AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782382670521
256 pages
Editions Mnémos (17/05/2023)
3.89/5   18 notes
Résumé :
1923, quelque part dans les Balkans, alors que la guerre entre dans sa dixième année, le grenadier Jean Valmont vit sa première et terrifiante expérience du feu… Son bataillon entier est haché menu par les balles allemandes. Jean réchappe par miracle du massacre.

Miracle, vraiment ? Quelle est donc cette étrange lueur bleutée apparue en plein cœur du combat ? Et si Jean disposait de l’incroyable pouvoir d’échapper à son funeste destin ? Et si d’autres... >Voir plus
Que lire après Guerre et PeurVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,89

sur 18 notes
5
5 avis
4
5 avis
3
1 avis
2
0 avis
1
0 avis
La Grande Guerre : une éternité de souffrance pour les poilus et leurs familles. Et elle n'a duré que quatre ans. Imaginez ce conflit s'éternisant jusqu'à atteindre sa dixième année. Allemands et Français englués dans leur haine les uns des autres et, surtout, dans une routine guerrière dont personne ne sait comment sortir. Mais dans ce chaos apparaissent des femmes et des hommes aux pouvoirs étranges, qu'ils mettent au service de leur patrie. Des super-héros au début du XXe siècle, parmi les poilus. le début d'aventures rocambolesques et enthousiasmantes.

Johan Heliot est ce qu'on appelle un auteur prolifique. Il publie plusieurs livres par an, dans des domaines et pour des publics différents, de la littérature pour jeunesse (récemment la série Ours ou, voilà plus longtemps la tétralogie C.I.E.L.) à de la SF plus ambitieuse (la trilogie Grand siècle, par exemple). Souvent, il intègre des éléments historiques dans ses récits, formation d'historien oblige. Comme dans les deux romans que j'ai lus de lui l'année dernière, Les enfants de la Terreur et La fureur des siècles qui se situent respectivement à la suite de la Révolution française pour l'un et à l'époque de Léonard de Vinci pour l'autre. Ici, il revient au XXe siècle qu'il affectionne particulièrement et plus particulièrement à la première Guerre mondiale, qui lui avait inspiré le très réussi Frankenstein 1918 (L'Atalante).

Corollaire de la présence très forte de cet auteur, la qualité de ses textes est, à mon avis, à géométrie variable. Parfois, je trouve qu'il a manqué de temps ou d'inspiration pour boucler de façon convenable un sujet pourtant intéressant. Mais qu'on se rassure, avec Guerre & Peur, tel n'est aucunement le cas. J'ai beaucoup aimé ce récit digne d'un feuilleton du XXe siècle, par son rythme trépidant, mais d'une grande qualité narrative. Johan Heliot a lâché les brides à son imagination, mais tout en gardant la main sur la structure de son récit qui ne part pas, comme on pourrait le craindre, dans tous les sens.

Après quelques pages très marquantes qui nous plongent dans l'ambiance terrible de cette folle guerre qui a vu des centaines de milliers d'hommes se terrer dans des tranchées en attendant d'aller se faire hacher menu pour gagner quelques centimètres qui seraient perdus le lendemain, Johan Heliot nous plonge rapidement dans le coeur de son récit : Jean Valmont (comment ne pas penser à Jean Valjean ?) est envoyé sur le front. En 1923. Où l'on comprend que le conflit s'éternise dans cette réalité. Mais quand il se retrouve au milieu de la mitraille, voyant tous ses camarades se faire massacrer, lui court, terrifié, persuadé que chaque seconde est la dernière. Or il ne meurt pas. Une étrange lueur bleue l'entoure et le protège. Il ne l'avait jamais vue. Son pouvoir vient de lui apparaître.

Peu de temps après, suite au rapport de son supérieur, il est recruté par un grand échalas portant le grade de capitaine. Il s'agit, en fait, du chef d'une section particulière, composée de personnes possédant des supers pouvoirs. Alors n'allez pas imaginer une armée de femmes et d'hommes balayant l'armée ennemi en quelques heures. Non, le groupe n'est composé que de trois personnes. C'est peu. Et donc, celui qui chapeaute cette troupe, l'amour de la patrie chevillé au corps, n'est autre que celui que, dans notre réalité, tout le monde connaît sous le surnom du Général. Eh oui ! De Gaulle n'était pas encore monté en grade, mais il avait déjà de l'ambition et la volonté inébranlable de sauver la France. Et il est le premier d'une longue liste de guest-stars. Un régal pour le lecteur qui croise aussi bien des personnes ayant réellement existé (Hitler, Pétain, Churchill et bien d'autres) que des personnages issus du cinéma allemand du temps de sa splendeur (dont le docteur Caligari, par exemple). Fritz Lang n'est jamais très loin et son ombre plane sur ce récit, le baignant d'une lumière contrastée et tranchante.

Je ne vais pas trop en dévoiler car, une fois de plus, une partie du plaisir vient des surprises que Johan Heliot place sur notre route. Et elles sont nombreuses. Entre les personnages et les multiples références aussi bien à l'Histoire (avec majuscule) qu'au cinéma (ah, le sifflement de Peer Gynt qui indique la présence de Peter Lorre dans M le maudit et qui revient ici, terrifiant !), on est rarement en paix. L'auteur ne nous laisse respirer ni sur ce plan, ni sur celui des actions. Mais attention, c'est un plaisir : ce roman se lit rapidement car il est difficile de le lâcher. À partir du moment où Jean Valmont, qui gagne le sobriquet de Trompe-la-Mort, accompagne De Gaulle et part sur les routes pour tenter d'obtenir la paix entre les belligérants, on ne s'ennuie pas une minute. Les péripéties s'enchaînent, toutes plus folles les unes que les autres, car l'auteur ne se refuse rien. Il n'hésite pas à faire exploser un château ou certaines personnalités historiques. Je dois avouer que pour quelques-unes, je n'ai pas vraiment pleuré.

À noter, pour finir, l'illustration de couverture d'Eric Martin qui colle parfaitement au thème et surtout à l'esthétique de l'époque, schématique et expressionniste, colorée et inquiétante. Et aussi les dernières lignes qui, tout en clôturant l'aventure, laissent la porte ouverte à de nouvelles missions pour Trompe-la-Mort et ses comparses.

Autant j'ai été déçu par le dernier opus de John Scalzi, La société protectrice des kaijus, autant ce dernier roman de Johan Heliot est un bon cru. Il a su mêler son imagination débordante, sa culture historique, sa passion cinématographique à un talent réel de romancier pour nous apporter sur un plateau une histoire aux petits oignons ficelée avec efficacité, dont on sent qu'elle lui a fait plaisir. Et cela nous fait très plaisir en retour. Merci pour ces bons moments…
Lien : https://lenocherdeslivres.wo..
Commenter  J’apprécie          274
Chronique à chaud pour ce nouveau roman de 240 pages des éditions Mnemos que je remercie énormément pour l'envoi. C'est une découverte de l'auteur pour moi et j'avoue avoir passé un excellent moment. C'était frais, haletant, comme l'impression d'avoir passé ma lecture dans un comics à l'époque de la première guerre mondiale. Je vous en parle un plus en détail ci-dessous.

Je retiens en premier lieu l'histoire et le scénario qui selon moi ont tout pour plaire. Première guerre mondiale, 1923. L'absence des Etats-Unis aux côtés des Alliés a entraîné l'enlisement du conflit en Europe. L'horreur de la guerre est toujours omniprésente et nous sommes tout de suite plongés dans le bain en suivant le grenadier Jean Valmont pour son premier combat au front. Son bataillon est décimé et lui seul en réchappe miraculeusement. J'ai beaucoup apprécié cette immersion instantanée sur le champ de bataille et je dois dire que le contexte général est parfaitement bien ficelé. Les détails historiques fourmillent et les amateurs de récit de guerre de cette époque seront servis. le côté X-men (en mode poilu) m'a tout autant ravi ! le lecteur ne pourra qu'être intéressé par les pouvoirs des différents protagonistes que cela soit du côté français que du côté allemand. L'affrontement des escouades d'évolués constitue pour moi une des pièces maîtresse du roman.

Cela nous amène aux personnages que j'ai trouvé sincèrement très bien travaillés. Il n'est pas aisé pour un roman aussi court de s'attacher à eux et de leur donner un background étoffé. le contrat est rempli pour ma part. J'ai beaucoup aimé suivre l'évolution de Jean Valmont, de ses pouvoirs et surtout son caractère. Loin du héros sans peur et sans reproches, il n'aura de cesse de progresser et de douter pour une conclusion certes classique mais qui laisse entendre une ouverture pour la suite. Les camarades de Jean ne sont pas en reste et j'apprécie la volonté d'ouverture de l'auteur les concernant. Cela apporte beaucoup de fraîcheur et de naturel au roman que j'ai lu et savouré comme un Comics durant mon enfance.

La plume y est également pour quelque chose. Pas de difficultés particulières pour apprécier ce texte riche en dialogue et en actions. Je lirai avec plaisir d'autres textes de Johan Heliot qui s'en sort je trouve parfaitement bien dans le genre de l'uchronie. le thème de la guerre est bien exploité ici par l'intermédiaire du personnage de Jean. Il nous rappelle une nouvelle fois le caractère inacceptable de certaines pertes et le poids de certaines décisions de la part de nos hommes politiques. La peur omniprésente du soldat Valmont pour lui, pour son entourage, pour les populations met bien en valeur tous les sentiments déchirant quotidiennement les militaires au service de leur patrie. le texte est agrémenté, pour le plus grand plaisir du lecteur, d'évolutions technologiques qui permettent de donner du piquant au texte. Vous pourrez ainsi voir au début du 20eme siècle l'apparition des premières IA, des armures volantes (comme Iron Man) et des super véhicules blindés.

En résumé: aucune hésitation, vous pouvez vous laisser tenter les yeux fermés par ce texte. L'auteur réussit parfaitement à revisiter et à dynamiser la thématique du premier conflit mondial. Ce roman a réussi à éveiller mon âme d'enfant toujours à l'affût de super héros. En espérant que l'auteur nous réserve une suite dans le même univers pour retrouver Jean et ses acolytes.
Commenter  J’apprécie          60
Les Editions Mnémos m'ont très gentiment proposé de recevoir en SP la nouvelle uchronie de Johan Heliot, Guerre & Peur, qui est sortie le 17 mai dernier. J'ai accepté sans aucune hésitation car même si je n'ai lu jusqu'à présent de l'auteur qu'un seul roman, La fureur des siècles chez Critic, j'avais énormément apprécié ce roman, la plume et surtout la capacité qu'il a d'écrire des uchronies hyper prenantes qui nous en apprennent, en plus, beaucoup sur l'histoire.

Dans ce nouveau roman, nous sommes en 1923, sur le front, alors que la guerre entre dans sa dixième année. Jean Valmont vit sa première et terrifiante expérience du feu... Son bataillon entier tombe sous les balles allemandes mais Jean réchappe par miracle du massacre. Miracle, vraiment ? Quelle est donc cette étrange lueur bleutée apparue en plein cour du combat ? Et si Jean disposait de l'incroyable pouvoir d'échapper à son funeste destin ?

Les gars ! J'ai adoré ma lecture ! Si je devais faire un parallèle cinématographique, je dirais : un mélange de X-Men, avec le jeune Charles de Gaulle en Professeur Xavier, et de Inglourius Basterds, le tout écrit dans le style de l'époque, avec le vocabulaire et les expressions aujourd'hui désuets et avec un petit côté steampunk et lovecraftien! C'était excellent !

Je suis admirative du travail de l'auteur, tant sur les recherches historiques que, justement, sur l'adaptation de son style narratif à l'époque où se situe son histoire. J'avais déjà été bluffée à la lecture de la fureur des siècles dont l'action se situait à l'époque de l'amitié entre François 1er et Léonard de Vinci.

Il me parait être définitivement le Maître de l'uchronie français et je découvrirai avec grand plaisir d'autres de ses romans. Si vous ne le connaissez pas encore, Guerre & Peur me parait parfait pour y remédier !
Commenter  J’apprécie          101
1923, le jeune Jean Valmont s'apprête à rejoindre le front car la guerre opposant les Français aux Allemands perdure depuis dix ans. C'est le coeur déchiré de devoir quitter les siens et enserré par une peur panique de mourir que Jean débarque dans les tranchées pour participer à son premier affrontement. Mais alors qu'il pense sa derrière heure arrivée, il est le seul survivant au massacre de son bataillon. Doit-il ce miracle à un coup de chance ? Il n'y croit plus lorsqu'il voit débarquer un haut gradé lui demandant de le suivre. En effet, celui-ci lui confirme qu'il est devenu un être particulier en développant une capacité l'empêchant de mourir et lui propose de rejoindre son escouade afin de participer à une mission de la plus haute importance, à savoir mettre fin à la guerre. Seulement des forces obscures sont à l'oeuvre, alors arriveront-ils à leur fin ?

Sous la plume de Johan Heliot, la Première Guerre Mondiale joue les prolongations et s'étire en longueur au point d'avoir quasiment essoré les deux camps. Or, face à cette impasse, les chefs d'Etats majeurs eux-mêmes souhaitent trouver une sortie à ce conflit insensé. Mais, c'est sans compter l'intervention d'un inquiétant personnage se faisant appeler le Maître de la Terreur. C'est un véritable fauteur de troubles qui ne souhaite absolument pas le retour de la paix.

Comme dans tout récit uchronique, on assiste donc à un défilé de personnages historiques qui viennent habilement prendre place entre ces lignes pour connaître un tout autre destin.

Comme à son habitude, Johan Heliot a mis sa créativité au service de son imaginaire en insufflant une bonne dose d'onirisme à son texte. Celui-ci s'exprime par les dons particuliers que certains élus ont pu développer à travers la peur qui fait office ici de moteur. Il est de notoriété que cette dernière est un excellent outil pour influencer l'opinion, alors transformer son ascendance sur les esprits en pouvoir est une trouvaille plutôt ingénieuse. Clairement cela fonctionne bien ici pour donner naissance à une poignée de supers-héros qui n'ont pas à rougir de ceux tirés des premiers comics. Poigne d'acier, invisibilité ou immortalité, vous remarquerez que leurs dons n'ont rien de novateur mais pourtant s'avèrent bien utiles pour remplir les missions assignées. Elle n'est pas des moindres d'ailleurs puisqu'il s'agit de sauver l'Europe de l'extinction si ce conflit meurtrier devait encore continuer.

Guerre & Peur est un roman d'action sans temps mort et plein de mordant. L'auteur y entraîne ses personnages dans une course folle à travers les territoires ravagés de la France et de l'Allemagne en leur faisant même emprunter les moyens de locomotion les plus improbables pour tenter d'arriver à temps.

Baroque et rythmée, cette aventure recèle aussi de nombreux clins d'oeil à d'autres grands maîtres de l'Imaginaire comme un certain Lovecraft et sa célèbre créature.

Avec Guerre & Peur, Johan Heliot signe un roman captivant qui s'épanouit dans les ombres de l'Histoire pour nous en livrer une nouvelle version très originale. Un plaisir de lecture !

Suite sur Fantasy à la Carte


Lien : https://fantasyalacarte.blog..
Commenter  J’apprécie          70
1924, dans les Balkans : la Grande Guerre n'est toujours pas finie, et les puissances européennes mobilisent leurs soldats toujours plus jeunes. Parmi eux, le jeune Jean Valmont, qui va contre toute attente survivre à un assaut meurtrier ordonné par ses supérieurs.

Bien vite, il s'aperçoit que son salut semble lié à un nouveau pouvoir qu'il aurait développé, et qui intéresse particulièrement une troupe d'élite désireuse de mettre enfin un terme à la guerre...

Cet uchronie de Johan Heliot emprunte au fantastique et parsème son récit de personnages célèbres au caractère bien trempé, et embarque le lecteur dans une sorte de course poursuite contre le mal dans un univers de début (ou fin) de siècle, où pouvoirs magiques côtoient vaisseaux dirigeables agrémentés d'une petite intelligence artificielle et tyrans maléfiques.

J'aurais pu me prendre au jeu du récit, plutôt aisé à lire, mais j'ai trouvé le rythme du roman un peu trop rapide : les actions se succèdent les unes aux autres sans temps de suspension, on saute des Balkans à la Bavière en quelques dizaines de pages ; le petit coeur de Jean Valmont est une vraie girouette et certaines de ses réflexions un peu triviales m'ont laissée une impression d'un roman écrit à toute vitesse pour un public plutôt adolescent.

De bonnes idées certes, mais un arrière-goût de facilité un peu vendeur et bâclé pour cet ouvrage d'un auteur apparemment prolifique.
Commenter  J’apprécie          40


critiques presse (1)
Syfantasy
12 juillet 2023
"Guerre et Peur" est un livre puissant qui explore les profondeurs de la nature humaine face à l'adversité. Il nous plonge dans un monde où la peur a des conséquences particulières et où la guerre peut s’avérer annihilatrice. Une lecture captivante qui ne vous laissera pas indifférent.
Lire la critique sur le site : Syfantasy
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
Tout a commencé avec la peur.
Commenter  J’apprécie          60
J'ai réalisé que j'ignorais tout de la peur jusque-là. Qu'elle n'était qu'une idée, un mot lu dans les livres ou les journaux patriotiques pour dénigrer les couards et les planqués.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Johan Heliot (18) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Johan Heliot
Interview de Johan Heliot par Estelle Hamelin pour Actusf aux Imaginales 2019.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (70) Voir plus




{* *} .._..