AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234079160
Éditeur : Stock (08/04/2015)

Note moyenne : 3.38/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Comme en 2013, Axel Kahn a parcouru au printemps 2014 la France en diagonale : depuis la Pointe du Raz, en Bretagne, jusqu’à Menton et la Méditerranée, cette fois.
Tout diffère cependant entre ces deux périples, à commencer par la difficulté du second, qui s’est apparenté à une épreuve physique que le marcheur n’a pas toujours été certain de mener à son terme. Il a parcouru, souvent hors tout chemin balisé, 2 057 km, et, surtout, il a gravi 43 000 m... et des... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (14) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  25 décembre 2017
Envie d'un voyage « original » en France ?
On connaît Sylvain Tesson avec son livre « Sur les chemins noirs » mais Axel Kahn lui aussi a traversé le pays en diagonale et en deux fois. La première fois c'était des Ardennes au Pays basque », en 2013 et il en a tiré le livre « Pensées en chemin ». La seconde fois, en 2014, il tente de réitérer son exploit mais en partant de la côte atlantique (la Pointe du Raz en Bretagne) pour arriver à la côte méditerranéenne (à Menton).
De ce dernier périple il nous a livré « Entre deux mers, voyage au bout de soi ».
C'est bien un exploit que cette nouvelle marche à pied d'environ 2.000 kilomètres, pendant deux mois et demi, étant donné que l'auteur approche de ses soixante-dix ans, souffre des genoux (surtout dans les descentes), se blesse à une épaule…
Mais il ne part pas seul car il emporte avec lui une peluche, une pouliche, qui sera sa mascotte, Norman, et pour laquelle certaines personnes rencontrées lui demandent si c'est son « doudou ». Axel l'appelle « Princesse Mascotte » car c'est sa part de féminité et de sensibilité et sa compagnie est très importante pour son moral.
Il écrit, page 74 :
« J'ai à l'esprit le mythique poème :
Heureux qui, comme Ulysse, a fait un beau voyage,
Ou comme celui-là qui conquit la toison,
Et puis est retourné, plein d'usage et raison,
Vivre entre ses parents le reste de son âge !
J'ai quant à moi suivi plutôt l'exemple de Jacques Lacarrière, ou d'un homme âgé rencontré il y a bien longtemps dans le mauvais temps sur une crête du massif du Sancy, je ne suis pas, après de longs voyages, demeuré en famille le reste de mon âge ! J'accepte la déclaration d'amour à l'Anjou du poète de la Pléiade :
Plus mon Loire gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la douceur angevine. »
Avec lui on visite toute cette France hors des sentiers battus. On découvre de magnifiques sites naturels dont il tombe amoureux tels que la Cap Sizun, la région de Guerlédan (en Bretagne), la Brenne (vallée cristalline de la Creuse), le cirque des Boutières, les Pré-Alpes et les Alpes du sud….
Heureusement pour lui, il a bien planifié ce voyage et peut s'arrêter chaque soir, après avoir marché un grand nombre de kilomètres, dans un petit hôtel ou un gîte qu'il a réservé et où l'attendent des gens du cru désirant lui faire dédicacer son premier livre ou tout simplement lui faire honneur et le recevoir du mieux possible.
Mais ce périple est aussi l'occasion pour Axel, de nous livrer une somme considérable d'informations aussi bien géographiques que géologiques et même politiques – d'autres sur l'Histoire des régions traversées, des coutumes. Tout cela en admirant des paysages splendides qui s'offrent à ses yeux en nous les décrivant mais aussi avec des explications sur la faune et la flore. Autrement dit, c'est un livre très riche, un excellent guide pour qui ne connaît pas toutes ces régions où l'auteur a de véritables coups de coeur.
Dans ce second livre, cette deuxième diagonale, c'est un véritable « voyage au bout de soi » qui est accompli par l'auteur. Même blessé ou à bout de forces, il arrive toujours à surmonter la douleur et démontre donc ainsi « que l'on peut avancer dans une certaine allégresse aux différents âges de la vie ». Et puis Princesse Mascotte est là pour le soutenir et l'écouter parler.
Je ne raconterai aucune de ses descriptions (mais j'ai relevé un certain nombre de citations où j'ai du faire un tri car elles auraient été trop nombreuses).
C'est pas à pas, kilomètre après kilomètre que l'on accompagne Axel et on souffre avec lui lorsque les conditions météorologiques (par exemple) ne lui sont pas favorables (orages, grêle…).
Il nous fait aussi part de faits historiques (entre autres avec les guerres de Vendée – la construction de la ville de Richelieu par le Cardinal – des souvenirs sur George Sand et des peintres).
C'est un livre absolument complet à tous les points de vue. Mais c'est aussi le dernier voyage à pied d'Axel car pour sa dernière blessure à une épaule, une échographie faite trois mois plus tard, va révéler qu'il s'est rompu un « important tendon de la coiffe des rotateurs » (c'est la définition scientifique).
Dans les dernières lignes, il écrit : « Je dois maintenant me résoudre à l'inéluctable, je dévale la pente raide, je suis à Menton, les pieds dans la Méditerranée, comme je me l'étais promis, le jour que j'avais annoncé. Me voici en définitive sur le plancher des vaches, dans l'univers des fauves, c'est aussi le mien, il va bien falloir que j'y vive ». (page 256)
Mais je suis certaine que ce scientifique, qui a été de temps en temps écrivain-voyageur, qui prend une part active à la vie associative, auteur de nombreux ouvrages, ne va pas rester sur ses lauriers car c'est un battant, et comme il a de nombreuses cordes à son arc, peut-être va-t-il nous étonner autrement ?
En tout cas, merci pour cette traversée d'une France inattendue et pleine de belles surprises.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          376
gouelan
  03 juin 2016
Axel Kahn nous invite à partager sa randonnée à travers la France, en diagonale, de la pointe du Raz en Bretagne jusqu'à Menton.
En passant par le Cap Sizun, la région de Guerlédan, la Brenne, la vallée de la Creuse, le cirque des Boutières, le massif des Monges, il nous conte les habitants, l'histoire la faune et la flore. Entre désertifications des campagnes et désirs d'authenticité, qui parfois, malheureusement peuvent aboutir au repli sur soi, c'est malgré tout un portrait optimiste du pays que l'auteur nous dépeint. Il y a, malgré le climat politique morose, un frémissement de renouveau des villages, avec l'arrivée des néoruraux, qui défendent les produits locaux et l'esprit de vivre plus sereinement.
On découvre des lieux où on n'a jamais mis les pieds. En tout cas, pour ma part, trop habituée à longer les côtes bretonnes et normandes. Ce qui manque à cette lecture, ce sont les images et les odeurs, car pour moi, les mots ne suffisent pas. Il faut vivre le spectacle de la nature pour le ressentir pleinement. C'est en tout cas une belle invitation au voyage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          390
Cacha
  21 juin 2018
J'ai beaucoup apprécié de lire ce récit de voyage tout en regardant les photos sur le site de l'auteur.
Celui-ci, après avoir traversé la France du Nord-Est au Sud-Ouest, entreprend un second périple, du Nord-Ouest au Sud-Ouest cette fois.
Il a le grand mérite de persister à suivre son chemin, malgré les divers maux qui l'accablent. Heureusement, la petite mascotte chevaline normande est là pour lui remonter le moral et surtout nous divertir et nous faire sourire !
Et, tout en décrivant merveilleusement bien les paysages et la flore, il nous livre aussi ses réflexions sur l'état du pays, en déshérence ou en résilience.

Commenter  J’apprécie          300
plotin
  12 août 2016
Ancien médecin généticien, Axel Kahn a été également directeur de recherche à l'Inserm, directeur de l'Institut Cochin et président de l'université Paris Descartes. Marcheur depuis sa tendre enfance, il entreprend en 2013 une première traversée de la France à pied des Ardennes à la Côte Basque, aventure qu'il relatera dans son livre « Pensées en chemin ». Un an après, en 2014 et à l'âge de 70 ans, il récidive en reliant cette fois-ci la Pointe du Raz en Bretagne à Menton à la frontière italienne. Son dernier livre « Entre deux mers » retrace cette nouvelle aventure.
Cette seconde traversée de la France à pied est indéniablement un exploit sportif. Plus de 2000 kilomètres à pied sur des terrains accidentés et des dénivelés conséquents et ce, en un peu plus de 2 mois, une moyenne de 30 kilomètres par jour avec une pointe à 42 km lors de l'étape le menant à Dignes. Comment dans ces conditions expliquer la réussite de cette aventure malgré un genou gauche douloureux dès le départ en Bretagne et malgré un déboîtement de l'épaule droite et une rupture d'un tendon de la coiffe des rotateurs de cette épaule intervenue à mi-parcours ? L'auteur en connaît seul la réponse donnant au lecteur comme unique explication le fait de mépriser ses douleurs.
Si la motivation première de cette marche est la quête de la beauté de la nature et des paysages, l'observation des effets des crises et des mutations économiques sur les territoires traversés constitue le fil rouge du récit. Homme de gauche et très sensibilisé à l'essor du vote Front National dans le pays, Axel Kahn donne comme principale explication à cette « montée inexorable du parti nationaliste d'extrême droite à l'idéologie xénophobe de rejet de l'autre » (sic), le fait que ses électeurs souhaitent revenir au passé, au « c'était mieux avant ». A la question d'un journaliste qui lui demande comment contrer la vague montante du vote rural en faveur de l'extrême droite, l'auteur donne une seule et unique réponse : « il faut offrir aux populations une perspective de développement des territoires, tout le reste est dérisoire ». Ainsi, l'auteur associe la baisse éventuelle du vote FN à la seule baisse du chômage.
L'auteur est-il resté sourd ou n'a-t-il pas voulu entendre ce que j'ai moi-même entendu lors de ma traversée de la France à pied ? En effet, j'ai vécu en 2015 une expérience similaire à celle de l'auteur en traversant la France à pied d'Est en Ouest. Or, ce que j'ai entendu à travers de nombreux et longs échanges avec les gens de la campagne croisés sur le chemin donne un éclairage qui va bien au-delà du juste « c'était mieux avant ». Les exaspérations exprimées par les ruraux que j'ai rencontrés lors de cette marche portent sur le ras-le-bol de l'assistanat, sur l'excès des allocations de toutes sortes distribuées sans aucune contrepartie, sur l'effondrement de la valeur travail, sur l'exaspération liée au trop d'impôts et de charges, sur la surabondance des normes et directives, sur la violence de décisions venues d'en-haut sans aucun débat préalable avec les habitants concernés comme en témoigne la vive colère liée à l'installation de migrants dans plusieurs villages traversés en Bourgogne, en Sologne, en Touraine. Il est étonnant que l'auteur ne fasse aucune référence à ces exaspérations dans son récit.
A mon retour, lors des élections régionales de décembre 2015, je ne fus donc pas surpris du poids du vote FN s'affichant entre 25 et 40% dans les zones rurales que j'avais eu l'occasion de traverser lors de cette marche. Sur ce que j'ai pu entendre et comprendre des discussions que j'ai eues avec les ruraux rencontrés, la baisse éventuelle du vote FN à terme va bien au-delà de la seule baisse du chômage. C'est en remettant au premier plan la valeur travail, en revalorisant la notion de l'effort et en faisant souffler un vent de liberté que la montée du vote FN pourra être contrée.
A mon avis, la différence d'analyse entre nos deux points de vue tient au fait que nous n'avons pas eu la même approche de la marche. Autant je me suis souvent arrêté pendant ma marche, profitant de toutes les occasions pour discuter avec les personnes présentes sur le bord du chemin, autant l'auteur a dû parcourir les étapes d'une traite d'un pas rapide sans s'arrêter. A preuve le fait que les seules rencontres avec les locaux relatées par Axel Kahn sont celles tenues en fin d'étape à l'arrivée à la chambre d'hôtes. C'est dans ces circonstances que l'auteur fait part des échanges qu'il a eus, la plupart du temps avec des notables de l'étape : maires, élus de toutes sortes (préfet, président du conseil général…), érudits locaux, intellectuels, responsables d'associations ou de syndicats…., population en définitive bien différente de celle que j'ai pu croiser au bord des chemins. Nos deux points de vue sur l'analyse des exaspérations exprimées par la population et les causes de l'expansion du vote FN ne pouvaient qu'en être différents.
Autre chose qui m'interroge : Axel Khan n'hésite pas à déclarer que les journaux locaux annonçant son passage ville après ville, un nombre de gens l'attendent sur le bord du chemin pour obtenir des selfies, des autographes ou pour lui serrer la main, des journalistes et des équipes de télévision lui courent après pour des interviews et des séances photos, une file impressionnante de lecteurs (sic) fait la queue dans une grande surface pour obtenir une dédicace de son livre Pensées en chemin. Axel Khan, une star ? En tout cas, son statut d'élite l'a peut être privé d'entendre la réalité des exaspérations exprimées par la population de terrain
Au final, malheureusement, après la lecture des deux livres racontant ses traversées de la France, je n'ai pas découvert l'homme. Hermétique sur ses propres réflexions personnelles, l'auteur ne se laisse pas découvrir. le livre porte en sous-titre « voyage au bout de soi ». En refermant le livre, le lecteur n'a malheureusement pas découvert ce voyage dont parle l'auteur. A peine découvre t-on que l'auteur se déclare agnostique. le lecteur aurait aimé que l'auteur creuse un peu le sujet : comment Axel Khan peut-il être aussi sensible à la beauté de la nature et à la complexité des êtres vivants sur cette terre et rester de marbre sur l'existence possible d'un Créateur de cet univers. Il évoque également que la marche est l'occasion de divagations de sa pensée. Mais de quelles divagations parle t-il ? A part un ou deux propos sur la fin prochaine du chemin d'une vie sans au-delà pour un agnostique, le lecteur n'en saura rien. Dommage …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Oliphant
  06 juin 2016
J'ai découvert ce livre via le Télégramme. Effectivement, l'auteur relate sa randonnée qu'il a choisi de commencer à la presqu'île de Crozon en Bretagne et de continuer jusqu'à Menton dans le sud-est de la France. Je suis plus qu'admirative des randonneurs qui marchent jours après jours sac au dos et qui foulent les chemins et font face à la beauté de la nature mais aussi à certains désagréments (chemins non balisés, routes dangereuses et très roulantes....).
L'auteur nous fait part de ses impressions et réflexions sur les régions traversées et les jolies surprises qui se trouvent sur son chemin. de ses rencontres également, dans les gites et chambres d'hôte.
Ce que j'apprécie dans ce récit c'est qu'il donne des idées pour de futures vacances, des randonnées et des ballades. Une jolie découverte, agréable à lire et qui donne envie de sortir découvrir de nouveaux horizons.
Commenter  J’apprécie          180

critiques presse (1)
Culturebox   29 avril 2015
Difficile de ne pas ressentir une pointe d’admiration pour Axel Kahn.
Lire la critique sur le site : Culturebox
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
nadiouchkanadiouchka   27 juin 2018
Tout écolier retenait de mon temps au moins deux choses de ses années de scolarité : la bataille de Marignan s’est déroulée en 1515 et la Loire prend sa source au pied du mont Gerbier-de-Jonc. (…) Je décide par conséquent de consacrer mon après-midi à la visite des origines du grand fleuve que j’ai traversé il y a un mois déjà non loin de son estuaire. (…) En fait, je m’aperçois qu’existent des dizaines de ruisselets qui, du pied du Gerbier, se réunissent dans une cuvette en contrebas du mont pour donner un ruisseau unique qu’il est cette fois possible d’appeler la Loire. (…) J’y trempe le pied, Princesse aussi. Pas de doute, c’est bébé Loire encore dans ses langes.
P.185/186
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
nadiouchkanadiouchka   03 janvier 2018
Princesse mascotte
En dehors des rencontres vespérales, je me préparais au total à une longue marche strictement solitaire qui ne m’effrayait pas, même si les caractéristiques du terrain arpenté pouvaient la rendre parfois périlleuse. Pourtant, j’aurai de la compagnie entre l’océan et la Méditerranée, celle d’un ravissant et espiègle poulain alezan en peluche affublé d’un gilet vert criard que j’avais accroché à mon sac. Les premières personnes croisées à mon départ me demandaient, le voyant : C’est votre doudou ?
P.20
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
gouelangouelan   02 juin 2016
Le marcheur solitaire et matinal est quant à lui chaque fois saisi de stupeur devant l'harmonie qui se dégage du spectacle, par sa puissance à évoquer l'image du bonheur. Alors, hors toute métaphore, les larmes montent aux yeux, comme la rosée du cœur, le léger brouillard qui estompe alors les formes accroît la magie de ce que le regard voit et l'esprit perçoit. Vivre ces moments et ressentir ces émotions vaudraient, si je savais les rendre tels que je les sens, toutes les explications du monde sur la raison de mes errances.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
nadiouchkanadiouchka   16 janvier 2018
Après Crocq, j’ai le plaisir, en continuant de m’élever sur le plateau de la Courtine, bordure est du plateau de Millevaches (mille evatz, sources dans le patois d’oc local, le nom n’a rien à voir avec l’abondance des femelles du taureau!), de retrouver les bêtes cornues si importantes dans la mythologie de nos ancêtres.
P.144
Commenter  J’apprécie          200
gouelangouelan   03 juin 2016
C’est un des moments privilégiés où rien ne l’emporte sur le bien être ressenti, où l’on a du mal à comprendre l’agitation trop souvent dérisoire des gens, où l’on oublie pour un instant les malheurs du monde et les difficultés du pays, où il n’existe nul endroit où l’on préfèrerait se trouver plutôt que celui où l’on est. (Hauts plateaux d’Auvergne)
Commenter  J’apprécie          170
Videos de Axel Kahn (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Axel Kahn
RDV à Ploemeur au centre culturel Océanis pour ces deux jours de rencontres sous le parrainage d'Axel Kahn, avec plus d'une trentaine d'écrivains voyageurs, 10 cafés littéraires, des conférences, un Espace Jeunesse.
Sans oublier la Grande Librairie au c?ur du salon avec plus de 4000 livres sur la thématique des voyages dans la littérature, les récits et autres carnets, la bande dessinée, etc.
Samedi 27 et dimanche 28 avril de 19 h. Entrée 7?, 10? les 2 jours. Tarif réduit 5/7?. Gratuit pour les - de 16 ans. Petite restauration sur place.
autres livres classés : marcheVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Voyage en Italie

Stendhal a écrit "La Chartreuse de ..." ?

Pavie
Padoue
Parme
Piacenza

14 questions
389 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , voyages , voyage en italieCréer un quiz sur ce livre
.. ..