AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782757820919
256 pages
Points (10/11/2010)
3.74/5   127 notes
Résumé :
A l'image de l'auteur (Vonnegut est en effet considéré par la presse underground US comme le véritable gourou de la génération anti-Vietnam), Jonas est animé d'une curiosité maniaque à l'égard de tout ce qui a pu se passer dans le monde au moment précis où le champignon atomique se formait au-dessus d'Hiroshima.

Une longue enquête va mener notre héros, lancé sur les traces des enfants de l'une des « Pères » de la bombe, le Dr Hoeniker, dans une inénar... >Voir plus
Que lire après Le berceau du chatVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
3,74

sur 127 notes
5
2 avis
4
3 avis
3
2 avis
2
2 avis
1
0 avis


« Rien dans ce livre n'est vrai ».

C'est l'incipit de cet excellent livre décapant et pessimiste de l'auteur d'Abattoir 5 (dont j'ai lu de magnifiques critiques enthousiastes sur Babelio) publié en 1963, soit deux ans avant Abattoir 5.

Un livre qui est découpé en parties très courtes (il y en a 127 au total!) et débute comme une chronique à l'humour impassible, aux situations absurdes, et aux personnages improbables. Mais progressivement le lecteur découvre derrière ce récit loufoque, une critique acerbe de la bêtise humaine, de l'absurdité de la guerre, du mensonge des religions, bref de toutes ces inventions que l'homme a faites pour se donner l'illusion de son pouvoir, de son sentiment d'être un « élu », de sa vie après la mort, de la supériorité de son groupe, quel qu'il soit, sur les autres groupes humains, bref de tous ces mensonges que l'homme a créés pour justifier ses actions, et pour donner du sens à sa vie, de ces illusions dont le jeu de ficelle qu'est le berceau du chat est le symbole.

Le narrateur est Jonas, journaliste qui projette d'écrire un livre sur ce que faisait le Docteur Hoenicker, le père de la bombe atomique, ainsi que sa famille, le jour où la première bombe entraîna la destruction complète d'Hiroshima.
Son enquête va le conduire vers le laboratoire où travaillait Hoenicker, puis à la rencontre de ses enfants, Newt, Angela et Franck. Il obtiendra des réponses un peu étranges des deux premiers, puis, partira vers une République « bananière » des Caraïbes, la République de San Lorenzo, où Franck Hoenicker est devenu l'adjoint du Président « Papa » Manzano, un Dictateur d'opérette, dont le principal intérêt pour Jonas est qu'il a une fille adoptive superbe.
Dans cette île, une religion nouvelle a été inventée par un certain Bokonon. Elle est interdite par le Dictateur, et ses adeptes persécutés.
Les préceptes des « Livres de Bokonon », cités par le narrateur, font faire un contrepoint permanent au récit. Ce sont parfois de petits poèmes rimés et loufoques. Ils font d'abord sourire ou même rire par leur humour absurde, mais très vite, le lecteur réalise que l'auteur nous fait une critique acerbe de la bêtise et du mensonge des humains, des religions, des guerres, et de sa conviction du caractère inéluctable de la fin de l'humanité.
Ainsi cette phrase qui est terrible et d'actualité, en ces temps d'emballement du dérèglement climatique, et de guerres absurdes et meurtrières:
"Et je me rappelai le Quatorzième Livre de Bokonon, que j'avais lu intégralement la veille. le Quatorzième Livre est intitulé « Existe-t-il, pour un Homme Réfléchi, une Seule Raison d'Espérer en l'Humanité sur Terre, Compte Tenu de l'Expérience du Dernier Million d'Années ? »
Le Quatorzième Livre n'est pas long à lire. Il consiste en un seul mot : « Non. »"

La suite des aventures fait intervenir une autre découverte du Docteur Hoenicker, la glace-9 (que possèdent les enfants du savant), et qui transforme en glace incroyablement dure tout ce avec lequel elle rentre en contact.

Et l'issue brutale et apocalyptique de cette fable n'est finalement qu'une image de ce qui attend notre humanité, à part qu'avec l'effet de serre, ce sera un peu plus long.
Le livre se conclut par les dernières lignes que Bokonon a rédigé pour terminer ces « Livres », en fait totalement anti-religieux , impitoyables pour la bêtise humaine, et pour « Qui vous savez », ah, oui, vous savez, celui dont on dit « Notre Père, qui êtes aux Cieux…. »

«Si j'étais plus jeune, j'écrirais une histoire de la bêtise humaine ; et je monterais jusqu'au sommet du mont McCabe, où je m'allongerais sur le dos avec mon histoire en guise d'oreiller ; et je prendrais par terre un peu du poison bleuâtre qui transforme les hommes en statues ; et je me transformerais en un gisant au sourire sardonique, un pied de nez dressé vers Qui-vous-savez. »

Voilà un livre qui pousse la caricature jusqu'à l'absurde, mais si, comme l'écrit Vonnegut en préambule, « Dans ce livre rien n'est vrai », la folie des humains et leurs mensonges religieux, politiques, racistes, etc.. sont bien réels.

Et dernière remarque, l'humour parfois avec de gros sabots, lui, est inénarrable, il faut lire le livre pour le goûter…ou pas. Moi, j'ai aimé, mais je conçois que ça ne plaise pas à tout le monde.



Commenter  J’apprécie          243
Le journaliste Jonas s'est mis dans l'idée d'écrire une biographie du Dr Hoenikker, un des pères de la bombe atomique américaine. Il est décédé… Aussi Jonas entreprend-t-il de recueillir les informations nécessaire à son travail. Ils sont trois : Newton, un nain contrefait, Angèla, en dehors de son époque mais surtout complètement étrangère aux questionnements du journaliste fouineur. Reste Franklin, le rebelle…

Il s'est réfugié sur une île des Caraïbes, San Lorenzo ; une île dirigée d'une main de fer par « Papa Manzanon » ; une île où la religion d'état est catholique mais où règne dans la clandestinité et dans l'âme des habitants, Bokonon un gourou ami de Franklin dont la « philosophie » consiste à élever le mensonge au niveau d'un art.
Cette « enquête » sera l'occasion pour Jonas de découvrir que les enfants d'Honikker ont gardé en leur possession la dernière invention de leur père : la Glace-9, capable de rendre solide, tout ce qui est liquide. On imagine aisément l'horreur de la découverte quand on pense qu'elle est potentiellement entre les mains d'une secte : la secte de Bokonon…

Comme on peut le constater, un sujet racoleur, certes, mais non dénué d'interêt ; d'autant qu'il porte en second niveau de lecture tout un questionnement non moins intéressant sur l'humanité, le pouvoir, la religion, la science…néanmoins, à mon goût, un livre difficile à lire…

La police de caractère de mon exemplaire « Points Seuil », petite, tassée y est sans doute pour quelque chose. Néanmoins, un style qui ne m'emporte pas… J'ai cru comprendre que certains lecteurs accusent également la traduction. Peut-être…
Dommage.
Commenter  J’apprécie          170
Raconté avec un humour pince-sans-rire et une ironie amère, le conte culte de Kurt Vonnegut sur la destruction mondiale (écrit il y a si longtemps) se nourrit de nos angoisses actuelles...d'assister à Armageddon et, pire encore, d'y survivre...
le Dr Felix Hoenikker, l'un des pères de la bombe atomique, a laissé un héritage mortel au monde. Car il est l'inventeur de ce produit chimique mortel capable de geler la planète entière. La recherche de sa localisation mène aux trois enfants excentriques de Hoenikker, à un dictateur fou dans les Caraïbes, à la folie. le souhait de mort de Felix Hoenikker se réalise lorsque son dernier cadeau fatal à l'humanité entraîne la fin, qui pour nous tous, est proche…
Mes pensées
«Le tigre doit chasser, l'oiseau doit voler;
L'homme doit s'asseoir et se demander "pourquoi, pourquoi, pourquoi?"
Le tigre s'est endormi, l'oiseau a atterri;
L'homme doit se dire qu'il comprend."
le berceau du chat est raconté du point de vue d'un journaliste qui veut écrire un livre sur le jour de la fin du monde- le jour où la bombe atomique a été larguée sur Hiroshima. Il essaie d'entrer en contact avec des proches de feu le Dr Felix Hoenikker, qui avait travaillé sur la bombe. Au cours de cette recherche, il apprend que Hoenikker avait créé une autre arme mortelle avant sa mort : la glace-neuf, qui au contact de n'importe quelle eau la gèlera de façon permanente. Et il y a trois flacons de ce truc qui existent maintenant, quelque part.
lLe livre est une satire des faiblesses de l'humanité et de tout ce cirque - comme le fait que nous devions simplement utiliser notre cognition avancée pour créer une technologie qui peut détruire le monde entier, au lieu de faire quelque chose de productif.
Vonnegut commente à peu près tout ce qui ne va pas: le patriotisme superficiel en contexte de guerre, les gouvernements, la religion. le roman est entrecoupé d'extraits des Livres sacrés de Bokonon, de cette religion fictive le Bokonisme , qui est en grande partie le porte-parole de certaines des meilleures citations:
« Je me suis souvenu du Quatorzième Livre de Bokonon, que j'avais lu dans son intégralité la nuit précédente. le quatorzième livre s'intitule Qu'est-ce qu'un homme réfléchi peut espérer pour l'humanité sur Terre, compte tenu de l'expérience des millions d'années passées ?
Il ne faut pas longtemps pour lire le Quatorzième Livre. Il se compose d'un mot et d'un point: 'Rien.'"
« Pas étonnant que les enfants deviennent fous. le berceau d'un chat n'est rien d'autre qu'un tas de X entre les mains de quelqu'un, et les petits enfants regardent et regardent et regardent tous ces X. . .”
"Et?"
"Pas de putain de chat, et pas de putain de berceau."

le berceau du chat est un fantasme irrévérencieux et souvent très divertissant sur l'irresponsabilité ludique des scientifiques nucléaires. C'est le meilleur de la satire, un travail d'un ordre beaucoup plus engageant et significatif que les tripes mélodramatiques que la plupart des critiques semblent considérer comme sérieuses.
Lien : http://holophernes.over-blog..
Commenter  J’apprécie          120
Jonas est journaliste et souhaite écrire un livre sur la journée du 6 août 1945, celle de la première bombe atomique. Pour cela il s'intéresse à tous les évènements annexes à ceux d'Hiroshima, notamment au vécu de la famille Hoenikker, dont le patriarche est considéré comme le père de la bombe. Ce dernier et sa femme sont certes décédés, mais leurs enfants sont toujours en vie. Il y a Newton, le cadet, frappé de nanisme et bien trop jeune le jour-dit pour aller au-delà de simples anecdotes familiales. Il y a Angela, l'aînée, maîtresse de la maison Hoenikker depuis la mort de sa mère, et incapable de prendre la mesure des activités de son père. Et il y a Franklin, le rebelle, qui s'est réfugié sur l'île de San Lorenzo, petite république des Caraïbes, dirigée d'une main de fer par « Papa » Manzano.
Jonas enquête donc en interrogeant les trois enfants Hoenikker. Sa rencontre avec Franklin est tout particulièrement marquante parce que celui-ci est assisté par Bokonon, un gourou local dont la doctrine s'appuie sur l'idée que le mensonge doit diriger toute vie puisque celui-ci « te fait brave et agréable, il te fait bien portant et heureux ». Cela va même jusqu'à l'organisation par Bokonon lui-même de l'interdiction de cette religion à San Lorenzo, le châtiment étant le supplice du croc, une éventration en place publique. C'est ainsi que tous les habitants de San Lorenzo sont bokononistes mais qu'ils le taisent, la religion officielle de la République étant le catholicisme.
Jonas découvre en outre que les enfants Hoenikker détiennent l'une des dernières inventions de leur père, la glace-9, dont la propriété majeure est de transformer en solide ce qui est liquide. Avec cette découverte, il comprend également que Félix Hoenikker était un véritable enfant asocial, ses découvertes scientifiques ayant été pour lui de véritables jeux dont les implications lui échappaient totalement. On sait ce que cela a donné avec la bombe atomique ; on imagine les implications potentielles de la glace-9, surtout entre les mains d'une secte.
Tout cela le lecteur le découvre au travers d'une centaine de courts chapitres au style particulièrement travaillé. Avec cette intrigue pour le moins loufoque, Kurt VONNEGUT démontre son sens de l'absurde et du cynisme, six ans avant son oeuvre majeure, Abattoir 5. Sous sa plume, chaque idée est un sujet de réflexion pour le lecteur, l'ensemble constituant une démolition méthodique des travers du monde moderne et une démonstration de la bêtise humaine.
Le berceau du chat est donc une nouvelle oeuvre marquante de cet auteur. Elle est certes pessimiste, mais elle est aussi particulièrement bien construite et écrite. Surtout, son propos est d'une intelligence rare dont il serait dommage de se priver, même près de cinquante ans après sa première publication.
Commenter  J’apprécie          40
En voulant élargir mon horizon de lecture vers la science-fiction, je suis tombée sur ce titre étrange. Deux aspects m'ont retenu : la curiosité et le style d'écriture léger, fluide et un brin humoristique que j'ai senti au niveau des premières lignes.
Je pense que j'aurai dû passer directement à autre chose plutôt que de persévérer jusqu'au bout de cette lecture. L'auteur nous raconte les aventures rocambolesques de Jonas, un apprenti-journaliste : ses recherches l'entraînent sur les traces des enfants du Dr. Hoenikker et le mènent sur l'île de San Lorenzo, soumis à la dictature de Papa Monzano et à l'influence d'une religion étrange nommée le bokononisme.
L'auteur dénonce le fanatisme sous toutes ses formes : d'abord, l'aveuglement de certains scientifiques, obnubilés par la recherche pure au point de fabriquer des armes capables de détruire l'humanité (comme la bombe atomique ou la glace 9) mais également le fanatisme religieux qui, poussé à son extrême, peut entraîner au suicide de masse. L'un comme l'autre est révélateur de la bêtise humaine : dans ce récit, celle-ci conduit à la destruction de toute forme de vie sur Terre.
Mais malgré ces thèmes intéressants, je n'ai pas aimé cette histoire médiocre qui oscille entre plusieurs genres : est-ce une satire sociale ? ou un récit d'anticipation ? ou un roman de science-fiction absurde et humoristique comme ceux de Douglas Adams ? Au bout de quelques pages, l'auteur n'a plus réussi à me captiver, et l'ensemble c'est-à-dire le style d'écriture, les péripéties et multiples citations tirées du livre de Bokonon ont étouffé toute ma motivation.
Un conseil : passez votre chemin, à moins d'être un grand (grand) fan de SF !!!
Lien : http://leslecturesdehanta.co..
Commenter  J’apprécie          50

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
Et je me rappelai le Quatorzième Livre de Bokonon, que j’avais lu intégralement la veille. Le Quatorzième Livre est intitulé « Existe-t-il, pour un Homme Réfléchi, une Seule Raison d’Espérer en l’Humanité sur Terre, Compte Tenu de l’Expérience du Dernier Million d’Années ? » Le Quatorzième Livre n’est pas long à lire. Il consiste en un seul mot : " Non ".


Commenter  J’apprécie          210
– Lorsqu’un homme se fait écrivain, j’estime qu’il assume comme une obligation sacrée le devoir de produire de la beauté, de la lumière et du réconfort, et au galop encore !
– Je ne puis m’empêcher de penser au total désarroi de l’humanité si du jour au lendemain il n’y avait plus de nouveaux livres, de nouvelles pièces, de nouvelles histoires, de nouveaux poèmes …
– Et vous sentiriez fier quand les gens commenceraient à mourir comme des mouches ? demandai -je.
– Ils mourraient plutôt comme des chiens enragés, je crois – la bave aux lèvres, en montrant les dents et en se mordant la queue.
Je me tournai vers Castle père. « Monsieur, comment meurt un homme lorsqu’il est privé des consolations de la littérature ?
– Il y a deux façons possibles, dit-il : pétrification du cœur ou atrophie du système nerveux.
– Ni l’une ni l’autre ne doit être bien agréable, j’imagine.
– Non , dit Castle l’ancien. pour l’amour de Dieu, continuez à écrire tous les deux!
Commenter  J’apprécie          60
" Méfiez-vous de celui qui travaille dur pour apprendre quelque chose et qui, l'ayant appris, ne se trouve pas plus sage qu'auparavant, nous dit Bokonon. Celui-là nourrit un ressentiment meurtrier contre ceux qui sont ignorants sans avoir eu à se donner du mal pour atteindre à l'ignorance."
Commenter  J’apprécie          130
Avant de prendre la mesure de nos élans passionnels, toutefois, nous bavardâmes [avec Sandra, la putain ]. [...]Du pape et du contrôle des naissances, de Hitler et des juifs. Des fumistes et des imposteurs. De la vérité. Des gangsters. Des affaires. Nous parlâmes des types sympas qui passent à la chaise électrique et des salauds de riches qui y coupent. Des chrétiens pratiquants affligés de perversions sexuelles. Bref, de tas de choses.
Nous bûmes beaucoup trop.
Commenter  J’apprécie          30
Appelez-moi Jonas. C'est ce que firent mes parents, ou presque. Ils me baptisèrent John.
Jonas, John, s'ils m'avaient appelé Sam, je n'en aurais pas moins été un Joans - non parce que j'ai souffert pour d'autres, mais parce que quelqu'un ou quelque chose m'a forcé à me trouver immanquablement en certains lieux et en temps voulu. Tantôt traditionnels, tantôt insolites, moyens de transport et motivations m'ont été fournis de telle sorte que le Jonas que j'étais fut toujours présent à la seconde et à l'endroit prévus par leur plan.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Kurt Vonnegut (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Kurt Vonnegut
Abattoir 5 - Bande-annonce VF Abattoir cinq / Slaughterhouse five (1972), film de science-fiction George Roy Hill, basé sur le roman de Kurt Vonnegut Jr.
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (364) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4759 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..