AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Régis Boyer (Traducteur)
ISBN : 2080708058
Éditeur : Flammarion (04/01/1999)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 62 notes)
Résumé :
Le fantasque, le hâbleur, le lâche mais séduisant Peer Gynt, tout droit sorti du folklore norvégien et immortalisé par Edward Grieg, mène une vie insensée.
Mauvais garçon, marchand d'esclaves ou prophète, riche ou manant, il parcourt le monde des trolles et le continent africain, rencontre le Vieux de Dovre, le fondeur de boutons et la femme en vert, rêve de gloire et de richesse, connaît l'échec et le malheur. Mais l'amour sauve Peer Gynt à la fin de cette l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
ElGatoMalo
  24 juillet 2012
Personnage peu recommandable, véritable tête à claques, menteur, violent, peu ami avec la morale (il n'hésite pas à séduire une future mariée la veille de son mariage, jeune femme à la morale peu rigide elle aussi puisqu'elle ne dit pas non) visiblement détaché des réalités du monde, ayant certainement hérité cette fantaisie d'un père disparu après avoir dilapidé la fortune de la famille; élevé par une mère qui l'adore (heureusement) mais dont il se moque gentiment. Il est jeune, bien bâti, plutôt joli garçon. Au début. Coureur de filles donc hâbleur, ce monsieur Gynt fabule, pille les traditions orales pour s'approprier les faits ou les inventions tout aussi illusoires des anciennes légendes sans même se rendre compte qu'il n'est pas le seul à les connaître. Tente-t-il d'injecter dans la réalité terne des bigots de son temps un peu de merveilleux ou mérite-t-il qu'on lui taille sur mesure une camisole de force ? Sa mythomanie irrite ses contemporains qui sont toujours à deux doigts (et souvent moins encore) de le bastonner ou de le rosser. Véritable extraterrestre dans ce milieu campagnard ( fond sonore entre Pierre Vassiliu : "Complètement toqué, ce mec-là, complètement gaga" et Jacques Brell : " Et c'est en sortant vers minuit, Monsieur le Commissaire - Que tous les soirs, de chez la Montalant - de jeunes peigne-culs nous montrent leur derrière - En nous chantant..."), il se pose comme l'image d'une jeunesse inconsciente et pleine de vie, menant une drôle de barque entre des illusions enthousiastes et une réalité désespérément vide d'espoir . Son voyage sous la montagne est-il un pur délire ou un rêve éveillé ? le vrai et le faux se mélangent ou plutôt s'inversent dans cette première partie de la pièce. Pour que le spectateur ne se trompe pas sur la chose, le fait est souligné par la femme en vert : "Eh bien, il y a une chose qu'il faut te rappeler. Telle est la coutume des gens des Rondane. Tout ce que nous possédons a un double aspect. Si tu viens au domaine de mon père, il peut se faire facilement que tu sois tenté de croire que tu te trouves dans le plus affreux des tas de pierres." Je pencherais pour le rêve tout court car ce sont les cloches qui le sauvent des projets sadiques (il est question de couper, de trancher, de remodeler le corps à grands coups de couteau) du roi des trolls en le réveillant . Dans ce rêve, voie royale de l'inconscient selon Freud, il se présente lui-même comme prince, discute avec un roi et, d'un simple regard de désir, rend grosse la femme en vert, fille du vieux de Drove, donc princesse trolls qui lui apparaît sous la forme d'une vache; la zoophilie n'est pas loin. Peer Gynt, serait-il un pervers polymorphe ? Là s'achève la partie vraiment débridée de la pièce. Dans la seconde, le personnage soliloque souvent quand il n'est pas en train d'échanger quelques banalités avec des personnage symboliques (un français, un allemand, un anglais qui se sont gentiment partagés le monde et lui voleront son bateau en le laissant sur une plage), une femme issue du monde musulman mais assez terne (à la description peu ragoutante une fois que le costume des mille et une nuits est tombé, ceci dit) prétendument sans âme et préférant des bijoux ("diamonds are the best girl's friends") à l'éventualité d'être dotée de cette condition indispensable (avoir une âme donc) à la considération divine. Tantôt d'une naïveté désarmante, tantôt citant à la manière de Sancho Panza des chapelets de proverbe et des lieux communs à n'en plus finir, sa vie de marchand d'esclave, d'esclavagiste même, de pourvoyeur d'idole (il ne fait qu'en parler), en font un héros (ou plutôt un antihéros) ayant dépassé la force de l'âge mais bien ennuyeux. La dernière partie renoue avec les songes et les mythes mais le personnage reste toujours aussi médiocre et misérable. Naufragé, devant la mort, seule compte la survie. Ainsi souhaite-il la disparition de cet autre qui s'est accroché aux restes de l'épave du navire. Entre lui et le cuisinier, seuls rescapés, qui prétend avoir femme et enfants, il n'y a que des mots. Ces mots qui depuis le début de l'ouvrage ne font que mentir. C'est leur principales fonction, semble-t-il. Les mots qui rapportent les faits du temps jadis le sont tout autant : Peer Gynt revenu dans sa patrie se découvre poète dans le souvenir de ceux qui parlent encore de lui. Les perspectives ont bien changé. de même les péchés d'autrefois ne sont plus grand chose au regard de la mort qui approche encore une fois (le fondeur de bouton).
En fait, je suis un peu déçu de la lecture de cette pièce qui était présentée comme flamboyante. Sur une scène de théâtre avec les décors et les jeux d'espace, le ton des acteurs il doit se passer quelque chose de plus dynamique qui m'a échappé dans le texte brut. Autre déception, la figure de Solveig qui croise le triste personnage au tout début de sa vie et passe tout le reste à l'attendre. Un signe d'espoir pour les pauvres types mais peu reluisant pour cette malheureuse enfant qui n'aura vécu qu'au travers d'une illusion qui en fin de compte ne profite qu'au pseudo héros de l'histoire. Ben, c'est pas juste. Allez, je réajuste ma coquille de Caliméro mal embouché et je me penche sur une autre lecture.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Gaphanie
  21 décembre 2018
Je me suis lancée dans Peer Gynt parce que :
1- j'adore la musique de Grieg, et notamment la Chanson de Solveig, qui me fait pleurer chaque fois que je l'écoute
2 - j'adore la fantasy, les mythes, les folklore, et une pièce où on rencontre des trolls, forcément, c'était tentant.
Du coup, j'ai dû vraiment m'accrocher pour lire la pièce jusqu'au bout.
Parce que les trolls et le côté un peu fantastique, c'est un peu l'arbre qui cache la forêt, en fait, un saupoudrage, un prétexte.
Après avoir fait tout et n'importe quoi, Peer Gynt, égoïste vieillissant, décide de redorer un peu son blason pour échapper à l'enfer, et se pique de quelques actes de charité.
De retour au pays, il va rencontrer la mort sous les traits d'un Fondeur de Boutons à différents carrefours, qui lui annonce une bien triste nouvelle : il est destiné à l'anéantissement. S'il avait été plus méchant, il serait allé en enfer, mais là, comme les boutons qui présentent un défaut, la seule solution est de le fondre et d'en faire un autre. Peer Gynt change alors de tactique, et profite du sursis qui lui est accordé pour chercher des témoins qui pourront l'aider à prouver sa méchanceté, lui permettant ainsi d'aller en enfer plutôt que d'être anéanti.
Et c'est ainsi que Peer retrouve Solveig, qu'il avait abandonnée jadis, et désormais aveugle. Mais Solveig, qui aurait toutes les raisons de le blâmer, l'aime toujours et s'avère incapable de se plaindre de lui. le Fondeur de Boutons, les voyant réunis, ému par elle lui chantant sa chanson, décide de laisser un dernier sursis.
La pièce s'achève ainsi, sans qu'on sache vraiment ce qui adviendra de Peer Gynt. Quant au Fondeur de Boutons, on sait qu'enfant, il s'agissait d'une de ses occupations, et que la cuiller qu'il utilisait pour cette tâche est un symbole de sa légende.
La pièce, d'après l'introduction, n'a pas été écrite pour être jouée, ce qui est assez bizarre en soi, et ce qui explique peut-être que les actes ne soient pas sous-découpés en scènes. Les trois premiers actes se lisent facilement et sont assez plaisants. le quatrième est long et ponctué de grands monologues de Peer Gynt. le cinquième traite de son retour au pays, et de sa fin prochaine négociée avec le Fondeur de Boutons.
Une pièce que j'ai trouvée opaque, et ardue à lire. Je pense relire prochainement l'acte IV, car il n'est pas impossible que des éléments importants m'aient échappés : je me suis réellement ennuyée dans cette partie.
Pas une lecture divertissante, donc, et à réserver à un public averti : on n'est pas dans le monde du Roi Arthur, ni dans celui d'Ulysse, de Thor ou de Till l'Espiègle. Malgré les apparences, on est dans un tout autre registre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
dbacquet
  17 janvier 2016
Cette pièce d'Ibsen s'apparente davantage à un conte et à une farce qu'à un drame traditionnel et Peer Gynt à un anti-héros à la fois rêveur et cupide, repoussant et sympathique, peut-être parce qu'il nous ressemble avec sa quête effrénée et parfois délirante . Ibsen a semble-t-il beaucoup emprunté au folklore populaire en créant son personnage, lequel vit balloté au milieu de forces qui le dépassent et qui restent le plus souvent étranges. Peer Gynt, simple paysan hâbleur et misérable, part à la conquête du monde, se retrouve magnat, prophète. Ruiné, il revient vers la terre qui l'a vu naitre et une femme qui lui était restée fidèle.
Commenter  J’apprécie          150
Missbouquin
  05 avril 2012
Cette pièce est souvent considérée comme l'oeuvre fondamentale d'Ibsen, écrite à partir de contes norvégiens. Mais c'est une pièce d'aventures avant tout, celles d'un homme, Peer Gynt, à la recherche de sa propre identité.
Ce que j'en ai pensé
Il est difficile de dire exactement ce que j'ai pensé de cette pièce. Pour une fois, dire “je l'ai aimé”, “je ne l'ai pas aimé”, n'aurait pas vraiment de sens. Elle fait partie de cette littérature universelle où l'on se dit “oui c'est vrai”, de celle qui change une vie de lecteur, qui fait voir la vie autrement.
Dans cette histoire fantastique, le personnage principal, Peer Gynt, n'est pas accepté par la société où il se trouve : on se moque de lui, de ses mensonges et de ses extravagances. Certes, son comportement n'arrange pas les choses : il a la mauvaise habitude de raconter ses aventures en réutilisant de vieux mythes qu'inéluctablement ses auditeurs reconnaissent à la fin … Mais on a l'impression qu'il est simplement inadapté à son environnement. C'est un doux rêveur. D'ailleurs il est bien plus à l'aise dans les aventures féériques qu'il vit, ou dit vivre … Cependant, son caractère prétentieux empêche réellement le lecteur d'être peiné pour lui, de s'y attacher. Mais au final, c'est bien de la pitié, et un certain malaise que l'on ressent lorsque l'on prend conscience qu'il a parcouru le monde entier à la recherche de son identité … Une quête qui s'avère vaine, puisqu'il persiste à fuir la réalité et à vivre dans son propre univers, rempli de mensonges.
“Sais-tu ce que c'est de vivre ? [...] C'est se laisser porter par le fleuve du Temps sans se mouiller les pieds, et sans se perdre soi-même.”
Je ne vous dévoilerai pas la fin, mais je peux vous dire qu'elle m'a profondément bouleversée et m'a poussé à relire ce texte … Un classique à découvrir.
Lien : http://missbouquinaix.wordpr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Marti94
  19 avril 2019
Le théâtre du dramaturge norvégien Henrik Ibsen nous fait entrer dans un univers fantastique qui interroge sur la réalité, « Peer Gynt » pouvant être considéré comme un conte philosophique issu du folklore local.
De culture paysanne, Peer est un jeune homme plutôt inadapté au monde qui l'entoure. Un mytho comme on dirait aujourd'hui. Il a tendance à inventer sa vie, à fantasmer. Il rêve de grandeur jusqu'à être empereur du monde. En fait, il refuse toute contrainte. Il a quelque chose du vaurien sans foi ni loi, menteur mais attachant.
Peer Gynt va fuir son village et ses responsabilités, quitter sa mère et la femme qu'il aime pour tenter de devenir quelqu'un de grand. En route pour l'Orient des mirages, il se laissera séduire par la fille du roi des trolls, sera marchand d'esclaves mais aussi empereur des fous, prophète ou encore naufragé. Chemin faisant il tentera de comprendre qui il est pour finalement rentrer dans son village cinquante ans plus tard.
Cette fantaisie qui a été écrite en 1866 semble dénoncer l'opinion complaisance que nous pouvons avoir de nous-même. Pourtant, la pièce que j'ai eue l'occasion de voir dans une belle mise en scène de David Bobée, peut être parfois déroutante car Peer Gynt nous entraîne vers la quête d'une identité qui reste indéfinissable.
Lu en avril 2019
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
MusardiseMusardise   06 novembre 2017
La FEMME EN VERT : As-tu d'autres vêtements que ces haillons-là ?
PEER GYNT : Ouh ! il faudrait que tu voies mes habits du dimanche !
LA FEMME EN VERT : Pour tous les jours, je porte de l'or et de la soie.
PEER GYNT : Ça a plutôt l'air d'étoupe et de tiges d'herbes !
LA FEMME EN VERT : Eh bien, il y a une chose qu'il faut te rappeler. Telle est la coutume des gens des Ronsdane. Tout ce que nous possédons a un double aspect. Si tu viens au domaine de mon père, il peut se faire facilement que tu sois tenté de croire que tu te trouves dans le plus affreux des tas de pierres.
PEER GYNT : Eh bien, chez nous, n'est-ce pas exactement pareil? Tout notre or te paraîtra poussière et nielle du blé. Et peut-être croiras-tu que chaque vitre scintillante est un paquet t de vieux bas et de chiffons.
LA FEMME EN VERT : Le noir paraît blanc, et l'affreux paraît charmant.
PEER GYNT : Le grand paraît petit, et le crasseux paraît propre.
LA FEMME EN VERT, qui lui saute au cou : Oui, Peer, alors je vois que nous allons bien ensemble tous les deux !

Deuxième acte

Traduction : Régis Boyer
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
ElGatoMaloElGatoMalo   08 juillet 2012
LA FEMME EN VERT

Eh bien, il y a une chose qu’il faut te rappeler. Telle est la coutume des gens des Rondane. Tout ce que nous possédons a un double aspect. Si tu viens au domaine de mon père, il peut se faire facilement que tu sois tenté de croire que tu te trouves dans le plus affreux des tas de pierres.

PEER GYNT

Bon, et chez nous, n’est-ce pas exactement pareil ?
Tout notre or te paraitra poussiere et nielle. Et peut-être croiras-tu que chaque vitre scintillante est un paquet de vieux bas et de chiffons.

LA FEMME EN VERT

Le noir parait blanc et l’affreux parait charmant.

PEER GYNT

Le grand parait petit et le crasseux parait propre.

LA FEMME EN VERT
(qui lui saute au cou)

Oui, Peer, alors je vois que nous allons bien ensemble tous les deux !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
NieleNiele   19 janvier 2018
Peer Gynt:
[...] Peux tu dire où Peer Gynt a été depuis la dernière fois?
Solveig:
Eté?
Peer Gynt:
Portant le signe du destin sur le front. Où il a été, tout comme il surgit de la pensée de Dieu! Peux tu me le dire? Sinon, il faut que je rentre... que je sombre aux pays brumeux.
Solveig:
Oh! Cette énigme est facile.
Peer Gynt:
Alors dis ce que tu sais! Où étais-je moi même, l'intégral, le vrai? Où étais-je le sceau de Dieu sur le front?
Solveig:
Dans ma foi, dans mon espérance et dans mon amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
LePalaisdeLaurentLePalaisdeLaurent   17 avril 2014
Tout le monde connaît bien sûr la (superbe !) musique de Grieg illustrant cette pièce. Beaucoup moins nombreux en revanche sont ceux qui ont lu le livre d'Ibsen. Et c'est bien dommage ! Car pour quiconque intéressé par la matière du Nord (ici la Norvège), il s'agit d'une œuvre remarquable et qui ne connaît guère d'égal. Le héros, certes, n'en est pas vraiment un : menteur, hâbleur et lâche... mais étrangement attachant malgré tout. Et il rencontre au fil de l'histoire une incroyable galerie de personnages pour le moins bizarres. La bizarrerie est justement ce qui fait le charme de ce livre qui procure en tout cas un agréable sentiment de dépaysement. On ne s'ennuie d'ailleurs pas une seconde avec Peer qui n'a de cesse de parcourir le vaste monde. Voilà comment l'on passe du folklore norvégien aux terres africaines par exemple !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
MissbouquinMissbouquin   05 avril 2012
Nous sommes les pensées
que tu aurais dû penser –
et nous donner de quoi marcher
tu aurais dû tu aurais dû” .

Peer Gynt :
“La vie un jour je l’ai donnée
du beau gâchis, un estropié !”
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Henrik Ibsen (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Henrik Ibsen
Date de parution : mars 2019 -------------- Dans une mise en scène de Jean-François Sivadier : du 7 au 15 mars à la MC2 Grenoble, du 10 mai au 15 juin au théâtre de l'Odéon (Paris). -------------- Les frères Tomas et Peter Stockmann se ressemblent comme le jour à la nuit. Ensemble, ils ont pourtant fondé l??établissement des bains? d?une petite ville portuaire du sud de la Norvège. Tomas, médecin intègre, mesure la qualité des eaux. En tant que maire, Peter compte sur la prospérité de la station thermale pour asseoir son pouvoir. Quand les eaux s?avèrent contaminées par la tannerie locale, les masques tombent. le médecin croit devoir la vérité au peuple quand le politicien ne songe qu?à défendre ses intérêts. le socle d?une pure tragédie ? Henrik Ibsen maintient sa fable sur une crête plus ambigüe. Autour de la fratrie déchirée, les citoyens papillonnent, hésitent et bifurquent jusqu?à la bouffonnerie. Quant à nous, c?est entre la consternation et le rire franc que nous balançons.
+ Lire la suite
autres livres classés : littérature norvégienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Couples célèbres de la litterature

Julien Sorel

Louise de Renal
Maguerite Gautier
Ariane
Camille
Celimene

10 questions
484 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , théâtreCréer un quiz sur ce livre