AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques-Hubert Martinez (Traducteur)
ISBN : 2258076196
Éditeur : Les Presses De La Cite (06/11/2008)

Note moyenne : 3.22/5 (sur 172 notes)
Résumé :
Naples, 1750. Dans les profondeurs de la nuit, trois hommes armées d'épée pénètrent dans le palais d'un marquis. Leur chef, Di Sangro, l'accuse d'être un imposteur et le somme de lui révéler Le Secret. Mais le marquis prend la fuite, laissant derrière lui un palais en flammes et un Di Sangro jurant vengeance...
Beyrouth, 2006. Mia a à peine le temps de faire connaissance avec sa mère Evelyn, archéologue émérite et passionnée, que celle-ci est enlevée sous ses... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
Pois0n
  12 juillet 2018
Certains héros ne portent pas de cape, comme ces voisins inconnus ayant déposé des livres dans le hall de l'immeuble. Parmi lesquels Eternalis.
Je n'ai pas pour habitude de lire des thrillers ésotériques, mais le résumé était assez prometteur, en tout cas suffisamment pour qu'au lieu de le laisser végéter de longs mois dans mon interminable pile à lire, je l'entame tout de suite.
Au final, si la lecture n'aura pas été véritablement déplaisante, elle n'aura franchement pas été transcendante non plus.
Si vous aimez quand il y a du mystère, des énigmes à résoudre, de la tension et du suspense ou encore de l'action, vous pouvez oublier Eternalis tout de suite, manquant cruellement de peps d'un bout à l'autre.
L'histoire est loooooooooongue à démarrer et à se mettre en place. Mais alors vraiment très, très lente. C'est-à-dire qu'il faut attendre approximativement la moitié du truc pour que les choses deviennent un tant soit peu intéressantes. Et encore... Oubliez tout de suite les mystères issus du fond des âges, les trois quarts de l'intrigue tournent en réalité autour d'un évènement programmé avant même le début de l'intrigue, à savoir une transaction illégale autour d'une antiquité. TOUTES les actions de tous les personnages s'articulent autour d'une façon plus ou moins directe, y compris le fameux enlèvement. Et, comme l'on a droit au point de vue de tout le monde (y compris celui du ravisseur), les tenants et aboutissants de l'histoire sont clairs comme de l'eau de roche dès le départ. Aucun mystère, donc. A partir de là, on se contente donc de suivre les personnages sans réelle empathie, agissant chacun de leur côté mais néanmoins les uns par rapport aux autres au cours d'un récit extrêmement linéaire et sans le moindre rebondissement, pendant que l'auteur tisse le décor.
Le roman souffre aussi d'un « syndrome Wikipédia » assez présent, parfois justifié par l'intrigue (les explications sur le vieillissement), parfois pas du tout (plusieurs pages sur l'histoire de l'ambassade américaine à Beyrouth, sérieusement ?) et de façon tout sauf transparente. Tout s'interrompt d'un coup, et c'est parti pour une tartine de texte à la narration très scolaire, alors que deux lignes plus tôt il était encore question de l'histoire d'enlèvement. Bref, si l'on sent indéniablement que l'auteur a sérieusement potassé ses sujets, les informations sont extrêmement mal intégrées à l'histoire, en cassant le rythme déjà assez pépère...
La même narration froide et mécanique gâche magistralement les quelques passages se voulant mouvementés qui viennent pimenter le récit à l'occasion. On sent clairement que ce n'est pas « le truc » de l'auteur, tant il en ressort une impression de « pif-paf-pan-pan ». En bref, les fusillades comme les encore plus rares empoignades sont plates et peu immersives, la faute en revenant principalement à la narration, détachée, scolaire, dénuée de toute tension et de toute émotion.
Bref, quand on a l'habitude de lire du Cussler à côté, tout ça ne pardonne clairement pas. D'accord, Eternalis n'est pas un roman d'aventure, mais il en reprend davantage la recette que celle d'un pur thriller ésotérique. Les sociétés secrètes ne sont là que pour faire joli, par exemple. Les mystères ne sont là que pour donner une motivation aux personnages, la trame narrative étant à la fois celle d'une course poursuite et course contre la montre. Et point de véritable « enquête » non plus. Des manigances, oui, mais rien de plus.
En soi, ce n'est pas non plus « mauvais ». L'histoire, aussi simple et linéaire soit-elle, tient debout ; le passage d'un protagoniste à l'autre permet au lecteur d'avoir une vision d'ensemble tout en évitant les trous dans la narration ; et si l'on occulte le bla-bla informatif mal intégré et l'action plan-plan, la plume de Raymond Khoury s'avère plutôt efficace pour ce qui est de croquer les réflexions de ses personnages, qui constituent une part non négligeable du truc. Donc oui, ça se lit. Reste que c'est fade...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Vance
  14 août 2009
Avec l'efficacité qu'on lui connaissait depuis le Dernier Templier, Khoury promène son lecteur dans un bassin méditerranéen historique, de l'Inquisition aux Lumières, de Naples à Lisbonne en passant par Paris, jetant un regard aussi émerveillé que franchement critique sur cette société libertine qui, après avoir goûté aux espoirs humanistes, s'abreuvait de connaissances dans une débauche décadente tandis que gronde le peuple. Les palais et hôtels particuliers de Paris contrastent par leurs fastes avec la puanteur d'une Seine surchargée d'immondices flottant entre deux eaux : c'est aussi évocateur que les geôles étouffantes de l'Inquisition dans laquelle oeuvre Sebastian, personnage central de la partie historique, qu'on retrouvera sous différentes identités – dont celle, plus illustre, du comte de Saint-Germain qui époustoufla (bluffa surtout) la cour du roi de France par ses dons prodigieux, son savoir étrange et… sa longévité.
[...]
Des chapitres brefs, où l'action prédomine, un découpage privilégiant le suspense et les variations de rythme (l'agent Corben et Mia, tout en enquêtant pour retrouver Evelyn, sont régulièrement aux prises avec les commanditaires de l'enlèvement : fusillades, explosions et accidents scandent la progression de leurs recherches) : dès que cela commence à tirer en longueur, on saute à une autre époque. C'est parfois frustrant, souvent artificiel, mais cela permet d'entretenir la tension. En revanche, par rapport Dernier Templier, les personnage sont assez mal dépeints : on peine à éprouver de l'empathie pour Mia, pourtant volontaire et courageuse, et on définit mal les contours de la personnalité de Corben, de l'intrigant Kirkwood (représentant des Nations Unies) ou de ce hakim sans nom, entre savant fou et chef maffieux.
[...]
La révélation finale, quoique poétique, est loin de remplir les espoirs qu'on pouvait décemment nourrir tout au long du périple de ces aventuriers : le finale est bien pauvre, malgré quelques discussions intéressantes sur l'opportunité de dévoiler un secret qui bouleverserait la société humaine. Là où Spielberg choisissait de ne pas consumer la magie de la découverte et d'entretenir le mythe dans Indiana Jones & la Dernière Croisade, Khoury dévoile un mystère bien loin des attentes enflammées.
Ca reste divertissant, et efficace.
Lien : http://journal-de-vance.over..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Philippe67
  17 juin 2012
Il y a tous les ingrédients à la mode : action, politique, science, ésotérisme etc.
Sans grande surprise, j'ai été un peu déçu mais ça se lit facilement et on passe un bon moment.
Vite lu, vite oublié : un roman pour l'été.
Commenter  J’apprécie          80
anthony44
  05 janvier 2014
Eternalis est le deuxième roman de l'écrivain Libanais Raymond Khoury. le livre se passe à deux époques différentes l'une dans les années 1750 à Naples où un homme doit fuir face à ces ravisseurs. La deuxième partie du récit se passe de nos jours après la chute de Saddam Hussein en Irak. Mia, une jeune généticienne voit sa mère enlever en plein jour. Elle va tout mettre en oeuvre pour essayer de la faire libérer.
J'avais trouvé le dernier Templier assez classique dans sa structure, avec une fin assez prévisible, j'ai été rassuré avec Eternalis. Certaines péripéties sont assez simples à comprendre et à deviner mais la fin est un peu plus complexe que prévu. Les personnages de Mia et Jim sont assez bien retranscrits (surtout le personnage de Jim qui évite le piège du héros sans peur).Le thème du livre (l'immortalité) est assez travaillé je trouve avec l'Ouroboros néanmoins, j'ai trouvé que l'auteur survolait les événements ayant eu lieu dans les années 1750.
Eternalis est un livre qui se lit sans déplaisir mais qui ne fera pas date dans l'histoire des romans d'aventures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Hanta
  22 novembre 2015
Après la lecture de la case de l'oncle Tom , j'ai choisi de me tourner vers des lectures plus soft. L'auteur est assez connu et je me suis jetée à l'eau, en espérant ne pas être trop déçue ! C'est un thriller proche du genre Da Vinci code: un symbole mystérieux qui recèle un terrible secret, des évènements historiques datant du XVIIIème siècle et qui auront des répercussions sur le présent, une course-poursuite pour se procurer un livre.
L'intrigue est assez intéressante et l'auteur arrive à distiller le suspens, si bien qu'on a envie d'avancer plus vite dans la lecture. Evidemment, on a droit à toutes les péripéties possibles et inimaginables: un médecin fou, des enlèvements, des tortures, des courses-poursuites...dans un cadre original qui est le Moyen-Orient. L'auteur connaît bien le pays et il n'hésite pas à nous donner quelques leçons de géopolitique et son opinion sur les évènements liés au Liban ou la guerre en Irak. On a droit aussi, comme tous les thrillers de ce type, à une enième histoire sur les Templiers et l'alchimie et je suis assez déçue de ce côté, car il reprend des discours maintes fois répétés dans d'autres ouvrages, sites Internet etc...
Le contenu du secret - que je ne révèlerai pas ici - est assez évident même si cela reste très utopique et c'est dommage que l'auteur ait choisi une fin un peu niaise. Toutefois ce qui était intéressant c'est qu'il ne divisait pas les personnages en "bons" et "méchants" : chacun avait ses mobiles et bien souvent, on ne savait vraiment pas qui jouait pour qui réellement ! le style d'écriture est très fluide : les mots glissent tout seuls, même au niveau des scènes de combat !
Bref, une lecture agréable pour les vacances !

Lien : http://leslecturesdehanta.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
VanceVance   11 avril 2010
En exergue :

Lorsqu’un éminent… scientifique affirme qu’une chose est possible, il a presque assurément raison. Lorsqu’il affirme qu’une chose est impossible, il est très probable qu’il ait tort. Arthur C. Clarke
Commenter  J’apprécie          100
MagreeteMagreete   05 février 2014
J'ai un avis assez mitigé sur le livre.
Contrairement à certains livres, il n'y a pas vraiment de passages pendant lesquels on s'ennuie mais il n'y pas non plus de passages pendant lesquels on a hâte de poursuivre la lecture.
L'histoire est vraiment intéressante et passionnante, et elle est bien écrite.
On a affaire à deux suspenses : quelle est la quête ? et qui sont les gentils/les méchants ?
Dommage, on se perd parfois entre les lieux et les personnages et on reste un peu sur sa faim à la fin, une suite ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lau2810lau2810   05 juillet 2017
Imagine, si cela avait été vrai. Imagine comme le monde aurait changé. Quel bienfait pour les hommes ! Plus de temps à passer avec ceux que nous chérissons. Plus de temps pour apprendre, voyager, découvrir... Vivre vraiment.
Commenter  J’apprécie          10
VanceVance   11 avril 2010
Tempus edax, homo edacior. [Le temps dévore ; l’homme dévore plus encore.] Dicton romain.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Raymond Khoury (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raymond Khoury

Manipulations - Raymond Khoury s'adresse à ses lecteurs
L'auteur Raymond Khoury présente son thriller "Manipulations", paru aux éditions Presses de la Cité. En 1979, un jeune scientifique fuit l'URSS pour se réfugier sous une fausse identité aux Etats-Unis, emportant avec lui un antique secret capable d'ébranler l'humanité. Trente ans plus tard, les services secrets russes et américains recherchent un homme d'origine russe, détenteur d'une technologie permettant la manipulation mentale. Sean Reilly, du FBI, mène l'enquête...
autres livres classés : littérature libanaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacRakutenLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1488 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..