AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2253086312
Éditeur : Le Livre de Poche (01/09/2016)

Note moyenne : 3.41/5 (sur 102 notes)
Résumé :
Nord de la Suède. Un pêcheur découvre le cadavre torturé d'une femme au bord d'un lac gelé. La belle Inna Wattrang était la porte-parole de Mauri Kallis, un célèbre industriel dont l'ascension et la réussite fascinent le pays.
Les indices sont minces : les deux inspecteurs de la police judiciaire de Kiruna font appel à l'ex-avocate Rebecka Martinsson, devenue substitut du procureur, pour tenter d'élucider les relations troubles entre Kallis et son employée.>Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
Souri7
  19 juillet 2017
Troisième opus mettant en scène Rebecka Martisson.

Un an et demi après les aventures du roman le sang versé, Rebecka a connu un grand chamboulement dans sa vie. Hospitalisée dans un asile psychiatrique, Rebecka a démissionné de son travail bien rémunéré d'avocate fiscaliste à Stockholm afin de devenir substitut du procureur dans sa petite ville perdue au milieu de nulle part : Kiruna.
Très peu de temps après, Rebecka doit se charger d'une enquête criminelle aux connexions économiques et internationales sans pareille. En effet, le corps d'Inna Wattrang, porte-parole et amie de Mauri Kallis est retrouvée dans un petit abri au milieu d'une rivière. Les indices conduisent les deux inspecteurs (Anna-Maria Mella et Sven-Erik Stalnacke) dans un imbroglio qui auraient des ramifications insoupçonnées. Rebecka Martinsson malgré sa fragilité psychique décide de leur apporter son aide... Seulement, à trop creuser on trouve... et en trouvant, on réveille la bête....

Ce troisième roman est sans hésitation le meilleur des trois. Après deux premiers romans ayant des intrigues similaires de pasteurs assassinés, Asa Larsson nous propose ici un thriller psychologique et géopolitique des plus saisissant et des plus incroyable.🙂 L'intrigue policière permet de mettre en exergue des contrastes sociaux, économiques et mondiaux. L'auteur semble prendre un plaisir manifeste à nous donner un exemple flagrant de l'effet papillon 😈 : un simple crime dans une petite bourgade méconnue de Suède où les températures sont en dessous de - 20°C et les effets explosifs et sanglants dans un pays d'Afrique (où les températures sont souvent au-dessus de 20°C) 😃. Ce jeu de contraste est encore repris d'un point de vue social avec le personnage de Mauri Kallis, arrêté dans sa jeunesse pour un vol et devenu une des plus grandes personnalités financières de Suède (un peu à la mode IKEA) : l'auteur au travers de flash-back nous permet de découvrir l'ascension sociale de ce personnage et les effets quasi addictifs que génère ce pouvoir.
Asa Larsson aborde aussi des thèmes assez durs comme la guerre dans des pays instables d'Afrique et sur leurs causes : désir de se maintenir au pouvoir pour les leader actuel, enrichissement personnel, financement des guérillas par des groupements financiers internationaux et incapacité des autorités internationales de cesser tout cela.

L'aspect géopolitique est vraiment des plus passionnant... Seulement, l'enquête policière est malheureusement fade et vite résolue par le lecteur 😞. Comme toujours, sous forme de flash-back précédent l'assassinat, le lecteur découvre la victime et les raisons de sa mort. Les personnages de suspects potentiels sont caricaturaux par moment avec au choix, le parvenu devenu milliardaire en quête d'encore plus de puissance, l'associé incapable et drogué, l'épouse effacée ...
Asa Larsson a bien tenté d'apporter une touche "mystérieuse" à son roman via son personnage d'Ester, une jeune femme étrange et capable d'avoir des visions concernant le passé et le futur. Cela aura pour conséquence une scène d'anthologie où Ester jouera un rôle essentiel .... Mais laissera le lecteur dubitatif...

Enfin, parlons un peu du personnage récurent : Rebecka Martinsson. Tout d'abord, c'est à se demander si Asa Larsson apprécie son personnage quand on découvre les péripéties d'Horreur Boréale et le sang versé 😈. Nous avons un personnage en début de livre complètement détruite psychologiquement et borderline.
Ensuite, depuis trois romans, je suis sceptique quant à la relation entre Rebecka et Mans qui est à la limite des amours de cour d'école. Nous avons deux personnages qui sont attirés l'un par l'autre, mais aucun des deux n'ose faire le premier pas.... Quand on sait que Rebecka est une femme qui s'est faite seule et que Mans dirige un des plus grands cabinets juridiques de Suède, on est en droit de ne pas y croire...

Globalement, une intrigue policière passionnante écrite avec un style frais et vif (même si la Suède est coutumière d'un temps frais et vif). Je comprends l'engouement des lecteurs pour cet auteur et son univers atypique. le dépaysement est garanti. Par contre, l'intrigue policière en elle-même manque de fond. Pour un lecteur averti aimant comprendre et résoudre les choses au fil de sa lecture, le challenge n'est pas là.
Bon, je continue sur ma lancée ... et je vais poursuivre l'aventure avec le suivant : Tant que dure ta colère. 😊 Lire les aventures de Rebecka Larsson ont un effet climatisation incroyable avec cette chaleur. 😛
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          794
nameless
  14 août 2017
Au nord de la Suède, la Laponie. Au coeur du territoire Sami, Kiruna, c'est dans cette petite ville et ses environs qu'Asa Larsson plante les intrigues de ses romans. La piste noire est le 3ème opus de la série Rebecka Martinsson, que peuvent lire même sans « previously » les lecteurs qui ont zappé les deux premiers. En ce qui me concerne, j'ai, il y a quelques années commencé Horreur boréale, et l'ai abandonné en cours de route, victime de narcolepsie. J'ai donc attaqué ce roman avec une certaine prudence, accentuée par la communication éditoriale dithyrambique faite autour de la série : « La reine suédoise du thriller psychologique», « Série suédoise culte, 4 millions de lecteurs conquis ». Des reines du genre, le polar notamment scandinave, en a sacré une infinité. Et la majorité n'a pas toujours raison, n'est-ce pas ?
Il s'agit bien d'un roman policier avec meurtres et flics, certes. Mais au-delà de l'enquête, dont la résolution s'avère assez simple au cours d'un épilogue spectaculaire très bien construit, Asa Larsson nous invite à découvrir un territoire en détresse, la Laponie, dont elle décrit les paysages, le mode de vie de ses habitants et leurs coutumes, quelque peu esquintés par le tourisme et les exactions d'Etat, on la sent très attachée à ses origines. Elle nous fait entrer dans une famille, les Wattrang, dont le frère Diddi et la soeur Inna, nés dans l'abondance mais finalement désargentés, deviennent opportunistement amis avec Mauri Kallis, rencontré lors des études de Diddi. Mauri est né dans une famille catastrophique. Placé dès son plus jeune âge, il a développé très tôt, parce qu'il a une revanche sociale à prendre, son aptitude à faire fructifier l'argent, d'abord modestement, puis par le biais de spéculations financières hasardeuses, achat et revente de concessions minières possiblement miraculeuses. De fil en aiguille dans cette activité douteuse, l'Afrique est devenue inévitable, avec ses pays aux sous-sols si riches et convoités, mais politiquement et socialement instables et surtout pauvres et exploités. Des mercenaires sont prêts à fomenter un coup d'Etat pour protéger les intérêts privés miniers de celui qui paye, peu importe qui il est. C'est donc l'Afrique qui donne son titre au roman, mais il pourrait aussi s'agir d'une piste de ski spécialement dangereuse, glissante et casse-gueule.
J'ai particulièrement apprécié le mode narratif choisi ; on découvre successivement les personnages dans le présent de l'enquête avant qu'ils livrent des souvenirs de leur enfance, récits d'anecdotes qui les rendent humainement vulnérables. Je me suis attachée à Rebecka qui fait ce qu'elle peut pour surmonter un accident de service préalablement subi, ainsi qu'aux enquêteurs, Anna-Maria et Sven-Erik, qui font leur job le mieux possible. Le rythme est lent, la traduction sans doute excellente, l'intrigue bien ficelée.
Au final, une très bonne découverte, qui efface l'échec de mon premier contact avec cette auteure. Culte, je l'ignore. En tout cas, j'ai décidé de poursuivre l'exploration de son univers littéraire avec Tant que dure ta colère, et En sacrifice de Moloch, sans revenir sur ses deux premiers romans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          461
Yumiko
  13 octobre 2015
Comme une envie de continuer avec un polar, du coup j'ai poursuivi avec ce roman qui m'a été prêté depuis un moment. Il est vrai que j'ai toujours eu un peu de la peine avec les auteurs nordiques, mais comme certains ont été de superbes découvertes, je suis partie plutôt confiante dans la lecture de ce roman. Malheureusement, j'ai très rapidement déchanté...
Pourtant il faut admettre que de nombreuses idées sont excellentes! Si cette histoire fait partie d'une série, ce tome peut être lu complètement indépendamment des précédents et notre compréhension n'est en rien entachée car les événements ne sont pas liés entre eux. Donc revenons à cette enquête. Nous voilà avec le cadavre d'une jeune femme inconnue, un cadavre qui va nous mener dans des histoires politiques, économiques et financières assez sombres. Et c'est là que pour moi, cela s'est vraiment gâté... J'ai eu énormément de peine avec ce côté de l'histoire! Il faut dire que ces éléments prennent une place énorme et donnent une impression de déjà-vu durant tout le roman...
Car oui, le lecteur comprend assez vite les dessous de table et les bases des différents contrats, donc il n'est pas vraiment nécessaire de revenir sur le sujet tout du long, surtout que cela se fait au détriment de l'enquête elle-même. Inutile de vous dire que le responsable de tout cela est facilement identifiable, pensez argent et intérêts et vous trouverez rapidement... En somme, rien de bien neuf dans cette histoire et c'est mon plus grand reproche, car si déjà le récit n'a rien d'original, il vaut mieux au moins y inclure une bonne dose d'action histoire de garder l'intérêt du lecteur, ce qui n'est pas le cas.
Au niveau des personnages, nous avons une belle brochette de personnes au passé trouble et à la psychologie défaillante. Ne vous y trompez pas, c'est bien la grande qualité de ce livre! Je trouve juste dommage que la seule personne ayant des dons intrigants ne soit finalement qu'un prétexte à amener un petit élément en plus dans le récit sans qu'elle ne prenne une réelle place dans l'intrigue. le seul problème avec tous ces personnages, c'est que leurs histoires ne s'imbriquent pas très bien et nous nous retrouvons au milieu de flashbacks et de passages du coq à l'âne pas vraiment bienheureux.
En bref, je suis passée à côté de ce roman qui présentait pourtant des éléments prometteurs. L'histoire est trop lente et ne devient passionnante que les 20 dernières pages (qui elles sont vraiment palpitantes), et pour un livre qui en fait presque 460 c'est bien maigre au final... du coup, je ne compte pas lire les autres tomes de la série, même si le style de l'auteur, lui, n'est pas déplaisant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
iris29
  30 janvier 2016
Après l'excellent " Le sang versé " , voici la deuxième enquête de Rebecka Martinsson qui , bien que comportant quelques références au précédent , peut aisément se lire seule .
Autant être honnête , j'ai moins aimé que le précédent , et ce livre m'a fait l'effet d' une valse à trois temps .
Au nord de la Suède, un pêcheur découvre un cadavre dans une cabane . C'est celui, d'Inna Wattrang , jolie jeune femme qui travaillait avec son frère et Mauri Kallis , riche homme d'affaires, parti de rien et ami de jeunesse .
Les deux inspecteurs chargés de l'enquête comprennent très vite que tout tourne autour de ce trio , vivant les uns à coté des autres , sur une immense propriété .. Mauri est un personnage au passé assez opaque , qui a recueilli sa demi-soeur , archi-douée en dessin et affublée de dons mystérieux et divinatoires .
Je parlais d'un roman à 3 temps parce que cela commence très fort .
La scène précédant la découverte du premier cadavre est une des scènes les plus originales (et exotique pour nous français ...), qui m'ait été donné de lire.
J'ai trouvé le milieu du roman, assez ennuyeux , ne maîtrisant pas assez les problèmes géo-politiques ... [ Le titre " La piste noire" ne faisant pas référence aux joies des sports d'hiver mais plutôt , à la piste à suivre , afin de résoudre l'enquête qui a sa source en Afrique . ] . Cette partie est heureusement ponctuée par les visions et rêveries de la demi-soeur de Mauri.
Le rythme s'accélère un peu à la fin , pour nous éviter l'assoupissement .
Peut-être que ce roman pêche par excès de personnages ,auxquels l'auteur accorde strictement la même importance ?
La littérature policière Scandinave nous a tellement habitués à de très belles choses, qu'à force on devient exigeant ...C'est pas mal , mais pas transcendant ....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
Didier_Tr
  21 janvier 2017
Je viens de lire quelques critiques, avant de rédiger la mienne. Elles sont plutôt moyennes, pour être gentil. Pour ce qui me concerne, j'ai trouvé ce livre remarquable. Une intrigue solide, très solide, avec un meurtre sauvage, sans beaucoup d'indices, et une équipe d'enquêteurs à la scandinave qui se met à la tâche et qui va presque y arriver !
Entre la paire d'enquêteurs, Sven-Erik et Anna-Maria, et Rebecka, substitut du procureur, à peine remise du bouquin précédent, la collaboration se met en marche et avance avec détermination.
J'apprécie la description de la famille Kallis et de ses proches, qui mêle les côtés plutôt insolites ou extraordinaires, et les aspects assez quotidiens. La vie de famille d'Anna-Maria, mère de 4 enfants, toujours amoureuse de son mari, assidue au travail et active à la maison. Sven-Erik ne se remet pas de la disparition de son chat et essaie de se sortir de son célibat.
Bref, il faut que je continue cette série dont la qualité est incomparable avec d'autres séries nettement plus plan-plan ou carrément commerciales.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Citations et extraits (51) Voir plus Ajouter une citation
TbilissiTbilissi   14 avril 2019
Quand on veut faire des affaires, de bonnes affaires, il faut pouvoir les digérer : la colère, les grincements de dents, les larmes, la haine.
Et il faudra aussi qu'il musèle le chien perdu qui pleure dans sa poitrine.
Commenter  J’apprécie          20
TbilissiTbilissi   14 avril 2019
Quand elle jouait à faire l'ange, couchée dans la neige. Une de ces choses qu'on adore faire quand on est une petite fille. Mais quand on est adulte, tout ce qu'on y gagne c'est de faire rentrer de la neige dans son col.
Commenter  J’apprécie          00
TbilissiTbilissi   13 avril 2019
Je n'ai pas la force d'être heureuse, a-t-elle envie de lui expliquer. C'est à peine si j'ai celle d'être malheureuse. Mon grand projet dans la vie est d'arriver à tenir debout.
Commenter  J’apprécie          00
TbilissiTbilissi   07 avril 2019
Il y a des jours comme ça. On trie une pile de paperasses et on se retrouve avec trois piles à la place.
Commenter  J’apprécie          20
Souri7Souri7   17 juillet 2017
Être amoureux c’est comme être possédé par un démon. Notre volonté fond comme neige au soleil. Notre cerveau est tout plein de trous. Nous ne parvenons plus à garder le contrôle de nous-mêmes.
Commenter  J’apprécie          542
Videos de Åsa Larsson (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Åsa Larsson
PAX la série - Interview d'Asa Larsson, Ingela Korsell et Henrik Jonsson
autres livres classés : littérature suédoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1594 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..