AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782258092396
448 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (15/01/2015)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 309 notes)
Résumé :
Et si votre pire cauchemar recommençait ?
Il y a quinze ans, deux amoureux ont été retrouvés sauvagement éviscérés dans le bois attenant à la maison de campagne des Anchor-Ferrers. Le principal suspect, qui a avoué les crimes, est depuis sous les verrous. Mais aujourd'hui, alors que Oliver, Matilda et leur fille, Lucia, n'ont pas oublié cette découverte macabre, l'histoire se répète, plongeant la famille dans la terreur.
En grand peintre de l'angoisse,... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (82) Voir plus Ajouter une critique
Verdorie
  30 janvier 2015
"Wolf" est le titre d'origine du dixième et dernier polar en date de Mo Hayder qui est également le septième (*) dans la série avec l'inspecteur Jack Caffery qu'on a pu rencontrer pour la première fois dans "Birdman" (2000), livre qui a catapulté l'auteur au firmament des étoiles noires.
Caffery est, à 40 ans, un solitaire tourmenté qui cherche des informations sur la disparition de son frère, kidnappé alors qu'il avait dix ans. Se raccrochant à une piste ultime, il cherche à rejoindre un mystérieux vagabond, surnommé le Marcheur, qui semblerait pouvoir entrer en contact avec un dernier témoin... En échange de cet information, le Marcheur demande à l'inspecteur de retrouver les propriétaires d'une petite chienne perdue...
C'est à cause de ce "pet-dog" fugueur, que le lecteur entre directement dans la grande maison campagnarde... et la vie de la famille Anchor-Ferrers : Oliver, le père, intelligent, qui vient de subir une opération cardiaque, Matilda, femme un tantinet naïve et "lumière" d'Oliver et Lucia, leur fille trentenaire et instable au look gothique énigmatique. Tous sont encore traumatisés par un acte criminel particulièrement atroce, advenu il y a une quinzaine d'années, pas loin de chez eux... Alors, quand après une découverte macabre dans leur jardin, un duo de flics pour le moins étrange, frappe à leur porte...
...le chorédrame brutal et sournois des faux-semblants tortueux peut commencer...
Maîtrisant une technique narrative talentueuse, habile manipulatrice et fine "dessinatrice" de portraits psychologiques (même pour les caractères secondaires de l'histoire), Mme Hayder amène le lecteur, à travers de courts chapitres finissants sur une accroche ou une question restée sans réponse, à un insoupçonnable final.
Si au départ je me sentais un peu perdue en raison de l'alternance très rapide des différentes intrigues... Si pendant un temps je me suis laissée aller au jeu des conjectures... vient le moment où on se laisse simplement empoigner pour enchaîner les chapitres de ce thriller fallacieux qui m'a viscéralement scotché par son dernier coup de théâtre !
...surprise inattendue pour laquelle je remercie Babelio et les Presses de la Cité.

(*) "Viscères" peut se lire indépendamment des tomes précédents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          582
Livresque78
  21 janvier 2016
Deuxième roman de l'auteure dans lequel je me plonge, le premier était Tokyo, un livre dont on ne ressort pas sans être marqué.
Celui-ci est un implacable thriller où Mo Hayder parvient à mêler tous les ingrédients qui scotchent le lecteur.
La quatrième de couverture n'est que la face immergée de l'iceberg. L'auteure joue avec nous, elle nous manipule...
Une ambiance qui monte crescendo, des personnages riches, qu'ils soient du bon ou du mauvais côté.
Impossible de savoir où l'on va mettre les pieds en tournant la page. Un rythme régulier et accrocheur, que l'auteure parvient à garder par des scènes courtes, des mouvements réguliers et des changements de point de vue.
Jack Caffery, le flic, auquel on s'attache très facilement, on l'imagine, notre esprit façonne rapidement son physique, sa personnalité.
Pas de super héros qui roule au sol et tire partout car en Angleterre, les policiers ne sont pas armés, ce qui donne à Mo Hayder une barrière supplémentaire à franchir pour écrire un bon thriller.
Ce qu'elle fait avec beaucoup d'intelligence.
Un excellent roman policier, ponctué ça et là de sang et de viscères qui nous font regarder derrière notre épaule et mettre un double tour à la porte de la maison.
Bonne lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
KrisPy
  10 octobre 2016
Cela faisait longtemps que je n'avais pas lu du Mo Hayder ; il y a quelques années j'ai découvert cette auteure de génie, avec Pig Island, et depuis, la dame ne m'a jamais déçue.
Viscères n'a également pas dérogé à la règle.
D'emblée, Mo Hayder tire les ficelles, avec sans doute un peu moins de finesse que d'habitude, mais comment ne pas perdre la flamme après toutes ces années à écrire des horreurs ?
Là, elle nous entraine à nouveau dans une enquête chaotique, aux côtés de Jack Caffery, le commissaire si cher à sa plume, le type dont le frère a été enlevé, enfant, par un pédophile notoire. Caffery, hanté, dévasté, n'a jamais réussi à prouver quoi que ce soit, jusqu'à 10 ans plus tôt, mais trop tard finalement.
Une petite chienne est retrouvée par une petite fille ; caché dans son collier, ce message : aidez-nous !
Mauvaise blague ou réel problème ? Caffery part en chasse.
Pendant ce temps, une famille qui a vécu par le passé un lourd drame, est retenue en otage.
On arrête là le résumé pour ne rien spoiler.
Du bon Mo Hayder, qui tient en haleine, qui glace les sangs. Et ça fait plaisir de retrouver ce bon vieux Jack Caffery, ce grand paumé obsessionnel qui possède toujours son âme de guerrier, prêt à en découdre, avec le passé, une fois pour toute, et avec le présent, parce qu'il faut bien avancer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
ninamarijo
  09 janvier 2019
J'ai failli lâcher ce thriller deux ou trois fois tant l'atmosphère m'a paru insoutenable.
Les images d'éviscération et les tortures psychologiques se sont imposées comme malsaines… Mais je suis allée au bout ! j'en suis ébahie !
Je n'affectionne pas ce genre que je classe dans les thrillers et non policiers ça ne m'apporte rien ! Que de l'horreur gratuite. Quelle imagination et cette fin abrupte ne m'a pas convaincue.
Commenter  J’apprécie          322
Natacha851
  08 février 2015
Journal de bord :
1 ère page : Ça y est ! Je viens de recevoir Viscères, le dernier roman de la grande et talentueuse Mo Hayder.
Cerise sur le gâteau, je retrouve le commissaire Jack Caffery dont j'avais fait la connaissance dans Birdman et L'homme du soir.
Une auteure que j'apprécie, un personnage que je suis contente de retrouver et un titre accrocheur, je suis aux anges.
page 50 : Euh!...c'est quand que ça commence ?
page 68 : Ah! Nous y voilà. Enfin un peu d'action. Accrochez vos ceintures on est parti.
page 120 : Je m'ennuie. 120 pages de lu et il en reste 320. Oui, je l'ai compte. C'est dramatique.
Je regarde la dernière page comme si le nombre pouvait changer.
Pourquoi me forcer à le finir ?
Parce que c'est Mo Hayder et qu'elle m'a rarement déçue et parce que j'ai reçu ce livre lors d'une masse critique.
Je souhaite donc faire un retour sur l'ensemble.
page 193 : Nous arrivons enfin dans le vif du sujet et l'intrigue commence à devenir intéressante.
Vous l'aurez compris, j'ai eu beaucoup de mal avec le début de ce livre que j'ai trouvé beaucoup trop long.
L'histoire est vraiment intéressante et quand on fait une synthèse de dix minutes de celle-là, c'est emballant mais ça l'est beaucoup moins quand il faut lire 190 pages pour arriver à ce résultat.

Des bons points malgré tout.
Une fois les 190 pages lues, et malgré certains éléments de la fin prévisibles, l'histoire commencent à prendre une tournure curieuse jusqu'à ce que les éléments s'enchaînent, nous émeuvent, et nous poussent à continuer notre lecture et à ne pas lâcher le livre tant que le mot fin ne sera pas apparu.
Deuxième bon point, la quatrième de couverture.
Elles sont parfois trop explicites mais ici, il n'est fait mention nulle part de la tournure que va prendre l'intrigue ce qui provoque une vrai surprise.
Un avis mitigé donc sur Viscères qui ne sera pas dans mes plus beaux souvenirs de lecture.
Merci tout de même à Babelio et aux éditions Presses de la Cité pour cet envoi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172


critiques presse (2)
LeFigaro   13 février 2015
Si on aime avoir peur, être bousculé pendant quelques heures, Viscères fait l'affaire. Sinon, mieux vaut rester en compagnie d'un bon vieux classique d'Agatha Christie avec une tasse de thé à portée de la main, c'est moins risqué.
Lire la critique sur le site : LeFigaro
LeMonde   12 janvier 2015
Depuis Birdman et Tokyo, [Mo Hayder] aligne avec talent les intrigues où des âmes tumultueuses se livrent à des sévices inouïs. Viscères, son dixième roman, ne déroge pas à la règle. Mais, dans le genre, c'est un must.
Lire la critique sur le site : LeMonde
Citations et extraits (35) Voir plus Ajouter une citation
VerdorieVerdorie   28 janvier 2015
Non, le Marcheur n'est pas mort [...], il regarde avec un sourire serein les nuages traverser le ciel.
— Vous savez, Jack, dit-il en tournant la tête vers Caffery, un grand homme à donné un jour cette définition de la folie : refaire sans cesse la même chose en espérant des résultats différents.
Commenter  J’apprécie          330
joedijoedi   30 juin 2015
Selon un vieux proverbe japonais, «le bambou survit parce qu'il se courbe, il ne reste pas droit là où il se briserait, il ploie».
Commenter  J’apprécie          220
clairesalanderclairesalander   28 juin 2015
- Je ne suis pas un expert - et la matière est déjà en partie décomposée -, mais je crois avoir reconnu des pépins de tomate. Et à coup sûr du maïs doux.
- Je comprends pas.
- Non - parce que tu es con. Le chien n'est pas revenu manger les intestins parce qu'il y a de l'alcool dedans. On le sent par-dessus le reste. C'est pour ça que ni les blaireaux ni les renards n'en ont voulu.
Commenter  J’apprécie          60
emi13emi13   26 avril 2016
Il est sûr que la moindre conversation pourrait lui fendre le crâne en deux. Faire Craquer cette chose qui s'est formée en lui ces derniers jours.
Commenter  J’apprécie          110
MyDiogeneClubMyDiogeneClub   06 juillet 2015
Ayant elevé deux enfants, elle pense qu’a l’instar des planetes, ceux-ci prennent leur orbite naturelle quoi qu’on fasse. On peut esperer les detourner legerement de leur trajectoire, mais on ne les fera jamais faire demi-tour. Kiran est né avec un fond solide, clair, droit. D’emblée, il a su ce qu’il voulait du monde. Lucia lui est diamétralement opposée. Elle change sans cesse de direction, elle est incapable de garder un cap.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Mo Hayder (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mo Hayder
"The Beast" (De Behandeling), un thriller belge réalisé par Hans Herbots adapté du roman "The Treatment" (L'Homme du soir) de Mo Hayder et sorti en 2014. Bande-Annonce.
autres livres classés : otagesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1958 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..