AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

François Gaudry (Traducteur)
EAN : 9782859408459
520 pages
Phébus (05/09/2002)
4.38/5   4 notes
Résumé :

En 1934, alors que le monde appareille pour de nouveaux et vastes conflits, Nikola Tesla, physicien, inventeur et prophète, cherche le moyen de rendre la guerre impossible. La mort d'un de ses anciens collaborateurs lui fait soupçonner que, quelque part en Europe, on est en train de mettre au point une arme secrète qui pourrait bien être l'arme absolue... " Apportez-m'en la preuve ", demande-t-il à Henri Fèvre, son très ... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Assez déroutant ce Soviet des fainéants, roman labyrinthique qui mêle brillamment fiction, espionnage, trouvailles scientifiques et hommages littéraires, de Souvestre à Paul Nizan. Eclectique n'est-il pas? En plus du titre -un Conseil non pas de paysans ou d'ouvriers mais de tire-au-flanc-, c'est le choix de faire du scientifique Nikola Tesla le point de départ de cette folle cavalcade américano-française dans l'entre-deux-guerres qui intrigue.

Après Priest et son Prestige, c'est l'Espagnol Gallarza qui met en scène Tesla: « C'était un dandy ascétique, une figure immaculée, le savant excentrique dans toute sa splendeur » Le scientifique a trouvé le moyen d'éradiquer la guerre grâce à une nouvelle arme défensive, pressentant que Londres et Paris sont sous la menace d'une attaque. Mais est-t-il possible pour une arme de n'être uniquement défensive? A partir de là Gallarza imbrique différentes intrigues façon matriochkas, nous sert des ellipses sur un plateau, histoire de nous rendre plus palpable encore une situation politique et diplomatique particulièrement complexe dans la France de 1934, faite de compromis, de trahisons, et scandales. Quant au Soviet des fainéants, groupe de jeunes rebelles, rédacteurs d'une revue d'avant-garde qui se réunissait au Zouave endormi, ses membres ont bien changé et le bruit des bottes commence à se faire entendre. Mais qu'ont-ils donc à voir avec l'invention de Tesla?
Le Soviet des fainéants est une lecture exigeante et réjouissante, 500 pages brillamment écrites par Eduardo Galarza sur le rêve de Nikola Tesla qui se fracasse sur l'utopie de la paix universelle.
Commenter  J’apprécie          388
Ce roman se déroule en 1934 dans une atmosphère de complots, intrigues et assassinats qui se développent au cour des années 30 en raison de la crise économique et d'une instabilité gouvernementale croissante qui avec la collusion politico-financière et journalistique va favoriser la montée des ligues d'extrême droite avant de déboucher sur un nouveau conflit.
Le premier chapitre nous fait faire connaissance d'un certain Boillot, l'un des six commis confinés dans une salle obscure d'un ministère du VII arrondissement de Paris :
«Des six commis, Boillot est le plus jeune et le plus enclin à laisser son regard vagabonder par les fenêtres du ministère. A lui va revenir l'honneur d'une aventure extravagante et atroce, une brèche dans la mince cloison qui sépare les vies rangées et heureuses du chaos général du monde»
Boillot va être convoqué, sans passer par la hiérarchie, par ce qu'il croit être un haut fonctionnaire et se voir confier une mission alors qu'il n'est qu'un obscur subalterne, un néophyte sans soupçon. le pauvre naïf qui se pense élu, va se retrouver à Marseille perdu, sans comprendre quel rôle on lui fait vraiment joué dans une affaire dont les enjeux le dépasse totalement.
A Marseille se trouve également Henri Fèvre et son amie Odile (alias Marie-Laure, alias Dora) qui vont entrer en contact avec Boillot.

Henri Fèvre, lui, a quitté la France pour les Etats-unis une dizaine d'années auparavant suite à des ennuis. Il y a fait la connaissance de Nikola Tesla physicien et inventeur qui va le charger, lui-aussi, d'une mission : retourner en France pour récupérer les papiers d'un certain David Russell Babbitt professeur à l'université de Columbia que Tesla a bien connu, parti depuis 18 ans en Europe lors de l'entrée en guerre des Etats-unis, aux agissements troubles. Ce Babbitt vient de mourir d'une crise cardiaque. Il est aussi connu sous le nom de Bertrand Everett auteur de romans policiers. Fèvre est fier de la confiance qui lui est faite et intéressé par l'argent offert pour ses services.

Fèvre et Boillot ont été tous les deux distingués, avant tout, pour leur ingénuité et vont se trouver pris dans un jeu de colin-maillard qui peut se révéler tragique.
Mais en fait, ils permettront peut-être de vérifier cette anecdote «d'un amateur d'échecs qui parvint à vaincre un grand maître simplement en le déconcertant par des mouvements dépourvus de logique»p313
Quant au «Soviet des fainéants», groupe de jeunes rebelles qui voulait refaire le monde, qu'a bien connu Henri Fèvre à Paris avant son départ pour les Etats-Unis, il se réunissait au Zouave endormi. Ses anciens membres et quelques «apaches» qui fréquentaient le Zouave vont se retrouver mêlés à cette histoire dont un homme de l'ombre tire les ficelles.

Voilà mis en place quelques éléments de ce roman foisonnant de 520 pages, feuilleton aux multiples rebondissements qui tient en haleine et garde ses mystères jusqu'au bout, frôlant le roman policier et le roman d'espionnage sur fonds historique, dans lequel on se laisse mener avec délices. La construction est sans failles, le ton, à l'occasion, plein d'humour et aussi de poésie. L'ambiance générale peut rappeler Fantomas, les brigades du tigre, le mystère de la chambre jaune etc.. l'auteur a su recréer parfaitement Paris et la province française de cette époque.
Commenter  J’apprécie          152
Récit intéressant, un peu déroutant au départ mais je me suis laissé prendre par l'histoire .
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Un illustre gratte-papier, Joris-Karl Huysmans, avait employé toute sa maîtrise de la langue et la violence de son lexique- qui étaient grandes- à gloser sur son triste destin de fonctionnaire condamné à la tambouille des restaurants bon marché. Huysmans était mort d'un cancer de l'estomac, mais trente ans plus tard les menus s'étaient beaucoup améliorés et, comme à son habitude, Bonnet dîna avec appétit.
Commenter  J’apprécie          230
Il déjeuna dans une brasserie de la rue Washington et se promena sans but sur les Champs-Elysées, en savourant chaque pas comme un cadeau divin -- immérité, usurpé, mais pour cela même, peut-être, rendant plus agréables ses retrouvailles avec la ville. Plus tard, Fèvre se souviendrait de cette promenade avec une véritable nostalgie, comme d'un moment de trêve à la veille d'une bataille. Fèvre n'imaginait pas alors dans quelles longues et tortueuses voies il allait s'engager dans les mois à venir, en suivant des prémonitions, des soupçons, de vieux et de nouveaux mystères.
Commenter  J’apprécie          40
Twain revendiquait la paternité du genre policier à cause du célèbre témoignage de Tom Sawyer grâce auquel l'Indien Joe est démasqué. Everett commençait par réfuter l'opinion de Twain en considérant que le crime en littérature ne remontait pas à Tom et à l'indien Joe, mais à Caïn et Abel. Le roman policier ne naissait pas avec la figure du criminel mais avec celle du détective.
Commenter  J’apprécie          50
Au loin, sur l'horizon morcelé au bout du ruban d'eau, s'amoncelaient des nuages qui s'élevaient lentement dans un ciel délayé. Trois péniches en file indienne venaient à sa rencontre. Le bruit sourd du moteur suggérait un effort pénible, une progression douloureusement lente, comme la montée des nuages qu'elle paraissait accompagner.
Commenter  J’apprécie          40

Video de Eduardo Gallarza (1) Voir plusAjouter une vidéo

Eduardo Gallarza : Le Soviet des fainéants
Olivier BARROT lit un passage du premier roman d'Eduardo GALLARZA "Le Soviet des fainéants", puis en présente l'intrigue. Lieu de tournage : Port Vell à BARCELONE.
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : nikola teslaVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus

Autres livres de Eduardo Gallarza (1) Voir plus

Lecteurs (19) Voir plus



Quiz Voir plus

Littérature espagnole au cinéma

Qui est le fameux Capitan Alatriste d'Arturo Pérez-Reverte, dans un film d'Agustín Díaz Yanes sorti en 2006?

Vincent Perez
Olivier Martinez
Viggo Mortensen

10 questions
95 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , espagne , littérature espagnoleCréer un quiz sur ce livre

{* *}