AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782731662191
50 pages
Éditeur : Les Humanoïdes associés (26/02/2003)
3.99/5   176 notes
Résumé :
John Difool, minable détective privé de classe R, se retrouve propulsé dans une invraisemblable aventure galactique. La survie de l'Univers dépend peut-être d'un héros aussi pathétique. Un classique de la BD.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
3,99

sur 176 notes
5
6 avis
4
8 avis
3
2 avis
2
5 avis
1
2 avis

XanderOne
  18 août 2014
En ce moment je teste une maison d'édition que je ne connaissais pas. Il s'agit des Humanoides associés. Après avoir lu l'excellent premier tome de la série « El nino » j'ai voulu aller plus loin, en testant ce qui semble être une oeuvre majeure de la science fiction des années 80.
Me voici donc lancé dans « L'incal ».
Ce premier tome démarre de manière un peu brouillonne, tant l'univers est complexe. Par chance nous suivons les aventures de John Difool, un détective de classe R, un minable. Enfin, c'est ainsi que tout le monde le considère.
Ce pauvre détective semble être un type assez normal qui evolue dans un monde un peu fou. Il semble avoir un donc pour se retrouver dans des situations inexplicables et périlleuses. C'est ainsi, que, sans trop savoir ni pourquoi, ni comment il se retrouve en possession de l'Incal. Ce petit objet lumineux qui a lui seul peut sauver l'humanité. de qui ? de quoi ? Nous n'en savons rien, et nous n'avons pas le temps de nous poser la question car à partir de ce moment, notre pauvre détective va être traqué par a peu près tout le monde.
Nous allons découvrir de nombreuses races, des villes différentes et comprendre peu à peu que l'Incal semble avoir choisi notre jeune ami.
La richesse de cette BD vient surtout des nombreuses espèces ou castes sociales qui régissent le monde dans lequel évolue notre héros. Entre le Techno-pape qui récupère les cadavres pour les recycler, le président qui se clone pour la huitième fois, le méta-barron une sorte de tueur à gages qui traque Difool et bien d'autres choses dont je ne vous parlerez pas pour ne pas vous gâcher la découverte, ce premier tome est d'une richesse incroyable. Alors, d'accord, les dessins datent un peu, forcément, ils ont trente ans. Mais qu'importe. Je préfère mille fois une scénario, un univers, un bestiaire qui tiennent la route, que de jolis dessins sans idée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
colimasson
  30 novembre 2016
Le dernier film de Jodoroswky (Poesia sin fin) était particulièrement dégueulasse mais on m'a dit que ses bandes dessinées valaient le détour. J'aurais dû me méfier car le conseil émanait d'une personne fort respectable mais qui avait justement apprécié ce film purulent d'orgueil et d'amour-propre.

La bande dessinée relève un peu le niveau, moins fière dans son propos, maniant l'humour d'une façon égale. Mais beaucoup de clinquant pour pas grand-chose. Au final, aussi décevant que le joujou qu'on trouve dans le Kinder Surprise (oh, ce n'est que ça ?).

On va quand même pas se taper la série hein, y a d'autres choses à faire dans la vie.
Commenter  J’apprécie          1710
Mladoria
  27 avril 2019
Lu à l'occasion d'une lecture commune imaginaire, je suis assez contente d'avoir découvert cette série. On suit John Diffol, détective privé, un anti-héros toutb à la fois courageux et couard, véreux et loyal, bref une belle contradiction que ce personnage. J'ai beaucoup aimé cet univers de ville souterraine, les implications politiques en présence, la société créée par l'auteur et le dessinateur. le seul point qui m'a un peu fait tiqué c'est le mise en couleur par plans à la manière de projecteurs colorés, rendant les éléments cibles des cases très lisibles au demeurant mais très loin de mes goûts en matières de coloris (étant adepte des couleurs pastel, je n'es pas été servie). Mais en fait c'est de l'ordre du détail car l'histoire m'a complètement embarquée et je n'avais qu'une envie connaître la suite de l'aventure.
Une BD qui se dévore comme un bon gros roman de SF, je lirai la suite avec beaucoup d'intérêt et je remercie Foxfire qui a proposé ce livre au vote de la LC imaginaire d'avril, j'ai fait grâce à toi une très belle découverte du genre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Shork
  08 mai 2020
John Difool est un minable détective de classe R. Un homme sans grand intérêt, qui dépense auprès des “homéoputes” le revenu de quelque mission glauque. Mais il se retrouve propulsé bien malgré lui au centre d'une chasse incroyable : il met la main sur un artefact, le fameux “Incal”, que tout le monde semble vouloir.
Voici un classique de BD SF que je comptais découvrir depuis longtemps. On ne peut nier que les couleurs criardes surprennent, mais elles ne m'ont pas empêché d'être happé par l'histoire. Sans introduction, le lecteur est catapulté dans ce monde futuro-cynique bouffi d'inégalités. Nous suivons la folle cavalcade de Difool au milieu de mutants et commandos extra-terrestres, d'aristos décadents et fliks robots, d'un président multi-cloné et ses brigades de bossus, sans oublier la cité des ingénieurs technos. Une plongée dans l'univers ébouriffant et trash de Jodorowsky et Moebius.
Commenter  J’apprécie          51
LeScribouillard
  12 janvier 2018
John Difool, privé pourri et blasé, vit dans un des taudis de la Ville-Puits en compagnie de son sympathique oiseau, Deepo la mouette à béton. Si son caractère d'antihéros change du tout au tout de l'éternel gentil brave et sincère, il n'en reste pas moins que sa profession ne sert à RIEN de tous les six tomes. Disons à la rigueur que c'était une justification possible pour accompagner une femme dans un lieu mal famé d'où il prendra la fuite et découvrira ainsi l'Incal. Mais du reste, il n'y a strictement aucune enquête ni intervention policière. Peut-être dans "Avant l'Incal", il faudra voir, mais pour ce coup-ci, c'est râpé.
Eh oui, car il faut dire que "L'Incal" mélangeait déjà pas mal de sous-genres de la science-fiction : cyberpunk, space opera et SF psychédélique, avec une vive critique des médias avec le personnage de Diavoloo, incarnant la télévision dans toute sa connerie. Mais restons dans ce premier tome qui ne s'en sort sans doute pas si mal, malgré le fait qu'on ne comprend pas toutes les infos du premier coup vu comme on nous les balance à la figure. En effet, notre antagoniste est réussi, Deepo également, et surtout l'Incal, objet mystérieux doué de personnalité, assume à merveille son rôle de ressort principal de la série. du reste, c'est en feuilleton, et nous avons beaucoup encore à apprendre de cet univers... Au final, on a plutôt hâte de voir la suite, tant le worldbuilding est riche et les personnages réussis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
XanderOneXanderOne   18 août 2014
Voici l’homme, voici la proie…John Difool, détective de classe R…un minable. Et c’est pour ce minable que je vais violer mon serment…Qu’est-ce-qu’il peut y avoir derrière ce regard stupide qui intéresse l’Amok à ce point ?
Commenter  J’apprécie          270
CenturyGirlCenturyGirl   10 janvier 2014
Et apres ce spectacle politique, nous allons, chers télé adds, reprendre notre programme de jeux : Pipi Caca, Popo.
Commenter  J’apprécie          81
JacopoJacopo   06 décembre 2018
Je suis l'Incal.
Tu t'es enfin décidé à poser une question !
Je suis fait ainsi...
Je ne parler jamais le premier...
Pourtant, notre temps est limité !
Et nous avons beaucoup à faire tous les deux.
Extraordinaire ! Un ordinateur photonique miniaturisé... Je comprends tout, maintenant !
Tu te trompe John Difool ! Et tu n'as rien compris !.. Je suis pas un ordinateur, je suis vivant ! tout comme toi ! et les lignes de forces du destin nous ont réunis, tous les deux, pour que s'accomplisse la justice !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JacopoJacopo   06 décembre 2018
Garde-le !.. Précieusement !.. De cet objet dépend non seulement le sort de cette planète, mais celui de cet univers !
De cet univers !..
Le mutant n'allait pas fort.. il.. il.. ''fondait'' mais je commençais à en avoir ma claque et fis celui qui n'avait rien vu...
C'était une petite boîte sans rien de particulier... À part cette curieuse sensation...
Commenter  J’apprécie          10
CronosCronos   22 novembre 2013
De suicide-allée, c'est la chute directe et sans escale jusqu'au grand lac d'acide qui dissout tout.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Alejandro Jodorowsky (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alejandro Jodorowsky
Vesper est une nouvelle série de bande dessinée, prévue en six tomes, imaginée, créée et réalisée par Jérémy dont c'est le premier projet "en solo" (dessinateur de Barracuda, avec Jean Dufaux et Les Chevaliers d'Héliopolis, avec Alejandro Jodorowsky).
Jérémy s'est tout de même adjoint les services de plusieurs professionnels pour le jeu vidéo Vesper : Ether saga qui accompagne la sortie de la bande dessinée.
Ici, dans cette troisième pastille : l'auteur lui-même nous explique comment et pourquoi il a conçu l'univers de Vesper
En librairie : https://www.dargaud.com/bd/vesper/vesper-lamazone-bda5369760
Le jeu vidéo (PC), Vesper : Ether Saga à découvrir sur Steam https://store.steampowered.com/app/1488070/Vesper_Ether_Saga__Episode_1/ et sur http://www.ether-saga.com
+ Lire la suite
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature espagnole et portugaise>Romans, contes, nouvelles (822)
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

L'échelle des anges - l'arbre

Dans la phrase de la grille, un arbre est nommé, s'agit-il

D'un figuier
D'un abricotier
D'un arganier
D'un prunier

5 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : L'échelle des anges : Un art de penser - 'Image de l'âme' de Alejandro JodorowskyCréer un quiz sur ce livre

.. ..