AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2709662531
Éditeur : J.-C. Lattès (22/01/2020)

Note moyenne : 4.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Après la victoire de Franco, le docteur Guillermo García Medina continue de vivre à Madrid sous une fausse identité. Les papiers qui lui ont permis d'éviter le peloton d'exécution lui ont été fournis par son meilleur ami, Manuel Arroyo Benítez, un diplomate républicain à qui il a sauvé la vie en 1937.

En septembre 1946, Manuel revient d'exil avec une dangereuse mission : infiltrer une organisation clandestine d'évasion de criminels nazis, dirigée dep... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Eve-Yeshe
  12 février 2020
Nous faisons la connaissance de Guillermo en 1947, le jour de la messe des Rameaux, alors qu'il attend une jeune femme qui a beaucoup compté dans sa jeunesse Amparo, pour lui demander de l'aide alors qu'elle est pour Franco depuis le début, alors que le Docteur Guillermo Garcia était républicain. Il s'agit de sauver un ami proche. L'aidera-t-elle ? ainsi commence ce que l'auteure Almudena Grandes appelle « Mon histoire est celle de trois imposteurs. »
On assiste alors à un retour vers le passé et la guerre entre républicains et partisans de Franco, début des années trente.
Guillermo est un chirurgien reconnu et apprécié, qui sauve des vies, met en place avec un médecin canadien Norman Bethune, les premiers dons du sang. Il vit une histoire d'amour avec Amparo qu'il finira par épouser, car elle est enceinte, hyper catholique…
Pendant ce temps en Allemagne arrive au pouvoir le NSDAP avec ce cher Adolf qui met en place la politique qu'on connait, avec au passage une amourette avec une descendante de Wagner, son compositeur fétiche : Winifred Wagner … « À partir de ce jour, Winifred vit exclusivement pour Adolf Hitler. »
Hitler va aider son « ami » Franco bien-sûr, lui donnant avions, bombes, pour écraser Madrid et la révolution…
Guillermo est obligé de quitter l'hôpital et renoncer à la médecine et surtout changer d'identité, grâce à la complicité de son meilleur ami, diplomate républicain, Manuel Arroyo Benítez et devient Rafaël Cuesta Sanchez alias Rafa…
Pendant ce temps la guerre fait rage, certains Espagnols choisissent d'aller combattre aux côtés des nazis, se livrant aux exactions qu'on connaît : on rencontre Jan un jeune Flamand plus que séduit par les théories raciales : « exécuter des Juifs, cela n'est rien, car ils ont l'apparence des humains mais n'en sont pas » et son meilleur ami, un ancien boxeur tricheur, Adrian Gallardo. On les suit jusqu'à la défense du bunker à Berlin, où ils tiennent à résister jusqu'au 2 mai pour que les Russes ne puissent pas fêter leur victoire le premier mai !
Ils vont finir par rester en Allemagne, changeant d'identité aussi. Mais Adrian est recherché car il a commis des atrocités, donc criminel de guerre.
Le décor est planté. La chasse aux nazis commence, mais, Franco est là et tous ses partisans, notamment les bigotes à ses bottes vont tenter par tous les moyens d'empêcher les arrestations en distribuant des faux papiers bien en règles et des filières se mettent en place de façon magistrale il faut bien le reconnaître.
Manuel est également obligé de changer d'identité, plusieurs fois et finit par prendre celle Adrian Gallardo Ortéga en1947 puisque ce dernier est considéré comme criminel de guerre et porté disparu.
Les deux hommes resteront en contact et le « docteur Garcia » continuera à exercer ses talents de médecin sous le manteau, avec beaucoup de prudence…
Manuel est né dans une famille nombreuse et n'a jamais été aimé par ses parents, notamment par sa mère qui s'en débarrasse en le plaçant chez un prêtre qui va lui apprendre à lire et écrire, faire son éducation, lui permettant de faire des études, qui vont changer son destin. Il occupera des fonctions importantes à la Société des Nations en Suisse, durant la République.
Comme l'auteure le répète assez souvent dans le roman : « Manolo Arroyo Benítez avait toujours eu à la fois la poisse et beaucoup de chance. »
On va suivre, les réseaux qui se mettent en place. Bien-sûr l'Église catholique a les siens, mais l'auteure nous parle davantage des réseaux organisés par les civils, notamment celui de Clara Stauffer, (fille d'un brasseur de bière allemand et de mère madrilène), la manière dont les dignitaires nazis mais aussi les moins gradés, sont recevoir la nationalité espagnole, puis migrer vers l'Argentine de Perón qui leur réserve un accueil enthousiaste.
Almudena Grandes mêle la grande et la petite histoire de manière magistrale. Au début, j'ai eu du mal avec les noms espagnols à rallonge ;'ai pourtant l'habitude avec les noms portugais, mais les consonances sont différentes et surtout les personnages principaux changent d'identité ! et surtout il y a beaucoup de monde dans ce roman !
Je me suis rendu compte, après avoir lu une centaine de pages, qu'il y avait à la fin du livre, la liste des personnages réels ou fictifs, leurs différentes identités, ce que m'a beaucoup simplifié la vie.
Guillermo-Rafa à Madrid et Manolo-Adrian en Argentine, vont tenter, en risquant leur vie, de surveiller, tenir des registres de l'or nazi et surtout des oeuvres d'art volés aux juifs, à la demande des autorités américaines. Hélas, l'ennemi a changé ! c'est la guerre froide, l'ennemi c'est Staline et pas Franco qui aura ainsi de beaux jours devant lui….
On va rencontrer ainsi, au fil des pages, des Républicains, qui se cachent sous d'autres identité, qui continuent à espérer la République, des gens sincères, des salauds de la pire espèce qui continueront à être protégés…
Tout en nous racontant l'Histoire de l'Espagne Franquiste, que je n'ai jamais étudiée de près car le Caudillo me déclenchait de l'urticaire (il est décédé en novembre 1975 !) et je reconnais que je me suis davantage intéressée à Salazar et sa clique et à la révolution des oeillets au Portugal le 25 avril 1974 qu'à lui. Donc négligence réparée…
J'ai adoré ce livre passionnant à plus d'un titre, dans lequel l'auteure a fait un travail de recherche considérable pour étayer son raisonnement et rester au plus près de la réalité historique et je me suis aperçue que ce livre était en fait le quatrième d'une série consacrée à la guerre civile, qui en comporte encore deux autres.
Certains personnages semblent récurrents, mais cela ne gêne absolument de ne pas avoir lu les précédents, ce que je vais sûrement faire. Je proposerai le plan de l'oeuvre dans une autre page de mon blog, afin de ne pas donner le tournis.
Un livre exceptionnel comme l'est d'ailleurs « La fabrique des Salauds » dont je vous ai tant rebattue les oreilles, fin 2019, et dont j'ai tourné la dernière page avec tristesse, tant je m'étais attachée à tous ces personnages. Bip-Bip! je deviens lyrique, il est temps que je termine cette chronique.
Un immense merci à NetGalley et aux éditions Lattès qui m'ont permis de découvrir une auteure géniale et une partie de sa fresque historique.
#LespatientsdudocteurGarcia #NetGalleyFrance
Lien : https://leslivresdeve.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
mariech
  25 janvier 2020
Très beau roman sur la période troublée de la guerre d'Espagne .
La victoire de Franco , du clan nationaliste donc, va faire des vaincus, des personnes traquées, humiliées, parfois dénoncées même dans leur propre famille .
C'est l'histoire du Dr Garcia qui est dans le clan républicain, le clan des vaincus,son amie est dans l'autre camp, leur attirance ne résistera pas à la guerre civile .
C'est l'histoire de tout un peuple déchiré , balloté au gré de l'histoire , des nombreux fusillés , emprisonnés pour les plus chanceux , c'est l'impossible réconciliation.
C'est aussi un tableau très complet de l'Espagne franquiste .
Roman très bien documenté , l'auteur y évoque également la seconde guerre mondiale et les années après le conflit ; lorsque l'Espagne franquiste accueille à bras ouverts les anciens nazis ou ce célèbre membre de la division SS Wallonie , le belge Léon Degrelle qui sera protégé par le général Franco durant toute sa vie .
L'auteur nous emmène également dans l'Argentine de Perón , ou de nombreux anciens nazis trouveront refuge .
Un seul bémol, trop d'informations pour le même livre , je me suis parfois perdue .
Malgré tout une très belle lecture et une couverture sublime .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          273
traversay
  06 février 2020
C'est un travail titanesque auquel s'astreint Almudena Grandes depuis dix ans et la parution d'Inés et la joie, premier tome d'une série intitulée Épisodes d'une guerre interminable, qui au final devrait comporter 6 volumes. le cinquième vient de paraître en Espagne alors qu'en France Lattès a enfin publié le précédent, Les patients du docteur Garcia. Cette guerre interminable, les lecteurs d'Almudena Grandes savent bien qu'il s'agit de celle d'Espagne, qui a continué longtemps après sa fin officielle, jusqu'à la mort de Franco, en 1975. Les patients du docteur Garcia est sans l'ombre d'un doute le livre le plus dense de la série, nous catapultant de Madrid à différentes périodes, à l'Argentine de Peron, à un camp estonien pendant la seconde guerre mondiale, au Massachusetts, à Berlin à l'arrivée de l'armée rouge, etc. Une multitude de lieux pour une kyrielle de protagonistes, et c'est là où Almudena Grandes est très forte, en mélangeant personnages fictifs et historiques, comme la « célèbre » Clara Stauffer, une hispano-allemande, phalangiste et nazie à la fois, qui fut un rouage essentiel du transit des anciens nazis par l'Espagne avant de faciliter leur exfiltration vers l'Amérique du Sud et en particulier l'Argentine. A partir de l'histoire dans cette « transhumance » honteuse, car réalisée au vu et au su des démocraties occidentales, la romancière a tissé sa toile arachnéenne, avec 3 personnages principaux, deux républicains et un fasciste, qui changent plusieurs fois de nom dès lors que la clandestinité devient leur quotidien. Trois « héros » dont Almudena Grandes nous conte la destinée en parallèle, aux côtés de celles de pas loin d'une centaine de « seconds rôles » dont la participation à l'une des différentes intrigues est parfois collatérale et éphémère. Se perd-on pour autant dans ce maelström d'événements et d'acteurs plus ou moins importants des récits finement entrelacés ? Honnêtement, cela arrive, mais une liste en fin d'ouvrage sert de boussole et le souffle narratif emporte tout sur son passage. L'intérêt documentaire et pédagogique des Patients du docteur Garcia est indéniable mais c'est aussi son intense respiration romanesque qui transporte et émeut tout au long des presque 700 pages du livre. Et, bien entendu, le lecteur aficionado en redemande. Il n'y a désormais plus qu'à atteindre La traduction française de la madre de Frankenstein, le 5ème opus de la série.
Lien : https://cin-phile-m-----tait..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          147
Valmyvoyou_lit
  28 janvier 2020
Nous suivons le destin de plusieurs personnages, tous reliés par l'Espagne franquiste : certains la combattent, d'autres la vénèrent. le docteur Garcia est Républicain. Son amie, Ampero, se cache chez lui et est phalangiste. La phalange espagnole s'inspire du fascisme. Les liens de l'enfance, sont-ils plus forts que l'idéologie ?

Guillermo Garcia sauve la vie de Manuel Arroyo Benítez, grâce aux premières transfusions sans donneur présent. C'est le début d'une grande amitié qui les unit dans un combat extrêmement dangereux contre les nazis qui trouvent refuge en Espagne et en Argentine. Ils infiltrent une organisation clandestine d'évasion de criminels nazis, au risque de leur vie. Mené par Clara Stauffer, ce réseau bénéficie du soutien de Franco.

C'est un livre qui requiert une grande attention. Les personnages sont très nombreux, ils sont plusieurs à changer de patronyme, et même, à prendre le nom d'un autre protagoniste. J'ai utilisé régulièrement la liste, très utile, des personnages, classés chronologiquement par ordre d'apparition de la page 670. L'auteure indique lorsque ce sont des personnes ayant réellement existé. de plus, ce roman est extrêmement documenté et se déroule à une époque obscure et nébuleuse.

J'ai souvent pensé que l'Histoire de l'Espagne, sous Franco, était difficile à comprendre. Ce livre est très complet et montre les ramifications de la vie sous la dictature. Il décrit aussi le soutien reçu par les criminels de guerre et la position de l'Occident après la mise à jour du fonctionnement des exfiltrations vers l'Argentine. Les grands criminels profitent ...

La suite sur mon blog

Lien : https://valmyvoyoulit.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Eve-YesheEve-Yeshe   15 février 2020
L’événement le plus important de sa vie se produit en 1923, quand un jeune homme énergique de trente-quatre ans se présente à la famille Wagner après avoir assisté à une représentation du Festival de Bayreuth. C’est le leader du Parti national-socialiste ouvrier allemand, mais la raison de sa visite n’est pas politique. Il est persuadé qu’il n’existe aucune œuvre comparable à celle de Richard dans toute l’histoire de la musique et veut témoigner de sa ferveur aux héritiers du compositeur.

La jeune épouse de vingt-six ans, restée en retrait, assiste à cette déclaration passionnée qui lui inspire à son tour des sentiments encore plus excessifs. À partir de ce jour, Winifred vit exclusivement pour Adolf Hitler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Eve-YesheEve-Yeshe   12 février 2020
Le délicat feston en dentelle noire, ancienne, du voile qui encadrait son visage l’avantageait, accentuant le contraste entre ses sourcils sombres et ses cheveux blonds, une audace suspecte, d’entraîneuse de cabaret, que la plupart des femmes de sa classe sociale ne se seraient pas permise. Mais Amparo Priego Martínez n’était pas une femme comme les autres, et son culot me bouleversait plus que je ne l’aurais cru. Nous avions vécu ensemble trop de choses, trop longtemps, pour que je puisse sortir indemne de ces retrouvailles. Pour cette raison, je ne pris pas le risque de regarder l’enfant qu’elle tenait par la main.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Videos de Almudena Grandes (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Almudena Grandes
Bande-annonce de Castillos de Carton, adapté de l'oeuvre d'Almudena Grandes par Salvador García Ruiz (2009)
autres livres classés : robotsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les villes dans les polars

Dans quelle ville enquête généralement le commissaire Erlendur Sveinsson, héros des romans d'Arnaldur Indridason ?

Paris
Londres
Berlin
Rome
Vienne
Moscou
Oslo
Bergen
Ystad
Reykjavik
Venise
Los Angeles
New-York
La Nouvelle-Orléans
Montréal
Le Cap
Shanghai
Tokyo
Barcelone
Edimbourg

20 questions
148 lecteurs ont répondu
Thèmes : romans policiers et polars , villes , Capitales , pays , détectives privés , flics , enquête policière , Enquêtes criminellesCréer un quiz sur ce livre