AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782820517906
384 pages
Bragelonne (31/10/2014)
3.15/5   141 notes
Résumé :
Lors d’une terrible nuit d’hiver, la petite ville de Coventry fut frappée par une tempête de neige d’une rare violence, qui fit de nombreuses victimes et disparus, laissant une marque indélébile sur l’esprit des survivants. Douze ans après, alors que la vie a repris son cours à Coventry, se produit une série d’événements étranges : les disparus de cette fameuse nuit maudite semblent être de retour... et une nouvelle tempête s’annonce, cette fois-ci prête à tout déva... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (61) Voir plus Ajouter une critique
3,15

sur 141 notes

Une violente tempête de neige ravage une petite ville des Etats-Unis et dans la foulée, une dizaine de personnes disparaissent ou meurent de façon inexplicables.

Cela laisse des cicatrices dans la population, chaque famille ou presque ayant perdu un proche au cours de ces quelques heures effroyables.

Douze ans plus tard, une tempête de même ampleur s'annonce et les angoisses ressurgissent...

Ce roman d'épouvante m'attirait beaucoup mais la lecture, bien que rapide, ne m'a pas autant plu que je l'aurais cru.

Cela ressemble vaguement à du Stephen King, d'ailleurs, il va lui-même jusqu'à affirmer que "ce livre vous glacera les os et le coeur" sur la couverture.

Pourtant, j'ai eu l'impression de lire un livre un peu inabouti.

Il y a des longueurs pendant plus de 250 pages et la fin est un peu rapide, sans beaucoup d'explications.

Je n'ai pas vraiment ressenti de peur, de frayeur ou d'angoisse à la lecture de ces pages.

Le froid mordant et la glace sont bien présents mais pour le reste, je me suis presque ennuyée, j'ai parfois lu certains passages en diagonale et même si certains personnages ont eu toute ma sympathie, je les ai quitté sans le moindre regret.

Commenter  J’apprécie          393

Si vous avez envie d'un roman où on ne se casse pas trop les méninges, voici de quoi vous régaler ! La scène se déroule dans la petite ville de Coventry, où une gigantesque tempête de neige est annoncée. D'habitude, les habitants ne sont pas trop stressés, mais celle-ci promet d'être redoutable, ce qui provoque des souvenirs douloureux parce qu'une dizaine d'années auparavant, quelque chose d'inexplicable s'est produit lors d'une grosse tempête et inévitablement, à chaque fois, les gens craignent que cela se reproduise. le traumatisme est resté gravé dans les mémoires...

Il ne faut pas vendre la mèche et dévoiler ce que cache la tempête, mais je puis vous dire que ce n'est pas monotone. Les personnages sont bien décrits, les événements ne traînent pas, on fait défiler les pages sans même s'en rendre compte. Je n'ai pas trouvé ce roman épeurant ni terrifiant, je le décrirais plutôt juste comme...captivant. Palpitant. Décontracté. Ce n'est pas compliqué. C'est une lecture légère. On embarque facilement. C'est juste qu'il faut avoir le goût de ça au moment où on le lit. Je ne le recommanderais peut-être pas à quelqu'un qui ne s'intéresse pas au surnaturel en général car le sujet pourrait l'embêter mais autrement, c'est un genre qui me semble accessible à tous. C'est bien écrit, sans être extravagant; j'ai beaucoup aimé et rien ne m'a déplu, sauf peut-être le dénouement qui se termine plutôt vite (trop) à mon goût.

J'étais très heureuse de découvrir cette histoire bien en sécurité chez moi et emmitouflée bien au chaud dans une couverture, lumières tamisées, tandis que les flocons virevoltaient le 1er janvier 2021 ! Une histoire à lire par un froid soir d'hiver avec chocolat chaud, haha ! Sans doute qu'en plein été, l'ambiance ne serait pas la même. Et puis...à lire en hiver, vous penserez à ce bouquin lorsqu'ils annonceront des tempêtes de neige, les prochaines fois...

Commenter  J’apprécie          191

« Ce live vous glacera les os et le coeur » Stephen King...

En lisant ces quelques mots en couverture de ce livre, je me suis dit que ce livre ne pouvait qu'être exceptionnel !!

Je ne peux pas dire que je suis déçue, non pas vraiment, mais je reste tout de même sur ma faim, cette faim qu'on a quand on referme un très bon livre et quand on en redemande encore et encore...

Ici, j'ai passé vraiment un très très bon moment, mais il manque cette peur, la peur qui vous prend aux tripes et qui ne vous lâche plus tout au long des pages. Certes cette histoire commence drôlement bien, puis la suite 12 ans après est très bien menée, mais la fin...

Bref, un petit topo sur ce livre s'impose, car je commence par la fin ici :

Par une terrible nuit, une tempête de neige emporte dans son passage plusieurs enfants, des adultes, des personnes qui semblent toutes différentes. 12 ans après tout semble recommencer.

Keenan est hanté depuis 12 ans se maudissant de ne pas être rentré chez lui cette nuit là, Chérie, sa femme serait peut-être encore en vie aujourd'hui. Il était resté chez Timmy pour boire.

Jake, retrouve par une nuit de blizzard, juste avance cette tempête qui menace, son frère mort Issac. L'enfant qu'il retrouve, celui qui est devant lui, est celui disparu dans un accident de la route. Il ne ressemble pas à Issac, mais il a la même voix...

Grace, une fillette de 11 ans parle comme une vieille dame...

Des personnes ne savent plus conduire leur voiture ou des ouvriers ne savent plus utiliser leur outils alors qu'ils ont travaillé toute leur vie avec...

Qu'est ce qui cause toutes ces désordres alors qu'une tempête de neige aussi grosse qu'il y a 12 ans revient. Toute la population est inquiète, tout peu recommencer encore !!!

L'auteur, Christopher Golden, est aussi l'auteur des aventures de Buffy !!! vous l'aurez reconnu. Ici, point de vampires, mais un thriller assez noir qui, je n'irai pas jusqu'à dire qu'il glace les os, mais il interpelle tout de même. les pages tournent assez bien. Les personnage sont attachants et l'histoire est assez sympa...

Amateurs de roman fantastique, celui-ci est intéressant !!!


Lien : http://tousleslivres.canalbl..
Commenter  J’apprécie          203

Classique dilemme de fin Novembre : l'envie de lectures de saison sans pour autant taper dans le stock de romances de Noël réservé à Décembre. … C'est donc tout naturellement que mon choix s'est porté sur Snowblind, qui traînait dans ma pile à lire depuis l'an passé.

Nul doute que si je l'avais lu avant mon récent séjour en Forêt Noire, je n'aurais pas regardé l'averse de neige de la même façon... et encore moins été jouer dessous !

C'est ainsi que commence Snowblind : une tempête de neige. Les habitants de Coventry y sont habitués, même si celle-ci s'avère particulièrement violente, dans tous les sens du terme. Il y a la neige, mais pas que... ce que découvriront certains des protagonistes à leurs dépens. Au cours d'une soixantaine de pages haletantes, Christopher Golden nous présente ses personnages. Parfois pas pour très longtemps. Les morts s'accumulent, personne n'est à l'abri. Et l'angoisse fonctionne, en partie parce que l'on ignore ce qui se passe. La plume de l'auteur fait davantage dans la suggestion que le gore, et c'est bien connu, ne pas savoir est pire que voir. le suspense est ainsi diablement efficace.

Passé cette longue introduction, bond temporel. Douze ans plus tard, on découvre qui sont les survivants. Certains ont grandi, d'autres ont pris de la bouteille dans tous les sens du terme, mais tous sont encore traumatisés par ce qu'ils ont vécu. Après un début sur les chapeaux de roues, le récit prend un ton beaucoup plus posé, relevant presque de la tranche de vie. On pourrait regretter que la narration s'attarde autant sur la notion de deuil, la petite vie plus ou moins tranquille de tous ces gens cabossés par leur passé, mais c'est bien fait et bien écrit, alors, difficile de s'en plaindre. le surnaturel revient progressivement, par petites touches plus ou moins discrètes. Certains s'en rendent compte, d'autres pas du tout. Une chose est sûre, si le récit est toujours aussi prenant, il n'est plus effrayant. Peut-être parce que pendant la majorité du roman, il fait « beau » (c'est relatif) et que les protagonistes ne sont pas en danger. Pas encore. Ou que l'on a compris ce qu'il se passe et que l'effet d'angoisse s'en retrouve atténué... Petit à petit, tout se met en place pour une seconde tempête. Reste qu'entre les deux, les trois quarts du récit sont calmes, très calmes. Trop calmes ? Pour un roman d'horreur, sans doute. Ladite tempête se fait ainsi méchamment désirer, jusqu'au grand final. Mais comparée à la première, elle fait pâle figure. La suggestion laisse place à l'action et, si le suspense est toujours là, force est de constater que la peur n'est plus au rendez-vous, malgré des ennemis redoutables. le comble, alors que tout est censé être pire ! Heureusement, le récit s'avère mouvementé et jusqu'à la toute fin, on ignore qui s'en sortira ou non.

Si son côté horrifique s'estompe donc assez vite malgré un début fichtrement réussi, Snowblind demeure avant tout et surtout un bon récit fantastique hivernal. La multiplicité des points de vue empêche de s'y ennuyer et ce, même quand il ne se passe pas grand-chose.

Une chose est sûre, après ça, vous y réfléchirez à deux fois avant de sortir sous la neige...

Commenter  J’apprécie          80

Dans la ville de Coventry, on a peur des blizzards depuis que l'un d'eux a causé la mort de plusieurs personnes, laissant les familles brisées et éplorées. Mais à l'approche d'une nouvelle tempête de neige, certains des habitants commencent à se comporter de manière étrange. Comme s'ils n'étaient plus vraiment eux-mêmes.

L'histoire se déroule en deux parties : d'abord, on fait connaissance avec les personnages. Ils sont tous membres d'une petite ville, certains sont proches, d'autres ne se connaissent même pas, mais tous on en commun d'avoir vécu le même drame. le blizzard va en effet leur prendre quelqu'un, un de leur proche qui va mourir dans des circonstances étranges durant cette nuit glaciale.

Nous sommes ensuite transportés une dizaine d'années plus tard, et l'on retrouve les personnages survivants pour voir comment ils ont surmonté leur deuil (ou pas). J'ai bien aimé cette construction un peu double, ce contraste entre la première partie où tout s'enchaîne très vite, où les morts se succèdent sans nous laisser le temps de souffler, et la seconde, où l'on se retrouve sans trop s'y attendre douze ans plus tard.

La seconde partie est racontée de manière bien plus lente, l'auteur prend son temps avec chaque personnage ou groupe de personnages. le tout est pris dans cette atmosphère glaciale et paralysante, très pesante, d'hiver et de début de blizzard.

Snowblind présente une sorte de surnaturel soft, insidieux, qui reste invisible une bonne partie de l'histoire. En effet, on se concentre énormément sur la vie des personnages en eux-mêmes, et j'ai beaucoup aimé ça. Cette idée que, même après avoir vécu l'horreur, il faut bien continuer à avancer. Que même lorsque l'incompréhensible arrive, il faut trouver des moyens de rationaliser et de continuer sa vie.

J'ai aimé aussi la manière dont les choses se développent sans empressement, nous faisant nous poser de plus en plus de questions. On nous laisse le temps de nous interroger avant de tout expliquer. le rythme du récit pourra en rebuter certains, mais pour moi, c'est bien ce qui fait toute la saveur et l'originalité de cette histoire. On ne ressent pas vraiment de peur, juste une atmosphère pesante, provoquée par le froid qui enveloppe le récit et par la sensation de danger qui entoure la ville.

Ce roman parle beaucoup du deuil, de la manière de surmonter la mort d'un proche et de continuer à vivre avec cette blessure. Il y a Jake, qui a perdu son petit frère dans le blizzard et qui croit avoir vu une créature le saisir par la fenêtre pour le faire tomber. Joe Keenan, le flic qui s'en veut de n'avoir pu sauver les deux garçons morts durant la tempête. Doug, qui ne s'est jamais remis de la mort de sa femme. TJ, qui culpabilise d'avoir laissé sa mère seule cette nuit-là. Et beaucoup d'autres personnages, entre lesquels on ne cesse de basculer.

La dernière partie, sorte de course-poursuite au ralenti, blizzard et neige oblige, donne un grand coup d'accélérateur à l'intrigue et est très prenante. Une très forte tension se dégage de ce moment où un certain nombre des personnages se retrouve en danger, et où l'on sent que n'importe lequel d'entre eux peut y rester. La scène dure et ne cesse de gagner en tension, parce que la neige et la tempête paralysent les personnages et les empêchent d'avancer pour se mettre à l'abri des créatures de glace.

C'est le genre de livre qui se lit bien au chaud chez soi, pendant que dehors l'hiver bat son plein et que le vent siffle tout autour de nous. Sensations garanties.

Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Depuis le moment de l'impact, il avait mentalement passé en revue un catalogue de choses avec lesquelles il aurait pu entrer en collision - une voiture en stationnement, un chien, un cerf, quelqu'un - mais il n'était pas convaincu. (...) Pourtant, il avait bel et bien heurté quelque chose, et en arrivant côté passager, il repéra la bosse qui le prouvait. Il examina la rue et jeta un coup d'oeil sur le trottoir. Rien. Remontant les traces laissées par ses pneus sur une dizaine de mètres, il ne découvrit celles d'aucune autre voiture. Pas d'empreintes. Pas de sang sur la neige. Rien qui indique la présence de quoi que ce soit.
Commenter  J’apprécie          122
On est passés à la vitesse supérieure. Ce n’est plus juste toi et moi qui sortons ensemble, dit-il de sa voix grave. On est tous là, réunis. Un couple. Avec nos enfants, ça ressemble à une famille.
Commenter  J’apprécie          110
Alors qu'elle atteignait les marches, Brady se mit à gémir et à trembler, et enfin à gronder. Cherie regarda atour d'elle. Elle se demanda s'il avait lui aussi perçu le chuchotement. Profitant de son inattention, le chien se tortilla entre ses bras et la mordit brutalement à la main, ses dents lui écorchant la peau avant de s'enfoncer dans la chair. Poussant un cri de douleur, elle lâcha Brady qui tomba dans la neige, trébucha et se rétablit, puis déguerpit dans la tempête tellement vite qu'il aurait très bien pu se volatiliser.
Commenter  J’apprécie          30
Elle envisagea d'aller se coucher plutôt que de s'endormir devant la télévision. Au lieu de cela, elle se dirigea vers le placard où elle conservait un paquet d'Oreo précisément pour des moments comme celui-là. Elle sourit, imaginant les biscuits derrière une vitrine indiquant « En cas d'urgence, brisez la glace. »
Commenter  J’apprécie          20
ls vous arrachent l’âme – je n’ai pas de meilleure façon d’expliquer ce qu’ils font. Puis vous leur appartenez, et ils vous entraînent avec eux de tempête en tempête. Ils survivent grâce à ce qu’ils vous prennent au moment de la mort, et après, comme des sangsues. Chaleur, vie, âme, je n’ai aucune certitude. Dans le blizzard, on sent le monde des vivants, et sa chaleur, juste hors de portée. C’est ça le pire, savoir combien l’amour et la lumière sont proches.
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : fantômesVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus





Quiz Voir plus

Ce film d'horreur et d'épouvante est (aussi) un roman

Jack Torrance, gardien d'un hôtel fermé l'hiver, sa femme et son fils Danny s'apprêtent à vivre de longs mois de solitude. Ce film réalisé en 1980 par Stanley Kubrick avec Jack NIcholson et Shelley Duvall est adapté d'un roman de Stephen King publié en 1977

Le silence des agneaux
Psychose
Shinning
La nuit du chasseur
Les diaboliques
Rosemary's Baby
Frankenstein
The thing
La mouche
Les Yeux sans visage

10 questions
863 lecteurs ont répondu
Thèmes : cinema , horreur , epouvanteCréer un quiz sur ce livre