AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Patrick Berthon (Traducteur)
EAN : 9782221108215
352 pages
Éditeur : Robert Laffont (12/04/2007)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 181 notes)
Résumé :
Ce matin de décembre 1982, la jeune Debbie Carter gît, étranglée et violée, au pied de son lit défait.
La nouvelle pétrifie la petite ville d'Ada, perdue au cœur de l'Oklahoma. Bientôt la fièvre s'empare des services de police, jusqu'au délire. Comment expliquer que Glen Gore, dernière personne à avoir vu la victime vivante, n'ait pas été soupçonné ? Pire : comment accorder du crédit à sa seule version des faits ?
Un innocent, Ron Willianson, va pâtir... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (19) Voir plus Ajouter une critique
Aline1102
  29 mars 2011
Si vous vous demandez comment une erreur judiciare est possible, lisez ce livre! Ron Williamson va être condamné à mort, et l'un de ses amis à la prison à perpétuité, sur base de preuves fabriquées de toute pièce par la police et le Procureur, pressés de trouver un coupable.
Je me demande encore, après la lecture de ce livre, comment il est possible de juger quelqu'un qui, comme Williamson, ne jouit pas de toutes ses facultés mentales. Et comment il est possible, aussi, de manipuler les preuves à ce point, comme l'ont fait la police et le Procureur. Certes, Williamson n'était pas ange, mais il ne méritait pas un traitement comme celui qu'il a enduré.
Lecture révoltante, L'Accusé amène le lecteur à réfléchir sur des questions importantes telles que le fonctionnement du système judiciaire, la conception des prisons, la prise en charge des malades mentaux et la peine de mort.
Loin d'être un roman léger, c'est selon moi une lecture nécessaire.
Commenter  J’apprécie          80
camati
  13 janvier 2018
Ce livre avait a priori tout pour plaire: une histoire d 'erreurs judiciaires, tirée de faits et de personnages réels, racontée par un ancien avocat (qui donc connaît son sujet), des méthodes policières peu avouables, avec en toile de fond un sujet controversé, la peine de mort aux Etats-Unis . Mais voilà, chez moi, la sauce n'a pas pris et je vais vous dire pourquoi.
D'abord, pour un thriller, ce livre manque singulièrement d'action, de suspense et de rythme. Je ne dirais d'ailleurs pas que c'est un roman; j'ai eu l'impression de lire les minutes des différents procès. Parfois l'envie était forte de refermer le livre!
J'ai déjà eu l'occasion de l'écrire dans une précédente critique: le sujet n'est pas un élément suffisant, aussi passionnant soit-il, pour faire un bon livre. le style d'écriture est tout de même essentiel,non? Or dans le cas qui nous intéresse ici, l'écriture est plate; elle n'a pas provoqué chez moi l'émotion ni la révolte qu'elle aurait dû - ou pu.
Donc ,oui, ce que découvre le lecteur (s'il ne le savait déjà) est choquant, révoltant, mais cela n'en fait pas un roman qui vous transporte; l'écriture n'est pas à la hauteur. Cela n'a manifestement pas empêché un célèbre acteur américain d'acheter les droits cinématographiques. John Grisham fait recette dans les salles obscures!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
aria292
  18 janvier 2019
Comment une erreur judiciaire est-elle possible ? Lisez ce livre.
Loin d'être un sime roman de fiction, cette histoire vraie fait un peu froid dans le dos. Erreur judiciaire, enquête bâclée, faux témoignages, manipulation, condamnation, peine de mort...
Avocat de profession, John Grisham nous livre ici en détail l'histoire d'un homme condamné à tort pour le viol et le meurtre d'une jeune femme, et les rouages douteux de la justice américaine.
Mais, les erreurs judiciaires n'ont-elles lieux qu'aux États-Unis ? Sûrement pas.
Ce livre comporte quelques moments un peu lents, longs et qu'on pourrait croire sans intérêts.
On a tendance à s'y perdre un peu, beaucoup de noms, de faits, de lieux mais pourtant réellement captivant.
Même si les accusés sortiront libres après des années d'incarcération, le retour à la vie réelle n'est pas évidente.
Ron Williamson y perdre la santé physique et mentale.
Commenter  J’apprécie          40
mimipinson
  21 juillet 2013
« Des erreurs judiciaires sont commises tous les mis, et dans chaque état. Les raisons en sont diverses, et toujours semblables : travail insuffisant de la police, témoignages scientifiques discutables, identification erronée de témoins oculaires, avocats de la défense peu compétents, procureurs trop peu exigeants ou trop arrogants. »
Avocat de profession John Grisham connait sur le bout des doigts la justice de son pays. Ses premières fictions m'avaient donné dès parution de très bonnes heures de lectures. Je le retrouve après une longue infidélité, en me demandant bien si j'allais continuer à aimer.
L'accusé n'est pas une fiction, mais un récit qui s'est en quelque sorte plus ou moins imposé à lui.
Ron Williamson, va cristalliser toutes les insuffisances du système judiciaire américain, et bien que très fragile avant l'affaire, va finalement payer de sa vie une succession d'erreurs, de fautes, de manquements qui le maintiendront dans le couloir de la mort durant douze ans. Si c'est d'extrême justesse qu'il sera extirpé de cette galère, et innocenté, c'est aussi du bout des dents que la justice le reconnaîtra innocent, jamis totalement convaincue malgré les preuves enfin faites.
John Grisham va donc s'atteler à décortiquer dans les moindres détails tout le processus judiciaire, sans omettre de s'attarder longuement sur ses personnages, et en particulier Williamson dont les démons intérieurs et les failles anciennes ont été du pain béni pour la justice.
Ce rouleau compresseur que représente le système judiciaire de ce pays fait froid dans le dos, tout comme le conditionnement dans lequel semble s'être figé la population. Ce pays est incapable de reconnaitre ses erreurs, et de réhabiliter ses victimes.

Lien : http://leblogdemimipinson.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
OneClick
  22 mars 2011
Ce livre est dérangeant car, même si la justice française fonctionne différemment de la justice américaine (entre autre concernant la peine de mort), on se pose très rapidement la question "Une telle injustice peut-elle arriver aussi en France ?"
Comme je n'aime pas être connaitre le début de l'histoire, je ne lis jamais les 4eme de couverture. Je n'ai donc su qu'à la fin, dans le chapitre "Le mot de l'auteur", si l'histoire était réelle ou bien était-ce une fiction.
Bien sur, les erreurs de justice étant tellement grossières,je me suis rapidement dit que Grisham ne pouvait pas les avoir inventer. Cela ne pouvait être qu'une histoire réelle, ce qui immanquablement fait encore plus froid dans le dos.
Par moment, j'étais tellement dégouté par l'histoire de Ron, que j'en voulait à mon entourage. J'ai donc vécu intérieurement et extérieurement cette histoire.
Je ne peux donc que la recommander à toute personne éprise de justice.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
DerfuchsDerfuchs   25 juillet 2020
Tandis que le personnel médical faisait de son mieux pour traiter Ron, les surveillants s'amusaient à ses dépens. Pour se distraire quelques matons jouaient avec l'interphone tout neuf de l'unité H. Chaque cellule était reliée par un appareil de communication intérieure à la salle de contrôle, un gadget de plus pour permettre aux surveillants de rester aussi loin que possible des détenus. Pas assez loin, encore.
- Ron, c'est Dieu, lançait en pleine nuit une voix sépulcrale. Pourquoi as-tu tué Debbie Carter ?
Un silence, puis les surveillants se mettaient à ricaner quand ils entendaient hurler à travers la porte.
- Je n'ai tué personne ! Je suis innocent !
Sa voix rauque et grave se répercutait dans le couloir sud-est, déchirant le silence de la nuit. La crise durait une heure ; elle empêchait les autres détenus de dormir mais amusait beaucoup les matons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
mayangmayang   27 septembre 2011
Dans l'Oklahoma, la peine capitale est une affaire sérieuse. Quand la Cour suprême des Etats-Unis donna son aval à la reprise des exécutions, en 1976, le corps législatif de l'Oklahoma se réunit en session extraordinaire dans le but de promulguer les textes de loi sur la peine de mort. L'année suivante, les débats du parlement portèrent sur une idée novatrice: la mort par injection létale pour remplacer la bonne vieille chaise électrique. La raison en était que, la technique infligeant une mort plus douce, l'argument utilisé de "traitement cruel et inhumain" deviendrait irrecevable et que, donc, le rythme des exécutions s'en trouverait accéléré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
mimipinsonmimipinson   21 juillet 2013
Des erreurs judiciaires sont commises tous les mis, et dans chaque état. Les raisons en sont diverses, et toujours semblables : travail insuffisant de la police, témoignages scientifiques discutables, identification erronée de témoins oculaires, avocats de la défense peu compétents, procureurs trop peu exigeants ou trop arrogants.
Commenter  J’apprécie          20
emi13emi13   18 décembre 2016
A la fin du premier jour d'audience , le juge Miller s'inquiéta de l'absence de Rom. Il fit venir les avocats pour leur faire part de ses doutes.
- Je me suis renseigné sur l'absence de l'accusé à l'audience préliminaire. Je vais faire venir M. Williamson demain matin , vers 8 h 45 , et je lui demanderai encore une fois s'il désire ou non être présent. S'il répond non , il repartira en prison.
Commenter  J’apprécie          10
sylsolsylsol   07 avril 2013
La véritable cause de la mort aurait dû convaincre tous les intéressés que les aveux de Ward et de Fontenot étaient une pure invention et qu'ils les avaient faits sous la contrainte. Il n'en fut rien.
La véritable cause de la mort aurait dû inciter les autorités à reconnaître qu'elles avaient fait fausse route et à se mettre en quête du vrai tueur. Il n'en fut rien.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de John Grisham (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Grisham
Extrait de "La sentence" de John Grisham lu par Sylvain Agaësse. ©Editions Audiolib. Parution numérique le 19 août et physique le 14 octobre 2020.
www.audiolib.fr/livre-audio/la-sentence
autres livres classés : thriller juridiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La dernière récolte de John Grisham

En quelle année se déroule cette histoire ?

1932
1942
1952
1962

11 questions
15 lecteurs ont répondu
Thème : La Dernière Récolte de John GrishamCréer un quiz sur ce livre

.. ..