AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782207159163
560 pages
Éditeur : Denoël (07/10/2020)

Note moyenne : 4.42/5 (sur 6 notes)
Résumé :


1952. Une météorite s’écrase au large de Washington, dévastant une grande partie de la côte Est des États-Unis et tuant la plupart des habitants dans un rayon de plusieurs centaines de kilomètres. Par chance, Elma York et son mari, Nathaniel, en congé dans les Poconos, échappent au cataclysme et parviennent à rejoindre une base militaire.
Elma, génie mathématique et pilote pendant la Seconde Guerre mondiale, et Nathaniel, ingénieur spatial, te... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
JustAWord
  04 octobre 2020
Après avoir subjugué la presse américaine, The Calculating Stars, premier volume de la trilogie Lady Astronaute, arrive enfin en France !
Publié quasi-simultanément que Lady Astronaute chez Folio-SF, court recueil de nouvelles dans le même univers, le roman de l'américaine Mary Robinette Kowal joue la carte de l'uchronie militante pour emporter les lecteurs au plus près de l'Histoire et des étoiles.
Et tout commence par un météore…
Changement de trajectoire
Nous sommes le 3 Mars 1952 et l'histoire bascule.
Un immense météore percute la Terre et vaporise instantanément Washington et une bonne partie de la côte est des États-Unis.
Si tout le monde croit alors que l'U.R.S.S s'est enfin décidé à ouvrir les hostilités, Nathaniel York, spécialiste en fusée et ingénieur de renom, pense le contraire. Rapidement, avec l'aide de sa femme, Elma York, mathématicienne au NACA, il prouve à ce qu'il reste du gouvernement américain que c'est un météore et non une bombe atomique qui a engendré la catastrophe.
Mais c'est Elma qui découvre alors le danger que tous ont loupé : les conséquences à long terme de cette collision et un réchauffement climatique inéluctable qui mènera à une hausse dramatique des températures terrestres.
Que faire pour éviter l'extinction de l'espèce humaine ?
Ne pas mettre tous ses oeufs dans le même panier !
Devant cette menace, les États-Unis et l'ONU s'engagent dans une course pour la conquête spatiale afin de sauver l'humanité.
Vers les étoiles commence donc comme le récit d'une apocalypse mais change très rapidement son fusil d'épaule pour livrer une uchronie où l'U.R.S.S se disloque et où les ressources de la planète se consacrent entièrement à la conquête spatiale ! de quoi donner un sérieux coup d'accélérateur historique !
Avec une précision et un rythme diaboliques, Mary Robinette Kowal déroule un récit haletant où la rigueur scientifique et les péripéties s'enchaînent de façon fluide et passionnante. Tout ici est crédible, des vols de Mustangs aux épreuves de sélection des astronautes en passant par les divers lancements de fusées. On est happé dès les premières pages par la capacité narrative bluffante de l'autrice non seulement capable de marier l'Histoire avec un grand H et l'histoire fictionnelle de ses personnages mais également de s'engager sur des pistes militantes sans jamais oublier la trame globale qui sous-tend son roman.
Féminisme avant l'heure
Vers les étoiles ne laisse guère entrevoir le véritable plaidoyer féministe qui se cache derrière son titre (contrairement à son titre original The Calculating Stars). Pourtant, c'est le coeur du roman de Mary Robinette Kowal.
Notre narratrice, Elma York, est une des fameuses calculatrices du programme spatial américain, véritable génie des mathématiques capable de calculer trajectoire de vol et vecteurs d'entrée dans l'atmosphère.
Mais Elma reste, avant tout, une femme.
Pour qu'on respecte ses théories et ses compétences, elle doit lutter contre les préjugés de son époque. Une femme, normalement, c'est pour entretenir le domicile familial et élever des enfants. Il faut être belle et aider son mari.
Et sans l'ouvrir si possible. Voire avec l'aide d'un peu d'anxiolytiques.
Mais Elma n'a pas l'intention de se taire, cela malgré sa pathologie. Atteinte d'un trouble panique, elle multiplie les crises d'angoisses et développe ses propres moyens contraphobiques à base de décimales du chiffre Pi et de liste de nombres premiers qu'elle se récite mentalement pour se calmer.
Victime d'une misogynie ordinaire, elle n'abandonne pourtant pas. Épaulée par son mari, allié bienveillant et amoureux touchant (pour une magnifique histoire d'amour de la première à la dernière page), et par d'autres calculatrices dont Myrtle, une femme noire qui lui donne un toit dès après la catastrophe.
Vers les Étoiles illustre le combat d'une femme… non, des femmes !… pour devenir l'égal des hommes dans la conquête spatiale et plus encore. L'entêtement d'Elma York esquissé par la plume militante mais subtile de Mary Robinette Kowal fait des merveilles. En rappelant le harcèlement sexuel et les préjugés misogynes, l'autrice n'oublie pas surtout une chose fondamentale pour sortir de cette ornière : l'importance du modèle.
Elma York deviendra vite la Lady Astronaute, icône pour petites filles et jeunes femmes en manque d'héroïne. Mary Robinette Kowal montre ici sans équivoque que sans modèle, sans montrer que c'est possible, les choses ne changent pas pour les générations futures. En cela, l'américaine pense en trois dimensions temporelles : le passé, le présent et le futur !
Question raciale et climatosceptiques
Non content de ce aspect féministe intelligent et nuancé, Vers les Étoiles intègre d'autres combats essentiels. Comme le signale à plusieurs reprises notre héroïne, si elle n'avait pas rencontré Eugène et Myrtle, le couple noir qui l'héberge après la chute du météore, aurait-elle remarqué que le programme spatial n'incluait aucune femme de couleur ?
Plus discret que l'aspect purement féministe, la question raciale infuse le parcours d'Elma en permettant aussi de rendre honneur aux femmes noires qui ont oeuvré pour la conquête spatiale (à l'image du film Hidden Figures). C'est par la solidarité d'ailleurs que ces combattantes d'un nouveau genre parviennent à être traitées en égaux ou presque, car pour la lutte noire, il reste encore beaucoup à faire dans le monde d'Elma York.
Autre aspect remarquable, le message sur le réchauffement climatique résonne tout particulièrement à l'heure actuelle : comment convaincre les gens du commun de la réalité d'une chose qui n'arrivera que bien des années plus tard ? Que les adversaires d'Elma et de Nathaniel soient des politiques bornés ou de simples citoyens ignorants, le résultat reste le même.
Au fond, pourtant, le roman de Mary Robinette Kowal lance un message d'espoir : sur l'égalité homme/femme, sur l'évolution des mentalités et sur le futur, tout simplement. La capacité, malgré les obstacles, à faire front et à toucher les étoiles, pour accomplir un rêve à la fois personnel et civilisationnel.
Profondément humaine, l'histoire d'Elma York brille par ses personnages nuancés et dont l'histoire s'explique toujours (même si elle n'excuse rien).
Pour un univers où les étoiles ont disparu, sachez que vous verrez briller les astres d'une intensité étrangement familière et rarement vu ailleurs.
Vers les Étoiles emporte tout sur son passage. le lecteur plonge non seulement dans une excellente uchronie mais également dans un grand roman féministe où la tolérance s'applique à tous, quelque soit sa couleur de peau ou son genre. Intelligent, émouvant, passionnant, grandiose.
Mary Robinette Kowal tutoie les étoiles.
N.B :
Pour ceux qui veulent poursuivre l'aventure de Vers les Étoiles, il faut ABSOLUMENT regarder For All Mankind, l'immense série de Ronald D. Moore (que l'on pourrait presque qualifier d'adaptation non officielle) !
Lien : https://justaword.fr/vers-le..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
ErMhaighEo
  21 octobre 2020
Le meilleur est dans la postface... J'attendais beaucoup de cette uchronie avec un pitch vraiment alléchant : la chute d'une météorite en 1952 provoque une catastrophe majeure et une bifurcation du cours de l'histoire vers le lancement d'un programme spatial de grande envergure destiné à sauver l'humanité d'un réchauffement majeur du climat. Dans ce cadre, Elma, mathématicienne de génie et ancienne pilote entend bien devenir la première femme astronaute, malgré le contexte machiste de l'époque. Bref, quelque chose à la manière de "l'étoffe des héros 2.0", mâtiné de post-apocalyptisme.
A mon grand regret le fil de l'histoire oublie rapidement le fait générateur (la chute du météorite) et ses conséquences. Passé les 100 premières pages il n'en est plus question, hormis au travers de quelques vagues allusions et encarts en début de certains chapitres. Les gens continuent à vaquer à leurs occupations de tous les jours, boire des Martinis, faire les courses, etc... Comme si ce qui avait tué les dinosaures restait (presque) sans effet sur les humains. Totalement invraisemblable.
Autre parti pris : le déroulement du programme spatial (premiers vols habités) qui me semble constituer un aspect essentiel de la chose est expédié en quelques trop rares pages disséminées au fil du récit, loin de la vaste fresque qu'on aurait pu espérer type (cf. James Michener "La course aux étoiles"), ou du thriller façon "Apollo 13".
Aux environs de la page 200, les jeux étaient faits : il s'agissait essentiellement d'un plaidoyer militant qui coche toutes les cases du politiquement correct (écolo, féministe, antiraciste...) et dont ce qui précède ne constituait que le décor, une version alternative du film "les figures de l'ombre", rendant hommage à des calculatrices afro-américaines ayant contribué de façon décisive au programme spatial américain et injustement oubliées par l'histoire.
Malheureusement, la défense de la cause d'Elma et de ses collègues n'évite donc pas les préjugés et les clichés de l'Amérique communautariste imprégnée de religiosité : assignation systématique des protagonistes à leur race/genre/religion, références incessantes à Dieu au fil des pages "Dieu m'en est témoin", "Dieu soit béni", etc... et aurait mérité un traitement moins naïf et manichéen.
Nous sont donc infligées d'interminables considérations sur les états d'âme de "Lady Astronaute", son gentil mari, sa tante, ses copines, les sournoises machinations du méchant chef des astronautes, parangon du mâle-blanc-dominateur, les figures fugitives et peu développées des astronautes étrangers (dont le français Lebourgeois) agrémentant le décor pour faire plus multiculturel.
Tout ceci m'a donné l'impression de m'être embarqué dans de la littérature pour ados (ou alors il y avait du second degré que je n'avais pas perçu), en m'obligeant à batailler pour venir à bout du livre.
Ces réserves faites, il s'agit toutefois d'un roman attachant, sympathique et bon enfant restituant de façon plaisante l'ambiance de l'Amérique (alternative) des années 50.
C'est en lisant la note historique et les remerciements à la fin du livre que j'ai constaté que c'était remarquablement documenté, notamment retravaillé avec des experts, des vrais acteurs du programme spatial américain et soumis à la critique de lecteurs avant parution, le tout ayant dû demander un travail très important. Il est d'autant plus regrettable qu'une telle matière ait produit ce résultat pour moi très mitigé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Lutin82
  16 octobre 2020
le roman est extrêmement bien documenté tout en gardant un style d'écriture fluide, contribuant à la grande cohérence d'ensemble. Il embarque d'office les lecteurs dans cette aventure. Mary R. Kowal met en jeu les décisions des organisations soumises aux jeux politiques, soigne les descriptions aussi bien dans la salle des opérations lors de missions dans l'espace, qu'à bord des avions. le passé et le caractère des différents protagonistes sont vraisemblables. En effet, Kowal s'est inspirée de personnalités bien réelles comme Jackie Cochran, pilote lors de la seconde guerre mondiale, fondatrice des WASP, Jerrie Cobb et Bessie Coleman qui a du aller en France pour passer son brevet de pilote en raison de la ségrégation!
Lors des missions spatiales, lectrices et lecteurs en compagnie l'Elma vivent à ses côtés, et même mieux, vivent à travers ses yeux de mathématicienne, comprennent l'importance de son rôle, apprécient l'aspect suranné des cartes perforées pour l'IBM, et appréhendent les difficultés techniques liées à un tel projet. Mary Kowal nous fait vivre toutes ses réussites, tous ces errement de l'intérieur.
Elma est un guide extraordinaire. Non seulement, nous découvrons un monde feutré et spectaculaire, de manière assez intime, mais nous faisons face avec elle à l'adversité d'une société héritière de ses préjugés, d'une conception de la femme limitée aux rôles d'épouses et de mères, accessoirement, elles sont des instruments commodes, et même à l'inimité personnelle à travers ses confrontations avec Parker.
Échappant de peu au néant, cette jeune femme parvient à s'imposer peu à peu comme une évidence, avec un tempérament admirable. Loin d'être la superwoman à l'épreuve de toutes les crasses, de tous les coups durs, Elma York démontre une résilience insoupçonnée, même par elle. le personnage est attachant avec ses doutes, ses coups de mou, son amour pour son époux, et son aspiration pour les étoiles.
Le chemin pour réaliser son rêve s'apparente à un parcours du combattant. Il faut d'abord faire naître une petite étincelle, l'idée que l'espace n'est pas la chasse gardée de la gente masculine, puis maintenir le cap et convaincre qu'il n'y a pas d'ineptie à ce que les femmes goûte au plaisir du vide spatial, et puis comme bien souvent dans un milieu masculin être parmi les meilleurs. J'ai apprécié qu'Elma ne soit pas LA meilleure, que la concurrence existait entre ces dames, et qu'elles n'entretenaient pas forcément de superbes et éternelles amitiés indestructibles
critique plus complète sur mon blog
Lien : https://albdoblog.com/2020/1..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
yogo
  08 octobre 2020
The Calculating Stars, Vers les étoiles pour l'édition française, est un roman multiprimé (prix Hugo Nebula, Locus, Sidewise) de l'américaine Mary Robinette Kowal. Entre la Hard-SF et l'uchronie, l'autrice nous relate différents combats sociaux sur fond de course à l'espace dans un contexte (relativement peu) différent de notre Histoire.
Le point de divergence de l'Histoire est la chute d'une météorite, le 3 mars 1952, dans l'océan Atlantique, non loin des côtes américaines, dévastant une grande partie de la côte est des Etats-Unis et anéantissant l'ensemble du gouvernement américain. (Et si vous êtes attentifs, vous verrez que l'uchronie a débuté bien avant la chute de la météorite, mais cette catastrophe reste l'élément déclencheur de la nouvelle Histoire). Incendies gigantesques et effroyables tsunamis sont les premières conséquences, mais le climat se trouve bouleversé à tout jamais avec une Terre devenant possiblement inhabitable à court terme. L'espace reste le seul espoir pour l'humanité. Une coalition internationale voit le jour et la course à l'espace peut commencer.
Vers les étoiles se concentre sur Elma York ou plutôt Dr York. En effet, docteur en physique, génie des mathématiques (les équations et calculs sont innés chez elle !), ancienne pilote des WASPs durant la seconde guerre mondiale elle rêve d'aller tutoyer les étoiles. Mais il n'est pas facile d'être une femme dans les années 50.
Vers les étoiles est un roman étonnant. Je ne m'attendais pas du tout à ce genre de récit et ce fut une très agréable surprise. Tout en douceur, en finesse, l'autrice fait passer des messages forts sans tomber dans les clichés. L'écriture est fluide, l'histoire intense, prenante, avec une galerie de personnages plus savoureux les uns que les autres, d'Elma York aux "seconds rôles". C'est aussi un roman scientifique qui fait la part belle aux mathématicien(ne)s. le lancement des fusées comme les trajectoires orbitales y sont décrits minutieusement tout en restant compréhensibles.
Mary Robinette Kowal aborde de nombreux thèmes autour des discriminations. La misogynie est la règle et les femmes ont du mal à se faire une place, leurs compétences étant souvent minorées. La population noire est elle aussi laissée dans l'oubli et quand vous êtes une femme noire... Racisme et antisémitisme sont au coeur du roman, mais elle parle aussi de changement climatique (avec son lot de climatosceptiques) et de la réfutation des scientifiques. le seul bémol est peut-être le côté post-apocalyptique qui est délaissé, on le survole au début du roman avant qu'il ne disparaisse complètement face aux enjeux scientifiques et sociétaux.
Pour conclure, Vers les Etoiles de Mary Robinette Kowal est un véritable coup de coeur. Originale et surprenante, cette uchronie à la douce ambiance rétrofuturiste nous fait rêver et réfléchir.

NB : Vous pourrez poursuivre l'aventure en lisant le recueil Lady Astronaute, qui contient cinq nouvelles se déroulant dans le même univers.

Lien : https://les-lectures-du-maki..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
JustAWordJustAWord   04 octobre 2020
Ces petites filles me croyaient capable de tout. Elles me croyaient capable d’aller sur la Lune. Et grâce à ça, elles se croyaient capables d’y aller elles aussi. Voilà pourquoi je devais continuer. À leur âge, j’aurais eu besoin de quelqu’un comme moi. D’une femme comme moi.
Commenter  J’apprécie          100
JustAWordJustAWord   04 octobre 2020
Je suis une femme intelligente. J’avais bien conscience de ne rien risquer, rien du tout. Vraiment.
Et pourtant… pourtant, entrer au lycée à l’âge de onze ans. Être la seule fille du cours de mathématiques. Systématiquement. Aller à la fac à quatorze ans. Subir la curiosité générale parce qu’on est douée en calcul mental. Se faire détester des garçons, détester au plus haut point, parce qu’on ne se trompe jamais en classe. Servir d’outil aux professeurs, les uns après les autres.
“Réfléchissez ! Même cette petite fille connait la réponse.”
Quand j’ai quitté la fac, j’étais prête à tout pour éviter de prendre la parole en public.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Mary Robinette Kowal (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mary Robinette Kowal
C'est peu dire que ce roman est attendu ! Paru en 2018 aux États-Unis, voici enfin l'oeuvre de Mary Robinette Kowal en français chez Denoël. L'ouvrage a obtenu le prix Hugo du meilleur roman 2019, le prix Nebula du meilleur roman 2018, le prix Locus du meilleur roman de science-fiction 2019 et le prix Sidewise 2018. Rien que ça ! Et il est le premier roman de la série Lady Astronaut.
Ce chapitre est lu par Pascal et Colombe Godbillon.
autres livres classés : uchronieVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
3238 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre