AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070234813
Éditeur : Gallimard (30/11/1966)
3.67/5   18 notes
Résumé :
Les gens de Beaugency voulaient un pont, bien sûr, mais que leur en coûterait-il ? " Pas un sou, dit le diable, tout ce que je demande, c'est que la première personne qui passera le pont m'appartienne.
" Une légende drôle et malicieuse de James Joyce à raconter aux petits et que les plus grands liront avec plaisir.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Mladoria
  28 août 2015
Tous les habitants de mon petit coin de France connaissent les chats de Beaugency. Mais savez-vous que cette appelation féline nous vient d'un grand monsieur de la littérature irlandaise, James JOYCE, à qui il prit un jour la lubie de raconter une histoire à son petit-fils. C'est ainsi que naquit le chat et le diable. de la légende urbaine ou du conte pour enfants, j'aime cette histoire pour le côté bon enfant du diable, boudeur et cajoleur de minet.
L'album illustré par Roger BLACHON est coloré, drôle et très enfantin, une vraie histoire à lire et relire en compagnie des plus jeunes.
Une histoire à découvrir pour les curieux de la Loire et de ses secrets, qu'ils soient véridiques ou non, il est quand même bien agréable de savoir qu'un aussi grand écrivain s'intéressât un jour à ce petit coin de France.
Commenter  J’apprécie          130
ninoule69
  30 octobre 2017
Cet album est né de la conjugaison de trois "sources" ou trois univers. Il y a, au départ, un conte traditionnel relativement classique où le diable essaie de s'offrir une âme en échange d'une construction rapide et normalement impossible ; il y a ensuite James Joyce racontant cette histoire à son petit-fils et il y a, enfin, le magnifique travail de Roger Blachon, qui dessine toujours ses personnages avec des vraies gueules comme si chaque scène dépeinte était à la fois un dessin de presse, une caricature et une illustration. A mon sens, c'est le choix de l'illustrateur qui donne à l'album toute sa force car bien que le texte vienne de James Joyce, (excusez-moi du peu !) l'histoire ne sera pas forcément une grande surprise pour les grands lecteurs de contes diaboliques.
Commenter  J’apprécie          100
Jangelis
  28 août 2014
Et voilà, j'ai enfin lu un livre de James Joyce ! D'accord, il a moins de 30 pages, dont la moitié d'illustrations, mais on ne va pas chipoter !!
Une charmante légende, que Joyce a écrit en 1936 pour son petits-fils, alors âgé de quatre ans, sous forme d'une longue lettre.
C'est drôle, sympathique, bien écrit évidemment.
Un texte simple mais beaucoup d'humour dans les détails, par un auteur à la fois profondément irlandais mais exilé notamment en France à cette époque.
Les illustrations de Roger Blachon complètent à merveille ce texte.
De beaux fonds de couleurs, des images très précises, des maisons moyenâgeuses notamment, et en même temps, des détails pleins d'humour.
Une longue préface du petit-fils, destinataire de ce conte, nous permet d'en savoir un peu plus et d'entrer un brin dans l'intimité du grand auteur.
J'ai lu ce conte à deux enfants de 6 et 8 ans, nous nous sommes régalées toutes les trois. Et une recherche ensuite sur Beaugency nous a permis de voir que le pont est conforme au dessin de Blachon, et que certaines maisons ressemblent encore à ce qu'elles étaient à cette lointaine époque !
Dans la belle collection "Je lis tout seul" de Folio Benjamin, un joli petit cadeau pour lecteurs débutants, ou non.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Marti94
  01 octobre 2015
J'ai lu "le chat et le diable", un conte pour enfant de James Joyce traduit par Jacques Borel dans une très belle édition numérotée datant de 1966, dénichée à la bibliothèque.
Le papier Ingres épais et mat et les illustrations de Jean-Jacques Corre sont vraiment d'une excellente qualité. Cela donne un petit bijou, un livre à collectionner.
En août 1936, James Joyce raconte à son petit-fils Stephan l'histoire du chat de Beaugency.
C'est la France et le bord de Loire que Joyce a choisi comme cadre pour raconter comment le maire du village a déjoué le diable pour la construction d'un pont où les enfants pourront se promener à pied ou à bicyclette ou bien encore y jouer ( c'est important !).
On retrouve ici les attaches de Joyce à la France et une belle preuve d'amour au petit Stevie.
Lu en Septembre 2015
Commenter  J’apprécie          30
Classe_Acou
  24 septembre 2014
J'ai aimé ce livre parce-que il est marrant et parce-que les personnages sont bizarres,et ils ont des gros nez.. ShaÏ
Commenter  J’apprécie          71

Citations et extraits (3) Ajouter une citation
JangelisJangelis   28 août 2014
Le diable piqua une vraie colère de diable.
- Messieurs les Balgentiens, hurla-t-il de l'autre bout du pont, vous n'êtes pas de belles gens du tout ! Vous n'êtes que des chats !
Et il dit au chat :
- Viens ici, mon petit chat ! Tu as peur mon petit chou-chat ? Tu as froid, mon pau petit chou-chat ? Viens ici, le diable t’emporte ! On va se chauffer tous les deux.
Commenter  J’apprécie          30
Marti94Marti94   01 octobre 2015
Le diable parle la plupart du temps une langue à lui appelée le diababélien qu’il invente à mesure mais quand il est très en colère, il sait aussi parler à la perfection un très mauvais français, quoique ceux qui l’on entendu assurent qu’il a un fort accent de Dublin.
Commenter  J’apprécie          10
OnceUponATamOnceUponATam   31 juillet 2021
Le maire lui demanda combien il voulait pour bâtir un tel pont.
-Pas un sou, dit le diable, tout ce que je demande, c’est que la première personne qui traversera le pont m’appartienne.
-D’accord, dit le maire.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de James Joyce (20) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de James Joyce
Ce reportage retrace l'itinéraire de l'écrivain James JOYCE, en Haute Loire, à l'occasion de l'hommage qui va lui être rendu. Il a séjourné un an à Saint Gérand le Puy, en 1939. Marie Louise Gilbert cite une anecdote.A l'hôtel du village, Anna BOIROT se souvient de l'écrivain.Au magasin du coiffeur, Marcel CHASSAGNETTE est interviewé, et explique que c'était un homme simple, il parlait peu de son travail. La dernière étape de l'itinéraire, c'est le château de LA CHAPELLE où il venait souvent passer la journée. Madame DE ROSIERE, la châtelaine, le décrit comme peu communicatif, il retrouvait son Irlande natale dans les paysages du BOURBONNAIS. Il était grand et maigre et avait de la classe. Odette Bernard que l'on voit feuilleter un livre sera le maître d'oeuvre de l'hommage qui sera rendu à l'écrivain. Images d'archive INA
+ Lire la suite
autres livres classés : pontsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz de la Saint-Patrick

Qui est Saint-Patrick?

Le saint patron de l’Irlande
Le saint-patron des brasseurs

8 questions
165 lecteurs ont répondu
Thèmes : fêtes , irlandais , irlande , bière , barCréer un quiz sur ce livre