AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2809805733
Éditeur : L'Archipel (08/02/2012)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 159 notes)
Résumé :
Angleterre, début du XXe siècle.
Par un mois de novembre froid et brumeux, Arthur Kipps, jeune avoué londonien, est dépêché dans le nord du pays pour assister aux funérailles d'Alice Drablow, 87 ans, puis trier ses papiers en vue d'organiser sa succession.À Crythin Gifford, village où Kipps pose ses valises, les habitants lui battent froid dès qu'il prononce le nom de feue Mme Drablow, unique occupante du Manoir des Marais, demeure isolée, battue par les vent... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (77) Voir plus Ajouter une critique
florencem
  23 juillet 2015
J'ai d'abord vu le film avec Daniel Radcliffe. Je ne suis pas très fan des films d'horreur, mais j'avoue que j'avais hâte de voir le jeune acteur jouer dans un autre registre. Je suis donc allée voir La Dame en noir. Et comme très souvent quand je vois un film ayant été adapté d'un roman, je me penche sur le dit roman.
Là encore, les romans du style horreur/terreur ne sont pas ma tasse de thé habituellement. Mais j'avais trouvé le film plutôt intéressant sans être trop effrayant. Et je dois dire que ma lecture finie, je trouve que les deux oeuvres sont au final très différentes. le fond reste le même, bien entendu, mais je ne pourrais pas les comparer, ni dire si l'un est meilleur que l'autre. En un sens, ce fut plutôt une bonne chose, car je n'ai pas eu l'impression de revivre l'histoire dans sa globalité. Et j'avoue que La Dame en noir, le roman, m'a aussi beaucoup plu.
Nous savons dès le départ qu'Arthur, le héros, est vivant et qu'il a surmonté, ou du moins essayé de surmonter, son histoire. Il nous narre donc sa mésaventure de jeunesse comme il se la rappelle. C'est toujours assez "rassurant" de savoir que le héros de l'histoire que l'on est en train de lire est toujours vivant. Même si l'on se doute que comme dans Dracula, le héros ne s'en tire pas sans séquelle. Je ne dirais pas que j'ai commencé ma lecture plus sereine pour autant. le récit commence donc doucement mettant en place la vie actuelle d'Arthur, puis les événements qui vont nous situer son histoire, sa rencontre avec La Dame en noir. Tout est très bien mesuré. On s'enfonce petit à petit dans les fins fonds de la campagne anglaise, trouvant l'atmosphère et les habitants de ce coin reculé différents, hantés en quelque sorte. Mais rien ne nous présage le reste. Ce sont des petits détails tout d'abord, insignifiants, puis angoissants car en fin de compte incompréhensibles, étranges, irréels. C'est d'ailleurs ce que j'ai apprécié. Il n'y a pas d'horreur. Un ressenti, des émotions, des faits inexplicables, mais rien de terrorisant en soi. Pas de "gore", de giclées de sang et autres réjouissances. Si vous n'êtes pas téméraires mais que vous voulez tester le genre, le roman est fait pour vous.
Arthur, notre héros, est un personnage auquel on s'attache très rapidement. D'abord par compassion, je pense, puis ensuite quand on le rencontre plus jeune pour son histoire, sa personnalité, sa simplicité. J'ai apprécié le suivre. Son discours, sous la plume de son auteur, est très posé, calme, apaisant, mesuré. Très britannique en quelque sorte. Il n'est pas plus courageux qu'un autre, du moins c'est comme cela que je l'ai perçu, mais il veut aller au bout des choses. Ce côté téméraire aide bien sûr l'histoire, mais donne aussi au personnage une certaine prestance, surtout en comparaison des habitants du village. Spider et Monsieur Daily sont aussi deux personnages que j'ai grandement apprécié. C'est sans aucune doute les personnages secondaires que l'on voit le plus, mais aussi pour leurs relations avec Arthur.
L'intrigue en elle-même se déroule petit à petit, monte crescendo. On devine certaines choses avant Arthur, mais c'est avec lui que l'on découvre l'essentiel. Car au final, nous voulons savoir le pourquoi du comment, tout comme Arthur, et son enquête est très précieuse à l'histoire. Tout réside principalement dans l'ambiance, et le schéma de l'intrigue n'est pas forcément original, mais il n'en reste pas moins qu'on est pris dans l'histoire sans aucune difficulté. Les dernières pages sont les plus intenses et la fin est un peu abrupte, mais tellement parfaite pour ce genre de roman.
J'ai beaucoup aimé le style de l'auteur, je me pencherais donc sur d'autres de ses oeuvres avec le plus grand plaisir. Une bien jolie découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Melisende
  10 février 2012
Avant de découvrir la publication de la Dame en noir il y a quelques semaines chez L'Archipel, je n'avais jamais entendu parler de l'auteure anglaise, Susan Hill. La première publication en langue d'origine (l'anglais donc) remonte à 1983 mais il semble que celle sortie il y a deux jours (le 8 février) soit la première en France. Il aura fallu attendre presque 30 ans et l'adaptation cinématographique (la sortie est prévue le 14 mars, avec Daniel Radcliff dans le rôle principal) pour qu'une traduction française voit enfin le jour ! On remercie donc les éditions de l'Archipel pour celle-ci et j'en profite également pour les remercier de cette découverte, ainsi que Langage et Projets Conseils. J'ai maintenant très envie d'aller voir l'adaptation qui sort dans un peu plus d'un mois et je suis très curieuse de découvrir d'autres écrits de Susan Hill (en espérant que certains aient été traduits…) !
Je suis sortie de cette lecture très enthousiaste mais tout de même avec une petite impression de manque : une centaine de pages supplémentaires n'aurait pas été superflue.
En effet, le temps que l'intrigue se mette en place (le premier chapitre présente le héros alors qu'il a dépassé la cinquantaine et qu'i les décide, en période de fêtes de fin d'année, a relaté sur papier, l'expérience traumatisante qu'il a vécue alors qu'il n'avait que 23 ans) et que l'auteure pose le décor et le contexte (la découverte du manoir, des gens du village voisin et leurs superstitions), un gros tiers du livre est déjà englouti et il faut attendre d'avoir passé la moitié du texte (au moins la centaine de pages) pour entrer dans le vif du sujet. Ne vous méprenez pas, j'ai adoré cette « introduction », cette mise en place de l'histoire et de son contexte, mais en se référant à la longueur totale du texte, je trouve qu'elle prend beaucoup de place. Enfin non, je ne pense pas qu'il faudrait réduire cette centaine de pages mais plutôt en ajouter autant à la partie principale du récit (à savoir les manifestations « surnaturelles » et l'enquête menée par le héros). Car si la seconde partie du texte est passionnante, elle semble vraiment courte et le dénouement arrive bien trop vite. Vraiment, une centaine de pages supplémentaires, dédiées aux apparitions et scènes mystérieuses, aurait pu offrir plus de relief et donc plus de force à La Dame en noir.
Ceci étant dit, je trouve tout de même que les scènes effrayantes - bien que pas assez nombreuses, mais j'arrête de le répéter - sont particulièrement bien menées et efficaces ! J'en retiens surtout une en particulier : Arthur passe la nuit dans le manoir et est réveillé en sursaut. Après avoir cassé son unique source de lumière, il décide tout de même de jeter un oeil. Il ouvre la porte de la chambre où il s'est installé et s'apprête à sortir sur le palier lorsqu'il sent une présence qui passe devant lui et se dirige au fond du couloir. Alors je suis sans doute très impressionnable - surtout lorsqu'il s'agit d'esprits/fantômes - mais je trouve les scènes du genre terriblement efficaces.
Ajoutez à cela une ambiance, une atmosphère bien flippante : un vieux et sombre manoir isolé au milieu des marais dans l'Angleterre du début du XXe siècle et voilà, vous avez le décor parfait pour une histoire d'épouvante. D'ailleurs, si je ne dois retenir qu'un seul et unique point positif de cette lecture, c'est bien celui-ci : son atmosphère. Susan Hill est particulièrement douée pour mettre en place une ambiance effrayante. Alors il ne se passe peut-être pas grand-chose finalement mais la simple description d'un bruit sourd résonnant au milieu de la nuit dans la pièce fermée à clef au fond du couloir… Efficace. Terriblement efficace.
Côté personnages et intrigue, je dirais que c'est assez classique.
Arthur, le jeune héros de 23 ans au moment des faits, est plein de bonne volonté et de morgue mais revoit vite son enthousiasme à la baisse. Ce n'est pas une figure particulièrement attachante, juste l'intermédiaire par lequel on vit cette histoire (tout le texte est rédigé à la première personne du singulier ce qui aide un peu plus encore à entrer dans l'histoire). Les personnages secondaires ne sont pas très marquants eux non plus, ils sont plutôt là pour incarner les villageois terrifiés par ce qui se passe du côté des marais… rien de plus. Finalement, la figure qui me marquera le plus est baptisée Spider. C'est une chienne de chasse qui tient compagnie au héros pendant son court séjour traumatisant au manoir (et heureusement qu'elle est là !) !
Quant à l'intrigue, c'est vrai qu'elle est assez « bateau ». La découverte de l'identité de la dame en noir et de son histoire passée n'a pas été une grosse surprise mais je pense sincèrement que l'intérêt de ce court (220 pages) roman réside plus dans l'atmosphère qu'il dégage (et les frissons de peur qu'il peut procurer) plutôt que dans la résolution du mystère (même si on prend plaisir à découvrir le pourquoi du comment).
J'ai cru constater, grâce à la bande-annonce, que le côté « épouvante » du texte était bien rendue à l'écran (avec de belles images, un beau visuel dans l'ensemble) ; par contre, j'ai déjà cru voir des modifications dans le scénario (notamment au niveau des personnages)…
Je remercie à nouveau L'Archipel et Langage et Projets Conseils pour cette découverte. La Dame en noir m'a beaucoup plu… même si elle m'a donné quelques cauchemars !
Lien : http://bazar-de-la-litteratu..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Tiboux
  15 juin 2012
La dame en noir - un titre - qui suscite l'intérêt, nous pousse à la curiosité. Je dois bien reconnaître que la couverture m'a immédiatement attiré puisque Daniel Radcliffe est la tête d'affiche. Depuis que j'ai découvert cet acteur dans Harry Potter, je ne peux pas m'en détacher, j'aime suivre ces activités. C'était tout à logique que je m'intéresse à ce projet. Comme de nombreuses personnes, j'ai eu envie de voir cette adaptation, je me suis passée en boucle la bande d'annonce... Et je flippais toute seule... Je repoussais sans cesse la lecture, de peur d'être aussi effrayée en plongeant dedans. Si la chronique est postée sur le blog, c'est que j'ai dépassé un peu mes craintes...
Au bout du compte, j'aurai dû y succomber bien avant...
A présent, c'est fait !
Arthur Kipps, notaire londonien, est dépêché sur dans le nord du pays pour organiser la succession d'Alice Drablow, décédée à l'âge de 87 ans. Sur l'instant, le jeune homme est plutôt content de ce petit séjour. Cependant, il n'est pas franchement bien accueillit à Crythin Gifford. En particulier, lorsqu'il explique les raisons de sa venue. Les personnes qui croisent, ne sont guère bavards, ne préfèrent pas répondre à ces interrogations non plus. Visiblement, le silence est d'or... Il n'a pas d'autre choix que se débrouiller seule. Pour cela, Arthur doit se rendre au manoir de la défunte. Une demeure complètement isolée, située sur une presqu'île uniquement accessible à marée basse. Malgré le mystère qui plane sur les lieux, il lui faut impérativement trier les papiers pour terminer la succession. Tel est sa mission !
S'il n'avait pas que ces éléments, je pense que la mission serait simple. Mais figurez-vous que le jeune notaire ne cesse de croiser une dame de noir vêtue, visiblement rongée par la maladie. Intrigant est le mot... La première fois, il aimerait lui parler, et peut-être l'aider... La seconde fois, il est bien décidé à lui toucher quelques mots... Mais faut croire qu'elle est plus rapide que lui non ? Plus, il séjourne dans ce village, et plus il est ébranlé par cette apparition. Ses émotions sont mises à rude épreuve. La question existentielle est : Arthur arrivera t-il au bout de ses devoirs ?
Dans le bouquin, ce qui m'a réellement plu, c'est sans aucun doute la narration. J'ai beaucoup aimé le fait que notre narrateur (Arthur Kipps) narre son histoire sous forme de mémoire. C'est ainsi que je le perçois. Avec le recul, le plus fort est le flashback... En effet, je me suis posée beaucoup de questions lorsque j'ai commencé la lecture. Malheureusement, je ne peux pas les partager avec vous car ça spoilerait le reste du roman. le récit démarre et se termine au présent mais au milieu nous sommes transportés dans le passé. Cette façon de procédé - à mon sens - ajoute beaucoup de profondeurs à l'histoire !
Finalement, je me suis rendue compte que le notaire a été énormément affecté par sa rencontre avec la mystérieuse dame en noir. La quatrième de couverture est pauvre... Dans le sens où elle ne dévoile rien. Ce qui est très très bien. Mais en vous fiant à elle, vous pourriez penser que ce livre ne vaut rien. Alors que c'est tout le contraire... du coup, pour comprendre ce que j'aimerai vous expliquer, il vous faut succomber.
Entre nous, je ne trouve aucun défaut à la dame en noir. Une narration intéressante pour rythmer la lecture, une histoire simple, pas de lourdeur non plus. L'auteure est allée à l'essentiel, en ne s'encombrant pas d'élément futile. Nous avons toutes les cartes en main afin d'apprécier cette aventure aux pays des fantômes. A cause de la bande d'annonce du film, je m'étais attendue à des nuits blanches par la suite. Peut-être que je m'attendais à être davantage effrayée. Même si ce ne fut pas le cas, je ne suis pas déçue, je suis ravie de cette découverte. Outre ceci, je ne suis pas réellement attachée aux personnages. C'est aussi pour cela que je n'ai pas signé de coup de coeur.
En ce qui concerne les protagonistes, je pense que c'est un élément propre à chaque lecteur. Aussi, c'est délicat à exposer. Ils sont gentillets, plutôt cohérent avec ce que nous propose Susan Hill. Néanmoins, je n'ai pas été touché dans le fond. Arthur est peut-être l'exception. Ce qui l'a vécu, est juste horrible, je trouve. Je n'aurai pas aimé être à sa place... Encore moins à la révélation d'un secret qui avait longtemps enfoui en lui. C'est là qu'on se rend compte que notre fantôme n'est pas un ange. Au début, j'y ai cru mais à la fin, je n'étais plus dupe. Elle est habitée par un uniquement sentiment. Bien entendu, je vous laisse le soin de le deviner... Cela sera davantage parlant, croyez-moi !
Pour ma part, je suis contente d'avoir eu l'opportunité de découvrir la collection suspense des Éditions L'Archipel. Je les remercie chaleureusement car c'était mon premier thriller « adulte » officiel. C'est un genre que je pourrai apprécier. Bon, c'est vrai, il est encore trop tôt pour me prononcer. En tout cas, je suis sur la bonne voie.
Adapté au cinéma par James Watkins, avec Daniel Radcliffe (Harry Potter) dans le rôle principal, La dame en noir est à découvrir autant par la voie de l'écrit, que celle de l'écran !
Lien : http://bookmetiboux.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
nameless
  26 mars 2015
Voilà un roman qui a connu un regain d'intérêt lors de sa parution en 2012 aux Editions de l'Archipel, avec la jolie petite tronche bankébeule de Daniel Radcliffe (Harry Potter) en couverture, lors de la sortie du film éponyme commis par James Watkins. Pourtant ce roman avait bien été édité en 1992, comme quoi, une couverture de livre peut faire beaucoup pour sa révélation, sa remise en selle, sa vente ainsi que l'intérêt qu'il suscite, indépendamment de ses qualités littéraires.

Je viens de le lire, je ne suis pas une spécialiste des fantômes, des phénomènes paranormaux, et pourtant.... Je l'ai lu d'une traite, pour d'autres raisons que ses thèmes avoués. Susan Hill a parfaitement construit son récit, ça débute par une soirée de Noël où chacun des participants, est “sommé” de raconter une histoire de fantômes. Arthur Kipps, second mari de Esmé, et beau-père des 4 enfants de cette dernière, profite de cette occasion pour accomplir une catharsis à propos d'événements dont il a été le témoin et la victime des années auparavant.

Les fantômes, les apparitions, je le dis tout net, ils ne m'ont pas empêchée de dormir, par contre la plume, l'atmosphère, l'ambiance décrites par Susan Hill m'ont remplie d'émotions. Imaginez le Mont Saint Michel, imaginez le Parc de Marquenterre dans la Baie de Somme, de la brume, du silence, des sables mouvants, une voie pour les relier à la terre ferme qui disparaît au moindre hoquètement de la météo. Embarquement immédiat pour une magnifique découverte ornithologique. Mais l'ornithologie est-elle bien le thème de ce roman ? J'ai l'impression de dérailler et ne n'avoir pas tout saisi.
Pourtant, il m'a procuré un immense plaisir.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Northanger
  05 mai 2012
L'histoire commence comme un roman du XIX° siècle ; les membres d'une famille, réunie pour la veillée de Noël, se racontent des histoires de fantômes. Mais lorsque vient le tour du narrateur, Arthur Kipps, ce dernier se fâche et refuse de dire quoi que ce soit. Cet incident déclenche en lui l'envie de confesser ce qui lui est arrivé des décennies plus tôt afin de se libérer.
Alors clerc de notaire, il est envoyé dans le nord de l'Angleterre pour organiser la succession de la vieille Alice Drablow ; il est témoin de phénomènes étranges, qu'il ne tarde pas à identifier comme étant surnaturels. Malgré tout, il décide de surmonter son appréhension pour mener sa tâche à bien, et passe la nuit seul, dans le manoir de Madame Drablow, au risque de bouleverser sa vie...
J'ai tout de suite accroché à ce récit inquiétant, au charme désuet comme je les aime. L'époque, le thème, l'ambiance m'ont vraiment parlé. le manoir d'Alice Drablow, appelé le Manoir du Marais, est comme il se doit, isolé et accessible seulement à marée basse, en empruntant « La Chaussée des Neufs Vies », ce qui fait monter l'angoisse d'un cran. Bien que l'histoire soit prévisible pour les habitués du genre, on ne peut s'empêcher de partager les inquiétudes du narrateur lorsqu'il est en proie à des manifestations spectrales au milieu de la nuit. Je ne peux donc que le conseiller à ceux qui aiment les histoires de fantômes, davantage pour l'ambiance que pour l'intrigue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Citations & extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
leslecturessucreesleslecturessucrees   18 octobre 2017
Là-bas près des marais, dans la pénombre si particulière qui régnait sur ce sanctuaire désolé, j’avais bel et bien vu une femme dont la silhouette était des plus tangibles, et en même temps – je n’en doutais plus, désormais – d’essence spectrale. Sa pâleur était fantomatique, son expression effrayante, elle portait des habits passés de mode, elle ne m’avait ni approché ni parlé. Mais ce qui se dégageait de sa présence figée et silencieuse, aperçue chaque fois près d’une tombe, s’était communiqué à moi avec une telle force que j’avais éprouvé une répulsion et une terreur indescriptibles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
leslecturessucreesleslecturessucrees   18 octobre 2017
Jamais, de toute ma vie, je n’avais été la proie d’un tel émoi : jamais je n’avais senti mes genoux trembler à ce point, ni ma peau se couvrir de chair de poule avant de devenir aussi froide que la pierre, jamais non plus il ne m’avait semblé que mon coeur bondissait dans ma poitrine comme s’il voulait jaillir par ma bouche desséchée, puis se mettait à cogner à grands coups sourds, pareil au marteau sur l’enclume – jamais je n’avais été saisi d’une telle terreur, d’une telle horreur, d’une telle appréhension du mal à l’état pur. J’avais l’impression d’être paralysé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
leslecturessucreesleslecturessucrees   18 octobre 2017
— On ne peut traverser la chaussée qu’à marée basse. C’est le seul
moyen d’accéder au manoir.
— Celui de Mme Drablow, vous voulez dire ?
— Quand la mer est haute, vous vous retrouvez coupé du monde
jusqu’à ce qu’elle se retire. Croyez-moi, c’est un endroit tout à fait
remarquable…
Commenter  J’apprécie          20
leslecturessucreesleslecturessucrees   18 octobre 2017
Je ne croyais pas aux fantômes, ou du moins, je n’y avais jamais cru jusqu’à ce jour ; pour moi, comme pour la plupart des jeunes gens rationnels et sensés, toutes les histoires que l’on racontait à leur sujet n’étaient que des histoires, justement. Oh, je savais évidemment que certaines personnes prétendaient posséder une intuition de ces phénomènes plus développée que la normale, et que certaines vieilles bâtisses étaient dites « hantées », mais j’aurais refusé d’admettre que ces affirmations contenaient un fond de vérité même si j’avais eu une preuve sous les yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
leslecturessucreesleslecturessucrees   18 octobre 2017
Elle se dressait face à la vaste étendue des marais et de l’estuaire,
pareille à un phare ou à une tour accueillant un fanal ; jamais encore
je n’avais eu l’occasion de voir, ni même d’imaginer, demeure plus
étrangement située – à la fois isolée, inflexible, et cependant
magnifique.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Susan Hill (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Susan Hill
Vidéo de Susan Hill
autres livres classés : fantômesVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Meurtres à Lafferton" de Susan Hill.

Qui meurt au début du roman une nuit de tempête ?

Iris Chater
Harry Chater
Cat Deerbon

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Meurtres à Lafferton de Susan HillCréer un quiz sur ce livre