AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2361932091
Éditeur : Les Grandes Personnes (05/04/2013)

Note moyenne : 3.4/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Au début de la Deuxième Guerre mondiale, Cecily et Jeremy Lockwood sont évacués à la campagne pour échapper aux bombardements qui menacent Londres et trouvent refuge à Heron Hall, le domaine de leur oncle Peregrine.
L’arrivée inattendue de May Bright, jeune évacuée de dix ans que les Lockwood recueillent au domaine, va bouleverser le quotidien de la famille. La fillette, intrépide et indépendante, ne se montre en effet pas aussi docile que prévu et va mener ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
murielan
  13 juin 2013
Cecily, Jeremy et leur mère évacuent Londres menacé par les bombardements allemands. Ils se retrouvent chez leur oncle Peregrine, à la campagne. Cédant au caprice de Cecily, ils accueillent May, une jeune évacuée de 10 ans. Chacun tente de s'occuper tant bien que mal jusqu'au jour où les 2 fillettes découvrent les ruines d'un château et font une étrange rencontre. L'oncle Peregrine se met alors à leur raconter la légende qui s'y rattache...
Un roman pour ados à mi-chemin entre le roman fantastique et le roman historique dans lequel on retrouve non seulement la réalité des évacuations des londoniens pendant la Seconde Guerre Mondiale, l'histoire de la chute de la Maison d'York grâce au récit de Peregrine mais aussi des histoires de fantômes...
Les personnages de Cecily, Jeremy et May s'apaisent au fil du temps, acquérant une certaine maturité : ce séjour dans le Yorkshire leur sera finalement bénéfique.
Je dois tout de même avouer que ce n'est pas vraiment le coup de coeur que j'espérai : dommage !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
orbe
  17 août 2013
Cecily part chez son oncle, à la campagne, avec son grand frère et sa mère afin d'échapper aux bombardements de Londres. A la demande des enfants, la famille accepte de recueillir May, une jeune évacuée, le temps de la guerre. S'ouvre une période hors du temps, remplit de fantômes et de ruines, de conte et d'amitié. Mais Jeremy ne supporte plus l'inaction et un jour il disparaît...
Récit d'apprentissage, centré sur la rencontre entre deux milieux sociaux différents. le conte enchâssé apporte une dimension merveilleuse à l'histoire. Il permet aux enfants de supporter l'attente. Mais pour le jeune homme il marque aussi la fin de l'enfance. Un roman porté par une écriture très agréable.
Commenter  J’apprécie          90
Shool
  02 avril 2013
Êtes vous prêt à affronter le sifflement des bombes qui tombent des avions et le bruit des armes à feu ?

Cecily, Jeremy et Héloïse sont tous trois envoyé en rase campagne à cause de la guerre qui a lieu à Londres. Hitler a déjà main mise sur la France et il souhaite continuer son carnage.
C'est donc tout naturellement que cette petite famille s'en va. Seulement voilà, Jem a quatorze ans. Et c'est un âge critique. Lui veut se battre. Il veut sauver son honneur et arrêter de sentir inutile.
En arrivant dans la petite bourgade, ils passent par l'hotel de ville afin de prendre sous leurs ailes un enfant dans le même cas qu'eux. C'est alors que May entre en jeu.

Mais tout ne fait que commencer. Parce qu'au delà de cette histoire triste de seconde guerre, il y a une autre histoire qui glace le sang. Celle du château des Neige, des ruines tout prêt de la maison d'oncle Pérégrine où il ont trouvé refuge.
Et oncle Pérégrine, la force tranquille de ce roman, va nous conter cette histoire. Celle d'un roi, d'un duc et de deux princes.
Tout se met alors doucement en ordre.

C'est un roman intéressant mais pas fascinant. L'écriture bien maîtrisée est parfois un peu longue. Quelques descriptions mériteraient d'être raccourcies malgré l'effet de lenteur qu'elles donnent au roman.
Bref, vous l'aurez compris. J'ai été trompé par la quatrième de couverture.
Ceci est un roman à lire, parce qu'il est écrit avec tact, qu'il est récité avec passion et que chaque personnage a un caractére tellement différent qu'on pourrait en faire une étude longue. Mais il n'est cependant pas dans mes priorité de conseils…
Il est vrai que le thème n'est pas celui qui me passionne le plus, qui plus est. A part s'il est écrit par Jean ECHENOZ ou Hubert MINGARELLI !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CarolineDBruihier
  03 août 2013
Début de la Deuxième Guerre Mondiale, Londres est plongée dans le noir, le black-out décrété, la résistance s'active. Dans leur belle demeure, Cecily, douze ans et Jeremy, quatorze, ne seront bientôt plus en sécurité. Leur père, figure politique importante de la ville, décide de les envoyer dans le lieu le plus sécurisant qu'il soit, à Heron Hall, superbe domaine appartenant à leur oncle Peregrine. Là-bas, la guerre parait bien loin, les journées se succèdent entre balades dans la lande sauvage du Yorkshire et fastueux repas en famille. En partant à Heron Hall, la mère de Cecily et de Jeremy, devant l'insistance de cette dernière, décide d'accueillir avec eux, une jeune évacuée de dix ans, May. Véritable petit bloc de lucidité et éprise de liberté et d'aventures, la jeune fille va emmener Cecily jusqu'aux ruines d'un château, où elles vont faire une curieuse rencontre. Or les deux enfants vont bientôt apprendre que ce château possède un terrifiant passé...
C'est une histoire cruelle racontée dès que le soir tombe, une histoire à écouter à la lueur des bougies qui fondent, en frissonnant. L'histoire du Château des Neiges, une histoire "aussi terrible que l'hiver" où passé et présent s'entremêlent et sont liés irrémédiablement, et où l'un comme l'autre dénonce la lutte pour le pouvoir. Un récit mi-légende, mi-fait historique raconté par un oncle énigmatique "qui ressemblait à un magicien" et qui va faire grandir les enfants. Admirablement écrit, sous la plume ciselée et délicate de Sonya Hartnett, Les enfants du Roi entremêle avec brio le réalisme cruel de la guerre et le passé sanglant de l'Histoire, dans une veine plus onirique. Si quelques longueurs sont présentes, le récit se déroule tranquillement tout en faisant la part belle aux évolutions des personnages. L'histoire est magnifique et en filigrane, Les enfants du Roi évoque cet âge si particulier où l'enfance, mise à mal ici par la guerre, s'échappe pour faire place à la maturité.
Conte à la lisière du fantastique, Les enfants du Roi enchantent le lecteur, tout en conviant les fantômes de romans classiques pour la jeunesse...
Lien : http://biblioado.canalblog.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lilasviolet
  18 août 2013
Cecily et Jeremy sont envoyés chez leur oncle à Heron Hall en raison des bombardements qui menacent Londres suite au déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale. Héloïse, leur mère les accompagne. En arrivant sur place, nos trois protagonistes choisissent de prendre avec eux une évacuée, May.
Ce roman est un vrai coup de coeur car c'est une fiction historique sur l'Angleterre très bien écrite. L'intrigue est passionnante. le lecteur fait vite le rapprochement entre le passé et le présent. Rien n'est épargné sur la cruauté des Hommes et sur les côtés obscurs du pouvoir.
La psychologie des enfants évolue, ils mûrissent petit à petit au fil des pages. Cecily, Jeremy et May comprennent rapidement la réalité de la vie.
J'ai aimé les descriptions des paysages, tous ces petits détails font le charme du livre. J'ai aimé aussi le suspens et les nombreux rebondissements dans la légende contée par l'oncle de Jeremy et Cecily.
Les enfants du roi, est un livre passionnant qu'on n'a pas envie de lâcher avant de connaître la fin. Il y a une réelle conclusion à ce roman, pas de suite possible pas de énième tome à lire et cela est un point positif. C'est une très bonne histoire d'enfants sur fond de guerre et d'Histoire.
Lien : http://lilasviolet.blogspot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          51

critiques presse (2)
Ricochet   22 mai 2013
A la lisière du roman fantastique et du récit historique, Sonya Hartnett brouille les frontières, démontrant que la violence inhérente au pouvoir est intemporelle.
Lire la critique sur le site : Ricochet
HistoiresSansFin   11 avril 2013
Les enfants du roi est une énième réussite de Sonya Hartnett. Le style est toujours aussi délicat, fin et soigné. L'histoire se construit rapidement et le lecteur est proprement happé par cet univers étonnant et fantasmagorique.
Lire la critique sur le site : HistoiresSansFin
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
murielanmurielan   13 juin 2013
- Il est essentiel que vous compreniez quel homme était ce duc. Un homme façonné par son éducation et son époque. Un homme obéissant aux commandements de son temps. Sommes-nous différents ?
- Je crois. Chacun peut choisir ce qu'il veut ou non faire.
- C'est vrai, bien que ce ne soit pas toujours possible. A l'heure où je vous parle, il y a des soldats en France qui font des choses qu'ils n'ont peut-être pas choisi de faire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
orbeorbe   17 août 2013
Tu as volé mon chien, dit-il.
- Je n'ai...
- Il prétend que si, très tôt ce matin. Il a dit que, comme toujours, il était de garde devant ma porte, mais que tu l'as attiré dehors en l'hypnotisant.
May sourit.
- Il voulait venir avec moi.
Peregrine tourna une page de son journal. Avec ses cheveux ébouriffés et sa chemise blanche aux poignets retournés, il avait l'air d'un pirate.
- C'est sa parole contre la tienne. Je crois davantage un chien qu'un enfant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
orbeorbe   17 août 2013
- Je ne les ai pas tellement aimés, ces garçons, mais ils m'ont fait de la peine. Pas toi?
- Un peu, dit May.
- Je les ai trouvés...étranges. Comme s'ils étaient des ennemis redoutables, mais qu'en même temps ils ne pouvaient pas nous faire de mal. Ils étaient effrayants, et pourtant je n'avais pas peur d'eux. Ils m'énervaient, mais je ressentais aussi de la tristesse pour eux. Je ne voulais pas leur parler, et cependant je ne pouvais pas m'arrêter de le faire...
Cécile se tut et pressa son visage contre l'édredon. Elle ne s'était pas rendu compte qu'elle éprouvait des sentiments si mêlés envers ces garçons.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
CarolineDBruihierCarolineDBruihier   03 août 2013
Elle avait l'impression, comme dans un rêve, d'être fiévreuse, d'être enveloppée d'une carapace de verre : pour le moment, tout se déroulait à l'extérieur de cette paroi et ne pouvait l'atteindre. Mais le verre peut se briser, et Cecily savait qu'à l'instant où ce serait le cas, un torrent de peur s'engouffrerait d'un coup - peur pour son père dans cette ville rouée de coups, peur pour son frère au coeur tourmenté, peur pour le monde dans lequel elle allait grandir. Elle tenta de visualiser encore une fois ce dont elle s'était souvenue à cet endroit précis peu avant, les jouets perdus depuis longtemps, les câlins de sa mère, un goût de biscuits : mais rien ne revenait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lilasvioletlilasviolet   12 août 2013
La guerre était un événement tentaculaire et catastrophique, un événement qui allait bouleverser des vies et y mettre fin ; transformer des villes, et les raser ; et défigurer à jamais l'histoire de l'humanité.
Commenter  J’apprécie          20
Video de Sonya Hartnett (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sonya Hartnett
Sonya Hartnett "Finnigan et Moi" .FINNIGAN ET MOI (SURRENDER), un roman de SONYA HARTNETT en librairies le 19 FEVRIER 2009 (Le Serpent à Plumes) Les barjes (« the kooks »). Dans la bourgade australienne de Mulyan, tel est le nom qui colle à la famille d?Anwell depuis la mort accidentelle (mais l?est-elle vraiment ?) de son petit frère. À l?âge de 20 ans, à l?agonie, il raconte son histoire depuis son lit de mort, victime d?un mal inconnu. Sous forme de flash-backs, il raconte son enfance, bouleversée par sa rencontre avec Finnigan, son opposé, son idéal. Toujours accompagné de son chien Surrender, Finnigan n?est pas comme les autres : il n?est pas gentil et bien élevé, il ne va pas à l?école et, surtout, il est son seul ami. Les deux garçons passent un pacte : dès qu?il faudra mal agir, Finnigan s?en chargera. Anwell n?aura plus qu?à faire le bien. Comme un ange. Un archange, même : désormais, il s?appellera Gabriel. Plus le temps passe, plus Finnigan se charge du mal avec fougue. Lorsqu?une épidémie d?incendies ravage le village, la police locale est sur la sellette. La suspicion grandit et achève de diviser les habitants de Mulyan, jusqu?à ce que Gabriel convainque Finnigan d?arrêter? Mais qui est-il, cet ami mystérieux, dont Anwell ne peut parler à personne, qui apparaît et disparaît tel un fantôme, et dont la présence devient de plus en plus incontrôlable et malveillante ? Sonya Hartnett, d?une écriture précise, construit un récit à la narration habile (raconté alternativement par Gabriel et Finnigan), dont la polyphonie est rythmée par de nombreux rebondissements et flash-backs. Et livre, à la croisée du fantastique et du thriller, un suspense psychologique sur fond de schizophrénie meurtrière. « Son imagination est aussi sauvage que celle de Dostoïevski ou Emily Brontë et aussi gothique qu?une tête de mort? Si vous ne devez rien lire d?autre d?australien cette année, lisez Surrender [?] » (The Weekend australian)
+ Lire la suite
autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1686 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre