AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782266026376
247 pages
Pocket (11/03/1998)
3.86/5   69 notes
Résumé :
Quelques-unes des histoires que présente ici le maître incontesté du suspense sont typiquement policières, donc fortement assaisonnées d'arsenic ; d'autres sont macabres et cruelles, ou encore relèvent du fantastique et du surnaturel.
Mais un humour typiquement « hitchcockien » n'est jamais absent de cette anthologie qui, comme le dit si bien l'auteur, peut se comparer à un soufflé, car « elle reflète parfaitement le goût de la personne qui a choisi et mélang... >Voir plus
Que lire après Histoires abominablesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Non seulement Alfred Hitchock s'est montré le maître du suspense au cinéma, mais il a oeuvré aussi à la télévision dans des séries dont le parfum perdure dans nos souvenirs.

Il a apporté sa caution dans les recueils de compilation à thèmes et dans le magazine portant son nom, auquel il ne participait que comme éditorialiste. Toutefois bon nombre d'auteurs qui souvent étaient inconnus, et le sont encore, du grand public purent ainsi être publiés et traduits en France, grâce à son soutien nominatif.

Mais ce rôle fictif d'anthologiste lui est peut-être venu parce que tout ne peut être adapté.

Ainsi déclare-t-il dans sa préface :

Je suis venu tard à la télévision et d'aucuns ont prétendu que j'attendais que les écrans deviennent assez grands pour que je puisse m'y loger (allégation contre laquelle je proteste de tout mon poids). Toutefois, j'en suis venu à beaucoup aimer ce moyen d'expression et j'espère bien que l'on ne verra pas dans l'existence de ce livre une critique mais simplement la reconnaissance d'un fait patent. A savoir qu'il y a certaines histoires auxquelles la télévision ne peut rendre justice.



Dans Histoires abominables, il est intéressant de trouver ou retrouver des auteurs aussi différents que Jérôme K Jérôme, auteur de l'inénarrable Trois hommes dans un bateau, de William Hope Hodgson, auteur des aventures de Carnacki chasseur de fantômes, ou de Robert Bloch dont le roman Psychose fut adapté de magistrale façon par Hitchcock et qui fournit pas moins de dix-sept épisodes pour la série télévisée Hitchcock présente…



Loin de moi l'idée de vouloir présenter tous ces textes, ce serait fastidieux aussi bien pour vous que pour moi, mais j'ai pioché au hasard quelques-unes des nouvelles qui la plupart du temps relèvent du surnaturel ou tout au moins du fantastique. Mais pas que, parce que l'horreur et la terreur s'invitent également et l'on retrouvera certains thèmes favoris des auteurs présentés, du moins pour les plus connus.



Dans Comment l'amour s'imposa au professeur Guildea, de Robert Smythe Hichens, nous sommes mis en présence de deux célibataires endurcis : le père Murchison, par son statut de religieux, et le professeur Frederic Guildea qui est foncièrement misogyne, voire misanthrope. Ils font connaissance lors d'un sermon de l'un et d'une conférence de l'autre, et le père Murchison est invité chez le professeur. Ce qui constitue presqu'une première. Ils se retrouvent assez souvent chez Guildea, conversent à bâtons rompus devant, éventuellement le majordome du professeur, mais surtout de son perroquet. Jusqu'au jour où Guildea sent comme une présence chez lui et croit entendre son volatile s'exprimer d'une voix féminine.



Sortilège de Montague R. James est conforme à son titre. Un certain Karswell n'apprécie pas du tout que son texte La vérité sur l'alchimie soit refusé par une association et il en veut plus particulièrement à celui qui est à l'origine à ce refus. Et pour bien marquer que sa vengeance sera terrible, il placarde ou fait parvenir des affichettes dans lesquelles il invite à se pencher sur le cas d'un critique littéraire qui avait éreinté son précédent ouvrage justement sur l'alchimie.



Jérôme K. Jérôme prend pour thème celui de l'automate dans Un cavalier accompli. Ce thème est de nos jours encore souvent utilisé mais lors de sa parution peu de textes mettent en scène ce genre d'automate. C'est en entendant des jeunes filles se plaindre de ne rencontrer dans les bals que des cavaliers aux discours insipides, qu'un fabricant de jouets articulés décide d'assembler ce cavalier qui devrait faire sensation. Et en effet, ce cavalier danse sans monter sur les pieds de sa partenaire mais un couac se produit toujours dans les objets animés. L'on pense naturellement à Collodi et son personnage de Gepetto fabricant une marionnette nommée Pinocchio mais aussi à d'autres textes fondateurs ayant un automate comme personnage principal.



Avec Sredni Vashtar, Saki, nom de plume H.H. Munro, livre un texte mettant en scène un enfant de dix ans, Conradin, élevé par sa cousine madame de Ropp. D'après le médecin, Conradin n'a plus que cinq ans au maximum à vivre, mais pour autant entre sa cousine et lui, c'est un peu comme chien et chat. Pire même car parfois ces deux animaux arrivent à cohabiter en bonne intelligence. Alors Conradin reporte l'affection qu'il ne peut exprimer ou recevoir envers une vieille poule et une fouine-putois logés dans une vieille remise au fond du jardin.



La voix dans la nuit, de William Hope Hodgson, c'est celle d'un inconnu qui s'adresse aux marins d'un schooner encalminé dans les eaux du Pacifique Nord. Il ne veut pas se montrer, repart même à bord de son embarcation mais le capitaine et ses hommes parviennent à l'apprivoiser. Ils lui promettent des vivres pour lui et sa femme alors il narre, de loin, dans la brume, sa mésaventure. Comment le navire à bord duquel le couple voyageait, et seuls rescapés, comment ils ont abordé une île déserte recouverte d'une étrange végétation.



La dame sur un cheval gris, de John Collier, prend pour décor l'Irlande et l'antagonisme entre celtes et saxons, entre natifs de la verte Erin et envahisseurs Anglais, même si ceux-ci sont installés depuis des siècles. le dernier descendant d'une famille anglo-irlandaise qui apprécie les parties de chasse ou de pêches en compagnie de son ami Bates parcourt la campagne et il apprécie encore plus les bonnes rencontres féminines dans les auberges, sur les chemins, ne s'embarrassant d'aucun principe de courtoisie, de respect, de considération envers celles qu'il juge bon à mettre dans son lit ou sur une botte de paille.



Tout un lot de nouvelles dans la forme et dans le fond et qui peuvent se révéler politique, poétique, humoristique, sociologique, horrifique, surnaturelle, fantastique, et que le lecteur avide goutera avec plaisir.

Cet ouvrage a été réédité partiellement et pour certaines nouvelles retraduites. Les titres et noms des auteurs en italiques ne sont pas compris dans la réédition Pocket.



Alfred HITCHCOCK, Préface.

Robert Smythe HICHENS : Comment l'amour s'imposa au professeur Guildea (How love came to professor Guildea). Traduction : Jos Ras

M.R. JAMES : Sortilège

Jérôme K. JEROME: Un cavalier accompli

Edward Lucas WHITE: Lukundoo

Margaret ST CLAIR : le travail bien fait

Phillip MacDONALD : L'Amour qui saigne (Love lies bleeding. Traduction Odette Ferry

Arthur WILLIAMS : le Parfait meurtrier (The Perfectionist). Traduction Odette Ferry

C.P. DONNELLE Jr. : Recette de meurtre (Recipe for Murder). Traduction Odette Ferry

RUSSEL John : le prix d'une tête

SAKI : Sredni Vashtar (Sredni Vashtar). Traduction Odette Ferry

William Hope HODGSON : La voix dans la nuit

Richard CONNELL : Les Chasses du comte Zaroff (The Most Dangerous Game). Traduction Jos Ras

James Francis DWYER : le Diplôme de la jungle (Being a Murderer Myself / A Jungle Graduate). Traduction Jos RAS

John COLLIER : La Dame sur le cheval gris (The Lady of the Grey). Traduction Odette Ferry

Robert BLOCH : Une souris et des rats (Water's Edge). Traduction Odette Ferry

Robert ARTHUR : le Farceur (The Jokester). Traduction Odette Ferry

A. M. BURRAGE : Figures de cire (The Waxwork). Traduction Odette Ferry.

Thomas BURKE : L'Épouse muette (The Dumb Wife). Traduction Odette Ferry

Dorothy Kathleen BROSTER : Tapie devant la porte (Crouching at the door). Traduction Odette Ferry
Lien : http://leslecturesdelonclepa..
Commenter  J’apprécie          20
Très sympa cette anthologie présentée par Hitchcock. Il y en a vraiment pour tous les goûts : des histoires sombres et fantastiques, des nouvelles policières dont le réalisme a de quoi vous hérisser le poil, des thrillers angoissants et sanglants,... Selon vos préférences, certaines histoires vous parleront plus que d'autres.

Pour moi, ce fut le cas avec "Le travail bien fait" : une vieille fille solitaire mais très gentille se prend de passion pour le dessin, son neveu considère cela comme une inoffensive excentricité avant de s'apercevoir qu'elle souffre d'une grave forme de perfectionnisme...

J'ai beaucoup aimé "La dame sur le cheval gris", une sorte de conte assez noir se déroulant en Irlande.

L'histoire que j'ai trouvée la plus abominable, c'est "L'épouse muette". Je me disais bien que ça cachait quelque chose de moche cette femme triste et muette qui essaye en vain de parler aux gens en faisant des gestes désespérés, qui est constamment accompagnée de son mari et que le quartier entier considère comme une malade mentale. La vérité est en effet bien sombre !

Enfin, pour les amateurs de morale, il y a quelques histoires instructives. "Un cavalier accompli" nous montre qu'il vaut mieux y réfléchir à deux fois avant de se plaindre de la médiocrité de l'humain, les êtres mécaniques ne valent vraiment pas mieux. Quant à "Le farceur", je pense que le titre est très parlant : être un mauvais plaisantin peut vous jouer de sales tours.
Commenter  J’apprécie          130
Croyez-moi, il n'y a pas tromperie sur la marchandise ! Ces histoires pour certaines sont vraiment abominables.
J'ai adoré "L'amour qui saigne" qui est d'actualité en ce moment avec Pictorius, le coureur sud-africain. Un type tue une femme avec un tisonnier juste parce que celle-ci tente de le séduire en ôtant son déshabillé Je suis restée sidérée par l'ineptie du crime et par la suite du récit dont je ne dirai rien du tout
La "Recette du meurtre" où une veuve noire tue tranquillement ses époux avec de bons petits plats et... la réaction du policier qui est des plus sidérante et inattendue !
Mais la plus horrible selon moi, c'est "Le parfait meurtrier" où le meurtrier nous raconte LE CRIME PARFAIT et comment il a fait tout disparaître... et quand je dis tout... c'est TOUT .
Et celle qui m'a le plus émue, la dernière, "L'épouse muette" où l'on découvre pourquoi cette femme est devenue muette.
Bref, c'est ABOMINABLEMENT bon à lire !!!
Commenter  J’apprécie          121
Titre : histoires abominables

Présenté par Alfred Hitchcock.


Ce livre et un recueil de 13 nouvelles dans le genre horreur. Je vais tenter de vous faire un petit retour sur chacune d'elles.


Comment l'amour s'imposa au professeur Guildea de Robert S. Hichens

Une nouvelle d'environ 50 pages (la plus longue de ce recueil) passe pourtant très vite. Un homme insensible au sentiment d'autrui et n'en éprouvant pas pour autrui se trouve hanté d'une entité qui est amoureuse de lui, l'homme en perd l'esprit. Une histoire très prenante et bien construite


L'amour qui saigne de Philipe Mac Donald

Cyprien, un jeune réalisateur de théâtre, assassine sauvagement une décoratrice avec qui il travaille tout l'accable et malgré qui défend son innocence, personne ne le croit jusqu'à… (Je ne vais pas vous spolier ;) ) Histoire abominable


Le parfait meurtrier d'Arthur Williams

L'horrible récit d'un homme qui a réussi sans soupçon, sans le moindre à tuer et se débarrasser du corps de la victime. Histoire épouvantable.


Recette de meurtre de C.P. Donnell,jr


C'est l'histoire d'une femme veuve à deux reprises qui s'accusent d'avoir tué ses deux maris. Très étrange et pas mal glauque, surtout dérangeante.


Sredni Vashtar de Saki

C'est l'histoire d'un enfant qui élève un furet en cachette dans l'abri de jardin, il le vénère comme un dieu. Sa tante, qui l'éduque sévèrement avec beaucoup de privation « pour son bien", le découvre...

Histoire sympa quand on aime les histoires étranges.


Les chasses du comte Zarof de Richard Connell

L'histoire se passe sur une île qui terrifie les marins, un chasseur renommé tome accidentellement d'un bateau et y échoue. Il ferra la rencontre de l'étrange comte Zarof et sa vision de la chasse un peu particulière.

Histoire intense, qui vous tient en haleine avec une finalité vraiment inattendue.


Le diplôme de la jungle de James Francis Dwyer

C'est le récit d'un homme qui a mal mené un orang-outan et les choses se sont retournées contre lui.

Ce n'est pas l'histoire que j'ai préférée, notamment dans sa construction.


La dame sur le cheval gris de John Collier

Ce sont deux amis par « correspondance » qui se donne de bons filons pour avoir de jolies filles assez aisés pour vivre comme des sangsues, l'un envoi un message à l'autre qui croit le rejoindre pour une bonne affaire, mais fini dans le même piège.

Histoire plutôt drôle qu'horrible.


Une souris et des rats de Robert Bloch.

Un homme qui sort de prison avec des informations sur un magot que son codétenu lui a confié avant de mourir. Il pense trouver une jolie fille et un paquet de billets, il va être déçu.


Histoire assez moche, mais vraiment bien dégueu, âme sensible s'abstenir.


Le farceur de Robert Arthur

Un homme qui aime faire des farces aux dépens du gardien de la morgue va se faire avoir quand le gardien ne voudra plus que l'ont ri à ses dépens.


C'est un peu comme l'appelle au loup, une histoire moralisatrice, mais plus violente que celle du loup, avec une fin tragique pour le farceur.


Figure de cire de A. M. Burrage.

Un journaliste veut passer la nuit dans la salle d'un musée qui expose des reproductions en cire d'homme connu pour leur assassinat.


Quand votre imagination vous joue des tours, ça peu très mal finir.


L'épouse muette de Thomas Burke

C'est une femme moitié chinoise moitié anglaise qui a toute sa vie travailler dur dans une blanchisserie qui a caché son enfant, j'ai une autre femme, le jour où un homme l'achète pour faire d'elle son épouse elle doit renoncer à se visiter à son fils. Elle ne peut pas et la fin en est tragique.


Triste histoire plus qu'horrible, mais horrible quand même


Tapie devant la porte de D. K. Broster

Je suis dubitatif tant, je n'ai rien compris à cette nouvelle, j'aurai même du mal à en faire un résumé de quelques lignes.
Commenter  J’apprécie          00
Lorsque j'ai trié tous mes livres pour les répertorier sur le site Babelio, je suis tombée sur toute une collection de Hitchcock accumulée dans les années 1980, (environ une vingtaine) lorsqu'une série télévisée diffusée originellement aux USA sur la chaine CBS entre 1955 et 1960, et en France, en 1959, a été ressortie de son placard par la télévision française (la cinq ou TV6), milieu des années 1980 (1985ou 1986).
Des livres, je ne pourrai rien dire car honnêtement je ne m'en souviens plus.
Par contre, une des petites histoires scénarisées m'avait particulièrement marquée à l'époque.
La scène se passait dans une prison pour femmes et une détenue souhaitait s'évader. Elle s'était liée d'amitié avec le fossoyeur de l'établissement pénitentiaire, qui lui suggéra un plan "presque" parfait. Chaque fois que quelqu'un mourrait dans la prison, une cloche sonnait pour informer du décès de ladite personne. Etant lui-même chargé de toutes les inhumations, il lui conseilla de se glisser dans le cercueil qui serait mis dans la tombe, dès qu'elle entendrait ce signal, et lui, à la nuit tombée, viendrait la sortir et l'aiderait à quitter les lieux. Les jours passèrent puis la cloche se mit à sonner, aussitôt notre préposée à l'évasion, suivit les conseils du fossoyeur et attendit la nuit. Ne voyant rien venir, elle attendit un peu, puis se mit à taper sur le couvercle du cercueil. Au bout d'un moment, elle fait craquer une allumette et regarde autour d'elle, et elle voit le mort. C'était le fossoyeur. A ce moment, on voit la tombe fraichement creusée dans la nuit noire, et un cri d'horreur, un cri lugubre qui s'élève dans la nuit profonde.
Que vous dire de plus ?
J'en ai fait des cauchemars pendant des jours.
Ce résumé n'est qu'un aperçu du genre d'histoires racontées par Hitchcock car elles sont toutes du même acabit.
Pour ceux qui aiment, frissons assurés !
Personnellement, il y a belle lurette que je fuis ce genre de littérature et de cinéma mais il en faut pour tous les goûts et franchement, dans le genre, Hitchcock est vraiment passé "maître".


Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Presque tous les gens ont le tort de croire qu'un assassin diffère d'un homme ordinaire. On le décrit trop souvent en termes excessifs, tels que "monstre" ou "brute dégénérée". Des idées aussi mélodramatiques sont bien loin de la vérité. En fait, un assassin est un être normal, ayant simplement le courage nécessaire pour mettre en pratique ce vieil adage: "Chacun pour soi".
Commenter  J’apprécie          60
Une anthologie d'histoires, tout comme un soufflé, reflète le goût de la personne qui a choisi et mélangé les ingrédients. Il importe au plus haut point, par exemple, de savoir si l'on a utilisé de l'ail et des oignons, et à quel moment on a ajouté l'arsenic. Il me semble douteux que vous trouviez beaucoup d'ail ou d'oignons dans ce volume mais j'ai la certitude que vous y trouverez plus qu'un peu d'arsenic. Mon seul espoir est que le goût vous en soit venu comme à moi.

[...]

Mais maintenant, il vaut mieux que je m'efface pendant que vous choisirez la première histoire à lire.
Bonne nuit et bonne chasse.

ALFRED HITCHCOCK
Commenter  J’apprécie          30
Je suis venu tard à la télévision et d’aucuns ont prétendu que j’attendais que les écrans deviennent assez grands pour que je puisse m’y loger (allégation contre laquelle je proteste de tout mon poids). Toutefois, j’en suis venu à beaucoup aimer ce moyen d’expression et j’espère bien que l’on ne verra pas dans l’existence de ce livre une critique mais simplement la reconnaissance d’un fait patent. A savoir qu’il y a certaines histoires auxquelles la télévision ne peut rendre justice.
Commenter  J’apprécie          20
Ce choix d’histoires s’adresse essentiellement à ceux qui trouvent trop fade la saveur de la télévision.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Alfred Hitchcock (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alfred Hitchcock
Alfred Hitchcock - Interview (1956)
Dans la catégorie : Textes de fictionVoir plus
>Rethorique>recueils de textes appartenant à plus d'une littérature nationale>Textes de fiction (173)
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Les plus populaires : Polar et thriller Voir plus


Lecteurs (265) Voir plus



Quiz Voir plus

Les inspirations littéraires d'Alfred Hitchcock

Qui est l'auteur de la nouvelle "Les oiseaux", adaptée par Hitchcock en 1963 ?

Daphné du Maurier
Agatha Christie

5 questions
99 lecteurs ont répondu
Thème : Alfred HitchcockCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..