AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843376645
Éditeur : Anne Carrière (06/09/2012)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 88 notes)
Résumé :
Alabama, 1931. La Grande Dépression et les tempêtes de poussière se sont abattues sur le sud des Etats-Unis, poussant les investisseurs à la ruine et jetant des milliers de familles sur les routes. Tandis que l’économie s’effondre et que des campements de réfugiés fleurissent au bord des routes, un directeur de banque est abattu par Sidney Clifford, un métayer noir. Celui-ci a tout perdu et il emporte avec lui les documents compromettants que sa victime devait remet... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
Tatooa
  30 janvier 2016
Un excellent bouquin. Révoltant.
J'ai découvert Patrick Graham avec l'Evangile de Satan. Thriller fantastique et glauque, avec ce premier livre on sentait déjà poindre le grand auteur.
Avec « Retour à Rédemption », il s'attaquait au « thriller réaliste ». Et là, grosse claque. L'auteur, humaniste révolté, vous embarque dans son trip. Il ne maquille pas la réalité, ne lésine pas sur l'intense pourriture humaine qu'il est possible de croiser sur sa route, tout comme il nous dépeint souvent une fraternité des plus démunis ou des plus faibles pour se battre contre cette pourriture.
Dans ce roman, l'auteur fait encore plus fort. Le contexte historique dramatique pour le petit peuple, dont, j'ai cherché, il n'est que très peu question dans les articles sur le krach de 1929 et la « Grande Dépression », je pense que d'autres romanciers ont dépeint cette catastrophe humaine mais je ne les ai pas lus.
D'habitude, je ne lis pas ce genre de livre. Plutôt de la litté générale dramatique, à mon sens. Car on a ici autant une critique de société et du système qui la sous-tend qu'un thriller à rebondissement multiples. Des histoires individuelles dramatiques et des destins qui se croisent. Enfin, chaque personnage nous est décrit avec finesse, avec intensité, dans un style sobre, digne, impeccable et une économie de mots d'autant plus renversante que les personnages sont nombreux mais hyper caractérisés. Et on s'attache à certains de ces personnages croisés au fil de la route de nos « marcheurs », on en déteste d'autres.
On a à la fois du Steinbeck et du Grangé, et on en ressort complètement révolté, bouleversé, malgré parfois quelques répétitions descriptives (le sourire de murène de Maranzano, lol).
Qui sont-ils ces « marcheurs »? D'abord « l'homme ». L'homme dont on ne sait rien sauf qu'il court après sa vengeance. Et dès les premières pages, on a une entrée en matière où on sait déjà qu'on va en prendre plein la tête pendant tout le roman.
Le roman est découpé en plusieurs parties. Dans la première, on découvre « l'homme », le marshall Strickland, Maranzano le mafieux et les banquiers, et politiques mouillés jusqu'aux coudes dans un ballet de menaces et de chantages divers qui ne dépareraient pas GoT, lol !
Ensuite on découvre en partie deux la narratrice, Carson, « bientôt 15 ans « , sa rencontre avec « l'homme », son énorme bévue et c'est de son point de vue qu'ensuite nous verront toute leur fuite éperdue à travers une amérique dévastée par la misère et la connerie humaine. Anna, l'attachante journaliste, va bien tenter le tout pour le tout pour dénoncer les abus politiques et mafieux, mais elle le paiera cher, très cher.

Plus qu'un thriller haletant, on a là une peinture sociale sans concessions, une sauvagerie humaine qu'on regarde droit dans les yeux, comme Carson, qui, poursuivie aux côtés de « l'homme », va grandir à la vitesse grand V. Ici, il y a tueries. Gravement. Hécatombes, même... Mais qui est bon, qui est mauvais, quand on tue pour une question de survie cruciale ? On ne sait pas, on ne sait plus. On se réjouit quand tombent les équipes de tueurs mafieux, je vous le dis.
Un roman dont on ne sort pas indemne, ça, c'est sûr.
Patrick Graham est un grand auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
tynn
  26 décembre 2014

Road movie sur fond de Grande Dépression et de magouilles politico-mafieuses.
Parce que Sid, jeune noir démobilisé, a perdu femme, enfants et maison quand on les a expropriés de leur petit ranch du Vieux Sud.
Parce que la jeune Carson a vu sa famille décimée dans un magistral massacre perpétué par des hommes de mains de la Mafia.
...ce couple improbable trace la route, dans une chasse à l'homme par une armée de mafiosi et de flics corrompus, "Wanted" pour meurtres et vols sur les chemins de traverse des Etats Unis, à travers les campagnes et les villages décimés par la crise économique, accompagnant l'exode des miséreux des années 30.
Voici planté le décor d'un livre d'aventures, sauvage, excessif, nerveux et historiquement bien documenté qui ferait le bonheur d'un scénario. La misère de la population aux milliers de chômeurs sur les routes, son état de quasi famine, l'impact de la crise de 29 sur l'économie et les corolaires de trafics cupides et de spéculations mafieuses en expropriations immobilières à grande échelle, dressent le tableau incroyable d'un pays en chaos. Un livre visuel et ressuscitant minutieusement une époque dramatique.
Course-poursuites en voitures, fusillades débridées, concert de mitrailleuses ou de grenades, assassinats et règlements de comptes en série, flics, juges et politicards corrompus...
C'est du lourd, et le requiem macabre monte crescendo. C'en est presque joyeux tant c'est énorme. On se croirait dans un film de Quentin Tarentino, en rythme trépidant et en humour décalé, aux personnages hauts en couleur, avec des cadavres à chaque coin de page...

Et pour autant, excellente lecture que cette odyssée humaniste!
Un livre noir, très noir...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          382
indira95
  03 décembre 2014
Si ce roman n'est pas prochainement adapté en film je serais plus qu'étonnée (et déçue) tant ce road movie littéraire en plein coeur de l'Amérique de la Grande Dépression s'y prête. Patrick Graham nous livre une fuite éperdue, une quête de vérité et de vengeance, un saisissant tableau d'une Amérique effondrée qui végète et tente tant bien que mal de se ressaisir, brassant sur les routes des hordes d'affamés, de sans-abris, de familles à qui on a tout pris. le rapprochement avec le chef-d'oeuvre qu'est Les raisins de la colère de Steinbeck est aisé j'en conviens. Mais Patrick Graham évite selon moi le danger d'imiter ce monument littéraire. Au contraire, il donne une vision plus violente de cette période des années 30 en mettant en scène le destin de deux égarés, deux victimes de cette grande crise : Sid, l'ancien soldat noir qui a tout perdu (terre, famille, avenir) et de Carson Fletcher, jeune adolescente intrépide et effrontée dont a massacré la famille sous ses yeux et qui voit en Sid un compagnon d'infortune, une bouée de sauvetage. Notre duo arpente les terres affamées de la Georgie et du Tennessee racistes, les plaines arides de l'Oklahoma, voyageant de nuit dans les wagons insalubres des trains qui traversent le pays avec tout ce que l'Amérique compte de hobos, de femmes et d'hommes désespérés qui fuient la misère, prêts à accepter n'importe quel travail, aussi ingrat soit-il. Sid et Fletcher cherchent à fuir et à se venger, de ses banquiers, hommes d'affaires et policiers corrompus alliés à la Mafia et qui, profitant de la crise, dépossèdent d'honnêtes gens de leurs terres pour les vendre et spéculer dessus. Notre duo a ouvert la boîte de Pandore et charrie derrière lui la vermine la plus infâme bien décidée à les faire taire, et notamment une sorte de Javert, marshall corrompu qui n'a plus rien à perdre.
J'ai lu Des fauves et des hommes d'une traite, absorbée par ce road movie dont l'écriture est si cinématographique. Aucun temps mort, des portraits saisissants et attachants, une peinture de l'Amérique de la Grande Dépression qui m'en a pas mal appris. Autant vous dire qu'il est difficile de lâcher ce roman d'une grande dureté, sans complaisance mais pour autant d'une profonde justesse qui ne sombre jamais dans le manichéisme.
Lien : http://livreetcompagnie.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
KRYSALINE555
  09 mars 2017
C'est mon premier roman de Patrick Graham (j'ai été séduite pas la couverture qui montre un marcheur avec cette notion d'infini et de désert autour avec un ciel sombre et électrique en toile de fond, j'ai pourtant attendu presque 3 ans avant de me mettre à sa lecture je ne sais trop pourquoi d'ailleurs et ce ne sera surement pas le dernier tant celui-ci m'a emballée).
Il m'a fait l'effet d'un véritable coup de poing, un vrai roman « choc », une grosse claque et une prise de conscience terrible et tragique: il y a du Steinbeck dans ces descriptions là (on pense inévitablement aux "Raisins de la colère" ou même "Des souris et des hommes") où l'on retrouve une intensité dramatique très forte, tragique, voire apocalyptique ; une description précise de la misère de cette époque catastrophique et meurtrière et des expropriations immobilières en masse. Mais pas seulement, il y a aussi du Tarantino car c'est aussi construit comme un thriller sanglant et violent aussi, semé de cadavres tout au long du chemin et le suspense latent est mené d'une main de maître ! Les descriptions des personnages sont précises, percutantes, sensibles et terriblement parlantes. On imagine très bien les scènes. On les visualise comme si on était au cinéma.
L'histoire se situe donc pendant la grande Dépression aux États-Unis. C'est une vaste fresque historique qui nous est contée là, avec pour décor l'Amérique des années 30, après l'énorme crash boursier de 1929. La misère et la famine sévissent partout, les gens sont expropriés et jetés sur les routes en quête de travail. Les banques prennent les petits propriétaires à la gorge afin de récupérer leur terre, la corruption règne en maître et ça a une résonance étrange avec notre propre époque finalement…
On commence donc avec « l'homme », ancien soldat démobilisé qui s'en retourne retrouver sa famille. Mais il s'aperçoit qu'ils ont été victimes de la crise, qu'ils n'ont pas survécu et que sa maison est en cendre. Ayant tout perdu, il se retrouve à courir après sa vengeance à travers le sud. En tuant le banquier responsable de l'expropriation de sa famille il rentrera aussi en possession de 3.000.000 $ de bons aux porteurs appartenant à la mafia et surtout d'une liste de politiciens et de policiers véreux, impliqués dans des expropriations abusives et diverses activités illégales. Ils n'auront donc de cesse de le traquer afin de remettre la main sur ces documents compromettants. Les hommes de Maranzano, le parrain local, le Marshall ripoux Strickland, organiseront une véritable chasse à l'homme et le poursuivront à travers les états du Sud sans relâche.
Sur sa route, il trouvera un travail temporaire dans une ferme et croisera celle de Carson Fletcher-Mills, jeune adolescente d'à peine 15 ans dont toute la famille sera exterminée par la mafia, suite à une « bévue » de sa part qui les a fait repérer. Forcés de fuir pour échapper à leurs poursuivants, ces deux destins à la rencontre improbable vont entamer un road-movie étourdissant, semé d'embûches et de cadavres. Ils seront surnommé « les marcheurs » par la population pauvre dont ils deviennent bientôt les héros malgré eux. Ils traverseront la Floride, la Géorgie, l'Alabama, , le Tennessee, l'Arkansas et l'Oklahoma souvent à bord de ces trains qui traversent les États-Unis peuplés de hobos, d'êtres désespérés et affamés, prêts à accepter n'importe quel travail pour quelques sous ou un bol de soupe.
Il y a aussi le destin tragique d'Anna, une jeune journaliste qui enquête sur les malversations immobilières et les abus politiques. Elle sera protégée par des mafieux d'un cartel cubain qui avaient une dette envers elle. Elle fera de son mieux afin de venir en aide aux marcheurs en relayant des appels sur les ondes des radios locales « libres ».
Ces destins enfin, deviennent le symbole de la lutte des petits propriétaires, des métayers et de tous les oubliés de la terre contre la corruption, les banques et la pieuvre qu'est la mafia.
La force du récit est époustouflante, poignante et désespérée. On s'attache aux personnages, à cette écriture sombre et magnifique, urgente et nécessaire mais aussi porteuse d'espoir : une lecture dont ne sort pas indemne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Fredo_4decouv
  02 octobre 2012
Le nouveau roman de Patrick Graham, Des fauves et des hommes, nous prouve une nouvelle fois que ce qui fait l'essence d'un excellent roman, ce sont ses personnages. C'est l'âme que le romancier va insuffler dans ses créations littéraires qui va en faire les véritables artisans de la qualité de son ouvrage.
Quand un romancier parvient à s'effacer derrière ses personnages et faire en sorte que ce soit ces derniers qui mènent la barque de l'intrigue, il produit alors un livre qui va se révéler être une lecture particulièrement riche en émotion. Et c'est ce que parvient de nouveau à faire Patrick Graham.
Tout en subtilité, l'auteur nous présente des personnages très attachant qui vont nous faire partager une aventure humaine riche et poignante.
Le casting principal est constitué d'êtres damnés dont les chemins se croisent, se séparent, et promettent des retrouvailles particulièrement dantesques.
Nous voilà embarqués dans une odyssée, une fresque qui devient une déclaration d'amour aux classiques de la littérature américaine.
Sur fond d'une crise économique dévastatrice (et malheureusement toujours d'actualités), Des Fauves et des hommes met en avant la corruption et la cupidité qui gangrènent nos sociétés, nous aveuglent et nous amènent trop souvent à mettre un chapeau sur la vérité et à renoncer à l'humain.
Sid et Carson rentrent dans le panthéon des personnages qui nous touchent au coeur par leur humanité et qui ne nous quittent plus après avoir tourné la dernière page.
Une aventure inoubliable. du très très grand Patrick Graham.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170

critiques presse (2)
LeFigaro   15 novembre 2012
Graham nous captive jusqu'au bout. L'action, l'aventure sont omniprésentes.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LePoint   01 août 2012
Sans être "un plaidoyer", comme il l'explique dans l'avant-propos, ce livre est surtout un "hommage à tous les survivants d'une crise qui, depuis près d'un siècle, ne fait que commencer".
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (22) Voir plus Ajouter une citation
TatooaTatooa   01 février 2016
En 1970, Studs Terkel rassemble dans son livre "Hard Times" les témoignages de ceux qui ont traversé la Grande Dépression. En guise de préface, il raconte les souvenirs d'un gosse de dix ans du Chicago des années 1930 ravagé par la crise, où les hommes de Capone distribuaient la soupe populaire dans les stades. Ce gosse, c'est lui.

En 1986, Terkel rédige une nouvelle préface où, comme Maharidge et Williamson, il repère dans la société américaine les mêmes signes avant-coureurs qu'en 1929. Un an plus tard, les marchés financiers sombrent. Terkel disait alors qu'il n'y a pas de crise américaine, car toute crise américaine est avant tout mondiale. Les spéculations sur les matières premières, les émeutes de la faim qu'elles déclenchent à travers la planète, la faillite en chaîne de pays entiers passés sous le contrôle des marchés sur lesquels ils empruntent pour éponger leurs dettes colossales, et le décrochage perpétuel de ces mêmes marchés malgré les efforts des gouvernements pour éviter le pire, ne le contrediront pas.

Terkel est mort en Octobre 2008. Gageons que, s'il avait écrit une troisième préface de son "Hard Times" en 2007, alors que les banques américains se précipitaient dans l'impasse des "subprimes" et du système pyramidal de Madoff, réplique exacte du schéma de Ponzi qui ruina des milliers d'investisseurs en 1929, il aurait peint le même tableau et que, une fois de plus, il aurait eu raison. Gageons aussi que si Lange, Russell Lee, Jack Delano, Agee ou Walker Evans reprenaient la route pour autopsier la société américaine aujourd'hui, leur constat serait le même, les visages qu'ils croiseraient seraient les mêmes, la misère, surtout, comme un éternel recommencement.
(Avant-propos)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
TatooaTatooa   30 janvier 2016
En 1929, au terme de trente ans de crise larvée, l'effondrement du système financier plonge les Etats-Unis dans une récession profonde dont ils n'émergeront qu'au lendemain de la seconde Guerre Mondiale. C'est l'époque où les investisseurs ruinés se suicident et où les autres dorment serrés les uns contre les autres sous les ponts de Washington. C'est l'époque où des millions de chômeurs et de sans-abri font la queue devant les soupes populaires et où il n'est pas rare que les gens s'effondrent dans les rues et meurent de faim devant tout le monde. C'est aussi l'époque des expulsions de masse, des saisies, des ventes forcées.
(Avant-propos. Que je vais recopier en entier. Parce que quand on cherche "conséquences de la Grande Dépression sur le peuple américain", sur internet, on ne trouve quasiment rien, sauf sur le site de "lutte ouvrière". Un tel black-out sur cela alors qu'on nous décrit par le menu le krach boursier sur les 3 jours, et ses conséquences sur l'économie mondiale, et les pertes de ces "pauvres riches" de banquiers comme Rotschild, (on va les plaindre, tiens), ça me révolte profond. Tatooa.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
TatooaTatooa   30 janvier 2016
Au plus fort de cette Grande Dépression, alors que Dorothea Lange ou Marion Post Wolcott parcourent les Etats-Unis pour immortaliser les visages meurtris de la crise, le magazine Fortune envoie un journaliste et un photographe partager le quotidien de trois familles de métayers au coeur de l'Alabama. Le journaliste s'appelle James Agee. Le photographe, Walker Evans. De cette expérience qui a largement dépassé le cadre qu'ils s'étaient fixés, ils ont tiré "louons maintenant les grands hommes", un document fondamental sur les blessures de cette époque.
50 ans plus tard, alors que l'amérique reaganienne s'enfonce à nouveau dans la crise après avoir supprimé les mécanismes de régulation mis en place au lendemain du naufrage de 1929, le même magazine dépêche sur les routes deux autres journalistes, Dale Maharidge et Michael Williamson, lesquels voyagent durant des mois au milieu des vagabonds à bord des immenses trains de marchandises qui traversent les Etats-Unis. Partout, ils croisent les mêmes visages, les mêmes yeux, la même honte d'avoir tout perdu.
Maharidge et Williamson iront aussi interroger les descendants des métayers de l'Alabama qui avaient accueilli Agee et Evans. 50 ans plus tard, rien n'a changé. Ils en tireront "Et leurs enfants après eux", qu'ils définiront eux-mêmes comme l'héritage de "louons maintenant les grands hommes".
(Avant-propos)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
TatooaTatooa   30 janvier 2016
Au plus fort de cette Grande Dépression, alors que Dorothea Lange ou Marion Post Wolcott parcourent les Etats-Unis pour immortaliser les visages meurtris de la crise, le magazine Fortune envoie un journaliste et un photographe partager le quotidien de trois familles de métayers au coeur de l'Alabama. Le journaliste s'appelle James Agee. Le photographe, Walker Evans. De cette expérience qui a largement dépassé le cadre qu'ils s'étaient fixés, ils ont tiré "louons maintenant les grands hommes", un document fondamental sur les blessures de cette époque.
50 ans plus tard, alors que l'amérique reaganienne s'enfonce à nouveau dans la crise après avoir supprimé les mécanismes de régulation mis en place au lendemain du naufrage de 1929, le même magazine dépêche sur les routes deux autres journalistes, Dale Maharidge et Michael Williamson, lesquels voyagent durant des mois au milieu des vagabonds à bord des immenses trains de marchandises qui traversent les Etats-Unis. Partout, ils croisent les mêmes visages, les mêmes yeux, la même honte d'avoir tout perdu.
Maharidge et Williamson iront aussi interroger les descendants des métayers de l'Alabama qui avaient accueilli Agee et Evans. 50 ans plus tard, rien n'a changé. Ils en tireront "Et leurs enfants après eux", qu'ils définiront eux-mêmes comme l'héritage de "louons maintenant les grands hommes".
(Avant-propos)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
TatooaTatooa   27 janvier 2016
- Je t'aime Elena. Je sais que tu es morte ce soir-là et que ce n'est pas à toi que je m'adresse mais, si tu m'entends encore quelque part tout au fond de cette noirceur, je voulais que tu saches que je t'ai toujours aimée.(Strickland)
Elena entrouvre les yeux. Il y a des larmes dans sa voix quand elle dit :
- Elle me manque tellement.
Commenter  J’apprécie          200
Video de Patrick Graham (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Patrick Graham
L'interview de Patrick Graham (auteur du best seller "L'Evangile selon Satan") qui nous présente son nouveau livre, intitulé "L'Apocalypse selon Marie".
autres livres classés : grande dépressionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1562 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..