AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Raquel Tibol (Éditeur scientifique)Christilla Vasserot (Traducteur)
EAN : 9782757811825
456 pages
Éditeur : Points (19/02/2009)

Note moyenne : 4.1/5 (sur 52 notes)
Résumé :

Frida Kahlo ne s'est pas contentée de peindre, elle s'est aussi confiée par écrit. Artiste de génie, femme engagée, muse tragique et amante passionnée, la figure dominante du surréalisme mexicain écrit à ceux qu'elle aime, à ses camarades de combat. Ses lettres offrent un regard inédit sur l'ensemble de son œuvre.

Souvenir :

J'avais souri. Rien d'autre. Mais la clarté fut en moi, et dans les profondeurs de mon silence.
... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
IreneAdler
  23 août 2012
Recueil de lettres à une voix, celle de la peintre Mexicaine Frida Kahlo. le choix éditorial de cette autobiographie originale est simple : seules les lettres de Frida Kahlo sont publiées, indépendamment de leur réponse et de ce qui les a motivées.
Ce qui se dégage de cette correspondance unilatérale est la voix d'une femme engagée, politiquement et socialement pour son pays. La voix d'une femme qui souffre physiquement des conséquences d'un accident de bus, qui souffre par amour, de voir son art et celui de son mari plus ou moins rejeté par son pays. Mais aussi une femme amoureuse de son pays, de son mari, de ses amants. Fidèle en amitié, même si parfois elle néglige d'écrire.
Une personnalité forte, entière. Une grande et belle femme.
Commenter  J’apprécie          250
Bellisa55
  22 avril 2015
Par le biais de ce recueil de textes, rassemblés et ordonnés chronologiquement par Raquel Tibol, pénétrez dans l'intimité de l'illustre et singulière femme peintre que fut Frida Kahlo. Essentiellement composé de lettres rédigées par l'artiste, cet ouvrage nous dévoile les multiples facettes qui composaient la fascinante personnalité de l'éminente Mexicaine.
Découvrez la femme dévorée au quotidien par les séquelles d'un accident d'autobus, survenu en 1925, alors qu'elle rentrait de la prestigieuse École Nationale Préparatoire, intégrée trois ans plus tôt dans le but de suivre des études de médecine.
Déjà cruellement frappée par la vie durant sa petite enfance par une poliomyélite, Frida fut, dans cette tragédie, grièvement blessée. Sa colonne vertébrale, son bassin, sa jambe et son pieds droits comptèrent de nombreuses fractures et une barre de fer traversa son abdomen et sa cavité pelvienne. Contrainte à l'immobilité pendant des mois, pour briser l'ennui qui la rongeait, initiée par son père, elle se mit à peindre. Elle commença par réaliser des natures mortes et des portraits mais se focalisa assez rapidement sur des autoportraits. Ces derniers lui servirent d'exutoire et elle en peignit un nombre considérable tout au long de sa vie. Ce fut pour elle une manière d'exorciser ses souffrances.
Ce terrible événement la priva du bonheur d'enfanter, elle dut subir plusieurs interruptions de grossesse, et fut à l'origine de douleurs physiques chroniques nécessitant des soins permanents, il s'avéra même nécessaire d'amputer sa jambe droite jusqu'au genou quelques temps avant sa mort.
Faites, par ailleurs, connaissance avec la femme tout feu tout flamme et passionnée.
Fortement attachée au pays qui l'a vue naître, l'artiste s'impliqua dans la vie politique, sociale et culturelle du Mexique. Elle intégra le Parti Communiste, milita pour l'émancipation des femmes mexicaines et n'hésita pas à écrire une lettre au Président de la République Miguel Alemán Valdés pour sauver de la destruction une création murale de Diego Rivera, son époux.
Ses amours avec ce dernier furent tumultueuses et tourmentées. Ils multiplièrent l'un et l'autre les liaisons extraconjugales. Âgé de 21 printemps de plus qu'elle, le peintre n'hésita pas à la tromper avec sa propre soeur. Frida, quant à elle, afficha sa bisexualité. Ils finirent par divorcer mais l'intensité de l'amour qu'ils se portaient les amena à se remarier.
Les oeuvres de cette femme hors du commun témoignent à la fois de sa force et sa fragilité. Elles peuvent surprendre, déstabiliser, déranger parfois mais, aucunement laisser de marbre une fois qu'on en a les clés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
bookaure
  22 mai 2014
On peut juger mon appréciation d'une lecture, au fait que lorsque je la termine ses personnages en viennent à me manquer, et même s'il ne s'agit pas d'un roman, et peut être d'ailleurs parce qu'il s'agit de ses lettres, Frida Kahlo me manque énormément à la fermeture de ce recueil.
Frida Kahlo par Frida Kahlo rassemble donc les lettres que cette artiste merveilleuse a écrit à ceux qu'elle aimait et à d'autres, depuis ses seize ans jusqu'à la dernière année de sa vie.
Bien entendu, c'est une correspondance riche dans la mesure où elle implique de nombreuses figures artistiques et historiques, et la qualité de son écriture est exceptionnelle. Mais on entre surtout dans l'intimité d'une femme d'exception. On souffre avec Frida, on aime avec Frida, et il est extrêmement impressionnant et encourageant de voir malgré ses souffrances, la foi qu'elle avait, la joie de vivre qui l'animait, la créativité qu'elle manifestait, le réalisme avec lequel elle percevait sa situation.
Je connaissais déjà un peu la vie de Frida Kahlo, je connais aussi un peu son oeuvre et je l'apprécie beaucoup. Aujourd'hui cette artiste est devenu pour moi un modèle: je l'admire pour son talent artistique, mais j'aurais surtout aimé à un quart de son courage et de sa foi. Je sais que je penserais maintenant à elle chaque fois que le courage et la foi me manqueront.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
nadejda
  25 novembre 2010
Une femme magnifique par sa beauté et son courage. Elle a fait d'elle- même et de la souffrance extrême qui a accompagnée sa vie une oeuvre d'art et elle criait "Viva la vida !" envers et contre tout.
"Pourquoi voudrais-je des pieds puisque j'ai des ailes pour voler" écrivait-elle dans son journal après l'amputation de sa jambe droite.
Commenter  J’apprécie          170
Lutopie
  19 février 2019
Déçue. Je crois que je m'attendais à un recueil poétique, en parcourant la correspondance d'une artiste comme Frida Kahlo. Ses portraits nous laissent ressentir sa personnalité, elles véhiculent la souffrance de son corps et de son âme, mais aussi sa vision colorée de la vie. Or, je découvre une Frida qui écrit assez souvent pour demander de l'argent à ses amis. Toutes ces considérations économiques m'ont lassée, à force. On idéalise peut-être trop les artistes, après tout. D'ailleurs, elle m'a bien amusée quand elle critique dans ses lettres les artistes parisiens, notamment les surréalistes, dont André Breton. Je cite : "Je préférerais m'asseoir par terre pour vendre des tortillas au marché de Toluca plutôt que de devoir m'associer à ces putains d' "artistes" parisiens. Ils passent des heures à réchauffer leurs précieuses fesses aux tables des "cafés", parlent sans discontinuer de la "culture", de l' "art", de la "révolution" et ainsi de suite, en se prenant pour les dieux du monde, en rêvant de choses plus absurdes les unes que les autres et en infectant l'atmosphère avec des théories et encore des théories qui ne deviennent jamais réalité. " Je rappelle qu'elle ne se considère pas surréaliste. Il suffit de lire son Journal : "On me prenait pour une surréaliste. Ce n'est pas juste. Je n'ai jamais peint de rêves. Ce que j'ai représenté était ma réalité."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (17) Voir plus Ajouter une citation
Nais83Nais83   18 juillet 2013
Certains critiques ont tenté de me classer parmi les surréalistes, mais je ne me considère pas comme telle (...) En fait, j'ignore si mes tableaux sont surréalistes ou pas, mais je sais qu'ils sont l'expression la plus franche de moi-même (...) Je déteste le surréalisme. Il m'apparaît comme une manifestation décadente de l'art bourgeois. Une déviation de l'art véritable que les gens espèrent recevoir de l'artiste (...) J'aimerais que ma peinture et moi-même nous soyons dignes des gens auxquels j'appartiens et des idées qui me donnent de la force (...) J'aimerais que mon œuvre contribue à la lutte pour la paix et la liberté ...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
fiomafioma   25 octobre 2014
Coyoacan, vendredi 3 mai 1946

Tout seul allait le petit Cerf
triste, à l’abandon, blessé
mais chez Arcady et Lina
il put enfin se réfugier

Quand le Cerf s’en reviendra
requinqué, joyeux, soulagé,
les blessures de son corps meurtri
enfin auront été gommées

Merci, mes enfants bien-aimés,
de tout cœur, pour votre appui
Dans la forêt qu’habite le Cerf
enfin le ciel s’est éclairci

Acceptez ci-joint mon portrait
pour que toujours je sois présente,
tous les jours et toutes les nuits,
même quand je serai absente.

La tristesse est reflétée
dans chaque recoin de mes tableaux,
je ne vois pas la moindre issue
car c’est bel et bien mon lot.

Inversement, le bonheur
est dedans mon cœur enfoui
grâce à Arcady et Lina
parce qu’ils m’aiment telle que je suis.

Je vous offre cette peinture
réalisée avec tendresse
en échange de votre amour
et de votre gentillesse.

Frida
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Bellisa55Bellisa55   19 mars 2015
Sentir dans ma propre douleur
la douleur de tous ceux qui
souffrent et puiser mon courage
dans la nécessité de
vivre pour me battre
pour eux.
Commenter  J’apprécie          710
Bellisa55Bellisa55   06 mars 2015
J'ai commencé à peindre... par ennui, car j'étais alitée depuis un an suite à un accident au cours duquel je m'étais fracturé l'épine dorsale, un pied et d'autres os. J'avais seize ans à l'époque et j'étais pleine d'enthousiasme à l'idée de faire des études de médecine. Mais tout s'est arrêté dans le choc entre un bus de Coyoacán et un tramway de Tlalpan...
Commenter  J’apprécie          250
Bellisa55Bellisa55   14 janvier 2015
À en croire ce que tu m'écris, la Méditerranée est merveilleusement bleue. La connaîtrai-je un jour ? Je ne crois pas, car je ne suis pas née sous une bonne étoile ; pourtant, mon plus cher désir a toujours été de voyager. Il ne me restera que la mélancolie des lecteurs de récits de voyages.
Commenter  J’apprécie          300

Videos de Frida Kahlo (10) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Frida Kahlo
Avec "Rien n'est noir", Claire Berest nous place face à la jeunesse de Frida Kahlo. La jeune Mexicaine a passé son adolescence à courir, jusqu'à l'accident dévastateur, à dix-huit ans, ce que Claire Berest nomme "la brisure totale". Dans la reconquête de ce corps se joua la métamorphose de Frida en peintre, à partir du moment où alitée, immobilisée, elle demande à son père du matériel de peinture, et un miroir.
La Grande table Culture d?Olivia Gesbert ? émission du 3 octobre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/la-grande-table-1ere-partie/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/UCd5DKToXYTKAQ6khzewww2g/?sub_confirmation=1
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : mexiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
970 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre