AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234078121
Éditeur : Stock (10/09/2014)

Note moyenne : 3.45/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Un crime à l’état-major de Napoléon ! L’affaire est assez sérieuse pour que l’Empereur convoque à Boulogne son meilleur policier, Donatien Lachance. Qui a tué Pierre Levasseur, l’aide de camp préféré de Napoléon ? Y a-t-il un espion au coeur de la Grande Armée ? Pour résoudre l’énigme, pour écarter la menace qui pèse sur le sort de la France, Lachance suit Napoléon dans sa campagne la plus glorieuse, celle qui emmène les grognards de Boulogne à la bataille d'Austerl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Clubromanhistorique
  08 janvier 2017
Vouant une admiration sans faille pour Napoléon, Laurent Joffrin, journaliste, éditorialiste mais aussi écrivain, a conçu une série policière autour de ce personnage historique dont la vie est une source inépuisable d'inspiration ! Avec ce troisième tome des "Aventures de Donatien Lachance, détective de Napoléon", l'auteur nous plonge au coeur d'un complot en pleine campagne d'Austerlitz.
L'INTRIGUE
1805, camp de Boulogne-sur-Mer. Napoléon est en train de peaufiner son plan pour envahir l'Angleterre quand il apprend que l'un de ses aides de camp préférés, Pierre Levasseur, a été assassiné, là, tout près de lui. L'affaire est grave ! L'empereur fait alors immédiatement appel à Donatien Lachance, son plus fin limier, afin que le meurtrier soit au plus vite arrêté car il en va de l'avenir de la France. Pour résoudre cette enquête épineuse, Donatien Lachance va être amené à suivre Napoléon dans sa campagne qui mène la Grande Armée de Boulogne-sur-Mer à Austerlitz, en passant par Ulm, Elchingen et Vienne.
UNE COUVERTURE VIEILLOTTE
Cette remarque concerne la couverture de la première édition, parue chez Stock, car la couverture proposée par les éditions J'ai lu est vraiment très bien ! le visuel est d'ailleurs un gros plan du tableau de François Pascal Simon Gérard intitulé Bataille d'Austerlitz, 2 décembre 1805.
Qu'il s'agisse de la première de couverture ou de la quatrième de couverture, la sensation est la même, celle d'une couverture typée années 1970-1980. On a vraiment la sensation que les différents éléments qui composent la couverture ont été posés là sans aucune recherche graphique (typographie, mise en page, couleurs) :
– En première de couverture : une photo plutôt sympa en gros plan avec un titre de couleur noire composé dans une police basique et intégré dans un cartouche très simple.
– En quatrième de couverture : un texte, toujours de couleur noire et avec cette police basique, se trouve placé sur un fond rouge criard... qui pique les yeux !
Résultat : une couverture datée, étouffante et difficilement lisible. C'est dommage, car le sujet, une enquête policière au coeur du Premier Empire, est riche d'images évocatrices que l'on ne retrouve pas du tout dans cette couverture. Bref, une couverture repoussoir pour moi, mais heureusement reste le contenu...
UN CONTEXTE HISTORIQUE PASSIONNANT...
Maîtrisant parfaitement bien son sujet, Laurent Joffrin rend ici un bel hommage à Napoléon, personnage historique que l'on déteste ou que l'on aime, mais qui ne laisse en tout cas pas indifférent.
Revisitant la campagne d'Austerlitz sous l'angle policier, l'auteur nous fait (re)découvrir cette épopée extraordinaire qui a conduit en un temps record les grognards de la Grande Armée de Boulogne-sur-Mer à Austerlitz, point d'orgue du roman. Richement documenté et d'une précision redoutable – surtout en ce qui concerne la description de la préparation et du déroulement de la bataille d'Austerlitz –, ce roman restitue parfaitement bien le contexte historique, la gravité des événements et l'atmosphère de l'époque, au point que l'on a souvent la sensation que l'auteur a vécu la campagne d'Austerlitz aux côtés de Napoléon !
Autre point fort, l'intervention des différents personnages historiques qui évoluent dans le cercle intime de l'empereur : Savary, futur duc de Rovigo, Murat, le vainqueur d'Ulm, Ney, le sabreur d'Elchingen et le très réel espion Schulmeister. Même les personnages fictifs prennent une telle ampleur qu'ils coexistent sans aucun problème avec les personnages réels et qu'on se prend à les considérer comme des personnages réels. On suit avec plaisir leurs aventures et l'on est vraiment triste lorsqu'on découvre en même temps que Donatien l'infidélité de son épouse, Olympe. En même temps, l'on ne peut s'empêcher de se dire que c'est bien fait pour lui et d'envier la liberté d'Olympe en ce XIXe siècle encore bien corseté, où les femmes n'ont pas droit à la parole. Donatien va-t-il arriver à reconquérir son épouse, Olympe, républicaine acharnée tombée amoureuse d'Alexandre de Nevers, jeune aristocrate rallié au régime ?
... AU DÉTRIMENT DE L'INTRIGUE
Connaissant assez mal la campagne d'Austerlitz, j'ai apprécié la précision de la documentation plutôt bien intégrée au récit, mais son accumulation finit par rendre le texte parfois indigeste, lourd et je me suis retrouvée noyée, un peu perdue, à la recherche de l'intrigue. Pourtant, en ouvrant le roman sur la découverte du corps de Pierre Levasseur, Laurent Joffrin semblait bien résolu à donner la primeur à l'intrigue. Mais, très vite, les détails historiques sont devenus trop importants et parfois trop pointus au point d'étouffer quelque peu l'intrigue, d'autant qu'elle semble bien mince tant elle est cousue de fil blanc : d'habitude, j'ai toujours du mal à identifier les coupables lorsque je lis un roman policier, là, je l'ai trouvé très rapidement, c'est pour vous dire à quel point l'intrigue est vraiment simple !
Si au moins j'avais retiré de cette lecture des connaissances... Compte tenu de la masse d'informations, on pourrait penser qu'après cette lecture on est calé sur le sujet. Dans mon cas, je ne connaissais pas grand-chose à la campagne d'Austerlitz avant de lire ce roman et je n'en sais pas vraiment beaucoup plus après car l'accumulation de détails a nui à la vision globale de l'événement. Peut-être qu'une chronologie ou une note retraçant rapidement le contexte historique en début d'ouvrage m'auraient permis de me sentir plus à mon aise et plus concernée.
Le fait que l'intrigue se déroule dans un cadre exclusivement militaire, peu varié, pas vraiment drôle, renforce cette impression d'enfermement. Les autres volumes de la série se déroulaient dans la société civile et étaient plus plaisants à lire de par les détails apportés par l'auteur, la variété des personnages et des situations. Dans le cas présent, je me suis surprise à parfois lire certaines descriptions ou considérations en diagonale, surtout quand elles étaient à la gloire de Napoléon, c'était vraiment horripilant. Certes je n'apprécie pas ce personnage historique, mais je n'avais pas eu ce sentiment d'exaspération en lisant les précédents tomes de la série. Là, ce n'est que concert de louanges, pas de place pour la moindre critique, le personnage est idéal, fort, sûr de lui, déterminé, ambitieux, sans défauts... un portrait sans surprise plein de clichés.
Lien : http://romans-historiques.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Bislys
  22 novembre 2016
Quand Pierre Levasseur, un des aides de camps de Napoléon est assassiné, l'empereur appelle le commissaire Lachance pour découvrir qui est le meurtrier. Très vite l'enquête de Lachance va se transformer en chasse à l'espion. Et le temps presse car la Grande Armée est en pleine guerre contre la Russie.
Après l'énigme de la rue Saint Nicaise, j'ai retrouvé avec plaisir Donatien Lachance, commissaire de Napoléon. Encore une fois, il se retrouve au coeur des intrigues de l'Empire. J'ai trouvé cette enquête un peu moins passionnante que la précédente, car reléguée au second plan derrière les intrigues politiques et les mouvements de troupes. Joffrin nous emmène au coeur de la Grande Armée et des grandes batailles napoléoniennes. Intéressant mais un peu long.
Commenter  J’apprécie          80
SeriallectriceSV
  03 février 2016
Passionnant sur le plan historique, l'intrigue policière l'est un peu moins et passe au second plan. L'auteur joue avec L Histoire, incluant des personnages réels, comme Murat, le célèbre espion Schulmeister, des personnages fantaisistes, comme le policier Donatien Lachance et sa femme Olympe, et cette enquête policière à l'état major de l'Empereur sur fond de batailles napoléoniennes pendant la campagne d'Austerlitz.
C'est assez déconcertant de savoir que beaucoup de batailles tiennent à un détail, une ruse.
Une très belle découverte. Je me suis régalée.
Commenter  J’apprécie          40
madamedekeravel
  17 août 2015
Intrigue un peu "sommaire", mais intéressant point de vue historique sur Napoléon et la bataille d'Austerlitz.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   03 février 2016
Napoléon marchait comme dans un rêve, émerveillé par le spectacle de cette armée fanatisée par un seul homme. Donatien suivit à quelques pas, fasciné par ce moment unique, le coeur transporté par ces soldats qui brûlaient leur couchage pour fêter celui qui les envoyait à la mort. Il se dit qu'il n'oublierait jamais une seule de ces images, ni les torches orangées qui trouaient la nuit, ni le petit homme dont le bicorne noir et luisant reflétait la lumière du feu, ni les cris qui transperçaient l'âme, ni le regard éperdu des soldats qui regardaient passer, calme et bienveillant, celui qu'ils tenaient pour le dieu de la guerre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   03 février 2016
Vingt minutes s'écoulèrent encore. Napoléon avait demandé sa lunette et la braquait vers le sud tandis que l'aube blanchissait peu à peu le sommet des collines face à eux. Soudain, un disque incandescent émergea du brouillard et nimba le tertre d'une lumière rouge. Deux hauteurs se découpèrent en noir sur le paysage, alors que la brume tout autour prenait une teinte rosée dans la lueur de l'aurore.
- Sire, c'est le soleil de la victoire, dit Soult.
- Oui, dit Napoléon. Le soleil d'Austerlitz !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   03 février 2016
Ainsi ma politique de réconciliation ne suffit pas. Le sang appelle toujours le sang et le crime, la vengeance. Robespierre et ses émules ont créé autant d'ennemis à la République qu'ils en ont tués. Cette politique de Terreur est un expédient. Elle ne vaut rien à terme. La peur ne peut pas guider les peuples. Il y faut l'ordre, le bon gouvernement, la gloire ...
Commenter  J’apprécie          00
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   03 février 2016
Ainsi Napoléon établissait-il sa réputation de devin de la guerre. Il semblait inspiré par son génie. Il était renseigné par ses espions.
Commenter  J’apprécie          10
SeriallectriceSVSeriallectriceSV   03 février 2016
Tout juste, monsieur le commissaire, dit Napoléon d'un ton triomphant. La surprise et la ruse sont les maîtresses des batailles, Lachance. Nous tenons une arme décisive. Gardons-la.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Laurent Joffrin (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Joffrin
Laurent Joffrin - Le roman de la France : de Vercingétorix à Mirabeau
autres livres classés : napoléon bonaparteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1799 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre