AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782081208179
300 pages
Flammarion (21/04/2010)
3.73/5   736 notes
Résumé :
Katiba. Quatre touristes occidentaux sont assassinés dans le Sahara. L'attaque est signée al-Qaida au Maghreb islamique, une organisation terroriste implantée dans les anciennes zones d'influence française d'Afrique de l'Ouest. Tout laisse à penser qu'elle veut aller beaucoup plus loin et rêve de frapper la France au cœur.

L'événement est présenté par les médias comme un fait divers tragique mais il met en alerte les services de renseignements, de Wa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (90) Voir plus Ajouter une critique
3,73

sur 736 notes

andman
  08 mai 2015
Les livres d'Histoire retiendront la date du 11 septembre 2001 comme le commencement d'une longue guerre d'un genre nouveau, opposant les forces obscurantistes se réclamant de l'islam radical et les pays occidentaux.
Depuis lors la pieuvre extrémiste dirige ponctuellement ses attaques suicidaires contre les pays qu'elle considère mécréants. Dotée de moyens financiers considérables provenant de trafics en tout genre, elle s'est implantée dans les endroits du monde où les conditions de vie sont les plus extrêmes, l'Afrique notamment.
Une grande partie du roman “Katiba” se situe dans la partie occidentale du Sahel : de la capitale mauritanienne Nouakchott au désert du Ténéré dans le nord du Niger en passant par le centre du Mali et l'extrême sud de l'Algérie.
Cette vaste étendue semi-aride se confond avec le monde des Touaregs au nomadisme déclinant. Du fait de son relief, propice au camouflage de petits groupes mobiles, cette zone géographique est devenue ces dernières années le terrain de prédilection des cellules terroristes d'Al-Qaïda au Maghreg islamique (Aqmi), ces petites unités combattantes aussi appelées katibas.
Alternativement le lecteur est convié dans un lieu infiniment moins poussiéreux, à l'ambiance nettement plus feutrée : le Quai d'Orsay. Ce haut lieu de la diplomatie française est la cible d'une opération djihadiste minutieusement planifiée par le chef d'une katiba sahélienne au charisme irrésistible : Kader Bel Kader.
Le projet d'attentat vise un ministre arabe de passage à Paris et nécessite pour sa réalisation le concours de Jasmine, une fonctionnaire du Quai d'Orsay de nationalité franco-algérienne.
Au tout début de l'intrigue, alors que cette jolie trentenaire atterrit à Nouakchott, elle sait pertinemment que ses moindres faits et gestes sont observés scrupuleusement par les services secrets d'horizons les plus divers, et pourtant elle n'en a cure…
Ce roman de Jean-Christophe Rufin, paru en 2010, est un thriller parfaitement orchestré, d'une incroyable intensité dramatique.
Un puzzle diabolique, fait de pièces éparses réparties dans différents pays, petit à petit se met en place tout en gardant suffisamment de zones d'ombre pour captiver le lecteur jusqu'à l'épilogue haletant au possible.
La prose de l'écrivain est un régal ; voici un petit aperçu de son style, de son aisance à introduire un personnage :
“C'était un de ces grands vieillards du désert qui forcent le respect. Les marques de ce qu'ils ont enduré, le miracle de leur longévité, la sagesse que leur ont conférée des années de privation et de solitude, tout contribue à faire d'eux des reliques vénérables. Il est impossible de leur prêter la moindre intention hostile. Les épreuves paraissent les avoir délivrés de toute énergie pour commettre le mal.”
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          800
kuroineko
  27 juillet 2017
Jean-Christophe Rufin signe avec Katiba un roman prenant et aux intérêts certains et variés.
Il montre en effet l'organisation des cellules islamistes au Maghreb et dans l'Afrique saharienne. J'ai ainsi découvert la signification du titre, qui représente ces camps d'entraînement au jihad disséminés et nomades dans un territoire grand comme l'Europe environ. Il est difficile de se figurer ces immensités désertiques, ces vastes mers de sable émaillées ici et là par des rocs ou quelque vestige d'une occupation humaine à semi enfoui sous les dunes.
Le roman date de 2010 et c'est alors toujours al-Qaïda qui prédomine comme autorité jihadiste au niveau global. Si aujourd'hui AQMI reste d'actualité, l'influence d'al-Qaïda est fortement concurrencée par le groupe État islamique.
En dressant le portrait au quotidien de l'organisation islamiste, l'auteur dépeint également les divergences rencontrées entre les katibas, la multiplicité des personnalités attirées par cet islam radical, etc. La fascination pour l'idéologie mortifère et la phraséologie grandiloquente véhiculées par ce mouvement est correctement dépeint. Et à de quoi faire froid dans le dos au vu de l'actualité de ces dernières années entre attentats et départs pour faire le jihad en Syrie. Difficile de lire la prise de Rufin d'un oeil indifférent.
L'intérêt du contexte finit presque par l'emporter sur celui de l'intrigue elle-même. Ça n'empêche pas le roman d'être captivant. L'auteur mène son histoire tambour battant et multiplie les points de vue, passant du désert saharien aux ors du Quai d'Orsay, de la cellule bruxelloise de l'organisation Providence aux intrications politiques à Washington, en passant par le travail des ONG en Mauritanie. Aucun répit et aucun temps mort pour le lecteur. le tempo est donné dès les premières pages et dure jusqu'à la dernière.
En ce qui concerne les personnages, en dehors de Jasmine et de Kader, j'ai trouvé qu'ils manquaient un peu de profondeur. Peut-être était-ce pour rester concentré sur le suspense; pourtant ça manque un peu de relief. Tout comme l'écriture. J'ignore si Rufin se montre plus littéraire dans ses ouvrages historiques. Ici, sans être plat, le style ne brille pas particulièrement par ses qualités. Quoique... un bémol à mon bémol: certaines descriptions du désert sont très réussies et rendent le caractère spirituel de cette immensité où les forces de la nature écrasent l'homme.
Je n'ai pas lu les enquêtes de Providence dans l'ordre puisque le parfum d'Adam se déroule avant Katiba. Qu'a cela ne tienne, ça ne semble pas un facteur important. Il me tarde également de découvrir la plume historique de Jean-Christophe Rufin. L'Abyssin et Rouge Brésil me font de l'oeil depuis ma bibliothèque.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          412
gonewiththegreen
  30 août 2020
Voilà un livre qu'il est sympa !
Du suspens , des rebondissements, une bonne étude géopolitique , et une écriture certes sobre mais non dénuée de beauté. Bienvenue dans la littérature qui ne se la pète pas, qui distrait tout en restant de qualité.
Dans le Sahara, les Katiba , regroupement de Djihadistes, se multiplient et occupent l'espace sans se faire repérer. Kader, une des leader a d'autres ambitions que le racket local. Il compte user de ses relations avec Jasmine, employée au Quai d'Orsay, qu'il a connue en Mauritanie et aidée par le passé. Parallèlement une agence privée est mise sur le coup et Dimitri , beau gosse qui a la particularité d'être médecin , est chargé de surveiller la ténébreuse Jasmine.
Voilà pour la trame. Vu comme ça , cela ne vend pas du rêve, cela semble un peu convenu. mais ça , c'est juste parce que c'est moi qui vous le raconte.
Monsieur Ruffin fait cela avec talent, exposant sa science sans nous en abrutir . Il nous livre un roman foisonnant, expliquant relativement bien le fonctionnements des groupes armés du Sahara et nous livrant une vision attachante de la Mauritanie.
Un très bon moment de détente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          383
bilodoh
  14 mai 2020
En passant par Nouakchott, un roman de terrorisme et d'agences de renseignements internationales.
Dans le désert de Mauritanie, une « katiba », un camp d'entraînement pour un groupe d'islamistes, des luttes de pouvoirs entre différentes factions du mouvement terroriste.
Une Française qui a séjourné à Nouadhibou en Mauritanie avec son mari diplomate, et qui travaille maintenant à Paris, au service du protocole qui accueille des dirigeants étrangers.
Une agence de renseignements privée a reçu une information au sujet d'un attentat en préparation et envoie des enquêteurs sur le terrain.
Ce sont les ingrédients principaux d'un roman qui tient du thriller et du commentaire social, avec le dépaysement de paysages lointains.
Je n'irai probablement jamais à Nouakchott, mais grâce à la magie de la littérature, un peu de la Mauritanie est entré dans ma carte mentale.
Commenter  J’apprécie          390
MELANYA
  20 septembre 2021
On ne présente plus Jean-Christophe Rufin, écrivain français de nombreux ouvrages, un « homme de terrain » et qui se consacre énormément à des ONG dans le monde entier. C'est lui qui a été le pionnier de « Médecins sans frontières » et a dirigé de nombreuses missions. Il a même été ambassadeur. Un personnage important en somme et dont les récits sont toujours passionnants.
Pourquoi ce titre de « Katiba » ? (en arabe : كتيبة), cela correspond à un bataillon ou à une compagnie. En français, ce nom est utilisé pour désigner une unité ou un camp de combattants lors de plusieurs conflits en Afrique du Nord ainsi que dans le Sahel.
Lorsqu'il y a eu la guerre d'Algérie, c'était une unité de base de l'ALN (la branche armée du FLN), c'est-à-dire l'équivalent d'une « compagnie légère » pouvant compter une centaine d'hommes. Quand la katiba se déplace, elle le fait clandestinement, rapidement. Comme vous pouvez le constater, je suis intéressée par tout cela.
Jean-Christophe Rufin a écrit « Katiba » en référence à AQMI.
Quand il a quitté son poste il a déploré la faiblesse des moyens du Quay d'Orsay ainsi que les actions insuffisantes de la France en Afrique.
J'ai encore donné quelques indications mais il faut penser au récit.
L'histoire débute sur les routes de Mauritanie – des steppes minérales où parfois on peut apercevoir un gamin ou une chèvre…
Puis il y a la traque des assassins de quatre touristes français en Mauritanie, ceci effectué par une agence, « Providence » (que l'on avait déjà vue dans « le Parfum d'Adam »).
Un des principaux personnages est un jeune médecin. Une relation avec J.C. Rufin qui connaît si bien les milieux terroristes et ceux du Renseignement ?
On trouve également la belle Jasmine (en photo sur la couverture du livre), qui a été recrutée dans un Service du Quay d'Orsay. Jasmine est Algérienne mais elle est tiraillée par le poids de deux cultures, de deux pays. C'est autour de son personnage que l'histoire se tisse.
D'un autre côté, il y a la katiba dans laquelle se trouvent des terroristes.
Roman d'espionnage où l'on trouve de l'amour malgré la noirceur du terrorisme, celle du mouvement al Quaida – les paysages faits de déserts, propices à tous les trafics, de toutes les horreurs…. Tout un puzzle à reconstituer.
Dans la « Postface », J.C. Rufin précise que cet ouvrage est une pure fiction. Que les événements qu'il raconte ne se sont pas passés dans le pays où il a été en poste et qu'il n'a utilisé aucune information confidentielle : « Pour autant, un romancier ne peut ignorer ce qu'il doit au réel. Il observe, emmagasine les émotions, les images. » Et c'est ainsi que l'on peut lire de telles histoires terribles, certes, mais qui existent toujours.
Et ça, ce n'est pas imaginaire, pas de la fiction….
J'ai bien aimé la dernière ligne de ce livre passionnant de J.C. Rufin : « Cet homme entre deux mondes, c'est Jasmine. »

Lien : https://www.babelio.com/monp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250

Citations et extraits (48) Voir plus Ajouter une citation
NetherfieldNetherfield   25 juin 2012
Et je me suis retrouvée avec deux haines en moi. Celle de l'Occident, comme tu dis. Et puis l'autre, le négatif de mon espoir perdu. Haine de l'hypocrisie, de l'ordre machiste, haine du viol des consciences par les petits bourgeois du bazar, des bigots, jaloux, aigris, ignorants. Haine des petits voyous qu'ils utilisaient, de ces gamins qui cherchent plus humilié qu'eux pour se donner des airs de toute-puissance. Haine de ceux qui étaient cachés dans l'ombre et qui n'avaient que la mort à semer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
cardabellecardabelle   26 décembre 2016
En descendant de l'Adrar des Iforas, le désert se vallonne.
Il s'obstine à ressembler à un paysage fertile.

Les coteaux et les plaines feraient presque oublier de loin qu'ils ne sont couverts ni de terre ni d'herbe, ni d'arbres ni de buissons mais seulement à perte de vue, de cailloux.

Plus encore vers l'est, l'immensité abandonne toute résistance.

La roche devient sable, la colline dune.

C'est le Ténéré.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          141
kuroinekokuroineko   26 juillet 2017
Le vieillard avait une longue familiarité avec le temps, le temps du désert, dilaté à l'extrême, rythmé par des phénomènes lents, qu'ils soient minuscules comme le pas des bêtes, ou gigantesques comme le basculement des saisons. Rien ne servait de le bousculer. On ne fait pas pousser une plante en tirant sur ses feuilles.
Commenter  J’apprécie          170
cardabellecardabelle   21 décembre 2016

Jusqu'à la fin des années 1960, la Mauritanie était essentiellement un pays de nomades.
Mais, en quelques années, les grandes sécheresses avaient ramené la majorité de la population dans les villes.
Les tentes avaient pourri, les troupeaux étaient morts.
Les nouveaux sédentaires étaient des gens sans repères.
Commenter  J’apprécie          180
Niva8Niva8   02 février 2013
Kader Bel Kader, poursuivit Dan en lisant sa fiche, est né en 1977 dans une tribu commerçante de l'intérieur du Sahara occidental. C'était au lendemain de l'indépendance de la colonie espagnole. Après l'intervention marocaine, il s'est retrouvé avec sa famille dans un camp de réfugiés en Algérie, du côté de Tindouf. Jusqu'à vingt ans, on ne sait pas grand-chose de lui. J'imagine qu'on l'a préparé à devenir un vrai nomade. Ces pauvres gens ne rêvent que de rentrer chez eux. Il a dû apprendre aussi à se battre. Un mouvement de résistance armé, le Polisario, recrute les garçons dans ces camps et les forme à la lutte pour l'indépendance. Mais, à vingt ans, Kader et un de ses frères s'échappent. Ils vont d'abord dans le Mzab, à Ghardaïa. Son frère s'y fixe mais Kader continue sa route et se retrouve à Alger. Il fait des petits boulots sur le port mais ce qu'il veut, c'est étudier. Il passe le bac en candidat libre entre à l'Université. On est en 2000. Il prépare une licence de droit. On se demande bien ce qu'il cherche. Lui aussi, peut-être, car en 2003 il plaque tout sans raison apparente et retourne dans le désert.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Jean-Christophe Rufin (94) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean-Christophe Rufin
Pour sa 14e édition, le Prix Orange du Livre récompense Laurine Roux et son roman L'autre moitié du monde, publié aux éditions du Sonneur.Parmi les 20 ouvrages choisis par le jury fin mars, cinq romans ont été retenus mi-mai et proposés au vote du public sur notre site. Les votes des internautes et du jury, présidé Jean-Christophe Rufin, se sont portés sur le roman de Laurine Roux, L'autre moitié du monde. Tous les détails ici
https://www.lecteurs.com/article/laurine-roux-laureate-du-14e-prix-orange-du-livre-pour-son-roman-lautre-moitie-du-monde/2444303
Suivez Lecteurs.com sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/orange.lecteurs Twitter : https://twitter.com/OrangeLecteurs Instagram : https://www.instagram.com/lecteurs_com/ Youtube : https://www.youtube.com/c/Lecteurs
+ Lire la suite
autres livres classés : terrorismeVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Rouge Brésil - Le quiz détourné...

Une saulaie est...

une pagaie ronde
une plantation de saules

29 questions
108 lecteurs ont répondu
Thème : Rouge Brésil de Jean-Christophe RufinCréer un quiz sur ce livre