AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques-Hubert Martinez (Traducteur)
EAN : 9782258080416
444 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (03/06/2010)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 319 notes)
Résumé :
Novembre dans le Somerset. Alors qu'elle dépose ses courses dans le coffre de sa voiture, une femme est jetée au sol par un individu affublé d'un masque de père Noël qui prend la fuite à bord du véhicule. Selon la police, pour qui il ne s'agit que d'un banal fait divers, l'agresseur ne s'est sans doute pas rendu compte de la présence d'une fillette sur la banquette arrière. Mais le scénario s'assombrit : l'enfant reste introuvable et une deuxième petite fille dispar... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (48) Voir plus Ajouter une critique
caro64
  14 janvier 2011
Le commissaire adjoint Jack Caffery est appelé pour enquêter sur un délit malheureusement assez banal. Un homme a volé la voiture d'une femme dans le parking d'un supermarché alors qu'elle s'apprêtait à y charger ses courses. Encore une affaire de car-jacking ! Mais la fille de la victime se trouvait à l'arrière de la voiture. L'homme a donc volé la voiture mais enlevé la fille par inadvertance : il va sûrement se rendre compte de sa bévue et relâcher l'enfant. Que nenni ! Les heures passent et l'enfant reste introuvable. Flea Marley annonce alors à son coéquipier que c'est le troisième cas similaire : un homme avec un masque de Père Noël vole une voiture avec une mineure à l'arrière. Pensant initialement s'occuper d'une simple affaire de vol, Caffery réalise qu'il se trouve en face d'un cas de pédophilie. Les souvenirs remontent : son propre frère a été enlevé par un pédophile il y a trente ans et son corps n'a jamais été retrouvé. Flea et Caffery ne sont pas au bout de leurs surprises…
Une affaire horrible et angoissante, menée de main de maître par Mo Hayder. On y retrouve un Jack Caffery anxieux et troublé, et une Flea Marley bien mystérieuse. Mo Hayder fait ressortir nos peurs les plus profondes.
Proies, ou l'art d'imaginer le pire en partant d'un fait d'une banalité déconcertante…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
NatachaNEA
  21 octobre 2018
Mo Hayder... J'ai bien vu passer cette auteure, mais jusqu'à présent je n'avais lu aucun de ses romans ! Pourquoi ? Bonne question...
Bon en cours de route je me suis un peu plus penché sur ses oeuvres et par conséquent j'ai découvert que je ne commencé pas par le premier...
Ici une histoire d'enfants enlevés sous le nez de leurs parents. Jack Caffery et Flea Marley mènent l'enquête !
C'est glauque, c'est noir, c'est sombre et c'est superbement écrit ! Des chapitres courts, des protagonistes très plaisant. Des tensions, du stress en veux tu ?... En voilà !
Franchement une belle découverte pour moi, je vais bien entendu reprendre cette série depuis le début ! Je veux absolument en savoir plus sur Caffery et Flea qui m'ont beaucoup plus et beaucoup intrigué !
De plus si tous les livres sont du même genre niveau angoisse cela va me procurer énormément de plaisir !
Un moment de plaisir intense, sans répis ! Je suis fan 😊
Commenter  J’apprécie          193
Corboland78
  01 novembre 2015
Attardons nous un long moment sur la biographie gratinée de Mo Hayder. Née à Londres en 1962, c'est une romancière britannique de romans policiers (noirs et thrillers). Fille d'universitaires, elle quitte brutalement sa famille à l'âge de 15 ans pour enchaîner les petits boulots dans la capitale. A 25 ans, après un mariage éclair et dix années de vie mouvementée sur fond de « sexe, drogue et rock'n'roll », elle décide sur un coup de tête de partir au Japon mais arrivée à Tokyo, c'est la désillusion et elle mène une existence des plus austères, vit dans une seule pièce et n'en sort que pour aller travailler comme barmaid, éducatrice et enfin professeur d'anglais. Attirée par le cinéma d'animation, elle quitte à 28 ans le Japon pour les États-Unis afin d'y suivre des études de cinéma. Elle obtient finalement son diplôme, mais le caractère violent de ses réalisations lui interdisant tout espoir de large diffusion, Mo Hayder décide de retourner en Angleterre. Elle occupe un poste dans la sécurité comme garde du corps avant de se lancer dans l'écriture. Mo Hayder vit désormais avec sa fille et son compagnon.
Proies, est paru en 2010. Ce thriller s'inscrit dans le cycle des enquêtes mettant en scène l'inspecteur Jack Caffery de la brigade criminelle, et Phoebe Marley surnommée Flea, plongeuse pour la police de Bristol.
Dans le Somerset. Alors qu'elle déposait ses courses dans le coffre de sa voiture, une femme est jetée au sol par un individu affublé d'un masque de père Noël qui prend la fuite à bord du véhicule. Selon la police, pour qui il ne s'agit que d'un banal fait divers, l'agresseur ne s'est sans doute pas rendu compte de la présence d'une fillette sur la banquette arrière. Mais, tandis que l'enfant reste introuvable et qu'une deuxième petite fille disparaît dans les mêmes circonstances, le scénario s'assombrit. le ravisseur ne tarde d'ailleurs pas à se mettre en contact avec la police...
Un roman globalement honorable. Globalement signifiant qu'il n'est pas entièrement satisfaisant mais la limite entre ses qualités et ses défauts étant ténue nous essaierons d'y voir un thriller remplissant les conditions du genre sans exceller. Dans la colonne des défauts, encore un de ses romans dont on devinerait sans mal le sexe de l'auteur si on l'ignorait (problèmes de couple et détails sur les enfants qui ne trompent pas) avec ses corollaires, l'angoisse du bouquin reposant sur des disparitions d'enfants et le final, genre « mère courage » à l'assaut du méchant. Autre défaut, des situations tirées par les cheveux. Mais je reconnais que j'ai lu pire ailleurs, ici je me suis contenté d'accélérer la lecture de ces passages. Dans la colonne des qualités, il y a du suspense, réussi grâce à une narration éclatée, Jack Caffery de son côté, Flea du sien, d'autres acteurs ailleurs, tous se débattant dans leurs problèmes pour résoudre l'enquête ou gérer des ennuis personnels venant enrichir le roman. Toutes ces mini-situations coïncidant avec les changements de chapitres qui laissent le lecteur en plan temporairement. Un classique de la narration pour les thrillers et qui marche à tous les coups.
Seul roman lu de cet écrivain, je ne sais pas s'il inscrit parmi ses meilleurs ou non. Comme je l'ai dit, je le trouve globalement acceptable – sans plus – avec cette impression que Mo Hayder serait capable de pouvoir faire beaucoup mieux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
nounours36
  15 février 2015
"Proies", opus #5 se déroule six mois exactement après la fin de "Skin". Alors qu'elle dépose ses courses dans le coffre de sa voiture, une femme est jetée au sol par un individu qui prend la fuite à bord du véhicule. Selon la police, pour qui il ne s'agit que d'un banal fait divers, l'agresseur ne s'est sans doute pas rendu compte de la présence d'une fillette sur la banquette arrière. Mais le scénario s'assombrit : l'enfant reste introuvable et une deuxième petite fille disparaît dans les mêmes circonstances. le ravisseur ne tarde pas à se mettre en contact avec la police... Les heures passent, le suspens augmente...
On retrouve Flea, dont le comportement est mêlé de culpabilité, les rapports avec Jack sont très distants. Flea rappelle que des cas similaires étaient déjà arrivés "cf Rituel". Affaire de pédophile ? . Jack comme Flea suivent leur instinct, incontrôlable comme d'habitude. Flea sera par contre dans des postions très délicates. Jack ressasse la disparition de son frère Ewan (victime d'un pédophile) et déçu par les actes de Flea n'est pas au mieux de sa forme.
"Caffery pensa aux nombreuses fois où il avait remercié le sort d'être seul, sans enfants et sans amour. Ce qu'on disait était donc vrai : plus on est riche et plus on a à perdre."
Le marcheur est maintenant présent à chacun des épisodes, il prend de plus en plus d'importance, il semble devenir omniscient ?, il pousse Jack à la réflexion et l'empêche de prendre de mauvais choix.
"Il avait appris que, dans leur relation, il était l'élève et le Marcheur le maître, celui qui choisissait le lieu de leurs rencontres et le sujet de leurs conversations."
J'ai trouvé que ce volume est celui dont le suspens est le plus haletant. Un kidnappeur qui est très en avance sur la police criminelle et qui va les défier (la tarte ne manquait pas d'humour). Une intrigue très prenante jusqu'à la dernière page. Quels sont les motivations du kidnappeur ? . La reine du thriller horrifique ....a encore frappée et m'a tenue en haleine pendant quelques heures de la nuit. En plus, une fin 'heureuse' pour une fois, un nouveau départ pour Jack :-), du moins on peut lui souhaiter
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
dibou
  22 juillet 2010
Le commissaire Jack Caffery est de retour! Il est appelé pour un vol de voiture commis dans le parking d'un centre commercial. Rose Bradley vient en effet de se faire agresser et voler son véhicule par un homme affublé d‘un masque de père noël. A priori un vol plutôt banal, oui, sauf qu'à l'arrière de la voiture se trouvait Martha, la petite fille de Rose. Les heures passent et l'enfant n'est toujours pas « relâchée » par le voleur de voiture. Alors Cafferry s'interroge : et si l'homme avait pour but de kidnapper l'enfant … Ses doutes se confirment lorsqu'une deuxième fillette est enlevée dans les mêmes circonstances. le scénario s'assombri, le commissaire réuni son équipe et s'associe avec la brigade du sergent Flea Marley pour lancer les recherches. Une véritable chasse à l'homme se met en place, une course contre la montre pour retrouver les petites victimes et éviter le pire…
Mo Hayder signe là un polar à l'intrigue prenante, pas de grosse frayeur mais une lecture plaisante, pleine de suspens et rebondissements. le scénario est bien mené, la psychologie des personnages est finement mise en avant, la lecture du récit est vertigineuse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130

Citations et extraits (19) Voir plus Ajouter une citation
sylsolsylsol   07 avril 2013
Le père de Caffery avait été un raciste ordinaire, à la manière détachée et banale des conversations de pub de son époque. Nonchalante et irréfléchie. Il disait par exemple à son fils que les "Pakis" étaient des types corrects, qui travaillaient dur, mais qui sentaient le curry. Comme ça. Le curry et l'oignon. Caffery prit conscience qu'une partie de lui s'attendait encore à ce que ce soit vrai et s'étonnait que ce ne le soit pas. Ce qui montre à quelle profondeur l'influence parentale peut se nicher, pensa-t-il. Et combien un esprit d'enfant est une matière brute et vulnérable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Corboland78Corboland78   01 novembre 2015
- Les deux fois, le voleur a emmené une enfant en même temps que la voiture. Les deux fois il a pris peur, il l’a déposée quelque part. Je sais que c’est le même parce que dans les deux cas, c’étaient des petites filles. De moins de dix ans. – Martha en a onze fit observer distraitement Caffery. – Flea se sentit soudain lourde, lourde et glacée. Elle s’en voulait de ce qu’elle allait faire subir à Caffery : il avait une bonne raison de régir plus intensément que la plupart des gens à ce genre d’histoire. Un pédophile avait enlevé son frère trente ans plus tôt. On n’avait jamais retrouvé le corps. – Voilà, conclut-elle d’une voix radoucie. Ce n’est pas les voitures qu’il veut, c’est les gamines.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
NatachaNEANatachaNEA   15 octobre 2018
Caffery ne répondit pas. Il n'allait pas clamer sur les toits que le patron de la brigade criminelle avait vu défiler une kyrielle de connards qui, quand on leur avait volé leur voiture, avaient inventé un enfant sur la banquette arrière pour que la police recherche le véhicule avec plus d'ardeur. Ce genre de chose arrivait.
Commenter  J’apprécie          80
NatachaNEANatachaNEA   18 octobre 2018
C'était la faute de Clare. Clare, Clare, Clare. Ce prénom l'exaspérait. Si elle s'était appelée Mylene ou Kylie ou Kristy, un nom d'ado, cela aurait été plus facile pour Janice. Elle se serait représenté une jeune blonde aux gros seins, avec le mot POUFFE en travers des fesses.
Commenter  J’apprécie          90
joedijoedi   20 août 2011
Le Marcheur soutenait le regard de Caffery sans rien dire.
- Votre silence est éloquent. On apprend parfois plus de ce qu'un homme ne dit pas que de ce qu'il dit.
Commenter  J’apprécie          160

Videos de Mo Hayder (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mo Hayder
"The Beast" (De Behandeling), un thriller belge réalisé par Hans Herbots adapté du roman "The Treatment" (L'Homme du soir) de Mo Hayder et sorti en 2014. Bande-Annonce.
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1895 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..