AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070360345
250 pages
Éditeur : Gallimard (16/02/1972)

Note moyenne : 3.64/5 (sur 362 notes)
Résumé :
Qu'une vieille mule comme Amédée Fleurissoire rencontre des escrocs, et le voilà en route pour Rome, persuadé d'aller sauver le pape. À ce jeu de dupes, il n'a pas grand chose à perdre sinon quelques illusions et beaucoup d'argent. Qu'un jeune arriviste comme Lafcadio décide de se faire passer pour le fils naturel d'un grand auteur et le voilà maître à chanter. À ce jeu de dupes, il a tout à gagner. Mais que ces deux destins se croisent à bord d'un vieux train et to... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (17) Voir plus Ajouter une critique
Fortuna
  23 août 2018
André Gide nous emmène dans un chassé-croisé de personnages et d'intrigues autour d'une fausse nouvelle orchestrée par un escroc, Protos : le prétendu enlèvement du pape Léon XIII qui serait séquestré dans les caves du Vatican et remplacé par un imposteur…
Anthime, ancien franc-maçon, vient de se convertir suite à une visite de la Vierge ayant entrainé la guérison de sa sciatique. Il vit désormais pauvrement car il a perdu tous ses biens et la promesse de l'Eglise de le dédommager est restée lettre morte.
Son beau-frère Julius se découvre un demi-frère Lafcadio, pas très catholique…personnage sans foi ni loi mais au charme indéniable…qui n'hésitera pas à tuer sans motif un inconnu…qui n'est autre qu'Amédée Fleurissoire, un autre beau-frère.
Quand est tombé la nouvelle de la disparition du Saint-Père, Amédée a laissé sa chère Arnica, soeur des épouses d'Anthime et de Julius et s'est embarqué dans un périple plein de rebondissements. Il rencontre dans les rues de Naples de faux religieux et de vrais filous, se retrouve dans les bras de la belle Carola, ancienne maitresse de Lafcadio et actuelle de Protos, le grand manitou de cette sombre épopée…
Et quand Julius, parti à son tour à Rome, rencontre le pape pour plaider la cause d'Anthime, est-ce bien le vrai ou un usurpateur qu'il rencontre ?
Filouteries, escroqueries, crime gratuit…rien ne nous sera épargné dans ce roman foisonnant, plein d'humour, où l'on ne sait jamais qui se cache derrière de trompeuses apparences… Et quand l'écrivain imagine le crime parfait, sans motif donc impunissable, il est loin d'envisager sa réalité. Jusqu'au bout l'auteur nous perd dans des jeux de miroirs. Qui se cache derrière les masques de ceux que l'on pense être ce qu'ils ne sont pas ? Qui sont les plus filous ? C'est bien d'une farce dont il s'agit, en tout cas une heureuse découverte d'un classique très moderne !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          322
Fabinou7
  27 février 2018
Avertissement au lecteur. On peut lire çà et là, dans les exégèses académiques, lesquelles s'évertuent à retirer toute leur légèreté aux objets littéraires pour les faire entrer dans le morne champ des sciences humaines, qu'il s'agit d'une profonde réflexion de Gide sur l'acte gratuit, la morale, l'athéisme etc. Certes. Mais c'est avant tout et surtout une loufoquerie.
L'intrigue est un peu décousue, le fil de la narration un peu lâche, il ne faut pas le perdre d'un livre à l'autre car dans chaque nouveau livre, l'histoire se poursuit sous un angle et des personnages différents.
D'aucun trouveront un savoureux plaisir à découvrir la galerie de personnages croqués dans cette satire. D'un point de vue tout à fait subjectif, même si Lafcadio –superbe - est le personnage central, Amédée Fleurissoire (un rictus pour son patronyme ?) est le plus tangible de tous. L'absurde destin de ce crédule palois est parsemé de bouffonneries facultatives. A travers ce personnage plus qu'aucun autre, l'humour du narrateur nous ravit. Quant à Julius de Baraglioul, un écrivain puisant son inspiration dans les évènements mêmes du récit, il satisfera la vieille marotte du lecteur (pour la traque de l'auteur derrière ses personnages) qui furtivement, au détour d'un dialogue, jurera distinguer Gide dans cette mise en abyme.
Les interférences de Gide (le vrai) dans la narration sont autant d'occasions privilégiées de complicité avec un auteur qui s'invite tantôt en démiurge tantôt en simple spectateur, toujours attentif à son lecteur.
Le style de l'auteur est résolument soutenu, les phrases ne sont ni pompeuses ni lyriques, certes parfois alambiquées, sans poésie, mais le lecteur appréciera le charme d'un vocabulaire désuet.
Qu'en pensez-vous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          309
lecassin
  10 novembre 2012
Tout d'abord, une petite précision de vocabulaire… Une petite précision qui pourra sembler dérisoire à la plupart des « babéliotes », mais qui permettra d'éviter les commentaires un peu rapides à mon goût, du genre : « Les caves du Vatican est un mauvais roman »…
Il se trouve que « Les caves du Vatican », de la main même de l'auteur en page de faux titre est une sotie. C'est à dire, si l'on en croit le dictionnaire : une farce satyrique (médiévale)…
Une sotie, donc… Et quelle sotie ! Un texte saugrenu, confus, hétéroclite, iconoclaste ; bref, difficile à suivre…
On voit tout d'abord un Docteur franc-maçon Anthime Armand-Dubois résidant à Rome avec son épouse Véronique se convertir à la foi catholique à la suite de la guérison miraculeuse de sa sciatique.
On rencontre aussi un bande de malfrats, avec à leur tête le redoutable Protos.
On apprend également de le Pape a été kidnappé par cette bande de « pieds nickelés » et qu'il est retenu prisonnier dans les caves du Vatican. Il n'en faut pas plus pour que Lafcadio décide de s'occuper du problème…
Un texte confus… Certes mais aussi une réflexion sur l'acte gratuit et les rouages de la pensée qui mènent à la décision du passage à l'acte…
A sa sortie en 1914, cet ouvrage farfelu et unique en son genre dans la bibliographie de Gide eut un très grand retentissement dans la mouvance surréaliste, et fut condamné par les catholiques…
Pour ma part, n'ayant qu'un attirance modérée pour le mouvement surréaliste, je suis un peu resté sur ma faim : je préfère nettement le Gide au style cristallin, celui d' « Isabelle » ou de « La symphonie pastorale » que l'on ne retrouve que par bribes, ici.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Woland
  26 mars 2009
On a dit de Gide qu'il avait fait beaucoup pour le roman moderne et c'est vrai. Pour le roman tout court, par contre ... "Les Caves du Vatican", oeuvre-clef où l'écrivain revient sur l'acte gratuit (ici, le crime perpétré par Lafcadio) et la liberté de pensée, reste, je crois, la meilleure preuve de l'abîme qui séparait Gide du Roman.
Du roman en effet, cet ouvrage n'a que les apparences : une intrigue, ou plutôt des intrigues très lâches, qui ressemblent plus à des fils au bord de la rupture qu'à de vraies, de bonnes, de solides intrigues traditionnelles, et des personnages bien croqués mais dont aucun n'a l'étoffe du héros classique et pas même celui de l'anti-héros. le style est étudié, un peu trop précieux à mon goût (j'ai songé çà et là à un Huysmans du XXème siècle, désireux d'offrir le mot étrange et pittoresque qui veut certes séduire et frapper l'imagination mais qui, dans le meilleur des cas, ne parvient qu'à lui causer une sorte de malaise) et il a, avouons-le, assez mal vieilli.
Au beau milieu de cette pelote de fils qui s'enroulent paresseusement dans plusieurs directions opposées, une escroquerie montée par un ancien condisciple et ami de Lafcadio, Portos, ainsi surnommé parce qu'il était toujours premier en grec, et visant à recueillir un maximum de fonds de la part de naïfs et honnêtes catholiques en leur faisant croire que le pape Léon XIII est retenu prisonnier par les Francs-Maçons dans les caves mêmes du palais papal.
Peut-être Gide a-t-il songé, ce faisant, aux mille et une impostures d'un Léo Taxil ? Assez paradoxalement, cette partie-là de l'histoire, qui se fonde pourtant sur une escroquerie clownesque, est celle qui tient le mieux la route. En tous cas, le lecteur s'y laisse prendre et s'amuse de la ruse des uns comme de la naïveté des autres. Mais n'est-ce pas parce que l'auteur s'amuse aussi car il abandonne pour un temps le souci de sa démonstration sur la liberté et l'acte gratuit pour plonger au coeur même de la satire ? Ou plutôt de la sôtie car Gide parlait de ses "Caves ..." comme d'une sôtie.
"Sôtie ..." le mot est drôlatique et sautille en tous sens, tel un curieux petit lutin bien décidé à faire feu de tous bois pour distraire son public et se moquer des hommes. Or, à ma grande consternation, si j'excepte l'intermède relatif au rapt de Léon XIII et à sa séquestration, je ne retrouve sa finesse et sa drôlerie nulle part ailleurs dans ce roman. Et pourtant, j'ai cherché - je cherche encore ...
Il est curieux de constater combien, parfois, ce qui vous a plu quand vous aviez quinze ans vous devient étranger avec les années. Des "Caves du Vatican", je ne distingue plus que les défauts, qui sont criants : construction bancale, grossièreté du noeud reliant entre elles les différents intrigues, lenteur et hésitation du développement dans son ensemble (nous sommes loin de la maîtrise des "Faux-Monnayeurs"), valse trop lente de personnages à la limite de la caricature satisfaite, afféterie du style. Soucieuse cependant de ne pas envoyer au bûcher tout ce que j'ai pu aimer dans cette défunte idole, je note une fois encore combien l'humour de Gide, lorsque celui-ci le laissait parler, savait être à la fois féroce et souriant et combien ce penseur austère, aussi affligé par le protestantisme que Mauriac le fut par le catholicisme, possédait une veine satirique qu'il s'est refusé à exploiter pleinement.
Dommage, vraiment dommage. Il sort de tout cela une impression de gâchis obscur qui attriste singulièrement. Mais tant pis : Sic transit mundi gloria. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          92
Liver
  09 septembre 2013
Dépaysant. C'est le premier mot qui me vient à l'esprit à la fin de ma lecture. Car ce roman (mais l'auteur l'avait baptisé "sotie") déconcerte et vous donne l'impression d'être transporté dans un monde aux habitudes et au décor différents et c'est tout à l'honneur du talent de Gide. Ce talent, on le trouve dans une écriture que l'on devine avoir été longuement travaillée, ce qui donne des moments de langue remarquables mais aussi parfois un peu confus. L'intrigue est amusante, son traitement particulier avec ce roman à plusieurs voix juxtaposées. La chute surprend et laisse assez perplexe. Il est dit que Gide voulait y traiter l'acte gratuit, je me demande si la communication dans tous ces états et ses difficultés n'est pas aussi un thème de cette "sotie", si, en plus de la définition "gidiste" (si, si, cela existe), on reprend la définition originelle de farce critique de la société et des moeurs. En tout cas, malgré toutes ses réserves, je ne regrette pas ma lecture, ne serait-ce pour le plaisir de la langue mais aussi pour le moment de "dépaysement".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

Citations et extraits (23) Voir plus Ajouter une citation
FortunaFortuna   19 août 2018
- Il est heureux, dit solennellement Julius, il est heureux, Lafcadio, qu’il vous revienne aujourd’hui quelque argent : sans métier, sans instruction, condamné à vivre d’expédients…tel que je vous connais à présent, vous étiez prêt à tout.
- Prêt à rien, au contraire, reprit Lafcadio en regardant Julius gravement. Malgré tout ce que je vous ai dit, je vois que vous me connaissez mal encore. Rien ne m’empêche autant que le besoin ; je n’ai jamais recherché que ce qui ne peut pas me servir.
- Les paradoxes, par exemple. Et vous croyez cela nourrissant ?
- Cela dépend des estomacs. Il vous plaît d’appeler paradoxes ce qui rebute au vôtre…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
WolandWoland   27 mars 2009
[...] ... Cette nuit, Anthime eut un songe. On frappait à la petite porte de sa chambre ; non point à la porte du couloir, ni à celle de la chambre voisine : on frappait à une autre porte, à une porte dont, à l'état de veille, il ne s'était pas jusqu'alors avisé et qui donnait droit sur la rue. C'est là ce qui fit qu'il eut peur et d'abord, pour toute réponse, se tint coi. (...)

[La porte] s'ouvrit sans bruit, et durant un instant, il ne vit qu'une obscure embrasure, mais où, comme dans une niche, voici que la Sainte Vierge apparut. C'était une courte forme blanche, qu'il prit d'abord pour sa petite nièce, Julie, telle qu'il venait de la laisser, les pieds nus, dépassant un peu sa chemise ; mais un instant après, il reconnut Celle qu'il avait offensée ; je veux dire qu'elle avait l'aspect de la statue du carrefour ; et même, il distingua la blessure de l'avant-bras droit ; pourtant, le mâle visage était plus beau, plus souriant encore que de coutume. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
WolandWoland   27 mars 2009
[...]... Que le représentant de Dieu sur terre eût pu être enlevé du Saint-Siège et, par l'opération du Quirinal, volé en quelque sorte à la chrétienté entière - c'est un problème très épineux que je n'ai point la témérité de soulever. Mais il est de fait historique que, vers la fin de l'année 1893, le bruit en courut ; il est patent que nombre d'âmes dévotes s'en émurent. Quelques journaux en parlèrent craintivement ; on les fit taire. Une brochure à ce sujet parut à Saint-Malo ; qu'on fit saisir. C'est que, non plus le parti franc-maçon ne tenait à ce que s'ébruitât le récit d'une si abominable forfaiture, que le parti catholique n'osait appuyer ou ne se résignait à couvrir les collectes extraordinaires qu'on entreprit aussitôt à ce sujet. Et sans doute nombre d'âmes pieuses se saignèrent (on estime à près d'un demi-million les sommes recueillies ou dispersées à cette occasion), mais il restait douteux si tous ceux qui recevaient les fonds étaient de vrais dévots, ou parfois des escrocs peut-être. ... [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LiverLiver   09 septembre 2013
Le soleil cependant s'était couché; déjà s'atténuaient les reflets derniers de sa gloire que Fleurissoire ému contemplait. Tout à coup, au plafond voûté du wagon, l'électricité jaillit dans le lustre; éclairage trop brutal auprès de ce crépuscule attendri.
Commenter  J’apprécie          70
ZilizZiliz   10 août 2015
Julius n'était rien moins qu'indiscret ; il respectait, de la vie de chacun, ce revêtement qu'il plaît à chacun de lui donner ; il tenait en grand respect les décences.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de André Gide (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de André Gide
"André Gide parmi nous", par Henri Queffélec : première diffusion sur France Culture le 26 décembre 1969. Photographie : André Gide (1869-1951), écrivain français, et le masque de Giacomo Leopardi, rue Vaneau, à Paris. © Laure Albin Guillot / Roger-Viollet. Dans cette conférence, Henri Queffélec nous parle, entre autres choses, de l’influence de Gide sur la jeunesse - influence plus intellectuelle que littéraire -, sa brouille avec Claudel, son retour d’URSS et les retouches qui s’en suivirent…. « Beaucoup de choses à dire aux jeunes gens trop nerveux ou trop indociles »…
Source : France Culture
+ Lire la suite
autres livres classés : sotieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox






Quiz Voir plus

André Gide

Né en ...

1869
1889
1909
1929

10 questions
94 lecteurs ont répondu
Thème : André GideCréer un quiz sur ce livre

.. ..