AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782253157953
196 pages
Le Livre de Poche (11/05/2011)
3.73/5   44 notes
Résumé :
Vivre c'est se mettre au monde plusieurs fois : la première naissance est évidente, physique ; les autres passent parfois inaperçues. Une vie, avec ce qu'elle nous donne et nous inflige, suppose de chercher profondément en soi les ressources pour s'adapter, faire naître en nous, à chaque étape, un être renouvelé, amélioré, plus mûr, plus dense. Une vie pour se mettre au monde c'est une vie pour apprendre à faire corps avec ce qui advient, les joies et les drames ; u... >Voir plus
Que lire après Une vie pour se mettre au mondeVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Enfin je l'ai terminé ce petit livre que je voulais absolument lire jusqu'au bout même si le thême n'est pas apriori réjouissant puisqu'il parle principalement du vieillement et de la mort.
Marie de Hennezel organise d'ailleurs des séminaires sur ce thême et j'en avais lu des critiques positives.
C'est d'ailleurs, l'avez vous remarqué, un thème récurrent dans la littérature actuelle ( "le vieux qui.....", "de l'eau pour les éléphants" ......)
Pourquoi a t'on si peur de ne plus correspondre aux canons de la pensée jeune, tellement peur qu'on en arrive à se" jeunir" à outrance jusqu'à en devenir ridicule en tous cas pathétique : il suffit de regarder quelques personnalités célèbres qui ne sont plus que des caricatures.
Ce petit livre revisite le sens de la vie et de la mort, de l'être et du paraitre, de la jeunesse et de la vieillesse en replaçant ces termes abstrait dans un contexte positif.
Vieillir ce n'est pas être vieux.
Vieillir c'est avancer en âge et transmettre.
Je suis fière d'avoir affronté à bras le corps mon angoisse de la mort.
Ce livre est réconfortant.
Commenter  J’apprécie          230
Un ènième livre sur le « bien vieillir » qui me laisse un peu sur ma faim. L'alternance des chapitres de Marie de Hennezel et du philosophe Bertrand Vergely est pourtant très intéressante. Cette double approche nous apporte certainement quelque chose de plus.

« On ne comprend rien au monde moderne, estimait Bernanos, si l'on n'aperçoit pas que tout est fait pour que l'homme n'ait pas de vie intérieure. La post-modernité produit beaucoup de belles choses, reste qu'elle a un problème avec son âme. Images. Vitesse. Zapping. Culte de l'immédiateté. Plus de recul sur rien. du direct à propos de tout. »

Marie de H. et Bertrand V. désirent nous faire comprendre qu'on ne peut pas « bien vieillir » si nous restons sclérosés, prisonniers de nos compulsions. Il faut « naître à soi-même, intérieurement », se comprendre, s'aimer, s'accepter, s'ouvrir à « ce qui est », passer du « faire » à « l'être » et se libérer de nos compulsions.

C'est bien écrit, mais il manque la prise en compte de la douleur, de la souffrance physique du vieillissement. On n'est pas tous égaux ! Ce thème n'est abordé qu'à la toute fin du livre, à travers le témoignage bouleversant des six derniers mois de vie d'Anne Singer, écrivain et poète. Or son cas est très particulier et ne peut pas s'appliquer à une longue vieillesse. Marie de Hennezel cite bien sûr Soeur Emmanuelle qui a vécu presque 100 ans, mais elle était bien entourée et prise entièrement en charge par sa communauté, alors que la plupart d'entre nous vieillirons « seuls ».

D'ailleurs la « solitude » est abordée dans le livre, et je cite un petit passage qui m'a bien plu : « Souvent, nous nous croyons seuls au monde. On oublie une chose. le monde est moins seul grâce à nous. () On ne fait pas rien en vivant. On agit, sans le savoir, dans la profondeur de l'existence. On nourrit, ce faisant, son âme ainsi que celle des autres. Il arrive que l'on soit las, découragé, abattu. Quand tel est le cas, il y a des paroles qui sauvent. Ce sont celles qui disent que le vie n'est pas rien. Nous ne sommes pas rien. Rien n'est achevé. Nous n'avons pas encore tout vu. »

Commenter  J’apprécie          50
La psychologue Marie de Hennezel est devenue vraiment célèbre par sa contribution au développement des soins palliatifs en France et par son livre "La mort intime". En revanche, je ne connaissais pas du tout Bertrand Vergely, un philosophe qui donne la réplique à M. de Hennezel dans ce livre. Cet ouvrage s'intéresse à la manière dont est vécue la vieillesse par les personnes atteignant un grand âge. Il s'agit d'abord de répertorier les angoisses qui sont souvent associées à la vieillesse et, évidemment, à la mort. Il faut aussi avoir une réflexion approfondie sur le "troisième âge", comprendre que le rapport au monde change. Pendant la jeunesse et l'âge mûr, on se confronte aux autres et on se teste dans ses potentialités d'acteur. Au contraire, dans la dernière partie de la vie, on n'a plus rien à prouver, on prend du recul, on s'attache de plus en plus à l'intériorité, à la qualité des relations interpersonnelles. La vieillesse peut permettre un parcours de vie très riche, à condition de ne pas "être mort" avant de mourir.
Les auteurs ne donnent pas de conseils précis, ils invitent simplement le lecteur à réfléchir sur leur devenir. Marie de Hennezel m'a parue juste et profonde dans ses contributions au livre. B. Vergely semble souvent intéressant, mais parfois moins convaincant à force de multiplier les arguments en faveur de la thèse des auteurs. En tout cas, voici un livre court, facile à lire, sérieux mais pas rébarbatif, qui aborde un sujet délicat auquel nous serons presque tous confrontés. A lire, même si on n'est pas encore "vieux"...
Commenter  J’apprécie          20
"On peut venir au monde plusieurs fois dans une vie" est peut-être le gemme de sagesse qui m'a le plus touché dans ce livre qui contient des paroles qui font du bien quand on est confronté à la fin de vie d'une personne chère.
Commenter  J’apprécie          40
Un livre qui peux nous aider, à certains moments de notre vie, à traverser l'épreuve douloureuse du décès ou de la maladie qui touche des proches et des amis chers.
J'en ai lu quelques passages. ce n'est pas forcément une lecture qui se lit d'une seule traite, c'est un livre que l'on prend, que l'on laisse sachant que l'on pourra y revenir se ressourcer si besoin est.

lu en 2010.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (38) Voir plus Ajouter une citation
Qui adhère à la vie voit la vie adhérer à lui en retour. Chacun est alors porté par elle. Et parvient à passer le cap de la vieillesse en faisant le geste du «oui» qui est le geste même qui aide à dépasser la souffrance et à se libérer de son esclavage. Car dire « oui » à la vie c’est se dire « oui » à soi même.

"Le jeune homme est beau, mais le vieillard est grand.
Le vieillard qui revient vers la source première,
entre aux jours éternels et sorts des jours changeants.
Et l’on voit de la flamme aux yeux des jeunes gens,
mais dans l’œil du vieillard on voit de la lumière."
Victor Hugo
Commenter  J’apprécie          80
Vieillir, mûrir, c'est s'ouvrir au temps de l'âme. Quand le corps est moins vigoureux, quand il répond moins à nos désirs, il ne reste pas rien. Il reste l'âme. L'âme, c'est ce qui vit en nous. C'est ce qui vit à l'intérieur de chaque chose. C'est la vie active cachée de nous-mêmes et de ce qui nous entoure. On découvre l’âme quand on s’arrête et que l’on écoute. Alors dans l’immobile et le silence, on entend monter la musique de la vie.
Commenter  J’apprécie          70
(à propos de la fin de vie)

La lutte contre le désespoir existe, elle est belle, elle est noble. Les media en parlent peu. ils agitent l'euthanasie et le suicide, qui font recette. Ils veulent en faire un droit, en oubliant que la plupart des personnes âgées aspirent à du sens plus qu'à un droit. (...) On ne vit pas parce que cela nous plait, même s'il est indispensable d'avoir du plaisir pour vivre, mais plutôt parce qu'il le faut.
Commenter  J’apprécie          50
Toutes les choses importantes de la vie sont porteuses d’un mystère. Toutes sont porteuses d’une éternité. Il y a une éternité dans l’amour entre deux êtres. Cette éternité vient du mystère de la rencontre. Soudain l’être aimé apparaît et l’on est foudroyé. Pourquoi apparaît-il? Mystère..
Commenter  J’apprécie          70
Nous sommes tous quelque part esclaves. Personne ne detient le pouvoir absolu. On est sage de s'en souvenir. On est fou de l'oublier. On se rend malheureux à le croire et on rend les autres malheureux.
Commenter  J’apprécie          90

Videos de Marie de Hennezel (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Marie de Hennezel
Marie de Hennezel vous présente son ouvrage "L'aventure de vieillir" aux éditions R. Laffont Versilio. Entretien avec Christophe Lucet.
Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2669332/marie-de-hennezel-l-aventure-de-vieillir
Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube.
Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite
>Psychologie différentielle et génétique>Psychologie des adultes>Personnes âgées (Psychologie) (8)
autres livres classés : VieillissementVoir plus
Les plus populaires : Non-fiction Voir plus


Lecteurs (123) Voir plus



Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
432 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..