AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070377251
128 pages
Éditeur : Gallimard (11/04/1986)

Note moyenne : 3.57/5 (sur 61 notes)
Résumé :
Trois aveugles : la femme, le mari, l'amant. Comment ils se rencontrent, comment ils s'aiment, comment ils s'entre-tuent. Un récit d'épouvante, puisque c'est le mode de lecture préféré des aveugles. Dans ce livre sans pitié, à la fois documentaire et fantasmagorique, les visions de l'obscurité définissent un nouveau système de voluptés et de frayeurs.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
anyways
  16 août 2012
Voilà un roman bien déroutant.
Ce qui frappe tout d'abord, c'est l'absence de situation spatio-temporelle. Cela pourrait se passer en 1930, en 1980, on ne sait pas vraiment où... J'ai finalement opté pour l'époque d'August Sander, comme le suggère la couverture du Folio (photo Enfants aveugles, de Sander)
Robert et Josette ne voient rien. Ils vivent reclus dans une sorte d'institution pour non-voyants (qui ressemble davantage à un internant à l'ancienne). Il y a effectivement un amant dans l'affaire, mais je ne suis pas tellement d'accord avec la plupart des commentateurs. Ce triangle amoureux n'est pas selon moi le centre du récit.
Le centre, c'est la description. Entre Zola et Céline, en y ajoutant une liberté de ton toute guibertienne, ainsi qu'un incipit qui m'a largement fait penser à celui du grand Meaulnes, la peinture (oserais-je dire la photographie) des personnages, de leur quotidien, de leur environnement est l'élément majeur.
Il y a quelque chose de la fable.
Avec ce roman, on pourrait en fait dire:"il y a quelque chose de çi ou de ça", sans pouvoir dire ce qu'il est vraiment.
C'est indéfinissable, il faut le lire et se laisser toucher, je ne vois rien d'autre à dire!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
zabeth55
  01 juin 2012
Josette et Robert, un couple marié, Taillegueur, l'amant de Josette.
Tous trois sont aveugles et vivent dans un institut destiné aux aveugles, ou tout le personnel est aveugle, sauf le directeur. Ils y vivent en autarcie, de l'enfance à la mort.
C'est un roman étrange, insolite, dérangeant. le style est assez surréaliste, parfois très beau, parfois assez glauque, parfois humoristique.
Je ne suis pas sûre d'avoir tout compris, je ne suis pas sûre d'avoir aimé et pourtant…. je pense que c'est un bon roman
Commenter  J’apprécie          70
rabanne
  17 mai 2016
Je ne me rappelle pas exactement de l'intrigue (un triangle amoureux, il me semble) de ce roman, lu lycéenne.
Mais je me souviens d'avoir été touchée par la plume de l'auteur.
Un peu moins "voyeur" et provocateur qu'à l'accoutumée, immergé au coeur du monde des non-voyants.
Commenter  J’apprécie          60
juquilit
  09 février 2018
Josette et Roger sont en couple et vivent dans l'institut pour aveugles ou ils ont grandi.ils y travaillent également et vivent leur vie. Un jour , un nouveau masseur débarque à l'institut, étrange et bientôt amant de Josette. Entre eux du sexe et le désir de tuer Roger...mais est ce vraiment ce que désire Josette? aimes t elle encore Roger ou ce nouvel homme?
Un récit simple,un moment de vie de ce couple d'aveugle, entre fantasmagorie et réalité. Court et déconcertant.
la 4 éme de couverture de Folio est vraiment nulle, elle ne reflète pas du tout le contenu, heureusement que j'aime Guibert car avec ce résumé pourri j'y serais pas allé! Pas merci le rédacteur de cette 4 eme de couverture!
Commenter  J’apprécie          00
andras
  12 février 2016
Trois aveugles : la femme, le mari, l'amant. Comment ils se rencontrent, comment ils s'aiment, comment ils s'entre-tuent. Un récit d'épouvante, puisque c'est le mode de lecture préféré des aveugles.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
sterou75sterou75   10 juin 2011
J'ai beaucoup voyagé, dit Taillegueur à Josette, et j'en ai connu beaucoup de voyants, j'ai conversé avec eux, j'ai couché avec eux, je les ai questionnés, j'ai écouté leurs rêves, j'en ai torturé certains pour qu'ils me disent ce qu'ils n'auraient jamais osé, ou ce qu'ils se disent seulement entre eux, ou à la confession, ou sur le papier, et tu ne peux pas savoir comme leur âme est confuse et encombrée, fourbe, pleine de détours et de recoins, remplie à ras bords et sans cesse débordante, fuyante et tortueuse, tu ne peux pas imaginer tous leurs vices car ils semblent les fabriquer à plaisir, et tu ne peux pas imaginer leur connaissance car chez la plupart elle est infinie et inutile, et ce qu'ils érigent en beauté qui est moins que le vent, et leur régime stupide des distances et des perspectives, et la vénération des crottes de couleurs, et le culte d'eux-mêmes et le culte du soleil qui sécrète leurs cancers, tu ne peux l'imaginer, mais je te l'apprendrai, je connais l'âme des voyants mieux que n'importe quel voyant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
mandarine43mandarine43   04 octobre 2011
Je ne vois rien, dit Josette, mais si je voyais, je haïrais tout ce que je vois. Je haïrais les hortensias rouges sur mon passage, et je haïrais les pochettes de disques, je haïrais les images de la télévision, je haïrais le visage de mon père et de ma mère, je haïrais le ciel et je haïrais la nuit, je haïrais la transparence des larmes, je n'aimerais aucune couleur que celle de tes yeux décolorés, je n'aimerais voir que toi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
anywaysanyways   16 août 2012
Quand ils firent connaissance, Robert se passionnait à étudier la résistance au frottement des objets, et Josette à les définir à la pointe de sa langue. Robert avait les poches pleines de cailloux, de billes, de petits morceaux de bois, de tessons de bouteille, il les frottait les uns contre les autres, ou simplement entre deux doigts il en grattait l'asphalte de la cour, jusqu'à ce qu'il sente un échauffement, alors il les mettait à son nez pour renifler le brûlé. Josette était habituée à ses bruits de manipulation. Non loin du coin où il se terrait, car il était sauvage, elle procédait tout autrement, à peu près avec les mêmes objets, elle les approchait du bout de sa langue pour en tester le sel, le cuivre, la poussière, le verre, le moisi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
mandarine43mandarine43   05 octobre 2011
Le noir était pour les aveugles une couleur aussi inconnue que le blanc ou le rose. Aucun œil ne voyait noir, tout comme aucune oreille de sourd ne pouvait transmettre un silence, mais une absence de silence ou de stridence. Les aveugles ne voyaient rien, tout simplement. Ils ne vivaient pas dans les ténèbres, car le nerf qui aurait pu leur en donner la conscience était amorphe.
Commenter  J’apprécie          30
moraviamoravia   02 avril 2016
Josette n'avait plus qu'une idée : retourner à cette odeur, et à cette poigne, et voir si elle avait toujours envie de s'y abandonner.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Hervé Guibert (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Hervé Guibert
Mathieu Bermann "Un coup d'un soir" suivi de "Dans le lit de Marin": où Mathieu Bermann tente de dire de quoi et comment sont composés les deux livres qui en forment qu'un: "Un coup d'un soir" suivi de "Dans le lit de Marin", et où il est question d'une histoire d'amour née sur Instagram et des réseaux sociaux, des fragments d'un discours amoureux et d'une nuit passée à Rennes, du décalage du désir et de sa variation, du genre des personnages et du making-of d'un récit, de l'autofiction et de la question du narrateur, de Hervé Guibert, d?Annie Ernaux et de Christine Angot, du consentement et d'une deuxième nuit, à l'occasion de la parution de "Un coup d'un soir" suivi de "Dans le lit de Marin" aux éditions P.O.L, à Paris le 11 octobre 2019 "C?est l?histoire d?un désir. Je rencontre Marin sur Instagram, qui n?est pourtant pas un site de rencontres. À l?évidence, on se plaît. Il y a du désir de part et d?autre. Et il y a la réalité : des centaines de kilomètres nous séparent. Et puis ça, aussi : Marin, qui a vingt ans, aimerait être en couple, et je le suis déjà avec un autre garçon. Au fond, c?est un désir qui n?a aucune chance, pour le meilleur ou pour le pire. Mais j?ai écrit "Un coup d?un soir". En toute logique, ce livre n?aurait jamais dû exister. Et encore moins celui d?après : "Dans le lit de Marin", qui en est la suite et, aussi bien, l?envers ou la contradiction. C?est le désir poussé à bout. Mais, soudain, cela n?a pas le même sens pour Marin que pour moi. Et, après coup, je ne sais plus ce qui s?est passé. Et si je dois en avoir honte. Ce que je sais, c?est que je n?avais pas du tout envie d?écrire ce deuxième livre, parce que j?avais peur de ce que j?écrirais."
+ Lire la suite
autres livres classés : cécitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (2 - littérature francophone )

Françoise Sagan : "Le miroir ***"

brisé
fendu
égaré
perdu

20 questions
2340 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , littérature française , littérature francophoneCréer un quiz sur ce livre