AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782366298314
350 pages
Editions ActuSF (05/01/2017)
3.76/5   49 notes
Résumé :
Dans le vaste univers de l'Ekumen, tout voyage prend des années. Difficile de garder des relations avec sa famille et ses amis lorsque l'on doit passer d'une planète à l'autre. La galaxie est une mosaïque d'histoires humaines... Jusqu'au jour où on découvre par hasard l'effet Churten, une sorte de transport instantané, abolissant les distances comme jamais entre les mondes. Encore faut-il le maîtriser et l'utiliser à bon escient...S'inscrivant dans le cycle grandios... >Voir plus
Que lire après L'effet ChurtenVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
3,76

sur 49 notes
5
5 avis
4
10 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis
L'Effet Churten est un recueil de trois nouvelles (ou novellas, car nous devons être à la limite numérique entre les deux notions) d'Ursula le Guin qui prennent place dans un univers commun, l'Ekumen, dont il n'est pas nécessaire de savoir quoi que ce soit, et qui a déjà un semblant de cohérence interne ici, puisque les trois récits se mentionnent respectivement entre eux. Pour aborder ce recueil, il suffit de savoir que nous sommes dans un univers de space opera où les voyages prennent d'habitude de longues années entre chaque planète de cette organisation baptisée l'Ekumen. Toutefois, une nouvelle technologie, le churten, permet désormais de pratiquer des voyages instantanés sur des distances galactiques.

L'Histoire des Shobies (The Shobies' Story, 1990) relate le premier voyage résolument autonome d'un vaisseau pratiquant le churten. L'équipage de dix personnes va instantanément en orbite de la planète désirée, mais après quelques minutes d'incompréhension, des effets secondaires semblent intervenir sans pourtant que les membres de l'équipage ne les perçoivent de la même façon et qu'ils ne puissent encore moins y faire quoi que ce soit. Comment alors différencier le vrai du faux ? Comment comprendre cet effet Churten ? Comment même éventuellement rentrer à la maison ? Avec cette première nouvelle, Ursula le Guin narre ainsi les premiers essais de cette fabuleuse technologie de transport.
Dans La Danse de Ganam (Dancing to Ganam, 1993), le voyage instantané semble être déjà en bien meilleure voie pour contrôler du début à la fin sa bonne réalisation. Nous suivons l'équipage embarqué par l'aventurier Dalzul à la découverte d'une planète apparemment nommée Ganam. Toutefois, derrière cette première réussite, le petit groupe de protagonistes doit aussi s'adapter à une société extrêmement mystique malgré des technologies potentiellement de haut niveau. Ici, l'exploration peut même mener à des découvertes, certes plus terre-à-terre, mais aussi plus ébouriffantes.
Enfin, le Pêcheur de la mer Intérieure (A Fisherman on the Inland Sea, 1994) prend la forme d'un compte-rendu d'expérience ; c'est en effet un simple paysan d'une lointaine planète qui nous raconte son histoire. Un début simple ne voulant pas forcément dire une nouvelle simpliste, celle-ci est vraiment la plus complexe et la plus belle du recueil. Tiokuan'n Hideo, fermier sur la planète O, adresse à l'École ékumènique de Hain et au laboratoire de recherches en Churten à Vé Port une intense missive expliquant son étrange expérience. L'auteur tisse sa trame à partir d'un petit conte attendrissant me faisant penser à la nouvelle de Jean-Philippe Jaworski dans Janua Vera, « le Conte de Suzelle », ou même à une histoire du même ordre dans le premier tome de la bande dessinée Thorgal. À partir de cette petite histoire de temps et de mort, Ursula le Guin réussit à placer des thèmes qui m'ont bien touché : c'est inévitable, quand on me parle de mort, de place dans l'univers et de voyage temporel irrémédiable, ça me fend le coeur.
Sur l'objet-livre plus particulièrement, la collection Hélios continue à rogner un peu sur le nombre de pages en se passant de sommaire, mais rien de plus répréhensible que cela, cette collection est bien mise en place désormais, d'autant qu'on nous propose – et j'adore ce point positif – une postface signée Bernard Henninger qui donne bien envie d'attaquer le cycle de l'Ekumen, et le reste de la bibliographie d'Ursula le Guin (de futures publications chez les éditions ActuSF peut-être…). Une nouveauté notable cependant : le revêtement est maintenant recouvert d'une légère protection plastique supplémentaire (par-dessus le cartonnage j'entends), ce qui donne un aspect mat assez classe, il faut dire, et cela met bien mieux en valeur la belle illustration de couverture que nous devons à Casimir Lee. Les éditeurs de la collection Hélios semblent, sur cette lancée, vouloir privilégier des illustrations qui débordent sur la reliure.

La quatrième de couverture de cet Effet Churten nous promettait les « premiers essais, premières réussites et premiers drames » de cette technologie révolutionnaire. Nous pouvons dire que le contrat est bien rempli et que ce recueil vaut le coup (de coeur pour moi).

Commenter  J’apprécie          302
Le cycle de l'Ekumen de Ursula K. Le Guin se compose de sept romans et d'une vingtaine de nouvelles. J'avance tranquillement au fil des ans dans cette « mosaïque enchantée », comme le dit Bernard Henninger (écrivain français de science-fiction) dans le Postface du recueil L'effet Churten que j'ai pioché cette fois-ci.

Les trois nouvelles qui constituent ce recueil ont pour thème la machine du Churten : sa technologie qui a pour objectif de permettre le voyage quasi instantané d'une planète à une autre et surtout ses effets.

Je dois avouer que ce n'est pas ma lecture la plus mémorable du cycle. Ce n'était peut-être pas le bon moment pour moi ou le sujet qui m'a moins intéressé, je ne sais pas, mais je n'ai pas particulièrement accroché avec les deux premières nouvelles. En revanche, j'ai plongé avec plaisir dans la dernière nouvelle, touchée par le récit de ce pêcheur au parcours insolite.

Première nouvelle : L'histoire des shobies
L'histoire d'un équipage composé de 10 personnes qui embarque sur le Shoby pour tester le nouveau système churten.
Un récit compliqué et un peu confus pour moi, je n'ai pas bien saisi les explications sur l'effet churten. Ma lecture fut marquée par plusieurs coupures, cela n'a certes pas aidé à m'y plonger.
J'ai en revanche apprécié de retrouver des éléments de mes précédentes lectures du cycle de l'Ekumen comme par exemple l'origine des membres d'équipage : ils étaient de la Terre et de Hain, mais aussi de Gethen (planète de la main gauche de la nuit) et d'Anarres (celle de Les Dépossédés).

Seconde nouvelle : La danse de Ganam
Après la première expérience de voyage instantané avec le Shoby, les effets churten ont été étudiés et analysés pour lancer de nouvelles expéditions. On retrouve ainsi Shan, ancien membre du Shoby, dans un nouvel équipage, limité à 4 membres seulement et dirigé par Dalzul. Direction Ganam, une planète déjà visité par Dalzul lors d'un précédent voyage. Ils y retrouvent une population accueillante, assez primitive aux yeux des voyageurs terriens, mais surtout très mystique car Dalzul y est perçu comme une sorte de Dieu…
Une nouvelle qui montre combien il peut être difficile de communiquer et comprendre le fonctionnement de peuples présentant une culture très différente.

Troisième nouvelle : le pêcheur de la mer Intérieure
Avec cette dernière nouvelle, nous suivons l'un des scientifiques de l'Ekumen qui participa aux recherches sur le churten. Hideo nous relate son histoire depuis son enfance sur sa planète O, ses études, son premier voyage spatial vers Hain, et enfin ses recherches sur le churten qui le mèneront à une expérience qui aura des conséquences inattendues.
L'auteure, une fois de plus, nous présente en détail une société, celle dont Hideo est issu, avec son organisation (j'ai trouvé original et singulier la structure matrimoniale à quatre), ses moeurs et ses codes sociaux, sa culture. C'est immersif.
J'ai beaucoup apprécié cette nouvelle qui prend le temps de nous faire connaître Hideo, ses aspirations, ses proches, ses doutes et ses choix. On comprend bien son dilemme du temps s'il fait carrière au sein de l'Ekumen avec les voyages spatiaux. Il sait que lorsqu'il reviendra chez lui, - s'il revient chez lui - ses proches seront beaucoup plus âgés, voire disparus car le temps ne s'écoule pas de la même manière en déplacement dans l'espace. Renoncer à ses racines pour avancer dans ses rêves, ce n'est pas un choix si facile… sauf peut-être si les voyages instantanés deviennent possibles.

Challenge multi-auteures sfff 2022
Commenter  J’apprécie          308
MAGIE DE L'EKUMEN

Dire plus et mieux que mes six prédécesseurs sur ce petit, mais tellement agréable, opus de l'immense Ursula le Guin serait plus qu'audacieux : à peu près impossible !

Une fois encore, l'autrice de l'inégalable La main gauche de la nuit et du très politique - dans la meilleure acception du mot - Les dépossédés nous embarque vers les rives lointaines de la planète Hain pour les premiers essais humains - et Ô! combien périlleux - du Churten, une technologie aussi nouvelle qu'hasardeuse permettant une sorte de transilience instantanée entre deux points distants de l'espace-temps, un mode transport d'une complexité inouïe à définir convenablement, y compris lorsque l'on est un expert scientifique originaire d'Anarès. Et cela donne à peu près cela :

"- En langage profane, le churten peut-être considéré comme un déplacement opéré dans le champ virtuel afin d'obtenir cohérence relationnelle en matière d'expérimentabilité transilientielle, [...]."

Vous n'avez rien compris ? Rassurez-vous, vous n'êtes pas les seuls, à commencer par ces courageux et candides premiers aventuriers de "L'histoire des Shobies", et qui entame donc ce recueil intitulé et intégralement consacré à L'Effet Churten. Tout ce qui est à retenir, c'est que l'on ne voyage pas instantanément sans dommages ni risque. c'est ce à quoi ces explorateurs intrépides vont se trouver confrontés, et de se trouver à deux doigts de s'y perdre corps et âmes.

C'est aussi ce que vont comprendre les partenaires de Dalzul, le même homme qui finit par passer pour une sorte de Messie, sur la terre d'où il venait mais où les hainiens le renvoyèrent afin de pacifier notre planète au main des extrémistes religieux nommés Unistes, personnage seulement évoqué dans le très spirituel roman d'Ursula le Guin intitulé "Le dit d'Aka". La règle d'or des voyages vers de nouvelles planètes, au sein de l'Ekumen, est de prendre un temps infini à l'observation et à la compréhension des peuples rencontrés. Hélas, cette simultanéité de déplacement permise par le churten ne permet pas forcément cette prudence, d'autant plus que l'un de ses effets majeurs semble transformer l'approche de la réalité que l'on croit découvrir. le malheureux Dalzul en fera les frais, au cours de la seconde nouvelle, "La danse de Ganam", dans le plus pur respect d'une apparente volonté mal comprise par lui comme par les habitants de cette planète à découvrir.

L'ultime nouvelle - presque de la longue d'une novella - est, incontestablement la plus aboutie et, surtout, la plus en résonance avec les ouvrages plus importants de ce fameux "cycle de l'Ekumen". D'une évidente grâce, on y retrouve plusieurs des thématiques abordées par ailleurs par cette très grande dame de la Science-Fiction mondiale : le respect d'autrui, l'empathie, la description -sans jugement à l'emporte-pièce- de moeurs, de coutumes, de traditions et de modes d'existences différentes les unes des autres, des vies souvent communautaires aux rapports amoureux et sexuels très souvent complexes, l'importance centrale du sentiment amoureux (filial, amical, sexuel, etc), le pardon à l'égard des éventuelles erreurs, et une réflexion toujours beaucoup plus vaste qu'il n'y parait sur le sens même de l'existence.

Ainsi, en trois textes écrits à quelques années d'intervalles (entre 1990 et 1994), Ursula le Guin complète, par petites touches subtiles, toujours empruntes d'une grande poésie (et l'air de rien), faisant dérouler SA science fiction, bien éloignée des grandes sagas inter-planétaires, trop souvent guerrières, trop souvent sanguinolentes, trop souvent manichéennes et trop régulièrement sans fond philosophique, métaphysique véritable (sauf chez quelques rares maîtres du genre). Rien de tel dans l'oeuvre de cette femme où, par exemple, la musique et la danse sont des réponses possibles au chaos, où les mariages peuvent se faire à quatre adultes (deux hommes, deux femmes) sans qu'il soit question, pour autant, que d'amour pur et sincère, et sans une once de "porno-chic" généralement aussi futile que gratuit.

Le principal effet churten, en définitive, c'est cette magie qui finit par s'imprimer dans l'esprit du lecteur. Et il faut bien avouer qu'on en redemande !
Commenter  J’apprécie          220
C'est le premier livre que je lis d'Ursula le Guin. Je l'ai découverte via le livre de Jo Walton (Morwenna). C'est de toute évidence une auteure phare en SF. Lire cette auteure semble donc être donc un passage obligé.

L'effet churten est un recueil de 3 nouvelles elles-mêmes extraites d'un autre recueil intitulé : « Pêcheur de la mer Intérieure ». Je trouve amusant qu'une des trois nouvelles porte ce même titre.

Toutes les trois tournent donc autour du churten et de ses effets sur les perceptions. "Churter" c'est (si j'ai bien compris) quand on se déplace instantanément d'un point à l'autre de l'univers (c'est-à-dire sans intervalle). Dans la première, L'histoire des Shobies, est raconté le vol expérimental (ou transilience) de l'équipage du Shoby. Dans la suivante, La Danse de Ganam, un certain Dalzul retourne avec 3 personnes (dont Shan, qui était membre du Shoby) sur une planète où il s'est rendu précédemment seul. Ils ne connaissent ni la langue, ni la culture... cela n' a pu que déboucher sur un terrible malentendu.

La dernière nouvelle est celle que j'ai préféré : le Pêcheur de la mer intérieure. Hideo, un fermier, adresse un rapport à Gvonesh (directrice d'un labo de recherches sur le churten) sur un incident. Hideo raconte sa vie et au fil de l'histoire on se demande... que va-t-il se passer ? J'ai attendu avec impatience de connaître le fin fond de l'histoire et je n'ai pas été déçue. Il y a eu comme un problème... un pli dans son champ. Mais je n'en dirai pas plus.

Ensuite vient une postface de Bernard Henninger qui propose une vue d'ensemble sur l'oeuvre d'Ursula le Guin : l'Ekumen couvre 7 romans et 20 nouvelles (répartis sur plusieurs recueils). Il cite également : le Collier de Semlé, La Première Pierre, Planète d'exil, Lavinia, Malafrena et Terremer bien sûr, qui selon l'auteur est un « cycle d'heroic fanstasy indissociable de l'Ekumen quant au propos et à la philosophie qui guident les héros d'Ursula K. Le Guin ». J'ignorais qu'elle était aussi traductrice (dont les poèmes de Gabriela Mistral). Bref, il y a de quoi gonfler ma pal de quelques titres ^_^

« Les univers de science-fiction ne sont que de tout petits mondes faits de mots... » U. le Guin

Challenge Anderson / Le Guin
Challenge multi-défis 2017 (36)
Commenter  J’apprécie          265
C'est avec un plaisir non dissimulé que je retrouve l'univers créé par Ursula le Guin découvert dans La main gauche de la nuit. La dame sait faire faire des noeuds à votre cerveau et le pire dans tout ça c'est qu'on en redemande. Pour les non-initiés, il faudra s'accrocher. Ces trois histoires aux issues bien différentes et à des époques différentes racontent la découverte de la théorie du churten, sorte de "téléportation interplanétaire instantanée", dont les expériences sont diverses.
Ce livre est un condensé de création scientifico-littéraire, avec une bonne dose de sociologie extraterrestre au sens large, tout ça réussi en trois histoires aux intrigues cohérentes et reliées entre elles par le fil ténu d'une temporalité partagée. Un bijou comme toujours, c'est dense, remarquablement décrit et vraiment passionnant.
Commenter  J’apprécie          222

Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Si les histoires sont les seuls bateaux qui nous permettent de naviguer sur le fleuve du temps, aucune embarcation n'est entièrement sûre dans les grands rapides et les hauts-fonds.

[dans Le Pêcheur de la mer Intérieure]
Commenter  J’apprécie          230
L'amour a le droit de s'exprimer. Ensuite, chacun a le droit de savoir qu'on l'aime, l'a aimé, ou pourrait l'aimer. Nous en avons tous besoin. C'est peut-être ce dont nous avons le plus besoin au monde.
Commenter  J’apprécie          120
En ce qui concerne l'équipage, affirmaient-ils, l'apparente difficulté de la théorie du churten n'était en réalité que la difficulté de l'esprit humain à concevoir une notion entièrement nouvelle.
Commenter  J’apprécie          100
- Isako m'a dit un jour qu'une mère est reliée à son enfant par un fil très mince, semblable au cordon ombilical, qui peut s'étirer sur plusieurs années-lumière sans difficulté, dit-elle. Quand je lui ai demandé si c'était douloureux, elle m'a répondu : "Non, pas du tout, c'est seulement là, tu comprends; et ça s"étire toujours sans jamais se rompre." Mais moi, je crois que c'est douloureux, même si au fond, je n'en sais rien.
Commenter  J’apprécie          40
-- On pourrait tout expliquer par une analogie, proposa Gveter. l'efficacité d'un équipage dépend de la perception que ses membres ont d'eux-mêmes en tant qu'équipage... ce qu'on pourrait appeler l'esprit d'équipe, ou le simple fait d'en être une, d'accord ? Alors peut-être que pour churtener, nous... nous, en tant qu'êtres conscients... peut-être que tout dépend de notre perception consciente de nous-mêmes en tant que... que transilients... c'est à dire, ceux qui sont ailleurs... sur le lieu de leur destination ?
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Ursula K. Le Guin (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ursula K. Le Guin
La réédition toute récente au Bélial' du recueil “Les Quatre Vents du désir” est l'occasion de revenir sur l'oeuvre d'Ursula K. Le Guin, grande dame des littératures de l'imaginaire. Pour en parler : Hélène Escudié, autrice d'une thèse sur Le Guin et dont une ample interview-carrière avec celle-ci, menée en 2002, vient enrichir “Les Quatre Vents du désir”, et David Meulemans, fondateur de la maison d'édition Aux Forges de Vulcain et spécialiste de le Guin. https://www.belial.fr/ursula-k-le-guin/les-quatre-vents-du-desir Animation : Erwann Perchoc Illustration : Aurélien Police
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Les plus populaires : Imaginaire Voir plus


Lecteurs (103) Voir plus



Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4644 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..