AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070425509
Éditeur : Gallimard (02/10/2002)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 58 notes)
Résumé :
Qu'ils soient ambassadeur à Istanbul ou collectionneur d'art et amateur de belles femmes, soldats, prisonniers oui survivants de la guerre, tous les héros de Romain Gary sont des victimes du désespoir et de la folie humaine. Ils se débattent, s'agitent comme de pauvres pantins désarticulés et tentent en vain de résister aux forces qui les entraînent malgré eux...
Quelques nouvelles poétiques, souvent cruelles et désabusées, d'un grand magicien du rêve.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
MissG
  25 juin 2013
A travers ces cinq nouvelles, Romain Gary présente le genre humain sous plusieurs aspects, et pas toujours les meilleurs.
"Le luth", nouvelle la plus longue qui ouvre ce recueil, est la plus puissante de toutes.
Rien n'y est dit explicitement, tout s'y devine, et c'est ce qui fait la force de ce récit sur un ambassadeur amateur d'art et les inquiétudes de sa femme à son sujet : "Mais quel péril intérieur pouvait donc craindre un être dont toute la vie n'avait été qu'une longue journée de soleil, d'une visibilité parfaite, un lent et tranquille épanouissement d'une personnalité dans une vocation ?".
Si pendant une première partie c'est l'ambassadeur qui occupe de le devant de la scène, c'est sa femme qui prend le dessus dans la deuxième et aide le lecteur à mieux comprendre le pourquoi du comment : "Peut-être, pensait-elle, peut-être allait-il malgré tout arriver à l'âge de la retraite sans scandale, sans même que le monde s'aperçût ...".
Voilà une excellente entrée en matière et une belle leçon de littérature de Romain Gary qui rend à la nouvelle toutes ses lettres de noblesse.
Rarement drôles, ces nouvelles ont un goût d'amertume et d'acidité, de revanche et de mal fait à autrui, à l'image de la cinglante nouvelle "Le faux" où la maxime "Tel est pris qui croyait prendre" est éclairée sous un jour nouveau : "Vous voyez qu'il n'y a pas que mon Van Gogh qui est faux : le chef-d'oeuvre de votre collection l'est aussi."; ou encore de celle "Les habitants de la Terre", où la naïveté atteint son paroxysme avec un aveugle restant aveugle et imperméable à la méchanceté et à la cruauté humaine : "Il ne faut pas toujours imaginer le pire.", tandis que la jeune fille qu'il accompagne est réellement aveugle mais tout aussi naïve que son compagnon, elle a toutefois l'excuse d'avoir été traumatisée par la guerre et de vivre dans une forme de monde parallèle où plus rien ne l'atteint vraiment, c'est une âme vide dans une enveloppe charnelle : "La belle faveur de soie rose était défaite. le maquillage s'était brouillé, le rouge des lèvres était répandu sur les joues, sur le cou. La fermeture Eclair de la jupe était arrachée. Elle tirait maladroitement sur un bas qui refusait de tenir.".
Non seulement ces personnages sont naïfs, mais ils trouvent encore des excuses à ceux qui agissent mal : "Le pauvre, sans doute avait-il mal compris ce qu'on lui disait.", suscitant ainsi l'indignation et la colère du lecteur.
J'avoue ne pas en avoir cru mes yeux en lisant cette nouvelle et sa chute qui conclut par la même occasion ce recueil.
Et si certains personnages sont naïfs, d'autres sont au contraire extrêmement lucides, à l'image de ce prisonnier dans la nouvelle "Une page d'histoire" : "Si les poux peuvent lire l'avenir, s'il existe une puissance mystérieuse pour les avertir et les sauver à temps, tous les espoirs sont vraiment permis.".
Magnifique galerie de personnages qu'offre Romain Gary dans ces nouvelles, sous une plume toujours maîtrisée et extrêmement agréable à lire tant le style de l'auteur est plaisant et intelligent.
Une bonne façon de découvrir ou de redécouvrir cet écrivain marquant et incontournable de la littérature française.
Lien : http://lemondedemissg.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Sallyrose
  18 septembre 2018

Voici 5 nouvelles extraites du recueil Les oiseaux vont mourir au Pérou, paru en 1962.
Un texte m'a beaucoup plu, un autre m'a déprimée, un troisième s'est avéré intéressant. Je suis restée imperméable aux deux autres.
D'une façon générale, on retrouve les thèmes de l'auteur, l'amour, les apparences, l'exploitation de l'homme par l'homme, la part de cruauté que chacun enferme au fond de soi.
Le style est d'un fort classicisme même si, ici et là, j'ai retrouvé l'ironie chère à l'auteur, celle qui permet de mettre une distance face au tragique et au désespéré.
Je préfère ses romans.
Commenter  J’apprécie          120
lecteur84
  05 mai 2014
Des nouvelles tournées essentiellement sur les effets de la guerre, les marques qu'elle laisse, les souffrances qu'elle véhicule. Il n'y a guerre que la première, qui n'y fait pas référence. tout en poésie, elle révèle tout de même l'interrogation de l'homme sur sa réelle destinée, l'interrogation majeure, ai-je réalisé ce pour quoi j'étais fait?
Commenter  J’apprécie          70
Yunnlith
  14 mars 2016
En soi, je n'ai pas grand-chose à dire par rapport à cette oeuvre. J'ai énormément aimé chacune des nouvelles présentes dans ce recueil, cependant, je ne pense pas qu'il puisse convenir à tout le monde, que ce soit au niveau du style, bien travaillé (et qui pourrait manquer de simplicité pour certains) ou au niveau du fond (la subtilité de ses messages et intentions tournent autour de problèmes sociaux et de la guerre et ses effets, ce qui peut apparaître ennuyeux comme lecture). Néanmoins, si ni l'un ni l'autre ne rebute, je le conseille fortement et si d'aventures vous êtes ou connaissez des personnes estimant que les nouvelles sont une forme d'écriture "inférieure", ce recueil pourrait vous/les faire changer d'avis.
Commenter  J’apprécie          40
juliadana
  16 septembre 2015
Belle écriture, histoires peu banales : le diplomate et sa femme en pleine dévotion, l'amoureux des tableaux et de leur authenticité et qui répudie sa femme quand il découvre qu'elle n'est pas "vraie", l'attaque d'un village roumain pendant la débâcle allemande, la folie alcoolique d'un officier allemand, la déambulation de deux êtres fragiles qui tentent de se protéger l'un l'autre.
Gary s'est suicidé et pour ne pas choquer ceux qui allaient le découvrir il avait acheté la veille une robe de chambre rouge pour ne pas qu'on voit trop de sang.
Il avait écrit un mot disant que pour ceux qui feraient des suppositions sur son suicide, cela n'avait absolument rien à voir avec Jean Seberg.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
lecteur84lecteur84   05 mai 2014
je suis persuadé que vous avez du génie, papa, et qu'il y a en vous un très grand peintre ou un très grand sculpteur qui a été ligoté pendant toute une vie? Si bien qu' aujourd'hui, pour vous, chaque objet d'art est un reproche, un remords.
Commenter  J’apprécie          90
YunnlithYunnlith   14 mars 2016
Je les entends, toutces ces âmes... Liberté ! Egalité ! Fraternité ! Justice ! Humanité ! Elles se ruent partout, arrêtent la circulation, débordent le service d'ordre... Elles grimpent sur les becs de gaz, sur les monuments publics... Le-droit-à-la-vie ! Le-droit-à-la-paix ! Le-droit-de-penser, de-parler, de-crier ! Le droit d'être obbsu, bègue, nègre, juif, homme ! Le droit d'être châtain ! Le droit d'être rouge, vert, jaune, noir ! Nous voulons, pour nos enfants, des morts naturelles ! Elles se répandent partout, arrachent les pavés, mettent le feu à la Maison de la Culture fasciste, forcent les cordons de police, reversent les tramways ! Une âme décorée de la Croix de fer est piétinée et jetée dans l'égoût. Tous les nuages sont couverts d'affiches : "Âmes libres, en avant !" et "Pour un front commun des âmes, unissez-vous !"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Laura94Laura94   14 février 2015
Dans un monde où le truquage et les fausses valeurs triomphent partout, la seule certitude qui nous reste est celle des chefs-d'œuvre. Nous devons défendre notre société contre les faussaires de toute espèce. Pour moi, les œuvres d'art sont sacrées, l'authenticité pour moi est une religion...
Commenter  J’apprécie          40
TomRipleyTomRipley   01 mars 2015
La beauté même des oeuvres d'art ne faisait que l'exaspérer, parce qu'elle suggérait, avec une sorte d'impuissance, une perfection plus grande, plus totale, dont l'art n"était jamais qu'un humble pressentiment.
Commenter  J’apprécie          30
TomRipleyTomRipley   03 mars 2015
Il faut savoir s'ennuyer un petit peu, dit-il. Sans quoi les choses perdent de leur goût...
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Romain Gary (31) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Romain Gary
Le psychiatre, neurologue et éthologue Boris Cyrulnik est l?invité fil rouge de François Busnel dans La Grande Librairie ! Son dernier livre « La nuit j?écrirai des soleils » (Editions Odile Jacob) est consacré à l?extraordinaire pouvoir thérapeutique des mots.
De Jean Genet à Romain Gary, en passant par Rimbaud et Perec, Boris Cyrulnik revient sur les destins d?écrivains célèbres et montre comment l?écriture et la lecture peuvent accompagner, soigner et changer nos vies.
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Tout sur Romain Gary

Dans quelle ville est né Romain Gary ?

Kaunas
Riga
Vilnius
Odessa

12 questions
432 lecteurs ont répondu
Thème : Romain GaryCréer un quiz sur ce livre
.. ..