AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Geneviève Leibrich (Traducteur)
ISBN : 2864244519
Éditeur : Métailié (27/05/2004)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Le cadavre de Carolina est retrouvé horriblement mutilé et violé, cette avocate féministe aimait les femmes, mais avait un amant. Et c'est lui qui est soupçonné et emprisonné.
Au-dehors, son frère est le seul à essayer de l'aider, à croire à son innocence malgré leurs rivalités. Au-dehors, la belle Maria Anna envoie des messages que personne ne comprend. Les enquêteurs veulent condamner très vite un coupable.
Avec le même talent pour le suspens psychol... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
mireille.lefustec
  16 décembre 2013
Titre original: "La colpa" paru en 1989.
Prix du polar européen Le Point 2003.
Étiqueté Polar puisqu'il s'ouvre sur un cadavre, mais c'est surtout un roman psychologique.
La Faute est "la recherche labyrinthique d'une vérité peut-être peut-être injoignable."
L'unique élément certain est l'homicide chargé de symboles du cadavre de femme horriblement violenté.
La victime, Corinna, est une avocate , belle et autoritaire, rageusement employée à défendre les femmes : "l'autre moitié du ciel".
Le coupable tout désigné est son amant, un universitaire élégant et séduisant qui aime les femmes.
Le thème est celui de la faute et de ses implications, traité de façon approfondie ainsi que la vie en prison de celui qui ne possède aucun des codes pour la comprendre.
La prose est élégante, les pages se tournent régulièrement. J'ai apprécié l'évolution des deux frères, de caractères différents, aux relations distantes, que, sans surprise, le drame de l'incarcération va rapprocher.
Les chapitres alternent le point de vue de Leardo, écrits à la première personne ,et le récit de la vie en prison, écrits à la troisième personne et , de ce fait, plus impersonnels. Ce qui rend encore plus nette la différence entre les deux frères.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Lalivrophile
  13 mai 2011
Ce livre est un roman policier, mais l'enquête n'est pas si importante. J'ai très rapidement deviné qui avait assassiné Corinna, et pourtant, cela n'a en rien gâché ma lecture.
L'enquête policière n'est qu'un prétexte à l'auteur pour aborder, avec justesse, certains thèmes.
Laura Grimaldi analyse les relations complexes entre les deux frères, entre eux et leurs parents, leurs relations amoureuses, etc.
Aleardo et Alfiero ne s'entendaient pas forcément très bien: cette histoire les rapprochera, forçant Aleardo à se pencher sur leur passé, à analyser la conduite de chacun, à se remettre en question.
J'ai été exaspérée par le récit des relations entre Aleardo et sa femme, Marie. Il me semble que dans pratiquement tous les romans, les couples mariés ne s'aiment pas, voire ne se supportent pas, soit la routine les a éloignés, soit ils ne se sont jamais aimés. Ce schéma est assez agaçant, car il est éculé.
[...]
Lire la suite sur:
Lien : http://www.lalivrophile.net/..
Commenter  J’apprécie          00
aligazanayi
  19 octobre 2017
Bon
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
mireille.lefustecmireille.lefustec   16 décembre 2013
Peut-être que le côté le plus absurde de la prison était le langage. On y entendait tous les dialectes possibles et tous les outrages inimaginables à la grammaire et à la syntaxe, mais quand il était question de problèmes juridiques ou même concernant le traitement carcéral, des expressions élégantes, irréprochables quant à la forme et au fond, jaillissaient ...
Commenter  J’apprécie          20
mireille.lefustecmireille.lefustec   16 décembre 2013
Pour la première fois depuis qu'il était en prison, il médita sur l'expropriation du temps, sur les horaires imposés, sur l'impossibilité de changer d'une seule seconde la répétition obsessionnelle des événements
Commenter  J’apprécie          20
mireille.lefustecmireille.lefustec   16 décembre 2013
Quand il raisonnait avec son cerveau, Alfiero se disait qu'il n'avait pas envie d'apprendre les règles qui régissent la vie carcérale. Mais son instinct lui suggérait de s'adapter s'il voulait survivre. Cela dit, voulait-il survivre?
Commenter  J’apprécie          10
mireille.lefustecmireille.lefustec   16 décembre 2013
....et quelques secondes durant il parvenait à s'abstraire de ce qui l'entourait. Il n'avait pas besoin d'imaginer un endroit différent, il lui suffisait d'ignorer son environnement immédiat
Commenter  J’apprécie          10
mireille.lefustecmireille.lefustec   16 décembre 2013
Pour parler comme Brecht, il est plus criminel de posséder une banque que de la voler, mais t'est-il jamais arrivé de voir un banquier inculpé?
Commenter  J’apprécie          10
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature italienne, roumaine et rhéto-romane>Romans, contes, nouvelles (653)
autres livres classés : roman psychologiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Freud et les autres...

Combien y a-t-il de leçons sur la psychanalyse selon Freud ?

3
4
5
6

10 questions
298 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychologie , psychanalyse , sciences humainesCréer un quiz sur ce livre