AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782351782095
Éditeur : Gallmeister (05/09/2019)

Note moyenne : 3.52/5 (sur 63 notes)
Résumé :
À quoi sert d’avoir dix millions de dollars en devises variées si, comme Neal Nathanson, on se trouve perdu en mer à bord d’un voilier en train de sombrer ? Strictement à rien, sauf à en brûler un sac ou deux dans l’espoir fou d’attirer l’attention. Sauvé in extremis, Neal se réveille attaché au garde-fou d’une navigatrice en solitaire, méfiante et bien décidée à entendre son histoire. Neal lui parle alors de Bryan, un jeune loup de Wall Street qui a réussi à détour... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
nameless
  29 septembre 2019
A la fois coup de vent, coup de torchon, ou coup de Jarnac, ce roman de Mark Haskell Smith entraîne le lecteur dans les eaux troubles de Wall Street où grenouillent des prédateurs aux dents tranchantes, requins ou piranhas sanguinaires... C'est dans ce monde imaginaire et bidon de la finance qu'un trader omniscient, habitué à identifier les faiblesses des autres et parier sur leur effondrement pour s'enrichir, sûr de son intelligence, de son ego-surdimensionné musclé dans des écoles de commerce et de communication, qui lui ont inculqué l'arrogance et l'impunité, s'empare d'un magot composé de devises variées. Son forfait accompli, il file en croisière dans les Caraïbes, puisqu'il sait qu'une fois hors du territoire américain, il a toutes les chances d'échapper à la justice. Sa boîte ne va en effet pas faire appel à la police ou au FBI, reconnaître ainsi qu'elle emploie des voleurs et saper la confiance des clients. Il suffit à la Direction de rembourser, personne n'a intérêt à ce que l'affaire s'ébruite. Sauf que toutes les croisières ne s'amusent pas, et que certaines même, se transforment en mort aux trousses. A quoi sert un tas de billets lorsque l'on est en détresse au milieu de l'océan, secouru par une navigatrice solitaire qui ne se laisse pas mener en bateau, et poursuivi par un couple d'enquêteurs de choc diligenté par la banque spoliée ?

Coup de vent est un roman original, grinçant, cynique, dans lequel l'auteur met en scène des personnages paroxystiques qui ont tous un grain, affrontent des situations qui flirtent parfois avec l'absurde ou le burlesque dans un monde professionnel dépourvu de morale ou d'humanité. Mark Haskell Smith ébauche également, sur le mode ironique, une critique du néo-libéralisme cannibale, de mondes parallèles où sans rien produire d'autre que de la frustration et de la misère, des mystérieuses bulles grossissent avant d'exploser, laissant sur le bord de la route les non-initiés ou aussi des bons petits soldats du capitalisme, dont la chute leur fait prendre conscience de la vacuité de leur existence, et les autorise, enfin, à s'émanciper, à reconquérir leur liberté sacrifiée sur l'autel du profit. C'est peut-être ce message discrètement esquissé en filigrane du roman, qui est le plus important mais ce n'est que mon avis. Merci à Gallmeister et à Babelio pour cette découverte très appréciée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          644
nadiouchka
  05 septembre 2019
#RENTREE LITTERAIRE 2019.
Un nouveau livre pour cette rentrée littéraire de l'été 2019, « Coup de vent » (« Blown ») de Mark Haskell Smith (« Le roi du polar déjanté » selon Télérama), paru aux Éditions Gallmeister et dont la couverture est déjà bien attirante (ces deux personnages sur un pont, au-dessus d'une mer houleuse et dont les couleurs sont si bien trouvées.) de plus, le texte est agrémenté de petits dessins stylisés qui le séparent.
L'auteur, Mark Haskell Smith, est né en 1957 au Kansas, a travaillé dans les années 1990 pour le cinéma, le théâtre et la télévision. Il est aujourd'hui connu pour ses romans, dont « Coup de vent » est le sixième traduit en français (les cinq précédents ont été publiés chez Rivages).
L'ouvrage : Polar maritime ? Polar financier ? Les deux à la fois certainement puisque l'on voit des traders de Wall Street et des navigateurs qui connaissent bien ce lieu. Un bon mélange original à mon avis
C'est une bien fâcheuse situation que connaît Neal Nathanson, naufragé sur un voilier à moitié détruit et qui, pour se faire repérer par un éventuel secours, brûle un sac contenant un mélange de devises : des euros, des dollars, des yens, des yuan et de la monnaie du Mexique ainsi que des îles des Caraïbes.
Question : que faisait-il à bord de ce voilier avec autant d'argent ?
Et ô surprise, c'est une jeune navigatrice, Chloé, qui arrive : « Même en étant indulgente, elle trouvait qu'il avait l'air d'une putain de loque humaine. » (p.16)
Chloé fait le tour du monde en solitaire et ne suit pas le processus consistant à signaler la nouvelle du sauvetage à son équipe. Elle craint les médias et ses sponsors qui penseraient : « Une personne saine d'esprit aurait laissé le type sombrer avec son navire. » (p.17)
Le récit oscille entre ces deux personnages et d'autres, à terre, qui vont eux aussi connaître l'aventure.
D'un autre côté, on trouve un certain Bryan LeBlanc et sa boss-directrice générale, Seo-yun Kim, dont le mariage approche mais qui, finalement, n'en est pas ravie. Ils vont partir, tous les deux, à la recherche d'une énorme somme d'argent disparue et vont devoir trouver la façon dont cela a pu être possible.
On assiste à une sorte de jeu du gendarme et du voleur. L'humour est bien présent, les rebondissements sont nombreux. C'est drôle – souvent féroce – on trouve des scènes de sexe quand on ne s'y attend pas (quoique …) - beaucoup d'action.
L'auteur utilise un style que l'on qualifie de « direct » et emmène le lecteur au gré de la houle et l'emporte avec le vent.
J'ai relevé pour la conclusion, cette critique du « Los Angeles Times » : « Un rejeton de Hunter S. Thompson et de James Ellroy, en légèrement plus équilibré. Mais aussi celle de la « Librairie le Failler" à Rennes : « Peut-être le livre le plus politiquement incorrect de la rentrée ! (…) « Coup de vent » est un polar aussi délectable que transgressif. »
J'adresse un grand  Merci  au #PicaboRiverBookClub pour cette lecture ainsi qu'aux Éditions #Gallmeister qui m'ont fait parvenir ce livre, un bon roman noir avec ces mésaventures d'un trader.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          494
JIEMDE
  15 septembre 2019
On croyait avoir découvert tous les auteurs que François Guerif avait planqué dans ses valises lors de son transfert depuis Rivages vers Gallmeister : raté, on n'avait pas encore vu Mark Haskell Smith, MHS pour les intimes. Son Coup de vent -traduit par Julien Guerif- fait souffler un vent de fraîcheur déjantée sur cette rentrée littéraire.
Dans un emballage assez classique de cavale à toute berzingue après un casse réussi, MHS nous refait le coup du gentil méchant casseur aux sacs remplis de millions de dollars, poursuivi à travers les Caraïbes par quelques hommes de mains prêts à tout pour les récupérer. Sauf que comme dans les émissions de cuisine TV branchouille, il nous revisite le genre. Et là, ça décoiffe ! Car MHS a pris un malin plaisir à prendre le contrepied des codes du genre.
Le fuyard ? Bryan LeBlanc, trader de Wall-Street, starisé pour avoir fait tellement gagner d'argent au système qu'il en connaît toutes les failles et qu'il se dit C'est à mon tour. Ceux qui le coursent ? Celle d'abord : Seo Yun Kim, elle fut sa supérieure un peu passive et son avenir pro dépendra de sa capacité à faire revenir la cash, aidée de Neal Nathanson, l'homme des affaires spéciales de la banque lésée.
L'un se remet doucement d'un largage récent, l'autre prépare son mariage à reculons. Mais à ceux qui seraient tentés de miser un nickel sur le rapprochement de Seo et Neal, mauvaise pioche : il est aussi gay qu'elle redécouvre au cours de ce voyage les délices d'une sexualité débridée pratiquée avec Piet, un nain dont la petite taille ne limite en rien les prouesses de toutes natures.
Tout cela va à 100 à l'heure, rythmé par des dialogues drôles, crus, directs, cyniques, bref, efficaces. Bien sûr, l'ensemble est parcouru d'une toile de fond un brin moralisatrice, sur ce modèle financier spéculatif qui ne produit rien, si ce n'est des traders no-life ; sur cette société qui verse des fortunes en sponsoring et se pâme devant les pseudos exploits d'une jeune et jolie navigatrice qui même seule au milieu de l'océan, subit la pression du système ; sur ces êtres tous plus solitaires les uns que les autres, un instant tentés de quitter leur confort pour retrouver un peu de sens.
Mais Mark Haskell Smith est suffisamment doué pour nous diluer ces quelques gouttes de morale dans un immense shoot de délirium violent, drôle et sexué. Et on en redemande, vite !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400
alexb27
  09 septembre 2019
J'ai découvert l'ironie et le sens du récit de Mark Haskell Smith avec « Ceci n'est pas une histoire d'amour ». A l'époque, j'avais dévoré et adoré ce texte jubilatoire. J'ai retrouvé les mêmes ingrédients dans ce roman complètement décapant, qui confronte différents personnages, tous à la recherche d'un magot de 15 millions de dollars. Là encore, j'ai passé un agréable moment (peut-être en deçà de ma précédente lecture : l'effet de surprise n'a pas joué cette fois-ci, je connaissais la plume de l'auteur). Néanmoins, un écrivain que je conseille à tous les amateurs de polars déjantés !
Commenter  J’apprécie          415
blandine5674
  12 août 2020
Un régal d'humour noir où la finance et ceux qui gagnent des salaires à sept chiffres en prennent pour leurs grades. Des sacs d'argent qui passent par Wall Street, l'océan Pacifique, les Caraïbes, la Grèce. Des personnages atypiques politiquement incorrects, le vol, le remords. Ferions-nous pareil que cette navigatrice en solitaire ? Jubilatoire !
Commenter  J’apprécie          320


critiques presse (2)
LaCroix   10 octobre 2019
L’Américain Mark Haskell Smith propose avec Coup de vent une fable éthique drôle et échevelée sur les dérives de la finance, le pouvoir corrupteur de l’argent et de certains désirs.
Lire la critique sur le site : LaCroix
LePoint   04 octobre 2019
Aussi immorale et décalée qu'un Iain Levison, cette chasse à l'homme dans les Caraïbes arrive comme une bonne baffe dans la spéculation financière.
Lire la critique sur le site : LePoint
Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   12 août 2020
- Les gens devraient s’entraider, pas se torturer, putain.
Neal réalisa qu’il lui parlait mal. C’était totalement involontaire, mais il n’en pouvait plus et il était à court d’idées.
- J’imagine que c’est ce que fait ta banque ? Elle aide les gens ? Elle les aide à perdre leurs maisons et leurs retraites. Elle aide les gros richards à s’engraisser.
- Pourquoi tout le monde déteste les banques ?
Commenter  J’apprécie          10
blandine5674blandine5674   12 août 2020
- La vie est merdique, mais la vie est magnifique.
Commenter  J’apprécie          130
blandine5674blandine5674   12 août 2020
En croyant au capitalisme, ce système économique conçu pour enculer la majorité de la populace afin qu’une minorité en profite, on acceptait d’obéir à une entité instaurée pour arnaquer tout le monde et encourager les gens à d’arnaquer entre eux.
Commenter  J’apprécie          12
blandine5674blandine5674   12 août 2020
Comme l’avait si bien dit Pablo Picasso : « L’art lave notre âme de la poussière du quotidien. »
Commenter  J’apprécie          10
blandine5674blandine5674   12 août 2020
- Le sarcasme est l’ultime refuge des crapules.
Commenter  J’apprécie          10

Video de Mark Haskell Smith (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mark Haskell Smith
Quelle que soit votre humeur, vous devriez trouver votre bonheur dans cette première livraison de rentrée du Cercle polar. du noir bien serré, bouleversant d'humanité, avec "Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac. de l'humour ravageur, regard saignant et dialogues au tranchoir, avec "Coup de vent" de l'Américain Mark Haskell Smith. Et du thriller façon douche froide avec la 12° aventure de Harry Hole que son créateur, le Norvégien Jo Nesbø, martyrise encore plus que d'habitude. Chacun ses goûts et ses couleurs !
"Les yeux fumés" de Nathalie Sauvagnac, éd. du Masque "Coup de vent" de Mark Haskell Smith, traduit de l'américain par Julien Guérif, éd. Gallmeister "Le couteau" de Jo Nesbø, traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier, éd. Gallimard, coll. "Série noire".
+ Lire la suite
autres livres classés : traderVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1914 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..