’un rat d’égout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   27 juin 2016
Faire un livre, même un livre aussi insuffisant que l’exemplaire misérable que vous êtes en train de lire, c’est apprendre que le seul sentiment qui convienne à l’égard de ceux qui vivent à l’intérieur de ses pages est l’amour. Peut-être lire et écrire des livres est-il une des ultimes défenses qui restent à la dignité humaine, parce qu’à la fin ils nous rappellent ce que Dieu nous a jadis rappelé avant de s’évaporer Lui aussi dans cet âge d’humiliations incessantes – que nous sommes plus que nous-mêmes, que nous avons une âme. Et davantage, de surcroît.
Ou peut-être non.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
rkhettaouirkhettaoui   27 juin 2016
Il se peut que nous ayons perdu la capacité, le sixième sens qui nous permet de voir les miracles, d’avoir des visions et de comprendre que nous possédons quelque chose d’autre, de plus grand que ce que l’on nous a dit. Il se peut que l’évolution se soit poursuivie à l’envers plus longtemps que je ne le soupçonne, et que nous soyons déjà de tristes poissons muets. Comme je le dis, je n’en suis pas sûr, et les seules personnes en qui j’ai confiance, telles que M. Hung et la Conga, n’en sont pas sûres non plus.
Pour être honnête, j’en suis venu à la conclusion qu’il n’y a pas grand-chose dans la vie dont on puisse être sûr.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   27 juin 2016
Les touristes avaient de l’argent et nous en avions besoin ; ils demandaient juste en contrepartie qu’on leur mente, qu’on les trompe et qu’on leur dise la chose la plus importante, qu’ils étaient sains et saufs, que leur sentiment de sécurité – nationale, individuelle, spirituelle – n’était pas un mauvais tour que leur jouait une destinée lasse et capricieuse. Qu’on leur dise qu’il n’y avait pas de rapport entre hier et aujourd’hui, qu’ils n’avaient pas besoin de porter un brassard noir ou d’avoir mauvaise conscience parce qu’ils étaient puissants et riches et que personne d’autre ne l’était ; de se sentir mal parce que personne ne pouvait ni ne voulait expliquer pourquoi la richesse de quelques-uns semblait si curieusement dépendre de la misère du plus grand nombre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Richard Flanagan (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Richard Flanagan
Rencontre avec Richard Flanagan à la librairie La Galerne du Havre pour la parution de "Première personne". 11 septembre 2018.
autres livres classés : littérature australienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Compléter les titres

Orgueil et ..., de Jane Austen ?

Modestie
Vantardise
Innocence
Préjugé

10 questions
15070 lecteurs ont répondu
Thèmes : humourCréer un quiz sur ce livre